Navigation – Plan du site

Jacques Coenen-Huther, Quel avenir pour la théorie sociologique ?

Johan Giry
Quel avenir pour la théorie sociologique ?
Jacques Coenen-Huther, Quel avenir pour la théorie sociologique ?, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2015, 235 p., ISBN : 978-2-343-04881-9.
Haut de page

Texte intégral

1Réorganiser l’analyse sociologique au moyen d’un cadre théorique dégagé de l’hyper-spécialisation et tirant le meilleur de quelques notions éprouvées par le passé, tel est le pari auquel se livre ici, et dans la suite de ses Paradoxes de la sociologie1, J. Coenen-Huther. Il s’agit là d’une entreprise nécessaire pour qui admet que l’abandon progressif d’un objectif d’unification de la sociologie autour d’une théorie générale (porté, chacun à leur manière, par des figures comme R. K. Merton, T. Parsons ou G. Gurvitch) a éloigné la discipline d’un idéal du progrès scientifique par accumulation progressive des connaissances. Cela au profit d’une certaine « désagrégation théorique et méthodologique » (p. 26) que renforcent la fragmentation des champs d’analyse et la concurrence entre porteurs de paradigmes conçus comme intrinsèquement contradictoires. Partant, l’auteur propose une « nouvelle formulation de l’objet et de la démarche sociologique » (p. 32), fondée sur série limitée de concepts et de propositions structurantes qui, pour être classiques, lui semblent encore être la meilleure piste pour rehausser le sérieux et l’heuristique de la discipline.

  • 2 Que l’on pense seulement à la judiciarisation du champ médical ou à la reconfiguration des missions (...)

2Dans la première des deux parties principales de l’ouvrage, J. Coenen-Huther prend le contre-pied d’une tendance à la multiplication des cadres théoriques, jugée fort peu propice à la cumulativité des savoirs, en posant trois propositions directrices et fédératrices pour l’analyse sociologique (objet d’un chapitre chacune). La première tient en un rappel de l’interpénétration de l’individuel et du social. Toutes les interactions, aussi anodines soient-elles (une poignée de main ou une file d’attente en Russie postsoviétique…), emportent toujours une dimension collective. Toutes sont en effet structurées par une « dynamique de rôles et d’attentes de rôles » (p. 47) tributaire des socialisations passées et des contextes environnants. Témoin du contrôle social exercé via les institutions, cette dynamique n’en permet pas moins aux personnes, via notamment le jeu des interdépendances réciproques, une économie de réflexivité dans nombre de leurs actions. Surtout, ces rôles n’ont rien de figés. Ils se transforment au gré des changements institutionnels, lesquels ne sont pas étrangers à diverses formes de mobilisations des personnes2, et doivent aussi compter avec les prises réflexives dont les gens disposent vis-à-vis des autres et d’eux-mêmes (favorisées notamment par les expériences de déplacement ou les ruptures biographiques).

3La deuxième proposition directrice consiste en une réhabilitation de la notion de système, entendu comme un « ensemble organisé autour de relations d’interdépendance soumises à certaines règles » (p. 69). Elle est ce qui, du cadre général esquissé, encourage le chercheur à penser relationnellement la diversité des chaînes d’interdépendance (entre individus, groupes ou institutions) qu’il observe et à en dégager le principe de cohérence. Pour ce faire, l’auteur propose de partir des « règles de compatibilité et d’incompatibilité » entre les différents segments de la société et les évolutions qui les traversent (p. 75). Il pense, entre autres exemples, à l’incompatibilité des rôles privés (père, époux, etc.), fondés sur la confiance réciproque, et des rôles publics (comme ceux de citoyen ou d’élu), reposant pour leur part sur des devoirs civiques. Le systémisme proposé ici n’empêche aucunement la saisie des changements sociaux, mais porte à ne jamais dissocier leur appréhension des contraintes structurelles qui les enserrent. En outre, et tel que conçu par l’auteur, tout système comporte toujours une part de tensions (du fait de sa complexité et de sa relative adaptabilité), lesquelles se manifestent selon des intensités et des conflictualités variables en fonction des contextes. À titre d’exemple, est évoqué le fait que la revendication de certains droits (avortement ou mariage homosexuel) contrevenant aux valeurs de divers groupes à base religieuse a poussé au renforcement de leur cohésion et à leur mobilisation sur la scène publique (p. 85).

4Au titre de troisième proposition directrice, J. Coenen-Huther rappelle que la sociologie a pour horizon principal l’énonciation de propositions générales et qu’à ce titre, la plus fine attention doit être prêtée aux constantes des systèmes sociaux. Dans cette perspective, l’essentiel ne se trouve pas tant dans le contenu des relations sociales (infiniment variable) que dans leur forme, car c’est à ce second niveau que les régularités se manifestent le plus clairement. Les formes sociales renvoient principalement à des relations élémentaires réciproques saisies dans leurs caractéristiques formelles (domination, concurrence, coopération, etc.). Le caractère formel des énoncés produits à partir d’elles autorise leur mobilisation au-delà des contextes sur lesquels s’est appuyé le sociologue. L’auteur pourra ainsi rapprocher certaines pratiques organisationnelles de la vie dans les kibboutz israéliens de celles des milieux hospitaliers ou de files d’attente moscovites observées en 1991 (p. 111-113). Il leur donne en outre un certain pouvoir de prédiction et favorise les analyses comparatives constantes (entre entités plus ou moins similaires, présentes et passées, dans un ou plusieurs pays notamment). Partant, ce type d’abstraction (d’inspiration simmelienne) permet tout à la fois de mieux comprendre les tenants d’une situation donnée (par contraste avec d’autres) et de dégager, à un niveau plus général, les implications de certaines formes sociales courantes et de leurs possibles combinaisons.

