Navigation – Plan du site

De quoi la ville ordinaire est-elle le nom ?

Laurent Viala
La ville ordinaire
Anne-Sophie Clémençon, La ville ordinaire. Généalogie d'une rive, Lyon 1781-1914, Marseille, Éditions Parenthèses, coll. « Architectures », 2015, 284 p., ISBN : 978-2-86364-296-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Clémençon Anne-Sophie, La fabrication de la ville ordinaire : pour comprendre les processus d'élabo (...)

1La valorisation de travaux de recherche, sous forme de publication, reste bien souvent difficile du fait, par exemple, de la nature de la connaissance produite. Elle ne supporte pas la synthèse, la reformulation, la simplification, et exige de celui qui souhaite se l’approprier une volonté tenace, seule capable de lui permettre de se saisir pleinement des faits étudiés dans leurs logiques spatiales et temporelles parfois enfouies. Toutefois, le caractère remarquable de l’investissement que ces travaux ont nécessité, et déterminant de leur apport au champ de connaissance dont ils relèvent, permet de passer outre l’obstacle. Les éditions Parenthèses rendent ainsi accessible le fruit des investigations engagées par Anne-Sophie Clémençon dans le cadre de sa thèse de doctorat1 présentée en 1999 sous la direction de François Loyer. Paru en mars 2015, La ville ordinaire. Généalogie d’une rive, Lyon 1781-1914 pourra être présenté comme un ouvrage monographique distillant un contenu rugueux. Si le propos est extrêmement spécifique, dense, fouillé, détaillé, il n’est jamais accessoire. Chapitre après chapitre, l’approche chronologique pourrait lasser, mais la volonté de monstration emporte l’adhésion de celui qui saura reconnaître la détermination de l’auteure, l’efficacité de la méthode déployée et le grand intérêt des résultats obtenus. Il est vrai que ce beau livre vise un public de spécialistes qui, sans être lyonnais, sera intéressé par les formes urbaines, leur genèse et leur histoire. L’exercice généalogique offert au lecteur se saisit de la complexité de la fabrique de la ville et donne l’occasion de discuter plusieurs aspects inhérents tout à la fois à la méthode développée, aux processus identifiés, aux formes observées et aux conclusions formulées.

2L’intense recherche menée par Anne-Sophie Clémençon invite tout d’abord à reprendre par la synthèse l’objet investi, les modalités de sa prise en charge et les résultats obtenus. Ensuite, cette note revient successivement sur trois positionnements nourrissant autant de regrets : depuis l’appareillage théorique incarné par la référence à la fabrique de la ville jusqu’au sens donné au vocable la ville ordinaire en passant par les enjeux contemporains attachés à l’approche morphologique resituée dans sa propre histoire.

La formation d’un tissu urbain à Lyon : formes, acteurs, stratégies, modèle

3L’ouvrage propose en 284 pages les résultats de travaux qui s’inscrivent dans le cadre de la recherche urbaine en France sur un mode actuellement peu pratiqué (analyse morphologique) qui ne peut toutefois pas être réduit à l’étude monographique compte tenu de la dimension problématique associée. Cinq parties reprennent tour à tour les périodes identifiées par l’auteure au terme de ses investigations comme venant rythmer et donc expliciter entre 1781 et 1914 les mutations d’un territoire correspondant à l’espace progressivement urbanisé de la rive gauche du Rhône depuis les Brotteaux au nord jusqu’à la Guillotière au sud ; la Part Dieu constituant à l’est l’horizon futur.

  • 2 Malverti Xavier, Pinon Pierre (dir.), La ville régulière: modèles et tracés, Paris, Picard, 1997

4Bien entendu, l’attention portée à ce secteur est hautement motivée. Il y a d’abord le caractère très marqué du tissu urbain qui lui donne corps. Un type de ville régulière2 retient l’attention. Pourquoi et comment a-t-on généré un tel tissu ? Qui en a décidé ? Ensuite, la place et le rôle de l’Hôtel-Dieu (Hospices civils de Lyon à partir de 1802), grand propriétaire foncier, demandent à être interrogés. Quelle a été la position de cette institution dans la dynamisation du foncier, l’aménagement du secteur et la cohérence typo-morphologique finalement observable ? Enfin, la ressource indispensable à l’enquête est exceptionnelle : les archives des Hospices donnent accès au détail de la gestion de ce patrimoine sur une longue période permettant d’apprécier la prise en charge et le traitement de chaque îlot, de chaque parcelle.

