Navigation – Plan du site

Tomas Irish, The University at War, 1914-25. Britain, France, and the United States

Julie Patarin-Jossec
The University at War, 1914-25
Tomás Irish, The University at War, 1914-25. Britain, France, and the United States, Palgrave Macmillan, 2015, 254 p., ISBN : 978-1-137-40944-7.
Haut de page

Texte intégral

1Tomas Irish comble ici un point aveugle de la littérature sur l’histoire de la Grande Guerre. En choisissant d’analyser le conflit de 1914-1918 à travers une comparaison des usages et utilités des universités britanniques, françaises et états-uniennes, il met en avant une spécificité peu décrite de la première guerre mondiale : études biographiques d’intellectuels à l’appui, l’auteur montre en quoi la guerre vient abaisser les frontières entre sciences et politique et comment cela modifie les activités scientifiques, l’organisation des gouvernements, ainsi que la nature même du conflit. Si les premiers mois de la guerre laissent penser qu’elle serait brève, la Grande Guerre s’installe dans la durée et devient rapidement une guerre « scientifique » (p. 4) accordant, de fait, une place prépondérante aux universités.

2Les universités « en guerre » présentent trois types de ressources. Premièrement, elles fournissent des combattants pour le front. La plupart du temps, il s’agit d’étudiants dont la formation académique et scientifique reste inachevée (ils n’ont qu’une faible pratique en laboratoire et pas d’expérience professorale). La deuxième ressource est logistique : les laboratoires servant habituellement aux expérimentations des chercheurs et aux essais des étudiants sont réquisitionnés pour servir l’État. Parallèlement, la direction de la recherche académique passe sous le contrôle du gouvernement, en France comme au Royaume-Uni. Les scientifiques sont dès lors amenés à développer des armes dans les universités ; c’est ainsi qu’a été mis au point le premier gaz asphyxiant utilisé sur un champ de bataille en avril 1915. Non seulement ces productions scientifiques instaurent de nouvelles manières de « faire la guerre », mais leur usage régulier en dehors des cadres académiques en vient à redéfinir les finalités mêmes des activités scientifiques. Les universités que décrit l’auteur sont le fief d’une troisième ressource, constituée par le savoir qu’elles (re)produisent : un État puissant est un État détenant d’importants campus universitaires au sein desquels se maintient l’érudition. La guerre devient ainsi une « guerre culturelle », voire une « battle of brains » (p. 4), où les connaissances développées au sein des universités forment un instrument puissant dans les rapports de pouvoir entre les États, à la fois représentatives de leur niveau scientifique et utiles pour la domination culturelle sur les autres pays. Cependant, pour que l’utilisation du savoir scientifique soit effective, les instances politiques impliquées dans l’organisation de la recherche scientifique mettent en place une division du travail, qui se maintiendra plus tard comme héritage de la guerre dans la gestion des universités : on codifie les disciplines et on en institutionnalise certaines ; ainsi l’Angleterre voit se professionnaliser sa recherche scientifique, et ce en dépit de la désorganisation évidente du système universitaire que provoque la guerre. Maintenir le rythme de vie universitaire et les activités qui y sont relatives revêt dès lors une fonction symbolique pour le moral de la société civile. Plus que cela, la permanence des écoles de pensée est une manière de défier la puissance guerrière de l’ennemi en mettant en avant la productivité intellectuelle des campus malgré les attaques militaires qu’ils subissent.

  • 1 À ce propos, voir également Monk Ray, Wittgenstein : le devoir de génie, Flammarion, 2009.

3Au-delà des différentes ressources (matérielles et symboliques) qu’elles procurent, les universités sont également des espaces où se positionnent les membres d’une société ravagée par la guerre et où se met en scène l’altérité. Les universités sont des lieux d’exclusion et d’inclusion prégnants, où l’identification ne va pas de soi : les universités britanniques ont de forts liens avec certaines universités allemandes et nombres d’enseignants comme d’étudiants sont natifs du pays ennemi. C’est le cas de Ludwig Wittgenstein, pour qui le conflit rend contradictoires appartenance intellectuelle et appartenance nationale1. Là est d’ailleurs un des principaux apports de ce livre : voir comment se construisent la perception et la définition de soi (l’Allié) dans l’opposition à « l’autre » (l’Allemand). Si la construction sociale de la figure de l’ennemi n’en est pas arrivée à perturber l’organisation sociale des campus universitaires dans les premiers temps du conflit, la brutalité de l’altérité pèse au fur et à mesure que la guerre perdure et fragmente progressivement la communauté universitaire. Les universités françaises deviennent d’ailleurs des lieux de manifestation où l’on défend le droit de se battre et les intérêts nationaux contre l’ennemi.

  • 2 Voir à ce sujet Gingras Yves, « Idées d’universités. Enseignement, recherche et innovation », Actes (...)

