Navigation – Plan du site

Maurice Halbwachs, La psychologie collective

Mathilde Fois-Duclerc
La psychologie collective
Maurice Halbwachs, La psychologie collective, Paris, Flammarion, coll. « Champs Classiques », 2015, 374 p., Présentation et notes par Thomas Hirsch, ISBN : 978-2-08-127941-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est à ce titre que Bernard Lahire fait de Maurice Halbwachs la source d’inspiration principale de (...)

1Il a fallu plus de soixante-dix ans pour voir enfin publié ce qui s’annonçait comme le point d’orgue de l’œuvre de Maurice Halbwachs, un cours de « psychologie collective » donné en Sorbonne au tournant des années 1940. Le titre de l’ouvrage prête à confusion, indique Thomas Hirsch en présentation, car il pourrait désigner la preuve de « l’hétérodoxie » de Maurice Halbwachs, et le résultat d’une synthèse entre sociologie et psychologie ; rien de cela dans ces leçons qui, bien au contraire, systématisent et radicalisent la position sociologique durkheimienne. Un double enjeu traverse le cours : il s’agit, d’une part, de mettre en lumière la façon dont la société constitue l’individu et, d’autre part, de démontrer comment une pensée proprement sociologique peut saisir l’individu dans ce qu’il a de plus singulier1.

  • 2 Promue notamment par le grand rival d’Emile Durkheim, Gabriel Tarde, Études de psychologie sociale, (...)
  • 3 Notons que ces deux leçons sont élaborées à partir d’une source secondaire, L’introduction à la psy (...)
  • 4 Sur Gabriel Tarde, voir Salmon, Louise (dir.), Le laboratoire de Gabriel Tarde, Paris, CNRS Édition (...)
  • 5 Principalement construite à partir de Durkheim Emile, Les règles de la méthode sociologique, Paris,(...)
  • 6 Selon la fameuse expression utilisée par Emile Durkheim, « Sociologie religieuse et théorie de la c (...)

2Partant des principales thèses en présence au début du XXe siècle concernant les liens entre psychologie et sociologie, Halbwachs déploie et enrichit ensuite une sociologie proprement durkheimienne des faits psychologiques. Les quatre premières leçons en proposent un cadrage lexical, théorique et méthodologique. Après une leçon introductive visant à définir et situer l’expression « psychologie collective » par rapport à la « psychologie sociale »2 et à la « sociologie psychologique », le contexte intellectuel est présenté dans les trois leçons suivantes, qui examinent la nature des rapports entre psychologie et sociologie successivement chez Auguste Comte, Gabriel Tarde3 et Emile Durkheim. Du premier, Halbwachs note le caractère précurseur mais aussi les limites et erreurs (notamment la distinction, vaine, entre psychologie collective et psychologie individuelle). Du second, il critique vivement le fondement purement individuel des « lois de l’imitation »4 ainsi que le choix de la méthode introspective dans la recherche sur le psychisme. En revanche, la leçon consacrée à « la psychologie collective d’après Durkheim »5 a pour objet de justifier l’usage par la psychologie de la méthode objective, plutôt que de l’introspection, qui ne permet pas d’appréhender le caractère social des faits psychiques. Les représentations collectives, irréductibles à des états de conscience individuels – comme l’a montré Durkheim –, illustrent cet impératif avec force, si bien que la psychologie collective « est l’introduction naturelle à la psychologie individuelle », et que l’individualité constitue un point d’arrivée, et non un point de départ, de la sociologie6.

  • 7 Cet exemple est puisé dans la thèse de Marcel Granet, Fêtes et chansons anciennes de la Chine, Pari (...)
  • 8 A partir de la distinction parétienne entre actions logiques et non logiques, Halbwachs pose le pro (...)
  • 9 Ces leçons reprennent, grosso modo, les principaux développements présentés dans Les cadres sociaux (...)