5L’entreprise d’Anne-Sophie Clémençon a donc consisté à se saisir des pièces écrites, chiffrées et graphiques tirées de ces archives, notamment, pour dire les logiques à l’œuvre et faire émerger les processus de fabrique de la ville. Qui dit processus dit acteurs, stratégies, projets. Les Hospices constituent l’acteur principal dans l’histoire de la mise en place du tissu en rive gauche, mais ils ne sont bien entendu pas les seuls puisque la valorisation du foncier impliquera nombre d’interlocuteurs privés et institutionnels avec parfois, comme l’auteure le décrit, une porosité d’une instance à l’autre. Inévitablement, les stratégies urbaines existent, notamment en termes de politique foncière, même si elles ne sont que rarement formulées a priori et que l’on en juge toujours a posteriori à la lumière de ce qui a finalement été. La dimension projet semble quant à elle exclue du (re) cadrage théorique auquel la chercheure se livre en insistant sur le processus incrémental rendant inopérante l’hypothèse d’une œuvre planifiée par anticipation. Mais le plan n’étant pas le projet, il sera utile de revenir sur ce point.

61825, 1850, 1875 et 1901 marquent le début de périodes de reprise de l’activité de vente de terrains des Hospices et de changement du mode de gestion du domaine. L’observation de ce territoire et le décryptage des actions qu’il accueille débutent en 1781 avec un premier temps marqué par de fortes transactions et, d’un point de vue formel, un geste déterminant : le tracé de voies annonçant le plan orthogonal Morand-Decrénice, à hauteur de l’actuelle Place du Maréchal Lyautey, dressé selon l’auteure sur le mode du lotissement a minima comme elle le précise pour indiquer qu’il ne propose aucun parcellaire ; est-ce alors un lotissement ? Ne devrait-on pas évoquer cette réalité en termes de schéma directeur d’aménagement ?) et dispensateur d’une visée stratégique de conquête. Dès ce premier temps, l’auteure met en place sa grille d’analyse qui lui permet de distinguer les terrains non lotis, empreints de la logique rurale, des terrains lotis qui, lorsqu’ils sont vendus, annoncent clairement l’aventure urbaine et posent le socle de la politique urbaine des Hospices. Les deuxième et troisième parties de l’ouvrage détaillent les ressorts de cette politique.

7Motivée par la valorisation rationnalisée du domaine, le bénéfice potentiel qui peut en être tiré et les solutions de réinvestissement optimal, la politique urbaine des Hospices repose sur des modes de gestion qui évoluent et influencent directement la forme urbaine. Passant de la vente en bloc (la masse entière) à la vente en grands lots, de la location à court terme à plus long terme — sans jamais s’enfermer dans l’emphytéose ni même le long terme d’ailleurs, mais en travaillant à des solutions ménageant les avantages des engagements courts et de plus longue durée (prolongation anticipée) —, la ligne de conduite repose sur la vente au meilleur prix possible d’une partie du foncier et la mise en réserve de l’autre le temps qu’elle atteigne sa pleine valeur. Sur les trois premières périodes identifiées (entre 1781 et 1875), les masses, lots puis parcelles vendus participent de la formation du tissu urbain en garantissant sa grande stabilité du fait notamment de la qualité du bâti produit et de son caractère très urbain. L’auteur insiste par ailleurs sur l’attitude des Hospices qui n’ont pas déployé une politique de vente orientée, maîtrisée, et ont simplement suivi les attentes des acquéreurs. C’est précisément sur ce point que la fin de la période interrogée interpelle. En effet, les quatrième et cinquième parties de l’ouvrage (et donc périodes) se chargent de montrer comment naît, se développe et se renouvelle un modèle architectural et urbain incarné par l’îlot à cour commune. Parler de planification reste délicat. Quoi qu’il en soit, les Hospices misent désormais sur ce modèle témoignant d’une action plus volontariste. Le contexte idéologique, politique, social et économique favorise son émergence et sa réalisation parfois complexe puisque le cœur d’îlot s’organise en une vaste cour intérieure délimitée par des opérations non nécessairement menées dans le même temps, ni sous l’autorité d’un même architecte. Mais l’altération de ce contexte général au tout début du XXsiècle questionne le maintien du modèle qui, finalement, subsistera grâce à la mise en œuvre de masses mixtes c’est-à-dire associant les deux modes de mise à disposition du foncier : la vente et la location.