4Outre leur importance croissante dans la vie politique des pays engagés dans le conflit, les universités sont également des espaces où une mise en mémoire des sacrifices, des pertes et des victoires prend place après la guerre, ne serait-ce que par le maintien d’un certain « style intellectuel » (p. 159) : en témoigne Marcel Mauss, pour qui faire renaitre la revue sociologique de Durkheim est l’occasion non seulement de poursuivre l’œuvre de son oncle, mais aussi de rendre hommage aux pairs n’ayant pas survécu à la guerre (p. 161-162). C’est là le moyen, pour Irish, de montrer que la Grande Guerre et les universités entretiennent des relations complexes, régies par une interdépendance certaine. Toutefois, cette dynamique ne cesse pas avec l’armistice de novembre 1918, ni à la signature du Traité de Versailles en juin 1919 : non seulement le conflit aura imprégné la production intellectuelle et scientifique d’après-guerre et aura amené une forme d’organisation durable des activités de recherche et d’enseignement (caractérisée par la fragmentation disciplinaire), mais les rapports de pouvoir culturels entre les États sont toujours d’actualité dans les relations internationales. Plus important encore, reconstruire la communauté après la guerre passe nécessairement par la reconstruction des universités, de leur vie intellectuelle et de leurs programmes d’enseignements. « Concevoir la paix » passe en effet par le maintien d’une vie intellectuelle dynamique, laquelle est indissociable de la formation des esprits et de la conservation du savoir acquis (fonctions premières des universités)2. Si elles ont la charge de diffuser des idées, les universités d’après-guerre peuvent également représenter l’opinion du peuple ou de son gouvernement. C’est le cas de l’Institut historique allemand, dont la création par l’université de Paris témoigne à l’époque d’une volonté de réconciliation avec l’ancien ennemi.

5Certains acteurs, qu’il aurait pu être intéressant de prendre en compte dans cette étude des « universités en guerre », sont inexistants. C’est le cas de la société civile (non-universitaire), dont le regard sur cette « université en guerre » aurait pu être heuristique dans la compréhension des rapports entre le champ scientifique et la sphère politique que l’auteur explicite. L’analyse de l’auteur pourrait en effet laisser penser que les universités ne sont des espaces politisés que lorsque la sphère politique entre explicitement en jeu dans l’organisation de leurs activités. Si tel était le cas, il n’y aurait pas eu de tels mouvements de mobilisation, de positionnement et de responsabilisation de la part des intellectuels, que l’auteur décrit dans une grande partie de son livre. Nous pourrions dès lors nous demander quelles étaient les réactions des citoyens, pour qui les historiens et sociologues de l’époque auront narré, interprété et expliqué le conflit. L’étude comparative entre France, Royaume-Uni et États-Unis laisse quant à elle certaines questions méthodologiques en suspens : en dépit d’une solide justification de la comparaison en introduction, baser une telle étude sur trois pays ouvertement en guerre contre l’Allemagne est susceptible de donner une vision partielle (voire partiale) de la première guerre mondiale. La place qu’occupent ces pays dans le travail de l’auteur est d’ailleurs inégale, si bien que la véritable comparaison ne se fait qu’entre la France et le Royaume-Uni (les États-Unis, entrés dans le conflit en 1917, interviennent en dernière partie de l’ouvrage).

6Aussi riche que documenté, cet ouvrage présente l’avantage de ne pas se restreindre à la période du conflit en lui-même, mais s’étend jusqu’à l’entre-deux-guerres pour observer les séquelles et résurgences du conflit (telles que l’organisation disciplinaire des universités, et la mise en avant de l’applicabilité de la recherche scientifique). Le récit historique remplit ici ses fonctions telles que les définit Tomas Irish au cours de son analyse : mettre en perspective un évènement et l’inscrire dans un contexte socio-politique élargi. En donnant ainsi des éléments de réflexion et des informations sur la spécialisation disciplinaire des connaissances scientifiques, la mise en mémoire d’intellectuels morts au front, la construction sociale de l’altérité (l’Alliance contre l’Allemagne et inversement) ou le rôle de la science dans la politique internationale d’un gouvernement (en tant que garant d’un poids culturel et militaire sur les États voisins), ce livre apporte des éléments de réponse à des problématiques centrales en histoire, comme en sociologie, en anthropologie, en psychologie et en science politique.

Haut de page

Notes

1 À ce propos, voir également Monk Ray, Wittgenstein : le devoir de génie, Flammarion, 2009.

2 Voir à ce sujet Gingras Yves, « Idées d’universités. Enseignement, recherche et innovation », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 3, n° 148, 2003, p. 3-7 ; Abbott Andrew, Department and Discipline. Chicago sociology at one hundred, Chicago, University of Chicago Press, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Patarin-Jossec, « Tomas Irish, The University at War, 1914-25. Britain, France, and the United States », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 06 juillet 2015, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18578

Haut de page

Rédacteur

Julie Patarin-Jossec

Étudiante en master 2 de sociologie à l’Université de Bordeaux, prépare une thèse de sociologie des sciences sur les modifications qu’impose le secteur spatial aux modes de production et de circulation des savoirs scientifiques.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page