Navigation – Plan du site

Pierre-Louis Patoine, Corps/texte. Pour une théorie de la lecture empathique (Cooper, Danielewski, Frey, Palahniuk)

Rémy Béhagle
Corps/texte : pour une théorie de la lecture empathique
Pierre-Louis Patoine, Corps/texte : pour une théorie de la lecture empathique. Cooper, Danielewski, Frey, Palahniuk, Lyon, ENS Éditions, coll. « Signes », 2015, 280 p., ISBN : 978-2-84788-664-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce terme désigne la manière dont une œuvre peut provoquer des effets corporels sur le lecteur (musc (...)

1Au quotidien, la lecture est susceptible de provoquer des sensations et des émotions. Comment l’analyse littéraire peut-elle rendre compte d’un tel phénomène ? Pour répondre à cette question, Pierre-Louis Patoine nous invite à nous défaire de quelques habitudes de pensée : la valeur littéraire d’un texte ne provient pas uniquement de ses innovations formelles ou conceptuelles ; une œuvre appartenant au genre pornographique ou à celui de l’horreur n’est pas plus indigne d’être analysé qu’un autre. Pour analyser les effets somesthésiques1 d’une œuvre, l’auteur se penche donc sur des œuvres de genres précédemment cités et mobilise les concepts issus d’autres disciplines telles que les études de cinéma, la psychologie cognitive, la neuropsychologie et la philosophie. L’objectif de l’ouvrage est alors de construire un modèle théorique expliquant à quelles conditions et de quelles manières nous pouvons être affectés par une œuvre littéraire. Ce modèle considère à la fois les caractéristiques formelles de l’œuvre et les conditions de la réceptivité du lecteur.

  • 2 Cooper Dennis, Guide, New York, Grove Press, 1997.
  • 3 Frey James, A Million Little Pieces, New York, Anchor Books, 2003.
  • 4 Palahniuk Chuck, « Guts », in Haunted, New York, Anchor Books, 2005, p. 12-21.
  • 5 Danielewski Mark Z., House of Leaves, New York, Anchor Books, 2002.

2Parmi les œuvres étudiées, on compte Guide de Dennis Cooper2, appartenant à la littérature post-punk et centré sur la sexualité (homosexualité, sado-masochisme) ; A million Little Pieces de James Frey3, centré sur l’expérience de la douleur et l’aptitude du héros à y faire face ; Guts de Chuck Palahniuk4, touchant à la critique politique et sociale. Enfin, House of leaves de Mark Z. Danielewski5 est un roman d’horreur dont la lecture permettrait à la monstruosité sans cesse esquissée d’atteindre le lecteur au quotidien.

  • 6 Clover Carol J., « Her body, himself: gender in the slasher film », Representations, n° 20, 1987, p (...)
  • 7 Williams Linda, « Film bodies: gender, genre, and excess », Film Genres Reader II, Austin, Universi (...)

3Pour cerner le lien sensitif qui unit le lecteur à l’œuvre, l’auteur propose une analyse des effets somesthésiques du roman de Denis Cooper en utilisant des concepts issus des études cinématographiques : au chapitre 1, il montre, en reprenant les travaux de Carol Clover6 et Linda Williams7, que certains genres cinématographiques (horreur, pornographie) favorisent un rapport haptique à l’œuvre : le corps projeté à l’écran provoque des sensations physiques aux spectateurs qui en l’imitant, abolissent toute distance critique. Si un film pornographique peut provoquer de tels effets, en est-il de même de l’ouvrage de Dennis Cooper (chapitre 2) ? La question se pose d’autant plus que l’écriture de ce dernier est audio-visuelle (l’écriture orale, descriptive et proche d’un enregistrement par microphone donne à la lecture une dimension visuelle). Il semble toutefois que les descriptions abstraites (philosophiques, psychologiques) produisent une distance entre l’ouvrage et le lecteur qui empêche ce dernier d’être bouleversé.

  • 8 De Vignemont Frédérique et Singer Tania, « The empathic brain: how, when and why? », Trends in Cogn (...)

4Cependant, la relation qu’entretiennent le lecteur et l’œuvre peut être d’une intensité variable. Le chapitre 3 a donc pour objectif de distinguer les rapports possibles du lecteur à l’œuvre ainsi que la manière dont cette dernière est susceptible de l’affecter. Pour ce faire, l’auteur distingue, à l’aide des théories philosophiques et psychologiques, la sympathie, l’empathie et l’identification. L’empathie désigne alors un état affectif résultant de l’observation ou de l’imagination de l’état d’autrui afin de le partager. À l’inverse, la sympathie n’implique pas de partager le même état affectif mais uniquement de le concevoir ; l’identification nous fait oublier qu’autrui est la cause de notre état affectif8. Un rapport empathique au texte permet au lecteur de ressentir des sensations fortes, musculaires, viscérales. Toutefois, l’expérience corporelle de la lecture empathique dépend tant du lecteur (compétences, attitude et contexte de lecture) que de l’œuvre (stratégies rhétoriques, stylistiques ; paratexte). L’étude du roman de James Frey, au chapitre 4, est une application concrète du rapport empathique au texte. Sur le plan formel, l’écriture prend la forme d’un flux de conscience amenant le lecteur à traverser des épreuves douloureuses (dents brisées, nez cassé) ; le caractère oral, répétitif et musical de l’écriture favorise une lecture empathique. De plus, l’identification à la figure de l’homme viril et courageux supportant les épreuves de la vie favorisent un tel rapport sensoriel.