3Le deuxième temps de la démonstration, une étude sociologique des fonctions intellectuelles, met en évidence les deux leviers par lesquels la société conditionne la vie mentale : l’intelligence et la mémoire. Des classifications primitives aux concepts et catégories, de nombreux exemples tirés de civilisations passées ou lointaines (tels le Yin et le Yang en Chine7) illustrent une thèse centrale : « jamais les idées de classes, de genres, d’espèces, n’auraient pu naître dans notre esprit, s’il n’en avait pas trouvé le modèle et la première réalisation dans l’ordre même et l’organisation de la société » (p. 129). Se dessine ici une théorie proprement sociologique de la connaissance, visant à dépasser l’opposition entre les deux postures – aprioriste et empiriste – de la philosophie classique de la connaissance. Passant alors de « la raison » au « raisonnement », Halbwachs se concentre sur les actions et motivations individuelles : le mécanisme du raisonnement représente un véritable débat, délibération intérieure qui voit s’affronter différents point de vue, idées et opinions « que nous devons dans une large mesure aux autres » ; plusieurs logiques coexistent et s’affrontent dans cette activité psychique, et celles-ci correspondent à différents groupes auxquels se rattache l’individu8. Voilà encore une spécificité de la sociologie halbwachsienne, la prévalence accordée aux groupes sociaux dans l’explication, là où Durkheim parle essentiellement de « la » société ». Les leçons 9 et 10 tissent l’autre lien entre fonctions supérieures (catégories, concepts) et formes élémentaires (images, sensations et perceptions) du psychisme, via la mémoire9. La thèse est bien connue : « il existe des cadres sociaux de la mémoire. Les souvenirs ne reparaissent pas seuls [...]. Il faut que nous reconstruisions le passé, il faut un effort de réflexion, qui s’appuie sur tout un ensemble de faits, d’événements, de lieux, de temps, de personnes, qui sont communes à nous et aux autres, qui se conservent dans leur esprit en même temps que dans le nôtre, parce que nous vivons ensemble, associés, en groupes » (p. 172). Il s’ensuit que, loin d’être une faculté intime, la mémoire individuelle est pour une large part construite par les groupes d’appartenance de l’individu, elle n’est qu’une partie et « un aspect de la mémoire du groupe ». Jusqu’alors inédite, la onzième leçon, consacrée au jugement et à la perception, amorce la « redescente » vers les formes élémentaires du psychisme. Sur le jugement, encore, Halbwachs reprend, commente et « sociologise » la rupture opérée par Bergson vis-à-vis des philosophies classiques. Soit une lampe suspendue au plafond et qui tombe, frôlée par un domestique. La maîtresse de maison, l’ouvrier, le fabricant, le physicien, n’attribueront pas la chute de la lampe aux mêmes causes. Pour Bergson, la diversité des jugements tient à ce que tous ne se représentent pas le fait de la même manière ; mais, ajoute Halbwachs, « c’est que suivant le groupe dont on fait partie, sous l’influence duquel on se trouve, et dont on adopte l’attitude à un moment, on découpe la réalité suivant des lignes qui paraîtront arbitraires à d’autres groupes, qui sont naturelles, qui représentent l’image même de la réalité, pour celui-là » (p. 195). De la sensation au jugement, c’est la perception qui fait le lien, par une mise en ordre ou un cadrage de la sensation. Ainsi, « toutes les fois que nous percevons, tout se passe comme si jugements, idées, images, souvenirs, c’est-à-dire l’ensemble des données qui sont en nous parce que nous sommes membres de la société, convergeait vers la matière des sensations pour lui donner une forme, la distribuer dans des cadres préexistants, sans lesquels elle ne serait pas une connaissance » (p. 203).

  • 10 Le titre de la onzième leçon, « la logique des sentiments et le milieu collectif », reprend ici le (...)

