Navigation – Plan du site

Régis Cortesero et Eric Marlière (dir), « Les émeutes de 2005, dix ans après », Agora Débats / Jeunesses, n° 70, 2015

Alexandre Chevalier
Les émeutes de 2005, dix ans après
Régis Cortesoro, Eric Marlière (dir.), « Les émeutes de 2005, dix ans après. Rétrospective et perspectives », Agora Débats/Jeunesses, n°70, 2015 [2], Paris, Les Presses de Sciences Po.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce jour, les deux adolescents avaient trouvé la mort dans un transformateur électrique, en essayant (...)

1Le 27 octobre 2005 disparaissaient Zyed Benna et Bouna Traoré1 ; prélude dramatique aux « émeutes de 2005 », qui font figures, aujourd’hui encore, de grand moment traumatique de la vie politique et sociale française contemporaine. Exceptionnel par sa durée et son intensité, ce « moment émeutier » ne marque pourtant pas une rupture dans l’histoire récente du pays. De « l’été des Minguettes » en 1981 aux troubles de Grenoble en 2010, en passant par les violences urbaines de 1990 à Vaulx-en-Velin, la même histoire semble se répéter, avec plus ou moins d’éclats, certes, mais avec une imagerie toujours comparable : voitures incendiées et poubelles renversées, forces de l’ordre caillassées, édifices publics pris pour cibles... C’est justement par-delà ces clichés forts et spectaculaires que la sociologie trouve son objet et se propose de comprendre et d’expliquer ce qui peut paraître ne relever que de l’ordre de l’irrationnel et de l’imprévisible.

2Les quatre articles du dossier traitent donc des émeutes de 2005. La participation de Régis Cortesero et d’Eric Marlière (« L’émeute est-elle une forme d’expression politique ? ») passe en revue de manière concise et efficace des différentes théories sociologiques et leurs apports quant à l’analyse du phénomène. La contribution de Guillaume Teillet (« Cinq années de guerre contre les bandes ») montre comment la notion de bande prend forme après ces événements,- tant dans l’arsenal judiciaire que dans le discours politique. Fabien Truong, lui, élabore une analyse compréhensive des motivations émeutières a partir d’une approche plus anthropologique (« Retour sur les raisons de la colère »). Enfin, Matthew Moran et David Waddington mettent en place un examen comparatif et multivariable des causes et du déroulement des émeutes françaises de 2005 et des émeutes anglaises de 2011.

  • 2 On lira à ce propos, l’ouvrage important de Stéphane Beaud et de Michel Pialloux, Violences urbaine (...)

3Pour Cortesero et Marlière, l’ensemble des écoles sociologiques et les théories qu’elles élaborent supposent en filigrane le « fantôme » de la classe ouvrière. L’émeute serait finalement l’expression de l’incapacité des classes populaires urbaines à se saisir comme objet politique – incapacité accentuée par la déliquescence progressive du monde ouvrier en tant que classe pour soi. Autrement dit, la jeunesse « de banlieue », bien qu’issue du prolétariat, serait « orpheline » de cette classe ouvrière, et ne pourrait ainsi hériter d’un capital militant longuement accumulé par les générations passées. L’émeute peut alors se concevoir comme la nouvelle figure de la question sociale, comme l’expression brutale et désordonnée du refus de la domination2. Cependant, derrière cette absence, c’est bien la pluralité des théories qui est à souligner. Certains sociologues comme Jacques Donzelot supposent en effet l’émeute comme urbaine par nature. Le conflit de classes serait éteint par un mouvement généralisé de ségrégation spatiale – dont le ghetto serait la manifestation ultime. L’émeute est alors le produit de l’exclusion, physique et morale, de la société salariale. D’autres facteurs explicatifs demeurent en débat, comme le rôle de la question ethnique (dans quelle mesure s’inscrit-elle dans la question sociale ?), ou celui de la culture de la déviance (la violence est elle-le fruit d’une socialisation de quartier sourde aux revendications politiques ou est-elle le fruit d’un contexte économique et social troublé ?). Notons de surcroît que l’article de Cortesero et Marlière ne se contente pas de passer en revue les différentes théories, puisqu’il se penche plus spécifiquement sur les travaux éclairants les événements de 2005, soulignant ainsi les apports de l’analyse institutionnelle – la réaction des pouvoirs publics étant vécue comme une réactivation des réflexes coloniaux, à l’image du couvre-feu décrété à cette occasion, pour la première fois depuis la guerre d’Algérie. Évidemment, la question du mode de production capitaliste est également soulignée, les quartiers populaires de banlieue étant considérés par certains auteurs comme le produit d’un ordre économique reléguant géographiquement les « surnuméraires ».

  • 3 On retrouve ici un projet analogue à celui mené par Doug MacAdams sur les révoltes états-uniennes p (...)