5À ce niveau de l’analyse, il serait tentant de réduire l’ouvrage au développement d’une simple théorie de la lecture fondée sur la subjectivité de l’auteur. Or, le chapitre 5 s’emploie à montrer les fondements biologiques et neuronaux de la lecture empathique. L’auteur montre que, durant la lecture elle-même, la compréhension et l’imagination provoquent des sensations « fantômes », c'est-à-dire existantes pour le lecteur mais qui ne proviennent pas de l’environnement physique susceptible de les produire. C’est le traitement cérébral des informations qui en est à l’origine. Il est possible de ressentir le froid par la lecture sans être dans une pièce froide. Une œuvre littéraire est alors conçue comme une technologie de simulation virtuelle dont l’intensité est proportionnelle au lien empathique qui nous unit à cette dernière. Le chapitre 6 est l’occasion de démontrer l’intensité de la lecture empathique en analysant « Guts » de Chuck Palahniuk. Le projet de ce dernier est en effet de produire une littérature « physicaliste » impliquant le lecteur au niveau de l’esprit, du cœur et de l’estomac.

6Les fondements d’une lecture empathique étant élucidés, une dernière question demeure : quels sont, au-delà de l’œuvre, les facteurs favorisant ou inhibant la lecture empathique ? L’auteur admet que la correspondance des désirs et des croyances du lecteur et de l’œuvre favorisent une telle lecture. Plus la lecture est intense, plus elle est susceptible de plonger le lecteur dans un état second (par exemple, un état auto-hypnotique). Le roman de Mark. Z. Danielewski, traité au chapitre 8, est l’occasion de montrer combien les effets sensitifs de l’œuvre proviennent de l’engagement du lecteur dans l’ouvrage labyrinthique et d’un « faire semblant de croire » d’autant plus réel qu’il est intense.

  • 9 Sur ce point, on pourra notamment se référer aux travaux de Gisèle Sapiro sur la sociologie de la l (...)

7En définitive, la théorie de la lecture empathique vise à rendre compte d’une réalité empirique en la formalisant. L’effet sensitif et affectif d’une œuvre résulte de techniques d’écriture susceptibles d’être analysées pour elles-mêmes ou pour le projet esthétique qu’elles sous-tendent. Toutefois, les limites de cette théorie sont liées à son fondement méthodologique : le choix d’un travail mêlant théorie et analyse littéraire ne laisse que peu de place au travail empirique. L’enquête par questionnaire et l’expérimentation en laboratoire sont évacuées au motif d’incompétence. C’est donc dans cette direction, selon les mots de l’auteur, que les travaux destinés à approfondir cette théorie devraient se tourner. Par ailleurs, si le travail réalisé a le mérite de croiser les disciplines et d’être nuancé dans ses thèses (refus du scientisme et du réductionnisme biologique), on peut, cependant, regretter une forclusion de la perspective historique et sociologique. Le caractère socialement situé des croyances et des valeurs des producteurs et des consommateurs d’œuvres littéraires reste non interrogé. Si les effets de la lecture peuvent varier selon la classe sociale, la « race » et le genre de l’individu comme le soutient l’auteur, ces variations ne font pas l’objet de l’analyse. Enfin, si le contexte culturel imprégnant les œuvres est présenté, la manière dont ce contexte construit les œuvres n’est pas prise en compte : la trajectoire des auteurs, leur biographie, leur expérience de vie ne font pas l’objet de l’analyse ; ou elles ne sont que ponctuellement mentionnées. Or, nous sommes en droit de penser que la construction sociale de l’affectivité de l’écrivain ainsi que sa trajectoire sociale ne sont pas sans effets sur les thèmes abordés, le style employé et le public atteint9.

Haut de page

Notes

1 Ce terme désigne la manière dont une œuvre peut provoquer des effets corporels sur le lecteur (musculaires, viscéraux, tactiles).

2 Cooper Dennis, Guide, New York, Grove Press, 1997.

3 Frey James, A Million Little Pieces, New York, Anchor Books, 2003.

4 Palahniuk Chuck, « Guts », in Haunted, New York, Anchor Books, 2005, p. 12-21.

5 Danielewski Mark Z., House of Leaves, New York, Anchor Books, 2002.

6 Clover Carol J., « Her body, himself: gender in the slasher film », Representations, n° 20, 1987, p.187-228.

7 Williams Linda, « Film bodies: gender, genre, and excess », Film Genres Reader II, Austin, University of Texas Press, 1995 (1991), p.140-158.

8 De Vignemont Frédérique et Singer Tania, « The empathic brain: how, when and why? », Trends in Cognitive Sciences, vol.10, n° 10, 2006, p. 435-441.

9 Sur ce point, on pourra notamment se référer aux travaux de Gisèle Sapiro sur la sociologie de la littérature (Gisèle Sapiro, La sociologie de la littérature, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2014 ; compte rendu de Maxime Triquenaux pour Lectures : https://lectures.revues.org/15582) et de Bernard Lahire (Bernard Lahire, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l'appui / Lab. Sciences Sociales », 2010 ; note critique de Valérie Stiénon pour Lectures : http://lectures.revues.org/6153).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Béhagle, « Pierre-Louis Patoine, Corps/texte. Pour une théorie de la lecture empathique (Cooper, Danielewski, Frey, Palahniuk) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 09 juillet 2015, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18612

Haut de page

Rédacteur

Rémy Béhagle

Professeur certifié de sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page