4Le troisième moment du cours est consacré aux formes « inférieures » de la vie mentales, à commencer par « la logique des sentiments »10. Celle-ci dépend certes plus étroitement de facteurs biologiques (ou naturels) que les fonctions intellectuelles, mais, replacée dans un cadre d’images, de jugements et de raisonnements, « elle se trouve soumise indirectement aux influences du milieu social » (p. 217). Il en va de même des émotions (leçon 13) et de leurs expressions extérieures, qui sont « pliées aux coutumes et aux traditions », comme viennent l’illustrer de nombreux exemples historiques, ethnologiques et littéraires. « Amour, haine, joie, douleur, crainte, colère, ont d’abord été éprouvés et manifestés en commun, sous forme de représentations collectives. C’est dans les groupes dont nous faisons partie que nous avons appris à les exprimer, mais aussi à les ressentir » (p. 231-232). C’est à la volonté qu’est consacrée l’antépénultième leçon, qui reprend la discussion avec Bergson et Blondel en tentant de se démarquer de ces deux positions représentatives de la « psychologie individuelle ». Si, pour Blondel, la volonté est une forme d’obéissance qui, loin d’être une autonomie, ne serait qu’une « hétéronomie qui s’ignore », Halbwachs argue que l’action volontaire est au contraire autonome, en ce qu’elle consiste en une recherche de l’empreinte des milieux et groupes sociaux (notamment la classe sociale) sur le moi : l’homme qui veut (au sens fort) se sent seul, et ce n’est qu’en prenant conscience de lui-même et de son passé qu’il pourra observer la présence d’un « homme social » ancré en lui. Cette volonté est un élément essentiel de la personnalité, au croisement du moi social et du moi individuel, dont l’articulation fait justement l’objet de l’avant-dernière leçon. Halbwachs y répète, contre Bergson et en guise de conclusion théorique, que le moi social est le support de la personnalité, son seul véritable fondement : « l’idée que j’ai de moi-même, c’est dans une large mesure l’idée qu’en ont les autres, celle qu’eux et moi formons en commun de ma place dans le milieu ou dans les milieux divers dont je fais partie » (p. 257). Enfin vient la conclusion pratique du cours, sur la place de la psychologie collective à l’égard de la psychologie individuelle, et celle de la psychologie collective dans l’ensemble de la sociologie. Favorable à une bipartition disciplinaire entre psychophysiologie et psychologie collective, Halbwachs ajoute que cette dernière ne saurait être un domaine limité de la sociologie, puisque derrière tous les faits sociaux (institutions, techniques, etc.) se trouvent des « faits mentaux », relevant de cette psychologie collective.

5Intelligemment présenté par Thomas Hirsch, cet ouvrage arrive à point nommé, comme une introduction rigoureuse et originale à la sociologie durkheimienne, mais aussi comme un point d’entrée et un véritable support pour des questionnements tout-à-fait actuels, en sociologie, sur la singularité de l’individu. L’intérêt de l’ouvrage tient également à la place qu’il vient combler dans l’histoire de la pensée sociologique, en offrant une lecture radicale mais très complète du débat concernant les liens entre psychologie et sociologie, au cœur des enjeux et problèmes rencontrés par la sociologie française des années 1930 et 1940.

Haut de page

Notes

1 C’est à ce titre que Bernard Lahire fait de Maurice Halbwachs la source d’inspiration principale de son programme de « sociologie psychologique » présenté dans L’homme pluriel. Ressorts pour une sociologie de l’action, Nathan, Paris, 1998.

2 Promue notamment par le grand rival d’Emile Durkheim, Gabriel Tarde, Études de psychologie sociale, Giard et Brière, Paris, 1898.

3 Notons que ces deux leçons sont élaborées à partir d’une source secondaire, L’introduction à la psychologie collective de Charles Blondel. Halbwachs reprend, commente et complète ainsi les développements de Blondel.

4 Sur Gabriel Tarde, voir Salmon, Louise (dir.), Le laboratoire de Gabriel Tarde, Paris, CNRS Édition, 2014, dont Cécile Campergue a rédigé un compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/16346.

5 Principalement construite à partir de Durkheim Emile, Les règles de la méthode sociologique, Paris, F. Alcan, 1895.

6 Selon la fameuse expression utilisée par Emile Durkheim, « Sociologie religieuse et théorie de la connaissance », Revue de métaphysique et de morale, t. XVII, 1909, p. 755.

7 Cet exemple est puisé dans la thèse de Marcel Granet, Fêtes et chansons anciennes de la Chine, Paris, E. Leroux, 1919.

8 A partir de la distinction parétienne entre actions logiques et non logiques, Halbwachs pose le problème en ces termes : « Dira-t-on que l’action pleinement logique est celle qui se conforme à la raison, et à elle seule ? Mais à la raison de quel groupe ? » (p. 147)

9 Ces leçons reprennent, grosso modo, les principaux développements présentés dans Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, F. Alcan, 1925

10 Le titre de la onzième leçon, « la logique des sentiments et le milieu collectif », reprend ici le titre d’un ouvrage remarqué, publié par le psychologue Théodule Ribot, La logique des sentiments, Paris, F. Alcan, 1905.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Fois-Duclerc, « Maurice Halbwachs, La psychologie collective », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 06 juillet 2015, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18581

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page