Navigation – Plan du site

Sarah Mazouz et Sébastien Roux (dir), « Le gouvernement de la jeunesse », Politix, n° 108, 2015

Charlotte Debest
Le gouvernement de la jeunesse
Sarah Mazouz, Sébastien Roux (dir.), « Le gouvernement de la jeunesse », Politix, vol. 27, n° 108 (2014), 2015, 110 p., Bruxelles, De Boeck, ISBN : 978-2-8041-9404-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Robert, Castel, La montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Édit (...)

1Être autonome ou ne pas l’être, tel est le critère qui semble, dans les sociétés libérales d’aujourd’hui, répartir les individus en deux catégories : les adultes, qui seraient considérés comme aptes à la vie sociale et professionnelle, à ses libertés et à ses contraintes, et ceux qui ne le sont pas (encore). La perspective foucaldienne est évidente dès le titre du dossier coordonné par Sarah Mazouz et Sébastien Roux, et assumée dès l’éditorial, qui peut être lu comme une contribution à part entière. Le processus d’autonomisation est ainsi perçu comme une « orthopolitique » (p. 4) qui dans « une mécanique libérale […] permet davantage de gouvernement et moins d’État » (p. 7). La démarche libérale suppose donc que des institutions prennent en charge et soutiennent ce processus d’autonomisation chez des individus à qui manquent les capitaux et les codes, les « supports » aurait écrit Robert Castel1, pour être considérés comme des individus pleins, méritants et valeureux.

2L’enjeu du dossier est de montrer les diverses tensions entre les prérogatives libérales des institutions en charge du devenir adulte, le personnel de ces institutions au contact du public en apprentissage d’autonomie et le public, ces « jeunes » qui reçoivent parfois des discours contradictoires entre devoir d’acceptation des contraintes et volonté d’émancipation. En effet, loin d’une vision univoque du contrôle institutionnel qui pèse sur les « jeunes » en défaut d’autonomie, les cinq contributions s’attachent à mettre en exergue la capacité d’agir qui peut résulter de cet apprentissage d’autonomie. Pour ce faire, cinq terrains sont mobilisés : l’encadrement judiciaire de la jeunesse, le travail social au travers de missions locales pour l’insertion professionnelle, l’orientation scolaire en fin de collège, la gestion d’un compte en banque et enfin la gestion des risques liées au VIH au sein de milieu gay.

3Le dossier s’ouvre avec l’article de Sébastien Roux qui montre comment « devenir adulte sous protection judiciaire » (p. 11) s’apparente à « devenir conforme aux exigences majoritaires » (p. 29), lesquelles supposent en premier lieu de désirer devenir responsable et autonome. Car exprimer son désir d’autonomie (vis-à-vis de l’institution) c’est adhérer aux valeurs sociales. C’est donc un premier pas pour se voir soutenu dans ses projets et mériter le fruit du travail des éducateurs.

4La nécessité d’être méritant pour bénéficier d’un soutien institutionnel lors de ce processus d’autonomisation apparaît particulièrement criante dans l’article de Sarah Mazouz, qui s’appuie sur une enquête ethnographique menée entre 2011 et 2012 au sein des missions locales d’aide à l’insertion sociale et professionnelle des jeunes peu qualifiés. Dans un contexte de restriction budgétaire et d’évaluation du dispositif au regard du nombre de jeunes ayant trouvé un emploi, les conseillers, eux-mêmes parfois dans une situation de précarité, ont tendance à aider et à soutenir en priorité les jeunes « les plus près de l’emploi » (p. 45), ceux qui sont « employables » et qui manifestent convenablement leur désir d’autonomie. Les jeunes les plus disqualifiés sur le marché de l’emploi, ceux qui sont les plus éloignés des valeurs d’autonomie se retrouvent d’une certaine manière exclus des dispositifs d’aide à l’insertion professionnelle (et sociale).

5Ainsi, comme l’explicite l’article de Séverine Chauvel, qui s’intéresse aux logiques d’orientation des élèves en fin de classe de 3e, l’absence d’autonomie est un facteur de disqualification (p. 71). De 2006 à 2008, l’auteure a enquêté dans deux collèges de Seine-Saint-Denis et a notamment assisté aux conseils de classe. Là encore, les apparents paradoxes de l’institution éclairent les enjeux libéraux du processus d’autonomie. L’autonomie, c’est, pour ces jeunes, non seulement accepter la loi imposée par l’École, se conformer à ses exigences et à son administration, mais c’est aussi développer la capacité de se donner sa propre loi, de faire ses propres choix. Acquérir l’autonomie relève donc en ce sens à la fois de l’autodiscipline et de l’autodétermination.

  • 2 Slogan publicitaire de la Caisse d’Épargne.
  • 3 Slogan publicitaire de la Banque Populaire.

