Navigation – Plan du site

Serge Audier, Penser le « néolibéralisme ». Le moment néolibéral, Foucault et la crise du socialisme

Martin Beddeleem
Penser le « néolibéralisme »
Serge Audier, Penser le « néolibéralisme ». Le moment néolibéral, Foucault, et la crise du socialisme, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 2015, 570 p., ISBN : 9782356874030.
Haut de page

Texte intégral

1Le rapport de Foucault au néolibéralisme a fait couler beaucoup d’encre1 depuis la publication de ses cours au Collège de France. Plusieurs y ont perçu une analyse précoce et géniale de la rationalité néolibérale se déployant aujourd'hui, d’autres ont critiqué sa singulière sympathie envers cette forme de gouvernementalité. Serge Audier plaide ici pour une relecture contextuelle et critique de la parole foucaldienne, vis-à-vis à la fois de l’atmosphère intellectuelle des années 1970 et de la trajectoire biographique de Foucault. Il en ressort une analyse nuancée de l’originalité du point de vue de Foucault sur le néolibéralisme, pointant à la fois ses lacunes évidentes et son indéniable audace interprétative.

  • 2 Notamment leur ouvrage d’analyse du néolibéralisme qui le dépeint comme rationalité gouvernementale (...)

2Dans cet ouvrage prolixe sont proposés plusieurs angles de lectures de Naissance de la biopolitique, qui visent chacun à démonter la transparence de façade du propos foucaldien pour notre époque. Le premier chapitre offre une restitution thématique du cours qui profitera pleinement à ceux qui ne sont pas familiers avec le texte original. Audier rétablit l’aspect provisoire et exploratoire des leçons, contre l’impression, propre au texte écrit, de trouver devant soi un livre achevé proposant des thèses cohérentes et argumentées. Ainsi, l’apparente originalité du propos décroit à mesure que le contexte de production du cours s’approfondit : Foucault s’y révèle alors furieusement conventionnel. En discréditant toute conclusion univoque sur la signification ultime du texte, Audier cible en particulier les héritiers autoproclamés de Foucault, entretenant une polémique virulente contre Pierre Dardot et Christian Laval2, qu’il alimente à partir des ambiguïtés et hésitations de leur maitre à penser. Non seulement Foucault n’était pas anti-néolibéral, mais il décryptait les idées et concepts qu’il trouvait dans le néolibéralisme avec ses propres catégories, comme autant de points d’appui à ses positions et diagnostics. Sans jamais adhérer au néolibéralisme, il aura eu le mérite de reconnaitre dans cette pensée non pas tant un phénomène politique ou idéologique, mais plutôt une grille d’analyse heuristique qui, en retirant les individus des disciplines assujettissantes pour les rapporter à des oscillations différenciées, permet aussi bien un affranchissement de dispositifs répressifs que de nouvelles servitudes au marché devenu lieu de véridiction.

  • 3 On pourra consulter à ce sujet la récente republication, avec appareil critique, de la conférence d (...)

3Pour faire échec aux interprétations abusives de ces leçons, Audier travaille systématiquement à les replacer dans leurs contextes, historique, discursif et biographique. Le contexte historique, celui de la crise du socialisme historique, permet d’articuler le positionnement foucaldien à sa proximité avec la deuxième gauche et le syndicalisme réformiste de la CFDT. Prenant fait et cause pour les dissidents, Foucault recode son travail intellectuel comme activité critique sur le modèle kantien3. Le contexte discursif permet de déchiffrer la prolifération des discours sur le néolibéralisme en France dont Foucault est le contemporain bien plus que l’instigateur. Le philosophe a en effet reçu le néolibéralisme de seconde main à travers les publications des « nouveaux économistes », et il a élaboré son positionnement critique de la gauche marxiste et étatiste en retenant du néolibéralisme le souci de l’entreprenariat et des pratiques minoritaires. Le contexte biographique, enfin, éclaire la réorientation de Foucault lui-même d’une critique des sociétés disciplinaires vers une défense du droit des gouvernés, où le concept de l’État de droit, cher à Hayek, permettrait une sortie relative de l’État répressif et normalisateur. Le cours de 1979 demande donc à être lu de manière symptomatique, révélant les seuils et passages d’une pensée foucaldienne elle-même en évolution, trouvant dans le néolibéralisme des outils théoriques à la définition du projet critique d’une nouvelle subjectivité vers lequel Foucault s’oriente dans les années 1980. Son analyse du néolibéralisme exige d’être replacée sur ce continuum, ce qui n’enlève rien de son originalité mais n’en fait pas non plus le prisme panoptique au travers duquel il s’agirait de tout lire et de tout voir.

