Navigation – Plan du site

Maxime Quijoux (dir.), Bourdieu et le travail

Benjamin Brundu-Gonzalez
Bourdieu et le travail
Maxime Quijoux (dir.), Bourdieu et le travail, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2015, 369 p., ISBN : 978-2-7535-3695-1.
Haut de page

Texte intégral

1Bourdieu reste peu mobilisé par les sociologues du travail français, qui ont rarement intégré ses concepts ou ses enquêtes à leurs recherches. Ce paradoxe, par lequel « le sociologue français le plus cité au monde demeure marginal dans le domaine de recherche sociologique le plus important de son pays » (p. 15), était le point de départ du colloque « Bourdieu et le travail » organisé au centre Pouchet du CNRS en 2012. Le présent volume, qui rassemble une vingtaine de communications prononcées à cette occasion, se donne pour but de montrer ce que gagnerait la sociologie du travail française à se réapproprier Bourdieu. Pour ce faire, les premières contributions commencent par opérer une minutieuse relecture des œuvres du sociologue. Ces exégèses font ainsi tomber deux préjugés, en montrant non seulement que le travail y est « toujours là en embuscade » (p. 40), mais aussi que les accusations de misérabilisme adressées au sociologue procèdent régulièrement de lectures incomplètes et uniformisatrices. Seules les enquêtes béarnaises, qui témoignent pourtant de la porosité des frontières entre sociologie du travail et sociologie des styles de vie chez Bourdieu, sont curieusement absentes de cette partie exégétique qui, en revanche, revient longuement sur les recherches algériennes du sociologue. Plusieurs sociologues exposent ensuite leur appropriation personnelle des outils conceptuels et théoriques de Bourdieu, dans le cadre de leurs propres enquêtes de terrain. Ce deuxième ensemble de communications illustre ainsi concrètement la fécondité heuristique de son legs intellectuel pour la sociologie du travail.

  • 1 Pierre Bourdieu. Méditations Pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 239.
  • 2 Pierre Bourdieu, Le Bal des célibataires, Paris, Seuil, 2002 p. 245, note 22.
  • 3 Luc Boltanski, Eve Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

2Les communications rassemblées dans ce volume rappellent essentiellement que la sociologie de Bourdieu permet de comprendre finement les processus de « fabrique du travailleur » (p. 41) et de division du travail social. La théorie de la reproduction explique ainsi la perpétuation « sans crises ni conflits »1 de la division du travail social par une approche que Pierre-Emmanuel Sorignet appelle « vocationnelle » (p. 181), l’inculcation des aspirations (au cours de la socialisation primaire et de la fréquentation du système scolaire) débouchant très souvent sur un « ajustement inconscient des structures subjectives aux structures objectives »2. Bourdieu montre ensuite que les titres scolaires organisent la distribution des places dans le monde du travail, mais aussi que les trajectoires professionnelles récompensent très régulièrement les techniques du corps, apprises lors de la socialisation primaire, plus que les apprentissages scolaires, ou même le respect des standards de productivité. Plusieurs contributions insistent sur ce dernier point. Par exemple, en dépit de leur surinvestissement professionnel, les « cadres transfuges » étudiés par Lucie Goussard se heurtent ainsi à un plafond de verre dont ne souffrent pas les « cadres héritiers » car le « nouvel esprit du capitalisme »3 valorise des standards comportementaux qui correspondent à leurs habitus de classe.

3En pointant du doigt le rôle de la socialisation primaire dans la structuration des trajectoires professionnelles, Bourdieu permet ainsi de comprendre la distribution inégalitaire du travail comme « l’aboutissement d’une programmation sociologique constituée en amont » (p. 207). Cependant, comme le rappellent plusieurs contributions, la sociologie bourdieusienne insiste aussi sur la mutabilité des habitus primaires au contact des univers professionnels. Cette interprétation originale ressort particulièrement de la relecture des enquêtes algériennes, qui montrent comment le passage au régime du salariat inculque de nouvelles dispositions aux travailleurs. Bourdieu explique : « la vie professionnelle […], avec ses rythmes temporels et spatiaux, les disciplines et les régularités qu’elle impose, constitue l’armature de l’existence individuelle » (p. 76).

  • 4 Pierre Bourdieu, « La double vérité du travail », ARSS, n° 114 : « Les nouvelles formes de dominati (...)

4Plusieurs contributions montrent de la même manière que la socialisation professionnelle peut devenir le creuset de transformations profondes pour un « habitus individuel toujours en devenir » (p. 181), et proposent en conséquence « une sociologie des styles de vie rapportée aux logiques professionnelles » (p. 185). Laurence Proteau observe par exemple que, dans un commissariat de police, les hommes qui dominent ont incorporé un « habitus policier » qui structure aussi bien leur comportement dans la sphère professionnelle (à travers le déploiement de stratégies de distinction ostentatoires sur le lieu de travail) que dans la sphère privée (à travers la mise en œuvre et la mise en scène de rapports sociaux de sexe profondément machistes). Toutefois, la théorie bourdieusienne de la pratique suggère aussi que ce pouvoir transformateur de la socialisation professionnelle ne se déploie pleinement que lorsque se produit dans le travail une « rencontre osmotique entre disposition et position » (p. 52) caractéristique des situations de domination symbolique. Comme le précise Bourdieu, « la propension à investir dans le travail et à en méconnaître la vérité objective est sans doute d’autant plus grande que les attentes collectives inscrites dans le poste s’accordent plus complètement avec les dispositions de leurs occupants »4. Malgré les interprétations originales de Maxime Quijoux, qui perçoit dans la mutation des habitus au contact du travail « un pouvoir de transformation individuelle du social » (p. 66), plusieurs contributions suggèrent ainsi que le succès de ce « travail collectif d’inculcation » (p. 296), qui caractérise particulièrement certaines socialisations professionnelles, reflète surtout la profondeur de la domination symbolique. Laurence Proteau analyse brillamment ce phénomène ambivalent, en montrant que les « seigneurs » du commissariat, qui incorporent « le mythe du vrai flic », « jouent le jeu en toute croyance et mettent en œuvre une expérience doxique au monde social. Ils n’ont pas le choix, parce qu’ils sont habités par les exigences implicites – mais incontournables – de leur position, c’est-à-dire, qu’ils sont dominés par leur domination » (p. 295).

