Navigation – Plan du site

Michel Cabannes, La gauche à l’épreuve du néolibéralisme

Johan Hernandez
La gauche à l'épreuve du néolibéralisme
Michel Cabannes, La gauche à l'épreuve du néolibéralisme, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « L'économie encastrée », 2015, 256 p., ISBN : 9782356873996.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Michel Cabannes a pour ambition de questionner l’évolution de la pensée économique de la gauche sociale-démocrate et notamment son rapport avec le néolibéralisme. Faisant le constat de l’avènement du social-libéralisme au sein de la social-démocratie européenne, l’auteur revient en premier lieu sur l’histoire des réalisations politiques des partis sociaux-démocrates en Europe comme en France. Il rappelle que la social-démocratie d’après-guerre avait pour objectif de renforcer l’État-providence en construisant des politiques sociales fortement redistributives. À travers une puissante intervention de l’État dans l’économie, elle affirmait son choix de favoriser le plein-emploi et la justice sociale.

2Avec l’affaiblissement de la pensée keynésienne au tournant des années 1980, ce sont les fondements idéologiques de la gauche sociale-démocrate qui ont commencé à changer, influencés par l’émergence de l’idée néolibérale au sein du champ politique. Désormais sociale-libérale, la gauche de gouvernement a fait sienne les objectifs de rendement des entreprises et de mise en concurrence des services, communiant en cela dans l’idée du marché auto-régulé et qui alloue les ressources aux différents agents de manière optimale.

  • 1 Pour une histoire de la gauche de gouvernement tentant de lutter contre la pression du capital, voi (...)

3Pourtant, si l’on en revient aux premiers débats de la gauche, les idéaux de cette dernière était initialement partagée entre réforme et révolution. Ainsi, c’est le leader socialiste Jean Jaurès qui a proposé à travers sa littérature un réformisme révolutionnaire, celui-ci souhaitant poursuivre les objectifs de la révolution en utilisant les institutions républicaines. Cette méthode politique a marqué durablement la gauche sociale-démocrate, conjuguant dans un même temps analyses marxistes et solutions keynésiennes. C’est bien la crise de 1929 qui a permis aux sociaux-démocrates de mettre en application cette politique, et notamment le gouvernement de Léon Blum en France, fidèle à l’idée de « l’État fort contre l’argent fort » de Pierre Mendes-France1.

  • 2 William Beveridge était un économiste britannique ayant influencé l’instauration de l’État-providen (...)

4Dans la continuité des premières constructions d’entre-deux-guerres, l’idée d’État social atteint son apogée après 1945. Au Royaume-Uni, le rapport Beveridge2 est largement repris par le gouvernement travailliste de Clement Attlee afin de procéder aux réformes sociales britanniques d’après-guerre. En France, le programme du Conseil national de la Résistance vise à construire un modèle social plus juste, en instaurant le principe des conventions collectives et la Sécurité sociale. Aux États-Unis, le président démocrate Lyndon Johnson propose d’« éradiquer la pauvreté » dans son programme de la « Grande société ».

5Ces politiques sociales se sont épanouies dans une société prospère, portée par une forte croissance et par le compromis fordiste qui régulait les rapports sociaux à travers un mécanisme de progression des salaires.

6Cependant, la crise des années 1970 met à mal cette dynamique, forçant les sociaux-démocrates à opérer une mutation idéologique. Dans le même temps, les idées néolibérales portées par Friedrich von Hayek et les tenants de l’École autrichienne commencent à trouver un public au sein des droites britanniques et américaines. L’application de ces idées par Ronald Reagan et Margaret Thatcher permet aux solutions néolibérales de devenir dominantes dans le champ politique, avec de fortes conséquences sur la gauche sociale-démocrate. En France, le symbole du ralliement de cette dernière aux idées libérales reste le double mandat de François Mitterrand, lequel a sacrifié les promesses de justice sociale à la réalisation du projet européen.

7Dans un premier temps, l’arrivée au pouvoir du Parti socialiste avec François Mitterrand en 1981 devait permettre l’application d’un programme keynésien fortement redistributeur, à travers notamment l’augmentation de minima sociaux et l’abaissement à 60 ans de l’âge du départ à la retraite. Cette politique de relance connaît l’échec du fait de son isolement dans un monde économique qui tendait vers la libéralisation et de son inefficacité sur la crise structurelle que connaissait alors le fordisme. Le tournant de la rigueur de 1983 stoppe les ambitions sociales des 110 propositions en consacrant la construction européenne et l’alignement de la politique économique et industrielle de la France sur celle de l’Allemagne.

