Navigation – Plan du site

Robert Michels, Sociologie du parti dans la démocratie moderne

Pierre Marie
Sociologie du parti dans la démocratie moderne
Robert Michels, Sociologie du parti dans la démocratie moderne. Enquête sur les tendances oligarchiques de la vie des groupes, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 2015, 834 p., 1ère éd. , 1925, traduction de l'allemand, présentation et annotation par Jean-Christophe Angaut, ISBN : 978-2-07-046198-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut notamment citer le mouvement des Indignés, les assemblées populaires ou encore l’émergence (...)

1Les partis politiques apparaissent aujourd’hui comme les structures centrales de la démocratie représentative, telle que nous la connaissons en Europe. L’alternance au pouvoir des « partis de gouvernement » traduit une professionnalisation de la politique et un éloignement croissant entre électeurs et élus. Nombre de critiques pointent le manque de représentativité au sein des partis politiques, ainsi que le faible niveau de démocratie qui y règne, en interne. L’émergence de nouvelles manières d’agir en politique en dehors des partis, ou en en redéfinissant les bases, montre les limites de cette représentation et les virtualités toujours présentes de la démocratie1.

2Le travail de Robert Michels est fondamental pour comprendre la mise à distance du projet démocratique au sein des partis politiques. La nouvelle traduction de sa Sociologie du parti dans la démocratie moderne réalisée par Jean-Christophe Angaut permet de mieux saisir cette œuvre capitale. Ayant fait l’objet de traductions dans plusieurs langues, l’ouvrage paru en 1910 connaissait de fortes lacunes dans l’édition française de 1914, traduite par Samuel Jankelevitch. L’absence des notes de bas de page ainsi que l’inversion de certaines parties dénaturaient le texte initial. Le travail d’organisation et de présentation de Jean-Christophe Angaut, ainsi que l’ajout de deux lettres de Max Weber, restituent à l’œuvre son format initial et éclairent un peu plus son contenu.

3La Sociologie du parti dans la démocratie moderne s’ancre dans le cadre d’ouvrages pionniers sur l’étude du phénomène partisan. En 1888, James Bryce aborde cette thématique en s’appuyant sur le cas des États-Unis. Moisei Ostrogorski réalise une première synthèse sur les partis politiques en 1902. Avant de s’installer à Turin en 1907, Robert Michels milite quelques années au sein du Parti social-démocrate d’Allemagne (PSD). La publication de la Sociologie du parti dans la démocratie moderne en 1910 intervient dans une phase de mise à distance critique de son engagement comme militant et d’approximation avec certains travaux de Gaetano Mosca et Vilfredo Pareto. Michels tente de systématiser son expérience à partir du cas allemand pour mettre au jour les tendances oligarchiques des partis.

4Ce travail de recherche se situe au carrefour de plusieurs influences théoriques et mobilise aussi bien la sociologie que la psychologie sociale, discipline alors naissante. Proche de Michels, Max Weber suit la rédaction de l’ouvrage, comme en attestent les deux lettres présentes dans cette nouvelle édition. En Italie, Robert Michels prend donc connaissance des travaux de Gaetano Mosca et Vilfredo Pareto sur les élites. Enfin, Michels garde de son passé militant une proximité avec le marxisme et le syndicalisme révolutionnaire. Comme le rappelle Jean-Christophe Angaut, la recherche de Michels relève en partie d’une observation participante.

5Le projet de Robert Michels a pour finalité de « prouver la présence de traits oligarchiques immanents dans toute organisation humaine finalisée » (p. 52). Pour ce faire, il entreprend l’étude des partis révolutionnaires, les plus attachés au projet de démocratie directe dans le cadre de la fondation d’une société sans classes. La constitution d’une organisation est alors nécessaire à la lutte politique des classes subalternes. L’aspiration à la démocratie et à la participation des masses à la gestion des affaires communes se trouverait néanmoins limitée par l’émergence d’une classe dirigeante au sein même du parti. Cette nouvelle oligarchie fondée sur la représentation des masses deviendrait alors indispensable à l’organisation et renforcerait ainsi sa domination. Pour Michels, le délégué s’émancipe progressivement de ses mandataires pour les dominer.

6La Sociologie du parti dans la démocratie moderne se décompose en six parties qui viennent appuyer la thèse de l’auteur. Le caractère extensif de l’ouvrage rend parfois difficile le suivi du plan d’ensemble et laisse entrevoir certaines répétitions. Néanmoins, sa grande cohérence est à souligner, Robert Michels organisant arguments historiques et psychologiques afin de soutenir l’idée d’une tendance à l’oligarchie au sein de tout groupe politique. Après avoir introduit l’idée que la démocratie entraînerait un retour à l’aristocratie, l’auteur énumère les causes de ce phénomène dirigeant. Ces causes sont à chercher du côté de la psychologie, des besoins structurels de l’organisation, mais aussi de positions intellectuelles.