La fabrique urbaine : la ville spontanée à quel prix et jusqu’à quel point ?

  • 3 Lefebvre Henri, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974
  • 4 Notice Fabrique urbaine dans Lévy Jacques, Lussault Michel (dir.), Dictionnaire de la géographie et (...)

8L’introduction et les éléments de conclusion de l’ouvrage concentrent un contenu susceptible d’être discuté. Le corps de l’ouvrage reste, à juste titre, exclusivement centré sur l’étude du cas qui pourrait également être examinée, mais ce serait alors jouer le jeu des critiques le plus souvent formulées à l’encontre de ce type de travaux : s’enfermer dans le terrain pratiqué et refuser de remonter en généralités. Cette note critique mise donc davantage sur la charge épistémologique, théorique et conceptuelle de l’ouvrage que l’auteure invite à évoquer sur le strict mode du raccrochage. Dès les premières pages, le cadre épistémologique de la recherche est rappelé, et pour l’affichage théorique et conceptuel, Anne-Sophie Clémençon avoue convoquer des contenus récents, extérieurs à sa propre démarche, pour accompagner le résultat de ses investigations et lui donner une valeur autre que monographique. Le lecteur aura peut-être là un premier regret : celui de ne pas voir la chercheure adopter une posture proactive et tirer, de ce point de vue, davantage profit de son enquête. D’autant que la référence à la ville ordinaire interroge. Contre quoi cet ordinaire se construit-il ? À quelle réalité la ville non ordinaire peut-elle bien renvoyer ? Nous y reviendrons. Dans l’immédiat, c’est la référence à la fabrique de la ville qui retient l’attention. Ce vocable est utilisé à dessein. L’auteure reconnaît y recourir a posteriori et semble y trouver d’un point de vue théorique grande satisfaction. Ce n’est pourtant ni le cadre explicite qu’elle avait donné initialement à sa recherche (ce n’était pas possible et sans doute souhaité), ni visiblement un des enseignements ayant immédiatement émergé une fois l’acte arrivé à son terme. Tout cela semble s’être imposé plus tardivement. Le recadrage théorique offert à sa recherche à l’occasion de cette publication aurait peut-être mérité davantage qu’un simple rappel des références sur lesquelles elle peut désormais compter pour inscrire sa recherche dans une forme de pensée dynamique de la ville en train de se faire. Là aussi, c’est bien souvent la critique que reçoivent de telles investigations, réduites à l’œuvre monographique (parfois morphographique) alors qu’elles sont potentiellement bien plus que cela. En l’occurrence, le doute n’a pas lieu d’être. Les modalités de production de l’espace3 sont en jeu et prennent un tour particulier avec la référence à la fabrique de la ville. Sans volonté de jouer sur les mots, il y a là matière à une première remarque. En poursuivant dans le registre lefebvrien, mais sans le mobiliser réellement, l’idée d’une fabrique urbaine semble devoir être privilégiée : la rive gauche propose bien un développement périphérique au centre historique (là où se tient la ville dans sa forme la plus pure). Tout le reste relèvera des logiques urbaines. L’auteure le rappelle, la fabrique urbaine désigne donc un phénomène, récemment défini par Hélène Noizet4, permettant de juger de l’action collective urbaine dans la longue durée. Le rappel d’éléments de définition