Navigation – Plan du site

Jean Vannereau, Cynthia Colmellere et Sébastien Jakubowski (dir), Les processus de normalisation. Enjeux et pratiques professionnelles dans les organisations

Valérie Guillemot
Les processus de normalisation
Jean Vannereau, Cynthia Colmellere, Sébastien Jakubowski (dir.), Les processus de normalisation. Enjeux et pratiques professionnelles dans les organisations, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Economie et société », 2015, 175 p., Postface de Bernard Gangloff, ISBN : 978-2-7535-3955-6.
Haut de page

Texte intégral

1Dans un contexte où les démarches qualité se déploient dans l’ensemble des organisations, quelle que soit leur forme juridique, leur mission ou leur activité, les usages professionnels sont impactés par les processus de normalisation auxquels participent « différentes pratiques de référentialisation, habilitation, certification ou labellisation (normes ISO, AFNOR, OPQF, labels, chartes-qualité, etc. » (p. 90). L’ouvrage publié par les Presses universitaires de Rennes dans la collection « Économie et société » pose un regard interdisciplinaire sur les enjeux des processus de normalisation dans les organisations, et sur leurs effets sur les pratiques professionnelles.

2Sous la direction de Vannereau, Colmellere et Jakubowski, qui signent l’introduction, l’ouvrage rassemble des contributions d’auteurs relevant des sciences de la gestion, de la sociologie, de la psychosociologie, de la psychologie sociale et des sciences de l’éducation. Il collationne des travaux issus de séminaires de recherche du Centre de recherche sur la formation, axe 4 « Organisation et formation » du CNAM (Conservatoire national des arts et métiers) de Paris.

3L’ouvrage ne propose pas de définition du concept de norme ou de la notion de processus de normalisation. Néanmoins à partir des contextes professionnels et des situations sur lesquels ils s’appuient, plusieurs des textes permettent de différencier la norme de la règle, la normalisation de la standardisation, tout en montrant l’équivocité des notions de norme et de normalisation. Le texte de Vannereau, qui porte sur l’évolution des modèles de management, illustre la distinction entre règle et norme : aucune règle n’imposa aux managers d’adopter un management participatif qui a pourtant été le modèle dominant des 40 dernières années. De même, en ce début de XXIe siècle, les managers ne semblent pas se rendre compte que le modèle matriciel est devenu le nouveau modèle implicite, la nouvelle norme, diffusée par les formations managériales. En effet, ces dernières contribuent à impulser une homogénéisation vers des modèles qui s’imposent progressivement comme des normes.

4Cette « prégnance du paradigme adaptatif propre au domaine situationnel qui domine aujourd’hui la culture de l’entreprise » (p. 109) est illustrée par la situation d’un atelier dans une entreprise pharmaceutique, sur laquelle porte l’article de Colmellere. « Se plier à des pratiques de travail toujours plus normées tout en faisant preuve d’initiative et de polyvalence » (p. 52) n’est pas une règle du droit du travail, mais bien un attendu dans cette entreprise, une norme. Parallèlement, dans cet atelier, d’autres types de normes sont érigées, qui relèvent plutôt d’une autre conception de la norme : ce sont ici des standards de fabrication. L’application de ces standards, dans une logique de contrôle de l’activité de production, écarte le facteur humain au profit des seuls facteurs mécaniques. Les limites d’un tel modèle sont mises en avant : le texte de Colmellere montre le risque qu’il y a à normaliser dans le but de contrôler, via l’application de standards qui n’intègrent pas les caractéristiques des activités de travail réel. Dans le cas précis de cet atelier de production d’une usine pharmaceutique, le travail est pensé dans un paradigme mécaniciste, où l’automatisation pourrait se passer d’une prise en compte de ce que le travail comporte d’humain. La tentative de contrôle sur les opérateurs par la mécanisation afin d’accroître la productivité conduit au contraire à la fermeture de l’atelier pour manque de rentabilité.

5Le texte de Vannereau, le pouvoir échappe aux managers au profit des détenteurs des savoirs procéduraux, nouveaux maîtres des organisations qui se soumettent aux démarches qualité. Celui de Colmellere souligne que la solidarité collective qui s’exerçait dans l’atelier en proximité avec l’adjoint de fabrication constituait un pouvoir. Avec la normalisation, cette solidarité se déplace vers un équilibre social précaire. Les attentes tacites réciproques ne recoupent pas les critères à partir desquels l’adéquation aux attentes des concepteurs est contrôlée. La liberté d’action perdue des opérateurs conduit à l’échec d’une démarche de normalisation des pratiques professionnelles conçue « malgré les acteurs qui organisent et réalisent le travail » (p.68), à savoir les opérateurs.