6Cette capacité à intégrer les codes de l’institution tout en s’en détachant se retrouve de manière exemplaire dans la contribution de Jeanne Lazarus, qui porte sur « l’apprentissage de l’autonomie par la banque » (p. 75). Responsabiliser les jeunes progressivement, poser des limites tout en leur accordant une certaine latitude liée à leur âge, sanctionner financièrement en cas d’abus tout en laissant penser que la banque est là pour les « aider à vivre mieux »2 ou pour « donner envie d’agir »3, tels sont les dispositifs bancaires et discursifs mis en place. Tout au long de leurs démarches bancaires, les « jeunes » – et les moins jeunes – vont devoir intégrer ces principes pour devenir – et rester – un partenaire autonome de leur banque. Jeanne Lazarus met en exergue un point particulièrement intéressant : résister à la normalisation bancaire, ne pas accepter les règles du jeu, entraîne des sanctions que seuls les jeunes les plus dotés en capitaux économiques et culturels peuvent supporter.

  • 4 Courrier d’Act Up à Aides, juin 2002, cité dans la contribution de Gabriel Girard, p. 116.

7La contribution de Gabriel Girard retrace le conflit discursif et politique entre les associations Aides et Act Up Paris concernant une question de santé publique : le port de préservatif pour réduire les « risques sexuels ». Au regard de la contribution précédente, on peut se demander : qui accepte – voir revendique – une prise de risque liée au VIH ? Quelles sont les dispositions sociales et politiques qui permettent de revendiquer des relations sexuelles « non protégées » entre hommes ? Si Gabriel Girard ne répond pas à cette interrogation, il la déplace pour en proposer une lecture en termes de « reconfiguration du risque sanitaire », par laquelle il s’agit de repenser les campagnes de prévention et le travail des professionnels sur le terrain au regard de l’évolution des comportements sexuels des hommes homosexuels (p. 100). En une vingtaine d’années, ces campagnes de prévention seraient passées du « monopole du préservatif » (p. 102) à la gestion plus individuelle des risques. Et c’est là que semble se trouver la tension entre Aides, qui cherche à développer une prévention sous le signe de la responsabilité et de l’autonomie, et Act Up, qui œuvre pour que le préservatif reste « au premier plan de tous les discours et les comportements de prévention »4 (p. 116). Deux visions de la gestion des risques sanitaires s’affrontent : une responsabilisation collective, qui appuie l’idée que la responsabilité individuelle permet de protéger la collectivité, et une responsabilisation individuelle, qui appuie l’idée d’une conscience et d’une mesure de la prise de risque individuelle, qui peut dès lors entraîner une prise de risque pour la collectivité.

8Une fois le dossier refermé, il semble évident que le processus d’autonomisation participe de la discipline de soi, que l’émancipation passe par la contrainte et que, d’une certaine manière, devenir un adulte libre – toute mesure gardée quant à la définition de cette « liberté » – est l’aboutissement d’un processus de normalisation et d’acceptation des contraintes.

  • 5 Christine, Delphy, Classer, dominer. Qui sont les « autres » ?, Paris, La Fabrique Éditions, 2008.

9Pour finir, il est difficile de ne pas souligner que, paradoxalement, les rapports sociaux de sexe, de classe et de « race » sont à la fois le fil rouge et les grands absents des contributions. Car si l’on ne naît pas autonome mais qu’on le devient, il est regrettable que ces rapports sociaux – et leur imbrication dans le processus d’autonomisation – soient peu pris en compte. Par exemple, il est possible d’imaginer que des enjeux sexués sous-tendent le processus d’autonomisation et que les « institutions » traitent différemment le public selon ses caractéristiques visibles ou supposées. Il est en effet probable que les étapes pour devenir un homme autonome diffèrent de celles pour devenir une femme autonome, voire que cette différence de parcours est constitutive du système de genre qui entretient les inégalités. Les recherches en sciences humaines et sociales montrent que la justice, le marché de l’emploi, l’école, la banque et la santé publique entrent en interaction différemment selon que ces institutions s’adressent aux « dominant.e.s » ou aux « dominé.e.s », aux « discriminé.e.s » ou aux « privilégié.e.s ». Or le processus d’autonomisation est nécessairement lié à ces positions qui construisent aussi les subjectivités de chacun.e5.

Haut de page

Notes

1 Robert, Castel, La montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Éditions du Seuil, 2009 ; compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures : https://lectures.revues.org/766.

2 Slogan publicitaire de la Caisse d’Épargne.

3 Slogan publicitaire de la Banque Populaire.

4 Courrier d’Act Up à Aides, juin 2002, cité dans la contribution de Gabriel Girard, p. 116.

5 Christine, Delphy, Classer, dominer. Qui sont les « autres » ?, Paris, La Fabrique Éditions, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Debest, « Sarah Mazouz et Sébastien Roux (dir), « Le gouvernement de la jeunesse », Politix, n° 108, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 09 juillet 2015, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18611

Haut de page

Rédacteur

Charlotte Debest

Charlotte Debest est docteure en sociologie. Elle a réalisé une thèse sur « les personnes volontairement sans enfant » à l’Université Paris7-Diderot et en partenariat avec l’Institut national d’études démographiques. Elle a notamment publié Le choix d’une vie sans enfant en 2014 aux PUR.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page