  • 3 Cette posture rejoint à plusieurs égards les propositions formulées dans C. Lemieux, Le devoir et l (...)

5Dans la seconde partie de l’ouvrage, et suivant en cela nombre d’auteurs (plus ou moins) contemporains, J. Coenen-Huther s’emploie à replacer son cadre général d’analyse dans le débat canonique entre approches monistes et holistes. Il débute en rendant compte de sa manière de penser avec et contre l’individualisme méthodologique. Contre l’idée selon laquelle les caractéristiques d’un contexte donné exerceraient une influence mécanique sur les pratiques, il fait de l’acteur individuel « banalisé » (une modélisation basée sur des logiques d’action simplifiées) l’unité élémentaire de l’analyse. Pour autant, il n’exclut pas les contraintes liées à l’environnement dans lequel cet individu épistémique se meut et prend soin de se distancier d’un rationalisme strict. Il préfère à ce dernier la notion de « cohérence » (p. 137) : toutes les situations n’emportant pas les mêmes contraintes normatives, il convient de concevoir la cohérence des actions (via les motifs sur lesquels les gens s’appuient) de façon contextualisée. Celle-ci dépend en effet des règles spécifiques ayant cours dans les différentes situations et que les personnes en présence sont susceptibles de se rappeler mutuellement. Une telle perspective nécessite que le chercheur fasse preuve d’une capacité d’introspection suffisante pour se mettre à la place des enquêtés et éviter, ce faisant, de dépeindre leurs conduites comme irrationnelles3.

6Le raisonnement compréhensif et individualiste, reconnaît l’auteur, resterait toutefois limité d’un point de vue explicatif s’il excluait la société elle-même de son champ d’investigation. Force est en effet de reconnaître que les rôles comme les règles contextuelles sont tributaires des contextes socio-culturels dans lesquels ils s’observent (au double sens du terme) : « La fraude fiscale, les excès de vitesse l’alcool au volant bénéficient d’une évidente indulgence dans certains pays alors que la répression est beaucoup plus sévère ailleurs » (p. 156). Ce point porte à ne pas sous-estimer l’influence de dimensions globales (institutionnelles, culturelles, politiques, historiques, etc.) dans l’explication des pratiques. Sans cette perspective holiste le fait de comparer, constitutif selon Durkheim de la sociologie elle-même, ne pourrait produire des énoncés généraux faute de tenir compte de ce qui distingue ou rapproche des sociétés appréhendées globalement (p. 165). La comparaison tocquevillienne des types aristocratiques et démocratiques purs, construits en référence à la France féodale et aux États-Unis, pour appréhender les relations entre maîtres et serviteurs de son époque en constitue un exemple parlant (pp.167-170).

7Cette voie médiane et combinatoire entre grandes approches sociologiques, de même que les propositions directrices évoquées plus haut, n’ont, dans leur ambition et leur contenu, rien de fondamentalement nouveau. Et là se situe bien l’intérêt du présent ouvrage : l’auteur s’emploie à convaincre de ce que la dispersion et la faible cumulativité des connaissances sociologiques produites aujourd’hui pourraient devoir à la relégation d’un certain nombre de fondamentaux (conceptuels et propositionnels) que l’on aurait cessé de mobiliser autrement que sur le mode du détour obligé des manuels. On peut reconnaître à l’auteur l’ambition et le sérieux de sa prise de distance. Sa mesure, en revanche, reste assez variable. S’il évite sans peine le piège de la reconstruction idéalisée du passé, on regrette le peu d’attention portée aux travaux qui, tout à fait actuels, relativiseraient surement la tonalité crisologique de certaines assertions (« aucun progrès discernable ne se manifeste dans l’intelligence des faits » : p. 191). On regrette également le fait que l’état actuel de la discipline tende à n’être saisi qu’à l’aune de facteurs somme toute assez psychologiques (la tendance à l’oubli, la recherche de distinction, le manque d’ambition), cela au détriment de variables structurelles relatives au champ disciplinaire et à ses rapports avec d’autres espaces (politico-bureaucratique, économique, universitaire, etc.). Elles aussi, et sans doute plus que la bonne volonté des chercheurs, pourraient expliquer que des cadres d’analyse relationnels et globaux, tel celui esquissé par J. Coenen-Huther, soient moins qu’auparavant mobilisés dans le cours normal de la recherche.

Haut de page

Notes

1 J. Coenen-Huther, Les Paradoxes de la sociologie, Paris, L’Harmattan, 2012.

2 Que l’on pense seulement à la judiciarisation du champ médical ou à la reconfiguration des missions de certains services sociaux. Sur ce dernier point, l’on renvoie par exemple à V. Dubois, La vie au guichet. Relation administrative et traitement de la misère, Paris, Economica, 2008.

3 Cette posture rejoint à plusieurs égards les propositions formulées dans C. Lemieux, Le devoir et la grâce, Paris, Economica, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johan Giry, « Jacques Coenen-Huther, Quel avenir pour la théorie sociologique ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 06 juillet 2015, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18583

Haut de page

Rédacteur

Johan Giry

Doctorant en science politique au SAGE (Université de Strasbourg) et en STS au CIRST (Université du Québec à Montréal), travaillant sur l’impact des réformes de politiques scientifiques dans les champs de la sociologie

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page