7La deuxième partie repose sur la vérification de la domination des dirigeants au sein des partis politiques. Robert Michels utilise alors son expérience personnelle au sein de la social-démocratie allemande pour mettre en lumière l’inamovibilité des élus et des permanents au sein de l’organisation. L’auteur fait par ailleurs appel à de nombreux exemples européens pour soutenir son propos. La mise en place d’une bureaucratie, le contrôle de la presse partisane ou encore les luttes pour le pouvoir au sein même du parti sont invoqués pour expliquer l’éloignement progressif du dirigeant à l’égard des masses qu’il représente. Les conséquences de cette domination pour le dirigeant font l’objet de la troisième partie de cette recherche. L’identification du parti à ses représentants rend de plus en plus indispensable le rôle du dirigeant et favorise le culte de la personnalité.

8La partie suivante s’appuie sur une analyse sociologique des directions des partis révolutionnaires. Robert Michels définit des idéaux-types de dirigeants en fonction de leur provenance sociale. Le dirigeant venant de la bourgeoisie renonce ainsi à son appartenance de classe pour s’engager dans la voie révolutionnaire. Les transfuges de la bourgeoisie s’imposent néanmoins bien souvent au sein des directions des partis et renforcent un peu plus l’oligarchie au sein de l’organisation. L’activité militante peut aussi constituer un facteur d’ascension pour les membres d’origine prolétaire. Les plus actifs ou les plus compétents parviennent ainsi à une place au sein de l’appareil bureaucratique du parti. Ces trajectoires mettent en lumière les tendances oligarchiques et confirment la mise à distance progressive de l’idéal démocratique.

9Ayant énoncé les causes du mal de l’oligarchie, l’auteur présente dans la cinquième partie les mesures préventives qui pourraient permettre de l’atténuer. Suivent ainsi les descriptions de l’usage du référendum et de l’appel à la renonciation morale des dirigeants, puis du syndicalisme révolutionnaire et de l’anarchisme, deux mouvements qui ont pris en compte les dangers d’une nouvelle aristocratie au sein de leur organisation. Pour Michels, ces prophylaxies renforcent néanmoins son hypothèse de base : sous couvert de démocratie, ces différentes mesures participent à la constitution de nouvelles dominations. L’analyse de l’auteur déborde le cadre du parti politique pour s’étendre aux coopératives et aux assemblées populaires. Robert Michels conclut alors sur le caractère conservateur de la structure partidaire et formule sa fameuse « loi d’airain de l’oligarchie » comme marque génétique de toute organisation.

  • 2 Michels Robert, Les partis politiques. Essai sur les tendances oligarchiques des démocraties, Paris (...)

10De par la teneur de son propos, Robert Michels a rapidement été classé au sein du courant élitiste, son rapprochement postérieur avec le fascisme italien confirmant sa désillusion envers la démocratie. Néanmoins, l’interprétation de cet ouvrage semble plus complexe. Michels y décrit les courants démocratiques comme des vagues luttant constamment contre les brisants oligarchiques, et avance même la possibilité que « peut-être […] dans l’essence de la démocratie réside, sinon la guérison, du moins une certaine atténuation du mal oligarchique » (p. 524). René Rémond, dans la préface de l’édition de 1971, pointait ainsi l’apparente contradiction entre la démonstration effectuée par Michels et « sa confiance dans la lutte […] contre l’incessante résurgence de l’oligarchie »2.

11Car c’est bien là un des points fondamentaux de l’ouvrage de Robert Michels. S’il est vrai que sa recherche manque parfois de données statistiques pour étayer sa thèse, et que ses conclusions apparaissent parfois péremptoires et définitives, cet ouvrage de 1910 pose néanmoins les bases de tout travail sur la démocratie. Il définit une tendance à l’oligarchie de toute organisation qui viendrait contrarier l’aspiration à la démocratie directe. Mais il s’agit d’une lutte sans cesse renouvelée et l’aspiration démocratique est capable de faire reculer l’oligarchie. Avec Michels, toute organisation pourrait ainsi être placée sur un axe opposant deux pôles : la monarchie – forme absolue d’oligarchie – et la démocratie idéelle. La recherche en faveur de la démocratie n’est donc pas vaine et pourrait permettre de faire émerger de nouveaux mécanismes de participation.

12Robert Michels montre ainsi que la démocratie ne peut jamais être considérée comme une conquête mais plutôt comme un bien à défendre constamment du risque de la constitution d’une nouvelle oligarchie. L’auteur soutient notamment le rôle de l’éducation, en affirmant que « le travail principal pour affaiblir, autant que faire se peut, les tendances oligarchiques de tout mouvement ouvrier, se trouve dans le domaine de la pédagogie sociale » (p. 525). L’auteur, malgré son exposition pessimiste sur la capacité des masses à gouverner, pose néanmoins l’hypothèse d’une réalisation de la démocratie au travers de la neutralisation des traits oligarchiques potentiellement présents au sein de toute organisation sociale.

Haut de page

Notes

1 On peut notamment citer le mouvement des Indignés, les assemblées populaires ou encore l’émergence de Podemos sur la scène politique espagnole.

2 Michels Robert, Les partis politiques. Essai sur les tendances oligarchiques des démocraties, Paris, Flammarion, 1971, p. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Marie, « Robert Michels, Sociologie du parti dans la démocratie moderne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 07 juillet 2015, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18596

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page