8Les politiques sociale-libérales de Lionel Jospin et de Michel Rocard actent l’intégration des problématiques libérales dans les politiques menées par la gauche sociale-démocrate. Bien que ces politiques tendent vers une plus grande libéralisation de l’économie, elles cherchent également à conserver les objectifs de l’État social à travers des politiques de redistribution (revenu minimum d’insertion) pour le gouvernement Rocard) ou de réduction de temps de travail (loi sur les 35 h pour le gouvernement Jospin).

9Son analyse de la présidence Hollande amène Michel Cabannes à considérer que celle-ci a pris un caractère plus libéral que social. Il s’appuie notamment sur le déploiement de la politique de l’offre décidée au sein du pacte dit de « responsabilité » permettant des allègements de cotisations sociales pour les entreprises. Financé par des mesures de réduction des dépenses publiques, ce pacte est une affirmation idéologique forte en faveur d’une vision libérale de la société et il parachève le tournant libéral de la social-démocratie française.

10Pour Michel Cabannes, cette évolution de la social-démocratie vers le néolibéralisme a trois raisons majeures. En premier lieu, la gauche sociale-démocrate a été influencée par les évolutions intellectuelles au sein du champ économique. Si la pensée keynésienne était hégémonique jusqu’aux années 1970, le néolibéralisme s’est diffusé à partir des années 1980, d’abord à droite, puis à gauche, à travers la logique de la troisième voie, notamment défendue par l’ancien premier ministre britannique Anthony Blair. De fait, cette pensée s’est aussi répandue dans les universités, au sein des facultés de sciences politiques et économiques, marquant la formation économique des élites administratives et politiques.

  • 3 Pour une étude plus approfondie : François Denord, L’Europe sociale n’aura pas lieu, Paris, Liber, (...)
  • 4 Voir sur la politique monétaire : Frédéric Lordon, La malfaçon : monnaie européenne et souveraineté (...)

11Dans un second temps, Michel Cabannes analyse la manière dont a été construite l’Union européenne ainsi que la participation de la social-démocratie à celle-ci. Pour l’auteur, les choix idéologiques sous-jacents à cette construction ont amené à contraindre de plus en plus les politiques économiques des pays membres jusqu’à ne plus autoriser qu’une seule manière de conduire les politiques publiques3. Ce cadre contraignant se manifeste également dans les règles qui régissent la monnaie unique, empêchant une politique monétaire expansionniste4.

  • 5 Voir le rapport du think tank « progressiste » Terra Nova sur la majorité sociale du Parti socialis (...)

12Enfin, l’auteur propose de voir dans la mutation sociologique de la gauche une des raisons de sa mutation idéologique. Tandis que la gauche a toujours été alliée aux classes populaires afin de pratiquer la méthode du « front de classe », les évolutions sociologiques récentes ont amenées ses classes à se détourner petit à petit de la gauche sociale-démocrate au profit d’une classe moyenne plus aisée. Ce nouveau profil sociologique est ainsi porteur de nouvelles manières de voir la société ainsi que de nouveaux sujets politiques5.

13L’ouvrage de Michel Cabannes constitue une très bonne analyse de l’histoire de la gauche sociale-démocrate. Particulièrement porté sur les politiques macroéconomiques, il permet de comprendre les tenants et les aboutissants de la pénétration idéologique du néolibéralisme au sein de la gauche et des conséquences politiques et sociales de ce dernier. Le livre permet également d’interroger la période politique actuelle, que ce soit au niveau du social-libéralisme affiché du gouvernement Valls ou à celui de la tentative de rupture opérée par le gouvernement grec d’Alexis Tsipras vis-à-vis des politiques d'austérité.

Haut de page

Notes

1 Pour une histoire de la gauche de gouvernement tentant de lutter contre la pression du capital, voir Serge Halimi, Quand la gauche essayait, Paris, Arléa, 2000.

2 William Beveridge était un économiste britannique ayant influencé l’instauration de l’État-providence au Royaume-Uni à travers son rapport Social Insurance and Allied Services rédigé en 1942.

3 Pour une étude plus approfondie : François Denord, L’Europe sociale n’aura pas lieu, Paris, Liber, Raisons d’Agir, 2009 (avec Antoine Schwartz).

4 Voir sur la politique monétaire : Frédéric Lordon, La malfaçon : monnaie européenne et souveraineté démocratique, Paris, Les liens qui libèrent, 2014.

5 Voir le rapport du think tank « progressiste » Terra Nova sur la majorité sociale du Parti socialiste avant l’élection présidentielle de 2012 : http://www.tnova.fr/essai/gauche-quelle-majorit-lectorale-pour-2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johan Hernandez, « Michel Cabannes, La gauche à l’épreuve du néolibéralisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18659

Haut de page

Rédacteur

Johan Hernandez

Ancien étudiant de l’ENS Lyon. Collaborateur politique.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page