rassemblés dans la notice du Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (2e éd., 2013), permet plusieurs précisions. « Cette expression peut désigner un processus, globalement impensé et diachronique, constitué d’une multitude d’interactions, chronologiquement situées, entre des configurations sociales et la matérialité morphologique d’un espace urbain » (p. 389). La fabrique urbaine reposerait donc sur un processus de réinterprétation permanente des formes établies, intégrant des situations datées, singulières, autonomes, successives et conduisant au final à l’observation d’une évolution globale, soit un processus incrémental si l’on reprend, avec l’auteure, les propositions de Franck Sherrer. Le caractère impensé de la transformation globale est systématiquement brandi et opposé au projet qui, comme le soutient Hélène Noizet, relèverait d’« une certaine idéologie urbaniste » (p. 389). Elle précise que « l’urbain est plus le produit d’une société que son projet » (p. 389). La confrontation pourrait être moins radicale. Les mots sont parfois trompeurs si leur sens n’est pas suffisamment précisé. Les Hospices déploient une stratégie urbaine de valorisation foncière. Anne-Sophie Clémençon le rappelle souvent — faire fructifier le patrimoine — et, finalement, le démontre au fil de ses investigations. La traduction spatiale en termes de formes urbaines et architecturales semble être au service de cette stratégie. L’on se trouve donc ici face à un processus voulu, maîtrisé, pensé qui repose sur une série d’adaptations tactiques impensées (c’est-à-dire qui n’ont pas été formulées) dans le choix des modes de gestion du patrimoine qui garantissent le cap. Les déclinaisons spatiales, y compris au moment où un modèle urbain émerge (l’îlot à cour commune), relèvent quant à elles d’un impensé (n.m.) c’est-à-dire de quelque chose qui ne peut tout simplement pas être pensé du fait que, en simplifiant un peu, les transactions restent sur le plan de la vente ou de la location du foncier. Tout ce qui aurait pu relever d’un projet architectural et urbain ne constitue pas une priorité. Autre aspect qui mérite précision : de quelle société parle-t-on lorsque l’on veut soutenir l’idée que « l’urbain est plus le produit de la société que son projet ». Les promoteurs du cadre urbain, en rive gauche, ne font pas toute la société ; au mieux ils incarnent une certaine société, une certaine classe dirigeante dominante qui pèse sur la production de l’espace. Où se lit l’intérêt général ? Tout cela invite à une saisie croisée de l’histoire universelle de la ville, d’une histoire urbaine de la France, d’une histoire de l’urbanisme et de l’aménagement — bref tout ce que peut garantir Anne-Sophie Clémençon — permettant de saisir l’idéologie partout où elle se niche y compris là où le spontané, la résilience semblent opérer. En retour, reproche pourra nous être fait d’une part de faire porter le regard critique sur les propositions d’autres auteurs et, d’autre part, de demander à la chercheure d’en assumer la responsabilité. La difficulté est bien réelle. Anne-Sophie Clémençon donne des références théoriques à ses travaux, les adopte en l’état et en assume l’usage. En l’occurrence, à Lyon, la ville qui se met progressivement en place correspond au projet très particulier d’une certaine société.