  • 4 Une entreprise de pluralisation qu’Audier avait déjà appliquée au néolibéralisme lui-même dans son (...)
  • 5 Voir à ce sujet : François Caillat (dir.), Foucault contre lui-même, Paris, PUF, coll. « Des mots » (...)
  • 6 Sur l’appréciation positive de Gary Becker par Foucault, et le rapport potentiel entre leurs deux p (...)

4Audier propose de nombreuses intuitions et herméneutiques possibles qui justifient une lecture plurielle de l’œuvre foucaldienne4. La question du mot final sur celle-ci ne l’intéresse point, pas plus que de poursuivre certains appâts interprétatifs dont il met pourtant la table. La problématique, centrale, de la subjectivité, telle que posée par l’entreprise de soi dans les leçons de 1979, semble annoncer les thèmes de l’écriture de soi, du souci de soi, de l’éthique de soi, etc. développés par Foucault dans les mêmes années. Échos sémantiques ou traces d’un projet cohérent d’une subjectivité critique, Audier ne souhaite pas trancher. Néanmoins, les pièces à conviction présentées emportent la conviction du lecteur qui doit bien admettre que ce cours sur le néolibéralisme se pose au carrefour de l’entreprise d’autotransformation foucaldienne5. Que Foucault ait conçu dans la théorie néolibérale telle qu’il l’entend, parallèlement à ses tribulations américaines, l’ouverture d’un espace de liberté qui résiste aux excès de pouvoir et à l’assujettissement, c’est un fait6. La critique de l’État-providence qui s’y loge rejoint celle de l’État normalisateur, et propose un « nouveau rapport critique aux gouvernants » (p. 434) fondé sur l’autonomie, la différence et l’expérimentation, qui vise à contrecarrer le « trop de pouvoir » dont le socialisme de l’époque demeure une incarnation à rejeter. D’envisager, comme le fait l’auteur, les thèmes du dernier Foucault comme autant d’échos ou de correspondances au cours sur le néolibéralisme, c’est donner, nous semble-t-il, trop d’importance à ces miroirs lexicaux et sémantiques. Plus que sur la subjectivité ou la sexualité, ces passerelles sont convaincantes quand elles pointent vers l’invention d’une nouvelle politique sur le modèle de la critique kantienne, que Foucault associe très clairement au néolibéralisme comme « manière d’être et de penser » (p. 386). Sa générosité envers la philosophie du néolibéralisme le rend cependant aveugle, et c’est bien là une impasse majeure de la perspective foucaldienne, à son déploiement effectif sur le mode d’un projet idéologique largement réactionnaire.

  • 7 Un petit florilège à tonalité religieuse se lit : « Dogme », « nouveau culte », « disciples », « vu (...)
  • 8 Le cas de Philip Mirowski, qu’Audier accuse d’être un mauvais connaisseur de l’histoire du néolibér (...)

5Tributaire d’un travail archéologique remarquable, la prétention à l’exhaustivité de l’ouvrage s’épuise néanmoins dans de nombreuses références et discussions incidentes, qui diluent les meilleures pages dans une chronique fastidieuse de la vie intellectuelle des années 1970 et des moindres interventions foucaldiennes. Audier ironise certainement quand il affirme ne pas avoir la place d’exposer un « discours de la méthode » en défendant un « rapport interrogatif » (p. 59) aux œuvres de pensée, ce qui laisse le lecteur pour le moins perplexe. L’indiscutable richesse du propos nous paraît ainsi contraster avec la pauvreté des hypothèses, comme si une poignée de néo-foucaldiens méritait ce si long réquisitoire, qui agace rapidement tant Audier multiplie les piques à l’égard de ses adversaires intellectuels7. À tout disséquer, pluraliser, nuancer, la trame argumentative à l’intérieur des chapitres se délite, les différentes sections surgissant comme autant de fiches de lecture ramassées indépendamment les unes des autres. Sans aucun doute, cet ouvrage imposant profiterait d’un travail d’édition efficace pour le rendre plus concis, et surtout plus percutant. Si Audier reproche justement à Foucault un rapport peu fidèle à ses sources, on réalise vite que l’auteur est confronté au même problème, donnant un large écho à la littérature secondaire italienne, alors que les commentaires américain, allemand ou espagnol sont pratiquement passés sous silence8.

