Navigation – Plan du site

Julien Pierre, Le sport en entreprise

Igor Martinache
Le sport en entreprise
Julien Pierre, Le sport en entreprise, Paris, Economica, 2015, 208 p., Préface de Stéphane Diagana, ISBN : 9782717867732.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 D’où l’incapacité encore forte à envisager le sport comme une activité laborieuse « comme les autre (...)
  • 2 Notamment les tenants de la Théorie critique du sport, qui considèrent ce dernier comme le cheval d (...)
  • 3 Voir Béatrice Barbusse, « Sport et entreprise, des logiques convergentes ? », L’Année sociologique, (...)
  • 4 Avec l’exception notable – mais non exclusive – d’un colloque organisé à Lille fin 2007, voir Claud (...)

1L’association entre sport et entreprise apparaît simultanément incongrue et évidente dans le sens commun. Incongrue en vertu de l’opposition traditionnelle, mais discutable, entre les sphères du « travail » et du « hors-travail », les activités physiques et sportives étant généralement assignées à la seconde1. Dans le même temps, la compétition sportive est fréquemment considérée comme une métaphore de la concurrence économique libérale, aussi bien par les promoteurs de cette dernière que par ses détracteurs, y compris les plus radicaux2. Alors que l’on assiste actuellement à un regain d’initiatives patronales visant à utiliser ce « ramasse mythes » que représente le sport pour tenter de mobiliser les salarié-e-s3, le sujet reste paradoxalement peu investi par les chercheur-e-s en sciences sociales4. D’où l’intérêt d’un ouvrage de synthèse sur les enjeux sous-jacents à de tels rapprochements, tant symboliques que pratiques, comme celui que propose aujourd’hui Julien Pierre, maître de conférences en STAPS à l’Université de Strasbourg et lui-même auteur de plusieurs travaux consacrés à cette question.

  • 5 Sur ces entreprises de mobilisation sportive, voir les travaux de Patrick Fridenson, et notamment s (...)
  • 6 On peut aussi entre autres renvoyer à l’investissement du football par les patrons des mines, privé (...)
  • 7 Sur cette notion, voir Howard Becker, Outsiders, Paris, Métaillié, 1983 [1963].

2Avant d’en venir au sujet en tant que tel, l’auteur propose dans un premier chapitre ambitieux de récapituler, en une dizaine de pages, les transformations principales qui affectent aujourd’hui les mondes du travail et expliqueraient ce regain d’attention managérial pour le sport. Tout en exigeant de leurs salarié-e-s toujours plus de flexibilité et en orchestrant une intensification de leur labeur, les employeurs font montre d’un souci croissant pour leur motivation et leur « santé », physique et mentale. C’est ce qu’illustre notamment la croissance importante du secteur de services aux salariés, dans la panoplie duquel« le » sport sous toutes ses formes figure en bonne place. Pour autant, comme le rappelle Julien Pierre dans le deuxième chapitre, l’organisation d’activités sportives dans le cadre professionnel est loin d’être une nouveauté, et on assiste dès la fin du XIXe siècle à la naissance de sociétés vélocipédiques parmi les employés mais aussi les artisans-commerçants. Facteur de cohésion corporatif, le sport est aussi rapidement intégré à la panoplie des instruments paternalistes que déploient certains patrons, comme Jean-Baptiste Godin dans son fameux Familistère de Guise, ou encore les dirigeants des firmes automobiles, comme les familles Peugeot, Renault, ou Agnelli à Turin5, qu’évoque ici l’auteur, parmi bien d’autres exemples possibles6. Dès cette époque, ces entrepreneurs économiques et de morale7 investissent le sport de nombreuses croyances quant à ses vertus supposées : ils considèrent, à raison ou à tort, que la diffusion des pratiques sportives parmi leurs employés permet à la fois de les attacher à l’entreprise, d’accroître leur productivité et enfin de les discipliner. Il serait cependant hâtif de considérer que le sport corporatif serait exclusivement un outil au service des patrons car, non sans quelques réticences initiales, les salariés vont eux-mêmes tenter de se l’approprier, constituant ainsi un mouvement du sport ouvrier dès la première décennie du XXe siècle, dont l’actuelle Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) porte encore l’héritage. Largement vidé de cette charge politique, le sport en entreprise présente aujourd’hui une situation très contrastée dans l’Hexagone, en fonction notamment de la taille et du secteur des entreprises, impliquant sans doute moins de 10% des salarié-e-s, qui s’insèrent dans ce qui s’apparente souvent à des solutions « bricolées » localement (footings collectifs sur la pause méridienne, séances de stretching dans des salles de réunion dont on pousse les tables, etc.).