Morphologie urbaine en déshérence : les possibles d’une relance ?

  • 5 Merlin Pierre, Morphologie urbaine et parcellaire, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes (...)
  • 6 Ledrut, Raymond, Sociologie urbaine, Paris, Presses universitaires de France, collection « Le Socio (...)

9Si la mise à l’épreuve théorique et conceptuelle n’a pas réellement donné lieu à un ajustement des cadres à disposition, strictement reconduits, que peut-on dire du positionnement plus épistémologique ou du moins de la position attribuée à cette recherche, à la méthode déployée face au champ de l’analyse urbaine ou plus précisément de la morphologie urbaine, mais également de l’histoire urbaine voire de l’histoire des formes urbaines ? Dans son introduction, l’auteure fait rapidement référence à l’école italienne de morphologie comme à celle de Birmingham, ne mentionnant pas, au passage, les écoles françaises (Paris et surtout Versailles) et signale les limites des modes de faire associés, trop attachés aux liens de causalité interne assurant le repli de la forme urbaine sur elle-même. Tout en reconnaissant l’importance du recours au champ de l’histoire urbaine, elle ne peut que constater également la difficulté qu’il rencontre face au décryptage de ces formes. Même constat à propos de l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme ainsi que de l’archéologie. Ce qui demande à être discuté ici repose sur un deuxième regret qui pourrait habiter le lecteur : celui de voir un positionnement épistémologique se construire par exclusions successives de tous les champs disciplinaires qui ont investi ou investissent encore les formes urbaines en affichant sans grand procès leur caractère inopérant face à l’objet que la présente recherche choisit d’investir (le processus d’élaboration de la ville ordinaire) selon une méthodologie taillée à la mesure du terrain investigué. L’inscription épistémologique se fait donc dans une forme de hors-champ, en référence à plusieurs personnalités dites dissidentes, du moins le croit-on un instant. La question de la différenciation socio-spatiale dans l’œuvre de Marcel Roncayolo et son application à la réalité marseillaise, l’étude pionnière de l’équipe d’André Chastel sur le quartier des Halles à Paris (prémices de l’école française de morphologie urbaine) sont deux références sur lesquelles il est possible de compter. Mais, une fois encore, Anne-Sophie Clémençon conclut à l’impossibilité de placer ses investigations sous leur autorité ; aucun ne pourrait prétendre à une forme d’approche mobilisant l’ensemble des paramètres utiles. Au final, jouant sur ce procédé d’évictions consécutives des référentiels possibles, le positionnement épistémologique de l’auteure se forge par auto-référencement en rappelant les positionnements conceptuels rapidement appréciés au point précédent : fabrique urbaine, ville ordinaire, processus incrémentaux. S’il peut y avoir regret, c’est précisément parce qu’il était possible d’imaginer une autre façon d’opérer à partir de cette recherche ambitieuse, complexe, longue, riche. Plutôt que de procéder par exclusion, une forme de capitalisation transdisciplinaire aurait permis d’envisager une refondation ou du moins une relance par la mise à jour de l’approche morphologique voire de l’analyse typo-morphologique tant en ce qui concerne leurs référentiels méthodologiques que les contextes et conditions de leur mobilisation. Dans les faits, La ville ordinaire apporte suffisamment de renouveau pour supporter un tel projet qui aurait d’ailleurs permis de moins insister sur les limites des différentes approches disciplinaires et de montrer davantage comment elles ont contribué à l’émergence puis au déploiement de l’approche morphologique pour venir s’enrichir avec cette nouvelle recherche. C’est ainsi que ce champ de connaissance s’est construit. L’auteure aurait ainsi pu étayer avec plus de force son regard critique et l’argumentaire permettant de comprendre les raisons pour lesquelles la morphologie urbaine n’a pas réussi à s’affirmer et réellement se pérenniser. Après une période faste, au tournant des années 1990, l’engouement pour la morphologie urbaine semble connaître un essoufflement. Deux ouvrages5 parus à ce moment-là en témoignent tout autant qu’ils signalent l’intérêt maintenu pour les formes urbaines. Ce bref rappel pour insister une fois encore sur l’opportunité, qui reste à saisir, de travailler au renouveau de l’analyse morphologique. D’une certaine façon (un peu rapide), Anne-Sophie Clémençon dit que l’essoufflement est toujours d’actualité. Elle démontre par ailleurs qu’il y a nécessité de faire se croiser forme urbaine et forme sociale sans minorer l’intérêt porté à l’une ou l’autre en rappelant le contexte sociétal, historique et géographique, autrement dit culturel, de production des formes. En introduisant la prise en compte des questions foncières et immobilières, elle crée les conditions d’une reconsidération progressive de la morphologie urbaine visant à renforcer son statut scientifique et son utilité opérationnelle y compris pour des tissus de formation plus récente. Un des enjeux importants attachés à cette nécessaire nouvelle attention tient précisément dans ce que mettait en avant Raymond Ledrut6, il y a déjà bien longtemps, lorsqu’il opposait le contrôle social de l’ordre urbain au contrôle urbain de l’ordre social. À Lyon, l’urbanisation de la rive gauche interroge clairement de ce point de vue. Car, finalement, l’auteure procède moins à une étude de morphologie urbaine qu’à l’histoire d’un développement successif (une généalogie comme le titre de l’ouvrage l’indique) de l’urbanisation reposant sur la mise en place préalable, de façon maîtrisée (plan Morand Decrénice), d’axes structurants et d’une trame foncière réglée, reproductible sur un vaste territoire vierge de tout découpage préalable. Une forme est posée dès le départ et va recevoir une urbanisation selon une stratégie foncière déployée par le principal propriétaire à savoir les Hospices civils. Au final, le résultat peut s’apprécier en termes typo-morphologiques compte tenu tout à la fois du respect de ladite trame et des options architecturales finalement privilégiées.

