Navigation – Plan du site

Lyes Salem, L’Oranais.

Ismail Ferhat
L'Oranais
Lyes Salem, L'Oranais, Blaq Out, 2015.
Haut de page

Texte intégral

1La guerre d’Algérie (1954-1962) a suscité une importante production cinématographique, qui d’ailleurs ne s’est pas tarie. Du Petit lieutenant de Jean-Luc Godard (1963) à l’Ennemi intime de Florent-Emilio Siri (2007), en passant par L’honneur d’un capitaine de Pierre Schoendoerffer (1982), le 7ème art français a abondamment décrit ce conflit. La brutalité de celui-ci, les traumatismes profonds qu’il a entrainés (violences du conflit, déplacements de populations, exils et diasporas) sont autant d’explications de cet intérêt artistique.

2Pourtant, si le cinéma français a décrit la guerre, il a globalement ignoré l’après-guerre. Qu’est devenue cette ancienne colonie ? Comment ont vécu les Algériens après 1962 ? Ces sujets sont devenus d’autant plus douloureux que le pays a connu une terrible guerre civile durant les années 1990, ajoutant aux complexités d’une jeune nation dont le passé indépendantiste a été souvent utilisé par les élites pour se légitimer. Lyes Salem, jeune réalisateur, propose sur ce sujet un film relisant trente ans de l’histoire d’un pays au travers d’une petite galerie de personnages.

3Le film commence en 1957 avec Djaffar, dit « l’Oranais », personnage principal, Hamid, dandy beau parleur, et Saïd, restaurateur. Il narre leur basculement au sein du Front de Libération Nationale (FLN), voulu pour Hamid et Saïd, involontaire pour Djaffar, qui tue par accident un pied-noir. Cet engagement aux motivations diverses donne lieu à une ambiguïté permanente pour ces personnes, ballotées par l’histoire et tentant souvent de la rationnaliser a posteriori. Le film alterne dès lors plusieurs périodes différentes. Un premier saut dans le temps nous emmène en 1986, où les protagonistes de la guerre connaissent désormais des destins totalement différents. Dans une scène d’une grande froideur, Djaffar désabusé, regarde Hamid, devenu ministre, tenir un discours à la télévision. Comment expliquer une telle évolution en trente ans ? Pourquoi les amis inséparables paraissent être devenus si étrangers ?

4À partir de ce saut dans le futur, le film fait des rapports entre Djaffar et Hamid l’allégorie des transformations de l’Algérie indépendante. Il revient tout d’abord en 1962, où Djaffar, de retour du maquis, retrouve son ami Farid devenu journaliste. Le combattant découvre que sa femme, violée en représailles par le fils du pied-noir qu’il a tué, est morte en accouchant du fruit de son agression. Or, cette tragédie constitue pour « l’Oranais » le ferment de son progressif malaise : il comprend que ses camarades de combat lui ont caché volontairement le sort de sa femme. Hamid, quant à lui, se marie avec une universitaire américaine, entamant une carrière prometteuse au sein du nouvel État, dans lequel il se fond parfaitement. Djaffar, ancien menuisier, est nommé, sans l’avoir demandé, haut fonctionnaire dans la filière du bois. Il décide d’élever, avec l’aide de sa belle-sœur, l’enfant de sa femme, appelé Bachir, pour lequel il a à la fois de l’affection et un sentiment de culpabilité. Celui-ci, blond aux yeux bleus, est en butte aux remarques racistes sur sa « tête de français ».

5Avec nuances et sans manichéisme, le réalisateur montre les progressives désillusions des années 1960-1970 : l’autoritarisme d’un régime de parti unique, la corruption d’une partie des élites (symbolisée par le bateau de luxe offert à Hamid par un personnage trouble à 1h05mn), les conflits liés à la politique d’arabisation du pays. Le resurgissement des non-dits de la mémoire est perçu par le biais de l’intime, en l’occurrence les doutes progressifs de Bachir sur ses origines réelles. Le délitement du rêve de Djaffar, tant sur le plan personnel, politique que professionnel, devient inéluctable. Farid, resté incorruptible, meurt sous la torture des services secrets, ce qui entraîne la rupture entre l’Oranais et Hamid, qui a couvert le crime. Sans dévoiler la fin, ambiguë, notons que l’œuvre s’achève au moment des grandes pénuries de la présidence Chadli (1979-1992), qui touchent la population algérienne, pendant que les élites vivent dans le luxe et l’insouciance. C’est d’ailleurs la figure d’un journaliste incorruptible, à l’instar de Farid, qui précipite le dénouement en révélant les secrets trop longtemps enfouis par Djaffar, Hamid et Saïd depuis 1957.

  • 1 Benjamin Stora, La guerre invisible - Algérie années 90, Paris, Presses de Sciences Po, 2001.

6Lyes Salem propose ici une analyse pessimiste de l’Algérie de la période allant de la fin de la guerre d’indépendance aux prémices de la guerre civile des années 1990. En effet, le film souligne combien la société algérienne était traversée de tensions et de questionnements, qui n’ont jamais véritablement cessé, comme le montre par ailleurs l’historien Benjamin Stora1. D’une certaine manière, l’œuvre donne autant à réfléchir sur l’héritage d’une indépendance acquise dans la douleur que sur les origines de la décennie qui a ensanglanté ce pays. Ce n’est pas le moindre des mérites de ce film.

Haut de page

Notes

1 Benjamin Stora, La guerre invisible - Algérie années 90, Paris, Presses de Sciences Po, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ismail Ferhat, « Lyes Salem, L’Oranais. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 juillet 2015, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18650

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page