Navigation – Plan du site

Jean-Numa Ducange, Isabelle Garo (dir.), Marx politique

Igor Martinache
Marx politique
Jean-Numa Ducange, Isabelle Garo (dir.), Marx politique, Paris, La Dispute, 2015, 220 p., ISBN : 978-2-84303-259-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut ainsi s’interroger sur le retour en grâce dont la figure de Marx a fait l’objet de la part (...)
  • 2 Voir Bruno Jobert (dir.), Le tournant néo-libéral en Europe, Paris, L’Harmattan, 1994.

1Comme le notent d’emblée les coordinateurs de l’ouvrage, accoler l’épithète « politique » au nom de Marx apparaît comme une évidence, voire un pléonasme. Mais, comme le savent bien les sociologues, les évidences sont souvent trompeuses. Celle-là l’est bien en l’occurrence. Car s’il est indéniable que peu d’auteurs ont inspiré autant de mouvements sociaux et politiques que Karl Marx, lui-même profondément engagé dans les luttes de son temps, il est cependant essentiel de distinguer la pensée et les écrits foisonnants de celui-ci des usages divers et encore plus contradictoires qui en ont été et en sont encore faits dans la pratique politique. Plus insidieusement encore, certains usages de la référence à Marx peuvent même avoir inversement pour effet de dépolitiser certains enjeux, en les présentant comme résultant de déterminismes implacables ou comme relevant d’un ordre essentiellement « technique », et donc échappant dans tous les cas à la délibération collective1. Il convient donc ne pas se réjouir trop vite de l’intérêt renouvelé pour les travaux de Marx que l’on peut observer depuis un certain nombre d’années, qui tranche certes avec leur quasi-mise à l’index concomitante au « tournant néo-libéral » des années 19802, mais de s’interroger sur ce dont il est le symptôme. Surtout, il s’agit de contribuer à orienter ce regain d’intérêt vers une réflexion sur la « crise du politique » contemporaine, celle des « buts et des formes de l’intervention politique, et des politiques d’émancipation en particulier » (p. 8), plutôt que de vider cette pensée de toute sa charge politique, comme certains s’y emploient.

  • 3 L’articulation entre science et démocratie n’a sans doute jamais autant suscité d’interrogations ; (...)
  • 4 Voir : www.marxau21.fr.
  • 5 Dont le traitement de la crise de la dette publique grecque donne une illustration pratiquement car (...)

2Comme l’annoncent les co-directeurs, l’objectif de cet ouvrage est de « dépasser toutes les sectorisations entre un Marx militant et un Marx philosophe, économiste, sociologue, historien, etc., dont les œuvres ou les textes démembrés sont parfois insérés de force dans les cases prédéfinies des savoirs académiques en vigueur à son époque et à la nôtre », rappelant que « le propre de l’intervention marxienne, dès les toutes premières œuvres et jusqu’aux derniers textes, est de surmonter ces frontières disciplinaires pour envisager tout autrement la rencontre de la critique théorique et des combats politiques » (p. 9). Le moins que l’on puisse dire est que ce projet est on ne peut plus d’actualité3, encore s’agit-il d’être attentif aux contextes et de ne pas confondre ceux dans lesquels Marx a pu écrire ses différents textes, eux-mêmes non dénués de contradictions entre eux, et les contextes de leurs réceptions, afin notamment de dissiper un certain nombre de malentendus concernant les positions de Marx vis-à-vis de la démocratie ou des droits de l’Homme, notamment. Isabelle Garo et Jean-Numa Ducange développent ainsi ces différents enjeux dans leur texte introductif, soulignant que la visée de cette entreprise indissociablement théorique et militante est aussi celle du séminaire « Marxisme au 21e siècle »4, organisé à l’Université de Paris IV, à l’animation duquel ils participent. Suivent ensuite cinq chapitres serrés qui s’efforcent de mettre en œuvre ce programme. Dans le premier, Stathis Kouvelakis s’applique à montrer l’évolution des positions de Marx vis-à-vis de l’État, ou plus exactement de la « machine étatique », et l’articulation entre les ordres politique et économique5, entre la révolution de 1848 et l’expérience de la Commune de Paris, qui l’a profondément marqué et enthousiasmé. L’auteur réfute ainsi la vision courante d’un Marx libertaire, radicalement opposé à l’État et appelant autant que préfigurant sa dissolution dans une société communiste, pour montrer que c’est d’abord son abstraction, et la bureaucratie qui la sous-tend, que Marx entend abolir, conscient néanmoins qu’une telle démocratisation est indissociable d’une profonde transformation des rapports économiques entre les citoyens concernés.

