Navigation – Plan du site

Christine Hine, Ethnography for the Internet. Embedded, Embodied and Everyday

Marie Lefebvre
Ethnography for the Internet
Christine Hine, Ethnography for the Internet. Embedded, Embodied and Everyday, London, Bloomsbury, 2015, 240 p., ISBN : 9780857855701.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ethnography of mediated communication thus seems to be both necessary and doomed », traduction pers (...)

1L’importance acquise par internet dans la vie quotidienne est en constante expansion, les nouvelles technologies façonnant désormais de plus en plus nos pratiques courantes. L’ethnographie ne fait pas l’impasse sur le phénomène, et l’ouvrage de Christine Hine propose en ce sens d’étudier le web comme enjeu d’analyse ethnographique. L’auteur n’en est pas à son premier essai, puisque cet ouvrage constitue une réactualisation des thèses proposées dans Virtual Ethnography. Si internet est un objet mouvant ; ce qui suscite l’intérêt de l’ethnographe, il semble se dérober aux méthodes traditionnelles de l’ethnographie. La démarche proposée consiste donc à articuler l’approche ethnographique à l’objet internet. L’objectif consiste alors à définir une ethnographie pour le web plutôt qu’une ethnographie du web, selon l’idée qu’internet ne s’appréhende pas comme une entité uniforme dont il serait possible d’étudier toutes les caractéristiques. « Ainsi, l’ethnographie des communications numériques semble être tout à la fois nécessaire et vouée à l’échec »1 (p. 5). Les conclusions de l’auteur sont donc nuancées : trois études de cas lui permettent d’émettre des propositions d’adaptation de méthodes ethnographiques à internet, sans toutefois promouvoir ces méthodes comme des préceptes universels. Chaque enquête recensée se conclut par une série de questions posées sur la portée, les limites et les potentielles applications des choix méthodologiques proposés à d’autres problèmes de recherche.

  • 2 À ce propos, Marcus George E. « Ethnography In/Of the World System : The Emergence of Multisited Et (...)
  • 3 Falzon Mark-Anthony, « Introduction : multi-sited ethnography : theory, praxis and locality in cont (...)

2Mais l’analyse proposée par l’auteur ne cloisonne pas internet comme un champ d’étude étranger des questionnements contemporains en sociologie et anthropologie. Les notions de « mobilité », ou encore de « situation ethnographique » sont notamment explorées par Hine, qui se positionne dans la lignée de Marcus en faveur d’une ethnographie multi-site par rapport aux débats critiquant la déterritorialisation ou la délocalisation du terrain ethnographique2. L’enquête n’a pas vocation a être ancrée dans une localité particulière, mais suit plutôt la circulation des objets de l’enquête entre différents sites. L’objectif consiste alors à saisir le système tel qu’il est vécu à l’échelle locale par les acteurs. Adoptant une démarche holiste, Hine souligne en ce sens l’adaptabilité dont l’ethnographe doit faire preuve pour se défaire de lignes de démarcation préconçues opposant notamment les espaces virtuels des espaces réels. Comme le définit Falzon, cette vision holiste de l’ethnographie est caractérisée par un accent porté sur la contextualisation et l’incorporation3, la détermination de l’objet d’étude se constituant au fur et à mesure de la présence de l’ethnographe sur le terrain. L’objet numérique n’est donc pas considéré comme distant et spécifique. Ce qui fait la difficulté d’une approche ethnographique pour le web repose plutôt sur l’imprévisibilité des méthodes à utiliser en amont de l’entrée sur le terrain. Chaque solution méthodologique est donc unique, et celles proposées par Hine peuvent simplement inspirer des approches similaires, d’où la réflexivité dont fait preuve l’auteur tout au long de cet ouvrage riche et complexe.

  • 4 Robinson Laura, Schulz Jeremy, « New avenues for sociologic inquiry : evolving forms of ethnographi (...)
  • 5 « Embedded, Embodied, and Everyday » qui constituent ce qu’elle nomme le « E3 Internet ».
  • 6 Sterne Jonathan, « The historiography of cyberculture », in David Silver, Adrienne Massanari (dir.) (...)

3Suivant la typologie en trois phases de l’ethnographie du web proposée par Robinson et Schulz4 – distinguant la cyberethnographie pionnière intéressée par les différences entre l’identité de soi en ligne et hors ligne, puis la transcription de méthodes ethnographiques dans le monde virtuel réduisant ainsi la frontière poreuse entre hors ligne et en ligne et enfin l’approche multimodale du web centrée sur l’utilisation par les acteurs des combinaisons entre interactions de visu et médiatisées – Hine situe son projet dans la troisième phase. En effet, elle propose à cet égard une triple définition du web en quelque sorte désormais dé-virtualisé : il est selon elle à la fois « incorporé, incarné et quotidien »5 (p. 23). Tel qu’il se manifeste aujourd’hui, internet est en effet intégré dans des contextes variés de dispositifs, d’institutions et de structures dont l’expérience qu’on en fait aujourd’hui est fortement personnelle et quotidienne, puisqu’elle est dès lors banale et prosaïque. Comme le note Sterne, on évolue ainsi d’une promesse révolutionnaire attachée aux nouvelles technologies à l’idée plus diffuse d’un style de vie numérique6.