6Autant le rapport à la loi et aux règles formelles et formalisées correspond à un pouvoir explicitement situé, autant le rapport aux normes s’organise dans un environnement moins explicite : la compréhension des jeux de pouvoir constitue en soi un enjeu de pouvoir et « on peut se demander si les normes organisationnelles ne sont pas davantage liberticides que libératrices […] si […] derrière ces normes […] ne se cache pas une nouvelle forme de pouvoir, d’autant plus implacable qu’elle se refuse à apparaître comme telle » (Gangloff, p. 154).

7La postface, par Gangloff, met en exergue le passage de la règle à la norme comme indicateur d’un rapport d’une société ou d’une organisation à la liberté. Une règle fixée par une entreprise est traduite, par exemple, dans le contrat de travail d’un salarié, le règlement intérieur d’une entreprise ou sous forme de procédure à respecter. Elle est alors lisible, identifiable, communiquée aux salariés auxquels elle s’applique. La norme, elle, correspond à une attente tacite. Elle est à découvrir, à repérer, par les salariés.

8L’exemple des normes pédagogiques véhiculées par le modèle des APP (parfois apprentissage par problèmes, parfois apprentissage par projet), présenté par Lemaître, illustre comment les valeurs sous-jacentes à un registre de pensée, ici l’efficacité, impliquent l’intégration d’un système de normes, au service de l’adaptation versus l’émancipation (p. 32) : « les individus qui souhaitent intégrer un groupe social ou être reconnus par lui consentent volontairement à appliquer et respecter les normes en usage » (p. 135), confirme Jakubowski dans un texte qui met en exergue la dimension politique de la normalisation (l’État comme premier producteur de normes). Il rejoint Mispelblom Beyer et Lemaître quant au point aveugle dans la recherche des « bonnes pratiques » que représentent le travail réel (au regard du travail prescrit) et l’activité dans ses dimensions non observables.

9À partir de leurs terrains de recherche, Mispelblom Beyer et Zaouani-Denoux questionnent l’usage des référentiels, respectivement auprès de cadres de santé et de formateurs. Le premier rappelle qu’un référentiel de compétences, lorsqu’il est pensé comme un idéal à atteindre, conduit infailliblement à une impasse, au contraire d’un référentiel qui laisse place, dans sa conception et/ou dans son usage, au débat et à « une pluralité de points de vue et d’exigences » (p. 88). Le cas d’une diététicienne cherchant à devenir cadre de santé met en évidence l’importance qu’il y a pour un professionnel à hiérarchiser les critères du référentiel de compétences correspondant à son métier : ici le métier visé par cette diététicienne, celui de cadre de santé. Cette hiérarchisation lui permet de se préserver du projet inatteignable de devenir le cadre idéal, celui qui répondrait à l’ensemble des critères. Au contraire, elle favorise l’élaboration d’un projet professionnel pertinent à son identité professionnelle singulière. Zaouani-Denoux, tout en rappelant le rapport prudent que les professionnels de la formation entretiennent avec les normes, relève la standardisation et la visibilisation croissante des savoirs, procédures et pratiques en formation. La standardisation, adaptée à la production de masse, n’est qu’une dimension de la normalisation, plus vaste, qui elle, tient compte de la diversité et de la variabilité des demandes en formation. Par ses effets organisationnels sur les organismes de formation, la normalisation « réduit la zone d’incertitude conférant du pouvoir à l’acteur » (p.94), et correspond aussi à un processus identitaire : « Elaborer des normes revient à construire un espace supposé commun de significations en rapport présumé étroit avec l’exercice professionnel » (p. 94). Loin de se limiter à un simple outil d’adaptation et de standardisation, le référentiel dont il est fait usage comme instrument de questionnement sur ces références communes « porte en germe la construction et les transformations de l’identité professionnelle » (p. 102).

10En conclusion, cet ouvrage collectif permet au lecteur de percevoir les distinctions à prendre en compte entre règles et normes. Si les règles sont données, les normes sont à trouver. La normalisation est alors un processus de conformation à des procédures qualité. Les procédures qualité n’imposent pas aux professionnels opérant dans les structures engagées dans ces démarches qualité de se conformer à un cadre préétabli, mais de définir les limites de leur propre cadre et de s’auto-contraindre à se tenir dans ces limites. En cela, la normalisation, diffère de la standardisation, processus de conformation à des standards érigés par les décideurs politiques ou les dirigeants des organisations.

11Ce recueil invite chacun à se questionner sur son propre rapport aux normes, dans un environnement qui promeut conjointement la conformité à des standards et l’innovation. Tout acteur social, en particulier professionnel de l’éducation et de la formation, qui a à « donner un non-savoir, un questionnement, des principes de réflexivité à quelqu’un qui demande un savoir, des solutions, des certitudes » (p. 123), trouvera dans la diversité des textes présentés matière à mettre ses certitudes et ses pratiques en débat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Guillemot, « Jean Vannereau, Cynthia Colmellere et Sébastien Jakubowski (dir), Les processus de normalisation. Enjeux et pratiques professionnelles dans les organisations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 juillet 2015, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18610

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page