  • 6 Voir notamment Kolja Lindner, « L'eurocentrisme de Marx : pour un dialogue du débat marxien avec le (...)

3Dans son article, qui est en fait la traduction d’un texte initialement publié en 2012, Kevin Anderson revient sur la question de l’« eurocentrisme » supposé de Marx, c’est-à-dire sur son incapacité apparente à prendre en compte les spécificités des sociétés non-européennes et précapitalistes de son temps, notamment asiatiques, pour beaucoup alors sous le joug colonial, et en particulier les dominations raciales, ethniques ou de genre auxquelles leurs ressortissants étaient soumis ; cet eurocentrisme fait aujourd’hui lui-même l’objet d’un intérêt renouvelé avec la multiplication des études postcoloniales et sur l’« intersectionnalité »6. Références contextualisées à l’appui, l’auteur s’applique ainsi à battre en brèche ces accusations et souligne la conversion anticolonialiste et antinationaliste sans ambages de Marx – et d’Engels –, pointant au passage sa « passion » pour le « cosmopolitisme » des révolutionnaires polonais du XIXe siècle, ou encore son intérêt pour les luttes autour de l’abolition de l’esclavage aux États-Unis ou pour la situation des femmes en Irlande. Initialement publié il y a près de 30 ans, le texte d’Ellen Meiksins Wood n’en est pas moins éminemment en prise avec certains enjeux actuels concernant la difficulté à articuler les différentes luttes sociales, et représente peut-être le texte le plus stimulant de ce volume. L’auteure y explique ainsi comment le capitalisme tolère en réalité certaines formes d’émancipation, à la différence des systèmes d’organisation socio-économique qui l’ont précédé, dans la mesure où il est « exceptionnellement indifférent aux identités sociales des personnes qu’il exploite » (p. 122). Si, de ce fait, le capitalisme a permis certaines avancées indéniables de la citoyenneté, il pose néanmoins dans le même temps des limites très nettes à la démocratie, car en dissociant la sphère politique de la sphère économique, c’est-à-dire les procès de production et d’appropriation de la valeur, il a de ce fait dévalué la première. Dès lors, explique Ellen Meiksins Wood, tout en reconnaissant que les agents sociaux ont d’autres identités que celles de leur classe sociale, et que « les socialistes doivent soutenir toutes les luttes d’émancipation qui peuvent être gagnées à l’intérieur des frontières du capitalisme, […] nous devons regarder au-delà de ces frontières » (p. 150), et en particulier dépasser les mystifications qui invitent à croire à l’autonomie de la sphère extra-économique vis-à-vis des rapports de production.

  • 7 C’est-à-dire contestant la domination académique et politique du courant néoclassique.
  • 8 Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale, Paris, Mille-et-une nuits, 2009 [1993].