4La première enquête réalisée par Hine revient sur les groupes de dons sur internet fonctionnant autour d’un système de recyclage entre individus d’une même localité. Les difficultés méthodologiques abordées alors concernent la complexité d’établir un objet de recherche unique et observable à partir des différentes formes d’engagement et d’interaction qui constituent le matériau de l’enquête. Hine défend à cet égard l’approche auto-ethnographique qui apporte selon elle une perception et un niveau de réflexion profond complémentaires des expériences fragmentées multiples et difficilement observables des participants à l’échange. L’autoethnographie est réalisée en parallèle d’une réflexivité sur le matériau récupéré par l’enquête, dont témoigne l’incertitude propre à l’objet numérique et les significations pour les agents de cet objet.

5Dans sa deuxième étude de cas, centrée sur la constitution d’une base de données sur la biodiversité, l’auteur explore l’influence grandissante des technologies numériques sur les pratiques de publicisation et d’échange de données. Les questionnements se sont portés sur les liens entre les politiques déterminées à l’échelle mondiale et les pratiques quotidiennes des acteurs déterminées par leur carrière et les pressions de leur institution, autrement dit sur l’inscription de l’objet de recherche dans les courants culturels plus larges auxquels il appartient.

  • 7 « Non reactive data ».
  • 8 Hirschauer, Stefan, « Putting things into words : ethnographic description and the silence of the s (...)

6Enfin, la dernière enquête de Hine lui permet de se porter sur les méthodes discrètes d’exploration du web, à partir d’une étude de la réception et de l’audience de l’émission The Antiques Roadshow. Les « données passives »7 (p. 162) sont considérées désormais comme une solution peu coûteuse pour de nombreux chercheurs afin d’accéder à du matériau qui ne serait pas encore terni par le passage du chercheur sur le terrain. L’écueil de l’imposition de problématique par le chercheur serait ainsi évité, ces données constituant également une réponse contre le « silence du social » selon la formule d’Hirschauer8. Or, l’utilisation de ces données induit des problèmes d’interprétation pour Hine. En effet, seul l’engagement sur le terrain, des entretiens prolongés permettent de recueillir les significations des acteurs. Un questionnement éthique découle également de l’utilisation des données passives : même si la plupart sont diffusées de manière publique, sur les réseaux sociaux notamment, il demeure pour Hine dans l’intérêt du chercheur d’en demander a posteriori l’accord à l’auteur ou d’adapter les citations pour en conserver le sens sans permettre la traçabilité. In fine, il convient d’assurer l’inscription des données passives dans leur contexte de production, ce que permet l’engagement ethnographique plutôt que la simple collecte de données disponibles sur le web.

7En définitive, si Hine explicite pour l’ethnographie adaptée au web des éléments de réflexion et des outils complexes, elle conclut à l’inscription du web dans la vie quotidienne contemporaine. Les ressources méthodologiques précises et riches décrites l’auteur constituent par conséquent une voie d’entrée sur une nouvelle manière de pratiquer l’ethnographie, ajustée au plus près des évolutions rapides de notre monde contemporain. C’est donc bien plus qu’une contribution et un panorama des avancées de l’ethnographie pour le web que propose Hine dans cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Ethnography of mediated communication thus seems to be both necessary and doomed », traduction personnelle.

2 À ce propos, Marcus George E. « Ethnography In/Of the World System : The Emergence of Multisited Ethnography », Annual Review of Anthropology, n°24, 1995, p. 95-117.

3 Falzon Mark-Anthony, « Introduction : multi-sited ethnography : theory, praxis and locality in contemporary research », in Mark-Anthony Falzon (dir.), Multi-sited Ethnography : Theory, Praxis, and Locality in Contemporary Research. Farnham, Ashgate, 2009, p. 1-23.

4 Robinson Laura, Schulz Jeremy, « New avenues for sociologic inquiry : evolving forms of ethnographic practice. », Sociology, n°43, 2009, p. 685-698.

5 « Embedded, Embodied, and Everyday » qui constituent ce qu’elle nomme le « E3 Internet ».

6 Sterne Jonathan, « The historiography of cyberculture », in David Silver, Adrienne Massanari (dir.), Critical Cyberculture Studies, New York, New York University Press, 2006, p. 17.

7 « Non reactive data ».

8 Hirschauer, Stefan, « Putting things into words : ethnographic description and the silence of the social », Human Studies, n°29, 2006, p. 413-441.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Lefebvre, « Christine Hine, Ethnography for the Internet. Embedded, Embodied and Everyday », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 12 juillet 2015, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18642

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page