Sens et non-sens de la ville ordinaire

10Le dernier point de cette note critique peut également être abordé sous le signe du regret. Ce sera le troisième. En quoi sommes-nous en présence de la ville ordinaire ? Qu’est-ce que cette ville ordinaire ? À quoi s’oppose-t-elle ? Qu’entend-elle désigner qui oblige à inscrire l’objet urbain conçu dans l’ordre de l’ordinaire ? Anne-Sophie Clémençon fait de ce vocable le titre de son ouvrage. L’objet de sa recherche est placé sous son autorité. Plusieurs références postérieures à la thèse soutenue par l’auteure sont mobilisées. Le caractère tangible de la réalité qu’il recouvre s’en trouve renforcé. Désigner une ville qui serait ordinaire invite à la confronter à une ville qui serait donc moins ordinaire. Il est cependant difficile de prendre appui sur l’un des antonymes à disposition pour clarifier cet usage ; ils sont trop nombreux et tout autant imprécis. Par ville ordinaire, l’auteure vient qualifier un mode de faire la ville qui s’opposerait à la pratique du projet. Un des arguments proposés pour soutenir cette opposition tient précisément dans la place accordée au processus incrémental. L’exemple lyonnais, précisément celui de la rive gauche, donne à voir un développement urbain cohérent — du moins en ce qui concerne la forme urbaine générée — sur la très longue période étudiée, sans que, globalement, la dimension projet n’ait été mobilisée. La démarche de projet urbain répondrait à une temporalité différente reposant sur des horizons bien plus courts se succédant sans garantir ladite cohérence d’ensemble du développement urbain et architectural permettant de valoriser l’approche typo-morphologique. Ce positionnement demande à être discuté car Anne-Sophie Clémençon reconnaît que la réalité qu’elle décrypte n’est pas aussi tranchée que son analyse le laisse penser, que les modalités de la ville ordinaire peuvent s’accommoder de la démarche de projet. Trois idées sont donc mobilisées. Elles empruntent au cas lyonnais et sont mises en rapport avec le sens contemporain accordé à la référence au projet urbain : première idée, la part ambiguë de la question foncière dans l’analyse ; deuxième idée, le rapport biaisé des références au plan et au projet ; troisième idée, la focalisation sur la figure du lotissement. La question sous-jacente à ce triple rapprochement interroge directement le sens que l’auteure, notamment, donne à ville ordinaire en l’opposant finalement à la ville projetée ; autrement dit la fabrique urbaine versus le projet urbain.

  • 7 Bonneval Loïc, « Aménageurs malgré eux : les Hospices civils de Lyon », Etudes foncières, n°154, 20 (...)