4Dans sa contribution, Guillaume Fondu met en quelque sorte en pratique cet appel à dépasser les frontières des sphères disciplinaires. Tout philosophe de formation qu’il est, il propose en effet une présentation et une discussion affûtées des principaux courants hétérodoxes7 en économie dans le contexte hexagonal, à commencer par la nébuleuse « postkeynésienne ». Il revient aussi sur les analyses – relativement – médiatisées de Frédéric Lordon ou d’André Orléan, qui insistent chacun d’une manière différente sur la place centrale des affects dans les comportements économiques et la formation de la valeur, en expliquant ensuite quelles sont leurs apories à ses yeux au regard, notamment, des analyses marxiennes. Antoine Artous apporte un prolongement sans doute involontaire à ce texte en revenant sur la théorie de la valeur chez Marx, objet particulier de confusions et donc de débats dans son travail. Il part pour ce faire d’une discussion d’un ouvrage ambitieux, mais tardivement traduit en français, de Moishe Postone, entendant en effet proposer rien moins qu’une « réinterprétation de la théorie critique de Marx », comme l’indique son sous-titre8. Sans nier ses apports et l’importance des enjeux qu’il soulève, Antoine Artous relève à son tour ce qu’il considère comme des écueils dans la présentation que Postone propose des analyses de Marx, concernant par exemple la prise en compte des rapports marchands dans la construction de la valeur – qui va en effet bien au-delà de la distinction entre valeur d’usage et valeur d’échange, forgée par David Ricardo –, ou encore le statut particulièrement ambigu du travail dans l’émancipation humaine. Antoine Artous explique en particulier en quoi, pour Marx, il ne s’agit pas seulement d’émanciper le travail de l’exploitation capitalistique, mais aussi les humains vis-à-vis du travail.

5Comme il est impossible de rendre ici tout l’intérêt et les subtilités des différentes contributions réunies dans ce volume, on ne peut qu’inviter le lecteur à se plonger directement dans les textes, y compris – et surtout ! – s’il n’est guère familier des écrits de Marx. Si on ne peut nier leur « densité », ces textes n’en sont pas moins rédigés avec un souci pédagogique certain qui les rend relativement accessibles ; ils offrent incontestablement de fortes résonnances avec des enjeux politiques actuels, démontrant ainsi par le mouvement que l’on perd décidément énormément à dissocier théorie et pratique politique.

Haut de page

Notes

1 On peut ainsi s’interroger sur le retour en grâce dont la figure de Marx a fait l’objet de la part de certains grands médias peu suspects d’accointances communistes depuis le déclenchement de la crise des subprime (voir par exemple « What would Marx say? », The Economist, 15 octobre 2008, ou la couverture du Time du 2 février 2009 qui se demande ce que Marx aurait pensé de la situation actuelle…).

2 Voir Bruno Jobert (dir.), Le tournant néo-libéral en Europe, Paris, L’Harmattan, 1994.

3 L’articulation entre science et démocratie n’a sans doute jamais autant suscité d’interrogations ; l’on songe à cet égard aux controverses entourant certaines questions (comme les OGM, le changement climatique), mais aussi aux débats très vifs qui entourent le pluralisme en économie, que la création ajournée d’une nouvelle section « économie et société » au Conseil national des universités (CNU), portée notamment par la bien nommée Association française d’économie politique (AFEP), a ravivé dans le contexte hexagonal.

4 Voir : www.marxau21.fr.

5 Dont le traitement de la crise de la dette publique grecque donne une illustration pratiquement caricaturale. Voir par exemple Frédéric Lordon, « L’euro ou la haine de la démocratie », La pompe à phynance, 29 juin 2015, URL : http://blog.mondediplo.net/2015-06-29-L-euro-ou-la-haine-de-la-democratie#nh11.

6 Voir notamment Kolja Lindner, « L'eurocentrisme de Marx : pour un dialogue du débat marxien avec les études postcoloniales. », Actuel Marx, n° 48, 2010, p. 106-128, URL : www.cairn.info/revue-actuel-marx-2010-2-page-106.htm.

7 C’est-à-dire contestant la domination académique et politique du courant néoclassique.

8 Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale, Paris, Mille-et-une nuits, 2009 [1993].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Jean-Numa Ducange, Isabelle Garo (dir.), Marx politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 juillet 2015, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18646

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page