4L’article de Fabien Truong propose une approche tout à fait différente. À partir d’une enquête longitudinale de plus de cinq ans, menée auprès d’anciens émeutiers de Seine-Saint-Denis, l’auteur entreprend d’analyser l’émeute comme un moment biographique3, une expérience intime et personnelle, et, par là, de comprendre les raisons qui poussent l’individu à prendre part au phénomène collectif. Cette participation analyse l’expérience d’un émeutier particulier, Eliott, au parcours autant représentatif dans ses motivations de révoltes qu’exceptionnel dans sa trajectoire professionnelle – Eliott ayant connu, malgré des difficultés, une vraie ascension sociale. À partir de son témoignage, l’auteur souligne la prégnance d’une « métaphysique de la mort » : la fréquence des accidents mortels – celui de Zyed et Bouna n’étant qu’un exemple parmi d’autres – crée une émotion véritable marquant profondément l’expérience adolescente des jeunes. Cette connaissance presque tangible de la mort est alors reliée à la présence policière, aux contrôles d’identité, aux humiliations quotidiennes vécues comme autant de « petites morts sociales », l’accumulation des tensions faciliterait ainsi le déchaînement collectif. L’auteur relève également une « poétique des émeutes », dans le sens d’une « transfiguration esthétique inédite du quotidien » (p. 102). La révolte est en effet vécue comme un jeu collectif, ludique, se jouant en « équipe » (p. 100). Les jeunes, habituellement souris, deviennent les chasseurs, et le caractère par nature éphémère des événements contribue à donner force à ces moments à part, inédits, où des « conneries » émerge un sentiment grisant d’unité et de cohésion. Pour autant, l’auteur souligne qu’Eliott et les autres jeunes ne vivent pas cette expérience comme une vacuité politique – il existe en effet une « politique des émeutes ». Eliott se présente volontiers, lors de ces quelques journées de 2005, comme un « révolutionnaire » – identité qu’il abandonnera pas la suite. L’émeute est alors l’expression d’une opposition à « l’État », à la « société ». Police et École sont considérés comme tributaires d’un pouvoir symbolique fort, d’un pouvoir de contrôle, de domination. De la même manière, ces journées d’octobre permettent d’affronter l’autorité parentale, furieuse de voir Eliott prendre part aux violences quand ce dernier perçoit en son père celui qui a accepté l’humiliation des « petits boulots », du « racisme »... Il s’agit alors autant de rejeter le père que de le venger, le « réhabiliter » (p. 104).

5L’article de Guillaume Teillet comme celui de Matthew Moran et David Waddington évoquent finalement les conséquences de ces émeutes en ouvrant la réflexion sur des phénomènes plus récents. Le premier, à partir d’une analyse d’articles de presse, de discours politiques et de textes juridiques, montre comment le concept de bande s’est imposé, succédant à ceux « d’apaches » dans les années 1900, de « blousons noirs » dans les années 1950 ou encore de « loubards » dans les années 1960. L’auteur détaille la dépolitisation de cette thématique, à travers un travail juridique et sémantique qui va centrer le délit sur « le lieu de leur commission » (cage d’escalier...) et non plus sur leur « nature » (p. 81). Petit à petit, c’est donc plus un mode de vie qui est mis à l’index qu’un comportement. Cette dépolitisation de la question, observable par un consensus allant du PS à l’UMP, va de pair avec le déploiement d’outils scientifiques visant à quantifier le phénomène afin de le réguler plus efficacement, comme si l’infraction devait être détectée et punie avant même qu’elle ne soit commise (p. 88). La seconde contribution – qui compare les émeutes françaises de 2005 avec celles survenues en Angleterre en 2011 – utilise le flashpoint model of public disorder, outil permettant d’analyser la révolte selon plusieurs variables comparatives : structurelles (conditions de vie...), institutionnelles (traditions policières nationales...), politiques (réactions des institutions face aux événements...), contextuelles (réaction des publics face aux rumeurs)... Les auteurs mettent en exergue de profondes similitudes entre ces deux épisodes de violences urbaines. Dans les deux cas, en effet, c’est une action policière qui déclenche les brutalités, et à chaque fois les rumeurs, notamment par les réseaux sociaux, fonctionnent comme les catalyseurs du mécontentement, aggravant l’émeute naissante.

6Ce numéro d’Agora Débats / Jeunesse fait donc figure d’incontournable pour qui s’intéresse aux violences urbaines et aux émeutes de 2005. La densité des informations, la clarté du propos et la richesse des réflexions permettent en effet de déconstruire efficacement la boite noire de la « révolte des banlieues », en plus d’offrir d’intéressantes pistes de réflexion sur un sujet qui, aussi paradoxalement que cela puisse paraître, n’a jamais totalement quitté l’actualité, sans que l’actualité ne se penche vraiment sur lui.

Haut de page

Notes

1 Ce jour, les deux adolescents avaient trouvé la mort dans un transformateur électrique, en essayant de fuir les policiers, alors qu’ils revenaient d’un match de football entre amis.

2 On lira à ce propos, l’ouvrage important de Stéphane Beaud et de Michel Pialloux, Violences urbaines, violences sociales. Genèses des nouvelles classes dangereuses, Paris, Fayard, 2003.

3 On retrouve ici un projet analogue à celui mené par Doug MacAdams sur les révoltes états-uniennes pour les droits des afro-américains : Doug MacAdams, Freedom Summer, Oxford University Press, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Chevalier, « Régis Cortesero et Eric Marlière (dir), « Les émeutes de 2005, dix ans après », Agora Débats / Jeunesses, n° 70, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 juillet 2015, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18645

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page