11La question foncière prime dans la recherche mise en œuvre. Une forme de maîtrise foncière s’observe dans une version particulière puisqu’elle est rendue possible par la pleine propriété du sol détenu par une seule et même institution, les Hospices civils, « aménageurs malgré eux » comme l’indique Loïc Bonneval7. Dans la version contemporaine de la mise en œuvre d’un projet urbain, la question foncière demeure la condition sine qua non de faisabilité du projet. La maîtrise foncière se prépare et doit être garantie sans pour autant que la propriété des sols soit réglée. Une politique foncière publique générale (sous l’autorité de la collectivité) déterminée est requise et un portage foncier doit pouvoir être assuré et donc dans une certaine mesure s’inscrire contre tout phénomène de spéculation. Avec les Hospices civils de Lyon, institution publique spécialisée fonctionnant sur le principe de la charité, la recherche du meilleur profit constitue le moteur de la gestion du domaine ; les opérations d’aménagement répondent donc à cette logique. La continuité politique, en quelque sorte, sur laquelle insiste l’auteure sans pour autant en parler en ces termes, et tout en signalant l’évolution de la gouvernance et ses divers degrés d’ouverture au monde sur la longue période, est un argument qui permet d’insister sur le fait que si rien n’est réellement pensé, les conditions de grande stabilité sont réunies pour que la cohérence du développement urbain soit possible et dans les orientations stratégiques imposées et sur le plan opérationnel jusque dans les formes architecturales et urbaines observées. Sur ce plan, ne peut-on pas aller jusqu’à évoquer la situation lyonnaise comme un cas d’anticipation de la logique de projet que nous connaissons aujourd’hui ?

12Deuxième entrée, les incidences du recours au plan en lien avec la logique de projet. En l’occurrence, la référence au plan est très tôt mobilisée. À la lecture de l’ouvrage, l’histoire du développement progressif de la rive gauche surprend. La ville ordinaire que l’on nous annonce trouve son origine dans une entreprise de planification spatiale. Les Hospices civils ne seront pas directement à la manœuvre. Dès le départ, se succèdent une série de plans qui conduisent à la mise en place de bases extrêmement rigoureuses : le plan circulaire Morand-Decrénice puis ceux de Scève (1827) pour l’extension du premier, et de Van Doren-Terra (1843) pour le raccordement des Brotteaux à la Guillotière. Ainsi, sur ces seules bases, la référence à la ville ordinaire interroge. Si l’on comprend bien que la gestion patrimoniale garantit l’intervention continue des Hospices en tant qu’institution sur le temps long, réglant en cela la question des acteurs/personnes (simples mortels de passage), et si l’on admet que cette évolution sur la longue durée s’incarne dans un ou des processus incrémentaux, en quoi cela fait-il la ville ordinaire ? Car la démarche de projet urbain telle qu’on l’entend aujourd’hui (qui peut prendre appui sur la planification spatiale, mais pas nécessairement) est bien souvent portée par une institution publique (maîtrise d’ouvrage classique), s’inscrivant dans le temps long (de la phase amont à la réception et à la gestion) avec des acteurs nombreux toujours plus associés (maîtrise d’ouvrage urbaine) et avançant plus ou moins ensemble autour d’orientations stratégiques communes qui ne figent absolument pas l’issue du processus (phase opérationnelle du projet, c’est-à-dire la forme architecturale, urbaine, économique, etc. prise) du seul fait que l’adaptation est permanente et les ajustements incessants (processus itératif et incrémental).

13Enfin, la figure du lotissement vient très tôt guider l’introduction à la ville ordinaire. Selon une définition largement partagée, le lotissement désigne d’une part l’outil juridique conduisant à diviser une propriété foncière dans le but de vendre les parts ainsi obtenues, et l’opération conjointe d’aménagement rendant réalisable la construction d’éléments de bâti sur chacun d’eux. Dans le cas lyonnais, le recours à la notion de lotissement s’impose donc assez tôt alors que la partie du territoire initialement concernée par l’œuvre de planification spatiale (le plan Morand-Decrénice à l’origine), qui ne manquera pas d’influencer la structure des développements ultérieurs, bénéficie de l’équivalent d’un schéma directeur qui, certes, aboutit à la définition d’îlots (les grandes masses), mais ne dit rien à cet instant des opérations de lotissement. Elles interviendront effectivement progressivement au sein de ces masses et constitueront au final le dispositif que décrypte avec intérêt et grande finesse Anne-Sophie Clémençon. Tout cela lui permettra de conduire le lecteur à envisager un mode assez singulier de faire la ville.

