Navigation – Plan du site

Pedro Cantinho Pereira, Un « malgré nous » dans l’engrenage nazi. Les sacrifiés de l’Histoire

Nicolas Haesler
Un "malgré nous" dans l'engrenage nazi
Pedro Cantinho Pereira, Un "malgré nous" dans l'engrenage nazi. Les sacrifiés de l'Histoire, Paris, L'Harmattan, coll. « Mémoires du XXe siècle », 2015, 208 p., ISBN : 978-2-343-05059-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je renvoie ici au vif débat que suscita la diffusion sur France 3 du documentaire de Michaël Prazan (...)

1Dans son livre, l’historien portugais Pedro Cantinho Pereira, raconte le parcours de Paul Freundlich, alsacien enrôlé dans la Wehrmacht durant la deuxième guerre mondiale. Paul F. est un « Malgré nous ». Dans les années qui ont suivi son retour du front de l’Est, il a rédigé ses souvenirs mais a gardé son texte au secret durant des décennies. C’est finalement après avoir rencontré de façon totalement fortuite l’historien portugais et après qu’un certain lien d’amitié se soit créé entre les deux hommes qu’il a finalement confié ce document à Pedro Cantinho Pereira, qui en a fait la base de son ouvrage. Le livre est donc plus une illustration fournie par un Zeitzeuge – un témoin privilégié d’une époque – qu’un éclairage supplémentaire de ce qui a été le parcours des milliers de jeunes alsaciens « Malgré nous » enrôlés au sein de la Wehrmacht ou de la Waffen SS. Cela explique la trame presque exclusivement narrative de ce texte qui, par ailleurs, sonne juste et ne tombe pas dans le pathos du mélodrame ou la polémique sur la thématique des soldats alsaciens durant la deuxième guerre mondiale1.

2Paul Freundlich naît le 30 juin 1922 à Strasbourg. Il suit une formation professionnelle d’imprimeur et vit le début de la deuxième guerre mondiale comme un réfugié. Du fait de la proximité de la ville de Strasbourg avec la frontière du IIIe Reich, la famille Freundlich est évacuée, comme de nombreuses autres familles alsaciennes, vers l’intérieur de la France et se retrouve finalement relocalisée à Crevant, dans l’Indre. Après y avoir travaillé durant une brève période comme auxiliaire agricole, Paul trouve un travail d’imprimeur à Agen. C’est depuis cette localité qu’il vit la drôle de guerre et apprend la débâcle des troupes française en mai et juin 1940. Une fois l’armistice signée, Paul et sa famille retournent en Alsace rattachée au IIIe Reich et retrouvent une vie civile normale à Strasbourg, soumise à l’autorité du Reichstatthalter Robert Wagner. À 18 ans, Paul Freundlich est incorporé au Arbeitsdienst et réquisitionné pour aller en Allemagne. Ainsi, il exerce tout d’abord comme imprimeur dans le Baden-Württemberg avant d’être réquisitionné en 1942 pour travailler dans l’industrie de l’armement dans l’entreprise Karosseriewerke Drauz. Début 1943, Paul est incorporé au Reichsarbeitsdienst (RAD) à Cologne, où il aide au déblayement et au dégagement des cadavres des décombres après les bombardements alliés. Son service au sein du RAD prend fin à l’été 1943. Après cet intermède, Paul intègre la Wehrmacht ; il est envoyé en formation à Wismar et ensuite déployé en Serbie, où il est principalement confronté au harcèlement des partisans serbes. C’est en Serbie qu’il est intégré à une unité de défense anti-aérienne (Flakregiment 25) au sein de laquelle il va rester jusqu’à sa démobilisation en 1945. En été 1944, cette unité est redéployée sur les rives du Danube près da la frontière serbo-roumaine. Mis à part les nombreux coups de main des partisans serbes, Paul témoigne de cette période comme étant très calme. Mais dès la fin août 1944 la situation se gâte pour son unité. Devant la pression des troupes de l’URSS, sa division procède à différents mouvements de retraite jusqu’à son redéploiement en position défensive autour de Budapest. Mais sous l’étreinte croissante des troupes soviétiques, les divisions allemandes se retirent aussi de cette région jusqu’à la contre-offensive allemande au début de 1945. C’est dans la région autour de Budapest que Paul Freundlich vit ses principaux faits d’armes ; il témoigne de la violence des attaques frontales soviétiques et de l’endurcissement que vivent les soldats au quotidien.

  • 2 Sur la thématique des derniers mois de la guerre et la radicalisation violente que connaît l’Allema (...)