3Le sport en entreprise ne se limite pas seulement à l’offre de pratiques et l’auteur tente, dans le troisième chapitre, de reconstituer l’espace des usages du sport dans les organisations professionnelles (firmes ou collectivités publiques) suivant deux axes : l’un opposant les dimensions symbolique et pratique, l’autre les espaces concernés, interne ou externe (voir le schéma p. 52). On trouve ainsi par exemple, du côté des initiatives « symboliques et internes », l’intervention de conférenciers issus du sport de haut niveau, anciens athlètes ou entraîneurs, que l’auteur détaille. À l’opposé, se trouvent le soutien financier à des pratiques sportives hors de l’espace et du temps de travail (via les chèques ou coupons sport) mais aussi les stages outdoor et les séminaires de « team building » et d’incentives, qui consistent à faire participer les salariés dans un cadre extérieur à des activités étiquetées, respectivement, comme « extrêmes » ou plus douces. Si les associations sportives d’entreprise présentent une certaine ancienneté, ce qui n’exclut pas de profondes reconfigurations selon les cas en fonction du contexte socio-économique notamment, on voit également se développer depuis quelques années des compétitions intra- et inter-entreprises ou associant même salarié-e-s et étudiant-e-s, notamment issus des grandes écoles, ce qui permet de concilier plusieurs objectifs (motivation et fidélisation des salariés, publicité de la firme, recrutement, accumulation de capital social, etc.). Après avoir passé en revue ces différentes formes de mobilisation du sport par les firmes, en les illustrant systématiquement de multiples cas, l’auteur s’intéresse au chapitre suivant aux profils des pratiquants et des non-pratiquants du sport en entreprise. Faute de données suffisantes, Julien Pierre met surtout en évidence ici les motivations (ou freins) à la pratique que ces derniers avancent, mais cette question, et celle que l’auteur pose s’agissant de savoir si ceux qui font du sport sur leur lieu de travail seraient différent-e-s de leurs collègues, mériteraient sans doute des investigations ethnographiques supplémentaires. Et pourtant, le sport en entreprise fait bel et bien l’objet d’un marché en plein essor, impliquant non seulement des promoteurs internes dans les firmes, mais aussi et surtout différents types d’acteurs « extérieurs », que l’auteur passe en revue : concepteurs et gestionnaires d’espaces de remise en forme, agences événementielles, coaches sportifs et enfin différentes sociétés organisatrices d’événements promouvant le bien-être. L’implication croissante de ces acteurs amène également une reconfiguration plus générale de l’espace des sports, en contraignant d’autres acteurs du « mouvement sportif », c’est-à-dire les différentes fédérations sportives délégataires ou affinitaires, ainsi que les pouvoirs publics, comme l’auteur l’esquisse brièvement en fin de chapitre.

  • 8 Sur cet aspect, voir notamment l’ouvrage désormais classique d’Alain Ehrenberg, auquel l’auteur fai (...)