  • 5 Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 2002 [1999], p. 12.
  • 6 Pierre Bourdieu, « Le mort saisit le vif. Les relations entre l’histoire réifiée et l’histoire inco (...)

5La théorisation de la domination symbolique, « violence douce, insensible, invisible pour ses victimes mêmes »5, valut à Bourdieu de nombreuses critiques, qui prennent souvent la forme de procès en misérabilisme et qui contribuent encore largement sa relégation dans la sociologie du travail française. Le sociologue transformerait les travailleurs en créatures invariablement gouvernées, selon la formule critique de Michael Burawoy, par un « habitus de sujétion» à la fois « profond et universel » (p. 344). Pourtant, tout en incorporant explicitement le rapport salarial à sa théorie de la violence symbolique, Bourdieu ne prétend pas que cette dernière puisse servir de grande théorie permettant de rendre compte de toutes les dominations au travail. Pour s’en convaincre, il suffit en fait, comme le montrent plusieurs contributions, de revenir encore à ses enquêtes algériennes. Car si les fractions les plus stables du salariat algérien incorporent graduellement le nouvel « habitus économique » importé par la colonisation, les ruraux déracinés restent massivement imperméables aux influences socialisatrices du travail salarié. Autrement dit, les circonstances historiques de leur enrôlement salarial, conséquence du déracinement violemment orchestré par la colonisation et la guerre, créent chez ces travailleurs algériens une hystérisis, un gouffre « entre ce que l’histoire a fait d’eux et ce que l’histoire leur demande de faire »6 qui ne les dispose guère à investir dans le travail, c’est-à-dire à laisser le travail salarié organiser leur existence et restructurer leur style de vie. Au contraire, Bourdieu note leur « éloignement psychologique à l’égard du métier, de l’entreprise et de tout ce qui y participe », leur « refus généralisé d’adhérer à un univers globalement détesté » et leur « volonté de le fuir et de marquer une coupure aussi tranchée que possible entre le milieu du travail, où l’on se sent inférieur et étranger, et la vie propre, la vie familiale qui, par compensation, prend une place très grande » (p. 30).

6La sociologie bourdieusienne, tout en reconnaissant que le travail salarié peut exercer une puissante influence socialisatrice, rappelle ainsi que les conduites que les agents mettent en œuvre sur le lieu de travail, de même que leur relation subjective au poste ou au métier, dépendent des socialisations antérieures et extérieures au monde professionnel. À la lumière de ces considérations, plusieurs contributions tâchent de mettre en œuvre une sociologie du travail dialectique, qui perçoit les comportements au travail comme le produit de « la rencontre entre un conditionnement extra-professionnel et les propriétés sociales, économiques ou techniques d’une profession » (p. 54). Marc Perrenoud observe par exemple que les agents de sécurité réagissent très différemment à la diversification des tâches composant leur métier. Si les jeunes travailleurs originaires des classes populaires, qui développent « un véritable plan de carrière dans le secteur », apprécient particulièrement un « ennoblissement » de leur fonction, les enquêtés mieux dotés en capital culturel, qui considèrent leur métier comme un « petit boulot » temporaire et « alimentaire », voient surtout dans le développement du multi-tasking une dégradation de leurs conditions de travail.

  • 7 À ce sujet on peut voir, par exemple, Philip S. Gorski (dir.), Bourdieu and Historical Analysis, Du (...)

7Si ce livre se donne principalement pour objet de contribuer à la sociologie du travail, en invitant ses représentants français à incorporer plus profondément le capital théorique et conceptuel forgé par Bourdieu, il renouvèle aussi notre compréhension de sa théorie du monde social. Le passage par la thématique du travail, en faisant ressortir les théorisations de la mutabilité des habitus et des ratés de la violence symbolique qui parsèment son œuvre, montre, contre une lecture grossière de sa sociologie, que Bourdieu reconnait et théorise la possibilité du changement social. Le présent volume rejoint de cette manière de nombreux travaux publiés en langue anglaise ces dernières années, qui soulignent que les œuvres de Bourdieu renferment non seulement une théorie de la reproduction, mais aussi une théorie des transformations sociales et du changement historique7.

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu. Méditations Pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 239.

2 Pierre Bourdieu, Le Bal des célibataires, Paris, Seuil, 2002 p. 245, note 22.

3 Luc Boltanski, Eve Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

4 Pierre Bourdieu, « La double vérité du travail », ARSS, n° 114 : « Les nouvelles formes de domination dans le travail (1) », septembre 1996, p. 89-90.

5 Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 2002 [1999], p. 12.

6 Pierre Bourdieu, « Le mort saisit le vif. Les relations entre l’histoire réifiée et l’histoire incorporée ». ARSS, n° 32-33, 1980, p. 3-14.

7 À ce sujet on peut voir, par exemple, Philip S. Gorski (dir.), Bourdieu and Historical Analysis, Durham and London, DUP, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Brundu-Gonzalez, « Maxime Quijoux (dir.), Bourdieu et le travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18635

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Brundu-Gonzalez

Élève en master 2 d’histoire moderne et contemporaine à l’ENS de Lyon. Étudiant en Msc Sociology à la London School of Economics and Political Science.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page