Navigation – Plan du site

Joanne Vajda, Paris Ville Lumière. Une transformation urbaine et sociale (1855-1937)

Jan Synowiecki
Paris Ville Lumière
Joanne Vajda, Paris Ville Lumière. Une transformation urbaine et sociale (1855-1937), Paris, L'Harmattan, coll. « Histoire de Paris », 2015, 422 p., Préfacier : Evelyne Cohen, ISBN : 978-2-343-05563-3.
Haut de page

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat soutenue à l’EHESS en 2005, l’ouvrage de Joanne Vajda s’inscrit résolument à l’intersection de l’histoire sociale et culturelle de la ville et de l’histoire de l’architecture. La faisceau d’approches structurant la trame du livre est à l’image du large panel de sources utilisé par l’auteure pour rendre compte de la transformation de la capitale française sous l’influence d’une élite voyageuse cosmopolite entre 1855, date de la première Exposition Universelle, et 1937, marquant l’avènement d’un tourisme de masse. Pour prendre le pouls des mutations urbaines qui ont accompagné l’émergence de cette élite plurielle, mais dont l’unité tient à des pratiques sociales communes, l’historienne exhume calepins de cadastres, sources policières, permis de construire, plans d’immeuble, guides de voyage, dessins d’architecte, cartes postales ou encore œuvres littéraires, afin d’aborder « l’architecture comme un texte » (p. 10). En croisant des méthodes variées et des sources non moins éclectiques, il s’agit donc de comprendre comment les étrangers de cette « classe de loisir internationale » ont concouru à réarticuler doublement la société et l’espace parisiens ainsi que les représentations de la ville.

2La première partie de l’ouvrage se propose de retracer les raisons et les caractéristiques de l’arrivée des étrangers à Paris, en mettant l’emphase sur les intermédiaires du voyage, que ceux-ci soient imprimés, à l’instar des guides de voyage véhiculant une vision normative de l’espace urbain, ou bien humains, comme en attestent le développement des agences touristiques (la célèbre agence Cook) et des sociétés hôtelières. L’auteure procède de la sorte à une véritable archéologie du tourisme moderne, co-construction permanente entre les médiateurs des pratiques touristiques, qui participent de la circulation des stéréotypes urbains et nationaux, et les touristes eux-mêmes, investissant l’espace de la ville de significations et représentations multiples, tout en influençant l’urbanisme parisien. À ce titre, il est tout à fait notable qu’à l’heure de l’haussmannisation, les quartiers populaires demeurent soit absents des guides de voyage, soit représentés simplement à travers leur histoire.

3Dans un deuxième temps, Joanne Vajda entreprend de questionner la place des grands hôtels parisiens dans l’espace urbain, et montre ainsi que leurs importantes dimensions (le Grand Hôtel s’étendant sur 8 345 m2, et l’Elysée Palace sur 3 175 m2) rendent particulièrement difficile leur inscription dans le paysage citadin ; c’est que l’architecture hôtelière est l’expression d’une tension constante entre son insertion dans l’environnement immédiat de la ville et son irrémédiable démarcation fonctionnelle et stylistique, dont la spécificité tient à la préservation du prestige du lieu. En dépit de velléités d’expérimentations architecturales, les règlementations urbaines et le souci de « muséifier » la ville contribuent in fine au triomphe des formes néoclassiques. Mais cette histoire, sous la plume de Joanne Vajda, n’est pas simplement une histoire formelle : elle est immanquablement celle des contraintes et des conflits qui opposent les propriétaires d’hôtels aux administrations, et les différentes administrations entre elles. Les discordes qu’ont suscitée la question de la hauteur des constructions de l’hôtel Astoria en sont une parfaite illustration, d’autant plus que la législation sur les bâtiments avoisinant la place de l’Étoile s’avère coercitive. De 1905 à 1926, l’hôtel Astoria sera en conséquence le théâtre de luttes incessantes entre la ville de Paris et l’État, sans oublier les invectives dont furent victimes Jellinek, le propriétaire, et Geissler, le président de la Société des hôtels de l’Étoile. Après avoir souligné le rôle fondamental des étrangers dans la construction d’hôtels de luxe, mettant ainsi en exergue un fonctionnement réticulaire et international dans le fonctionnement de l’hôtellerie parisienne, l’historienne s’attache à dessiner la trame de la sociabilité mondaine dont les hôtels sont les réceptacles. Alors même qu’ils devraient endosser le rôle d’espaces privés, les hôtels, avec leurs halls, leurs tables d’hôtes et leurs salons de lecture et de conversation, contribuent à réarticuler le privé et le public.