3La contre-offensive allemande du mois de mars 1945 se solde finalement par un échec et le retrait des troupes allemandes vers l’Autriche afin d’éviter la capture soviétique. C’est dans la région de Graz que Paul Freundlich vit son expérience de guerre la plus traumatisante. Sa division se déploie dans une ultime position défensive avec l’adjonction d’hommes issus du Volkssturm (milice populaire soumise au commandement direct de Jospeh Goebbels) et de jeunes garçons de la Hitlerjugend (jeunesse hitlerienne). À cause de leur inexpérience au combat, ils sont massacrés par les troupes soviétiques qui continuent leur progression en direction de Vienne. La division de Paul Freundlich continue sa retraite en vue de rejoindre les troupes américaines et se dirige vers l’ouest. Traversant des régions entières ravagées par la guerre et stigmatisées par les exécutions sommaires perpétrées par la Feldgendarmerie (police militaire qui traque les soldats fuyards), c’est finalement près de Linz que Paul apprend que l’armée allemande a capitulé, le 8 mai 19452.

4Ayant réussi à rejoindre un secteur sous contrôle américain, Paul Freundlich est évacué vers l’ouest par l’armée américaine. Son retour se fait sans encombre majeure et lui permet à nouveau de témoigner de l’étendue des dévastations en Allemagne. Malgré la méfiance et la haine des autorités militaires françaises envers les Allemands, auxquels les Alsaciens sont naturellement assimilés, Paul Freundlich parvient à retourner à Strasbourg et à y retrouver les siens. Il y reprend également un travail d’imprimeur et se fiance en décembre 1945.

  • 3 À ce propos, il faut se souvenir que de nombreuses archives allemandes des années 1933 à 1945 ont é (...)

5On peut formuler deux remarques critiques à l’égard de cet ouvrage. La première remarque est d’ordre méthodologique. En effet, Pedro Cantinho Pereira a disposé pour rédiger ce livre d’une source privée privilégié. Or, cette opportunité comporte aussi le risque d’une narration très subjective. Pour pouvoir prétendre à un minimum d’objectivité et s’approcher d’une réalité plus englobante, il aurait sans doute fallu recouper les sources de Paul Freundlich avec d’autres sources privées et militaires. Or, en lisant ce texte, on ignore si une telle démarche a été faite ou non3. Ce qui nous amène à la deuxième remarque.

6Le titre de l’ouvrage peut induire en erreur et mérite explication. En effet, l’emploi des mots « engrenage nazi » dans le titre et du pluriel dans le sous-titre laissent à penser que cet ouvrage retrace une histoire structurelle et sociale mettant en lumière les mécanismes d’incorporation des Alsaciens au sein de la Wehrmacht et des Waffen SS, le processus d’apprentissage de la violence dans le cadre d’une guerre raciale particulièrement atroce à l’ouest et la réintégration des Alsaciens dans la société française après 1945. Or, Pedro Cantinho Pereira n’entreprend pas cette démarche. Du moins pas directement. Son livre narre le parcours d’un Alsacien, qui fut incorporé en 1943 dans la Wehrmacht et qui a survécu à la guerre. Cette trame narrative n’est accompagnée d’aucune réflexion historiographique, d’aucune bibliographie ni note de bas de page, exception faite d’une référence à T. E. Lawrence et de deux autres à l’historien Eugène Riedweg. Le titre laisse donc subsister un flou thématique qui donne une impression d’incohérence par rapport au contenu du livre. Il aurait donc été souhaitable ou judicieux de qualifier le présent ouvrage de « récit biographique », précision qui aurait justifié le prisme subjectif et le style exclusivement narratif.

7Malgré cela, le livre de Pedro Cantinho Pereira se lit bien, tant son style est sobre et le témoignage de Paul Freundlich discret, puisqu’il fait l’impasse sur le détail des atrocités de la guerre. Or, ce dernier point me paraît particulièrement intéressant et mériterait davantage d’approfondissements. Comme le dit Paul Freundlich pour expliquer la longue mise au secret de ses mémoires : « On ne pouvait parler » (p. 182). Cet aspect du non-dit, de l’indicible du vécu et la façon dont la mémoire se fraye tout de même un chemin entre ce que le raisonnement individuel permet et interdit d’exprimer, me paraissent particulièrement intéressants, surtout pour un livre qui fait exclusivement le récit d’une mémoire individuelle. Au final, ce récit soulève bien malgré lui aussi la problématique du témoignage et de la mémoire des hommes pour l’historiographie et nous lègue ce constat : c’est probablement dans l’indicible que la vérité est au plus proche de la réalité de la guerre.

Haut de page

Notes

1 Je renvoie ici au vif débat que suscita la diffusion sur France 3 du documentaire de Michaël Prazan, Une division SS en France. Das Reich, le 2 mars 2015.

2 Sur la thématique des derniers mois de la guerre et la radicalisation violente que connaît l’Allemagne, à l’intérieur et surtout à l’est, je renvoie au brillant ouvrage de Kershaw Ian, La Fin. Allemagne 1944-1945, Paris, Seuil, 2012.

3 À ce propos, il faut se souvenir que de nombreuses archives allemandes des années 1933 à 1945 ont été totalement détruites lors de la deuxième guerre mondiale. On ne sait donc pas si l’auteur a pu (ou voulu) faire des recherches sur la division de Paul Freundlich.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Haesler, « Pedro Cantinho Pereira, Un « malgré nous » dans l’engrenage nazi. Les sacrifiés de l’Histoire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18664

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page