6Au-delà de l’aspect polémique, l’ouvrage rend compte avec succès de la réorientation « critique » de Foucault, au sein de laquelle il problématise la théorie néolibérale. Le gouffre qui sépare le néolibéralisme philosophique lu par Foucault et le néolibéralisme effectif des dernières années rend les analyses du philosophe quelque peu datées et obsolètes, tant les possibilités d’émancipation annoncées se sont abîmées en une nouvelle discipline économique. Au final, cette radiographie dense, riche d’informations et de références, parfois inédites, étourdit quelque peu le lecteur puisque cette abondance ne semble servir qu’à disqualifier une portion congrue de l’hagiographie contemporaine de Foucault. Travail salutaire s’il en est un, cette reconstruction contextuelle aboutit malheureusement à brouiller les intentions de l’auteur, dont l’épilogue, long de plus de cent pages, mêle les démarches scientifiques et essayistes. Aussi, à notre avis, l’œuvre d’assainissement de la réception du cours de 1979 profitera le plus à ceux et celles qui identifient Foucault comme le parangon d’une certaine mode intellectuelle à dépasser.

Haut de page

Notes

1 Entre autres : Daniel Zamorra (dir.), Critiquer Foucault: les années 1980 et la tentation néolibérale, Bruxelles, Éditions Aden, 2014 ; le dossier « les néolibéralismes de Michel Foucault » dans Raisons politiques, n° 52, 2013 ; Geoffroy de Lagasnerie, La dernière leçon de Michel Foucault. Sur le néolibéralisme, la théorie et la politique, Paris, Fayard, 2012 ; compte rendu de Léo Fabius pour Lectures : http://lectures.revues.org/10616.

2 Notamment leur ouvrage d’analyse du néolibéralisme qui le dépeint comme rationalité gouvernementale et entrepreneuriale : Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde : essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2010 ; compte rendu de Corinne Delmas pour Lectures : http://lectures.revues.org/1194.

3 On pourra consulter à ce sujet la récente republication, avec appareil critique, de la conférence de 1978 : Qu’est-ce que la critique? Suivi de La culture de soi, Paris, Vrin, coll. « Philosophie du présent », 2015.

4 Une entreprise de pluralisation qu’Audier avait déjà appliquée au néolibéralisme lui-même dans son ouvrage précédent, Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, coll. « Mondes vécus », 2012 ; compte rendu de Laure Célérier pour Lectures : http://lectures.revues.org/8793.

5 Voir à ce sujet : François Caillat (dir.), Foucault contre lui-même, Paris, PUF, coll. « Des mots », 2014.

6 Sur l’appréciation positive de Gary Becker par Foucault, et le rapport potentiel entre leurs deux pensées, voir : Gary Becker, François Ewald et Bernard E. Harcourt, « Gary Becker dialogue avec Michel Foucault », Socio, n° 3, 2014.

7 Un petit florilège à tonalité religieuse se lit : « Dogme », « nouveau culte », « disciples », « vulgate foucaldienne », Foucault « prophète » du néolibéralisme, « ligne orthodoxe et officielle », « catéchisme foucaldien anti-néolibéral », « gardiens du Temple foucaldien », la « Bible » foucaldienne, etc.

8 Le cas de Philip Mirowski, qu’Audier accuse d’être un mauvais connaisseur de l’histoire du néolibéralisme et de la société du Mont-Pèlerin, est le plus troublant, puisqu’Audier traduit le « Neoliberal Thought Collective » de Mirowski comme « pensée collective néolibérale » (p. 502), une traduction complètement erronée puisqu’il faudrait lire : « collectif de pensée néolibérale », soit l’idée d’un néolibéralisme hétérogène et pluriel. Audier est particulièrement virulent envers l’affinité décrite par Mirowski entre Hayek et Carl Schmitt qui, pourtant, à notre connaissance, est attestée à la fois dans les ouvrages du premier, et par plusieurs sources concordantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Beddeleem, « Serge Audier, Penser le « néolibéralisme ». Le moment néolibéral, Foucault et la crise du socialisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 15 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18649

Haut de page

Rédacteur

Martin Beddeleem

Candidat au doctorat à l’Université de Montréal, mes recherches portent sur les fondations scientifiques et épistémologiques du néolibéralisme.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page