14La bonne compréhension des processus à l’œuvre, largement détaillée par l’auteure, interroge quant à l’opportunité de parler de ville ordinaire. Si l’on comprend que ce mode de faire repose effectivement sur des décisions n’envisageant pas l’urbanisation globale d’un ou plusieurs îlots, permettant de parler d’opération d’ensemble en contrepoint, il faut préciser dans le même temps que la stratégie déployée par les Hospices civils est maîtrisée, du moins bien calculée : vente, location, à la parcelle, à l’îlot, intérêt marqué ou non pour la demande, etc. Ainsi, ce mode de production aboutit à une ville qui n’est pas si ordinaire que la définition du mot peut le laisser penser pour peu que l’on s’entende sur le sens privilégié qui, en l’espèce, pourrait laisser croire à urbanisation naturelle. Que cette ville ne relève pas dans le détail de sa fabrication de la démarche de projet, qu’elle ne mobilise pas l’idée d’opération urbaine, cela semble ne pas faire de doute. Au-delà des références mobilisées par l’auteure, la notion a été reprise par le PUCA en 20138 tout en la destinant à certains espaces seulement (périurbains notamment). Reste en suspend la possibilité de questionner encore la dénomination retenue qui peut entretenir la confusion avec l’idée de ville spontanée parfois utilisée, qui certes renvoie aux villes qui se sont développées hors de tout plan arrêté d’avance (Lavedan), mais qui peut également désigner la ville historique dans sa première expression (celle de sa fondation). Définir le tissu urbain obtenu à Lyon par le mode de faire décrypté dans cette recherche en recourant au vocable de ville ordinaire ne semble pas rendre pleinement compte de la complexité des processus à l’œuvre qui, s’ils ne relèvent pas de la logique de projet, répondent toutefois à des modalités très maîtrisées peu ordinaires. Pour finir, il semble important de rappeler le caractère exceptionnel de la situation lyonnaise étudiée qui tient à la seule présence d’une grande institution, propriétaire du vaste territoire propice à une expansion urbaine attendue, et qui développe au-delà de son cœur de métier une compétence en matière de gestion patrimoniale et d’aménagement urbain.

15En guise de conclusion, cette note reconnaît avoir orienté la discussion moins sur le contenu spécifique de la recherche — devant lequel le lecteur ne pourra vraisemblablement que s’incliner compte tenu de l’ampleur de la tâche, du travail considérable qui a été réalisé et de l’intérêt majeur des résultats produits — que sur des questions théoriques, épistémologiques et d’interprétation, pourrait-on dire, de la réalité finalement observée, que l’auteure n’évite pas, bien au contraire, mais qui demandent sans doute à être mises plus largement au débat. Le titre donné à cette note critique n’a d’autre ambition que celle-ci.

Haut de page

Notes

1 Clémençon Anne-Sophie, La fabrication de la ville ordinaire : pour comprendre les processus d'élaboration des formes urbaines, l'exemple du domaine des Hospices civils de Lyon, Lyon-Guillotière, rive gauche du Rhône, 1781-1914, thèse de doctorat sous la direction de François Loyer, 1999.

2 Malverti Xavier, Pinon Pierre (dir.), La ville régulière: modèles et tracés, Paris, Picard, 1997

3 Lefebvre Henri, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974

4 Notice Fabrique urbaine dans Lévy Jacques, Lussault Michel (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003

5 Merlin Pierre, Morphologie urbaine et parcellaire, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1988 ; Revue Villes en parallèle, Formes urbaines, Nanterre, Université Paris X, n°12-13, 1988

6 Ledrut, Raymond, Sociologie urbaine, Paris, Presses universitaires de France, collection « Le Sociologue », 1968.

7 Bonneval Loïc, « Aménageurs malgré eux : les Hospices civils de Lyon », Etudes foncières, n°154, 2011, pp.15-20

8 http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/la-ville-ordinaire-et-la-metropolisation-a480.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Viala, « De quoi la ville ordinaire est-elle le nom ? », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2015, mis en ligne le 13 juillet 2015, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18648

Haut de page

Rédacteur

Laurent Viala

Géographe, urbaniste. Enseignant-chercheur à l’École nationale supérieure d’architecture de Montpellier. Laboratoire Innovation Formes Architectures Milieux.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page