4Le chapitre suivant est consacré aux croyances et aux valeurs investies dans les activités sportives, notamment par la littérature managériale, qui vante les bienfaits du sport pour la santé et la cohésion des salarié-e-s, et qui table sur le transfert de compétences et de valeurs sportives qui peut s’opérer entre les terrains sportifs et les activités laborieuses8. Les effets concrets des activités sportives en entreprises sont étudiés au chapitre suivant et s’avèrent nettement plus incertains et contrastés que leurs promoteurs ne semblent le supposer. Assez curieusement, après cette esquisse de démystification, Julien Pierre consacre pourtant son dernier chapitre aux moyens de développer les pratiques sportives en entreprise. Il pointe le relatif flou de la législation française qui, depuis la loi Mazeaud de 1975, a érigé le sport en entreprise en objectif à poursuivre, sans réellement l’accompagner de moyens contraignants ; le flou est encore plus grand au niveau européen, explique l’auteur avant de proposer quelques pistes à suivre pour diffuser la pratique sportive et lever certains freins.

5Au final, si ce panorama vient incontestablement combler un vide dans la littérature, l’enjeu du sport en entreprise étant beaucoup moins mineur qu’il n’y paraît, certain-e-s pourront néanmoins regretter un relatif manque de « sociologisation » des questions et des études de cas présentées par l’auteur pour illustrer son propos. Peu d’éléments nous sont ainsi donnés sur les trajectoires socio-biographiques des agents que l’auteur « fait parler » et sur les configurations concrètes dans lesquelles s’insèrent les initiatives évoquées. On peut également se mettre en question certaines des sources que l’auteur mobilise, notamment des enquêtes quantitatives réalisées par des officines privées dont la rigueur méthodologique n’apparaît pas toujours come le souci premier, ce qui révèle en creux le manque de données publiques fiables sur ce phénomène. à Enfin, on peut s’interroger à l’issue de cette lecture sur la pertinence de l’objet même ainsi construit, à savoir le « sport en entreprise », tant il regroupe finalement des activités et des finalités hétérogènes. Quoi qu’il en soit, cet ouvrage ne constitue pas moins un point de repères incontestablement utile, qui peut se lire à la fois comme un bilan d’étapes et comme un appel et une base à des travaux ultérieurs sur des thématiques incontestablement dans « l’air du temps ».

Haut de page

Notes

1 D’où l’incapacité encore forte à envisager le sport comme une activité laborieuse « comme les autres ». Sur cette question, voir notamment Sébastien Fleuriel et Manuel Schotté, Sportifs en danger ?, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2008, dont un compte rendu est disponible ici : https://lectures.revues.org/553.

2 Notamment les tenants de la Théorie critique du sport, qui considèrent ce dernier comme le cheval de Troie de la domination capitaliste. Voir par exemple Patrick Vassort, Le sport ou la passion de détruire, Lormont, Le Bord de l’eau, 2015, dont un compte rendu est disponible ici : http://lectures.revues.org/18536.

3 Voir Béatrice Barbusse, « Sport et entreprise, des logiques convergentes ? », L’Année sociologique, vol. 52, n° 2, 2002, p. 391-415. La création récente d’une commission « sport » au sein du MEDEF constitue également un indicateur pertinent d’un tel intérêt…

4 Avec l’exception notable – mais non exclusive – d’un colloque organisé à Lille fin 2007, voir Claude Sobry (dir.), Sport et travail, Paris, L’Harmattan, 2010.

5 Sur ces entreprises de mobilisation sportive, voir les travaux de Patrick Fridenson, et notamment son article « classique » sur le sujet : « Les ouvriers de l’automobile et le sport », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 79, 1989, p. 17-34.

6 On peut aussi entre autres renvoyer à l’investissement du football par les patrons des mines, privées puis nationalisées, dans le Pas-de-Calais, voir Marion Fontaine, Le Racing Club de Lens et les « Gueules noires », essai d’histoire sociale, Paris, Les Indes savantes, 2010.

7 Sur cette notion, voir Howard Becker, Outsiders, Paris, Métaillié, 1983 [1963].

8 Sur cet aspect, voir notamment l’ouvrage désormais classique d’Alain Ehrenberg, auquel l’auteur fait du reste abondamment référence, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Julien Pierre, Le sport en entreprise », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18567

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page