4La troisième partie, vraisemblablement la plus stimulante, entreprend de mettre en perspective la place de l’hôtel et de l’élite voyageuse dans les transformations de l’espace urbain. L’arrivée de cette élite dans la capitale et sa sédentarisation n’est pas sans inciter les hôteliers à participer aux transformations de la rue où se situe leur établissement. En 1893 par exemple, plusieurs propriétaires et locataires de la rue du Helder contribuent financièrement aux travaux de convertissement du pavage en pierre en pavage en bois... À moins que la présence hôtelière ne soit un alibi pertinent pour que les habitants, à l’image de ceux de la rue Daunou en 1883, ne réclament une amélioration de l’état de la chaussée. Une autre conséquence de l’arrivée de l’élite étrangère dans la ville est la hausse significative des valeurs locatives, qui bouleverse la structure sociologique des quartiers. C’est ainsi que l’installation des grands hôtels du boulevard des Capucines a participé d’une reconfiguration du quartier autour des nombreuses sociétés étrangères qui s’y implantent, et des nouvelles professions qui l’investissent, qu’il s’agisse des banquiers, rentiers et agents de change, lesquels supplantent progressivement les petits commerçants, les teinturiers ou les marchands de tableaux. La sédentarisation, permise notamment par l’acquisition de titres de propriété immobilière pour les étrangers, a concouru à modifier la physionomie de la ville par des logiques d’agrégation nationale : la très anglophone rue de la Paix est perçue par les contemporains comme un « quartier londonien », tandis que le quartier des Champs-Élysées et celui du Trocadéro concentrent les plus grandes fortunes américaines. Néanmoins, ce cosmopolitisme montre des limites certaines, d’une part parce que plusieurs mesures sont envisagées pour freiner l’accession à la propriété pour les étrangers, et d’autre part parce que la supposée « américanisation de Paris » ne s’opère finalement qu’en perpétuant les traditions architecturales et culturelles françaises ; et quand bien même les architectes et urbanistes se remettent à repenser la capitale à l’aune des modèles urbains américains ˗ pensons au plan Voisin de Le Corbusier en 1925 qui prévoyait gratte-ciels et voies souterraines ˗, les réticences de la population sont nombreuses.

5Enfin, Joanne Vajda met en relation la vie parisienne de l’élite voyageuse avec des pratiques sportives et de sociabilité ludique. Cercles de jeu, théâtres, cafés, bals, cabarets, parcs d’attraction ou bains luxueux deviennent autant d’espaces pleinement investis par cette « classe de loisir » et autant de manières de s’insérer dans la vie mondaine parisienne. Cette partie n’est toutefois pas la plus novatrice, car l’historiographie des loisirs, des sociabilités et des capitales culturelles a déjà bien exploré ces terrains. Même si elle n’est pas porteuse de nouveauté historiographique, cette partie consacre quelques belles pages aux méconnus skating-rinks, lieux de patinage dont l’un des premiers ouvre aux Champs-Élysées à l’initiative des Américains, Canadiens et Russes.

  • 1 Au sujet de cette question du déplacement progressif du centre de gravité des loisirs et de l’urban (...)

6Le lecteur pourra regretter que l’approche descriptive et énumérative se substitue fréquemment à une démonstration analytique, écueil qui tend à privilégier la multiplication des exemples au détriment de la problématisation. Par ailleurs, le dialogue avec l’historiographie et les travaux d’histoire récents sur la ville est limité à l’introduction, ce qui peut conduire à plusieurs approximations, voire erreurs factuelles, comme celle qui consiste à considérer le parc Monceau comme une réalisation du Second Empire (p. 68), ou à penser que l’urbanisation et le développement des sociabilités dans l’ouest parisien est un fait de la seconde moitié du XIXe siècle1.

  • 2 La question du cosmopolitisme a récemment été investie par un l’anthropologue américain Elijah Rich (...)

7Aussi, la définition du cosmopolitisme demeure somme toute assez floue, et l’on peine à saisir à quelles conditions peut se former un habitus cosmopolite, et à quelles conditions celui-ci peut être traversé par des processus d’exclusion sociale et/ou nationale2. Nonobstant ces quelques réserves, il n’en reste pas moins que ce travail de recherche, richement illustré, se montre attentif à saisir un ensemble de pratiques contribuant, sous la bannière d’un curieux métissage entre histoire sociale et histoire architecturale, à comprendre comment la ville ne cesse de se construire et de se réinventer par le biais d’apports exogènes.

Haut de page

Notes

1 Au sujet de cette question du déplacement progressif du centre de gravité des loisirs et de l’urbanisation de la capitale vers l’ouest, voir les réflexions de Gilles-Antoine Langlois, « "Les charmes de l’égalité", éléments pour une urbanistique des loisirs publics à Paris de Louis XV à Louis-Philippe », Histoire urbaine, n° 1, 2000/1, p. 7-24.

2 La question du cosmopolitisme a récemment été investie par un l’anthropologue américain Elijah Richardson. Elijah Richardson, The Cosmopolitan Canopy. Race and civility in Everday Life, New York, Norton, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jan Synowiecki, « Joanne Vajda, Paris Ville Lumière. Une transformation urbaine et sociale (1855-1937) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 07 juillet 2015, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18599

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page