Navigation – Plan du site

Stéphane Wojnarowski, Bureaucratie et démocratie, un antagonisme ?

Olivier Cléach
Bureaucratie et démocratie, un antagonisme ?
Stéphane Wojnarowski, Bureaucratie et démocratie, un antagonisme ? L'administration face à l'injonction participative, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2015, 294 p., ISBN : 978-2-343-04568-9.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage rend compte d’une recherche sociologique portant sur deux projets publics d’aménagement urbain en région parisienne : le réaménagement d’une place publique (conduit par un conseil général) et la réhabilitation d’une friche en centre-ville (portée par une mairie). Stéphane Wojnarowski a mené cette étude à la fois comme étudiant-chercheur, mais aussi comme fonctionnaire d’une des collectivités territoriales partie prenante à l’un des projets (étant depuis 3 ans, au moment de l’enquête, ingénieur à la direction de la Voirie et des Déplacements d’un conseil général, chargée de piloter le réaménagement).

  • 1 N’ayant pas lu le mémoire de master, nous ne pouvons juger plus avant du degré de transposition.

2L’ouvrage reprend les principaux éléments d’un mémoire de master de recherche soutenu au CNAM en 2011 et ayant reçu en 2013 un prix délivré par le CNFPT (un des cinq lauréats). Les personnes habituées à lire ce type de travaux s’apercevront d’ailleurs qu’il en a gardé les principales caractéristiques1 : donner à voir sa « cuisine » méthodologique, son cheminement de penser, répondre à des attendus académiques, adopter le cadre théorique de son/sa directeur/trice de mémoire, des ouvrages cités dont on ne voit pas bien où ils sont mobilisés…

  • 2 L’auteur y fait référence à de nombreuses reprises, même s’il est plus approprié en l’espèce de par (...)
  • 3 Comme étudier prioritairement le fait démocratique, l’institution politique, le management public e (...)
  • 4 « Quels sont les facteurs organisationnels favorisant l’ouverture démocratique des projets d’aménag (...)

3Ainsi, le premier des cinq chapitres (70 pages) présente le sujet, la construction de l’objet de recherche (« facteurs organisationnels et démocratiques des projets d’aménagement ») autour d’une préoccupation (combiner un intérêt pour l’urbanisme public, pour la sociologie du travail2 et pour la démocratie locale) et les différents « atermoiements » qui l’ont conduit à écarter d’autres pistes possibles3, les concepts clés (conduite de projet, démocratie/participation et bureaucratie), la problématique (le fait démocratique au cœur d’une bureaucratie4) et les cadres théoriques retenus (l’analyse stratégique et la sociologie de la traduction).

4Si nous avions été membre du jury de soutenance, nous aurions pu lui faire les remarques suivantes.

  • 5 Bureaucracy in modern society, New York, Random House Inc, (1956) 1971, p. 12 et suivantes.
  • 6 Certains éléments pourraient laisser à penser que l’auteur n’utilise pas en première main les trava (...)
  • 7 Aspects pas suffisamment développés à notre avis.

5L’intérêt indéniable de ce travail est double : d’abord, et même s’ils ne sont pas cités, il se propose de reprendre la problématique posée en son temps par Max Weber et rappelée par Peter Blau et Marshall Meyer5 autour du fonctionnement des bureaucraties (entre efficacité et démocratie). Ensuite, il nous donne à voir, en quelque sorte de l’intérieur, le fonctionnement (vs le dysfonctionnement) de collectivités locales chargées, au nom de citoyens, de mener à bien des projets urbains susceptibles d’avoir un impact non négligeable sur les modes de vie des usagers. Même si nous pouvons discuter la manière dont l’auteur met en œuvre la démarche stratégique (notamment autour de la définition des zones d’incertitude pertinentes, de la confusion entre les sources du pouvoir et ses ressources)6, il reste qu’il montre avec finesse comment les jeux de pouvoir multipartites, les stratégies et les enjeux divergents des parties prenantes, les règles du jeu bureaucratiques, les contraintes macrosociales, etc. concourent à la limitation de l’ouverture démocratique locale, de la participation citoyenne alors même que celle-ci a le vent en poupe sur le papier, comment un certain nombre de décisions structurantes du projet, au-delà des préoccupations financières, se prennent de manière parfois peu démocratique, voire à l’instrumentalisation des dispositifs participatifs à des fins politiciennes. Selon l’auteur, la logique bureaucratique (et les logiques gestionnaires qui la transforment7) n’est guère compatible avec les principes démocratiques, le mode projet avec le service public. Au final, en plus du fait que tous les citoyens ne possèdent pas le même « capital participatif » (inégalités devant l’action publique) et que toutes les parties prenantes au projet ne sont pas représentées, il ressort de la recherche de Stéphane Wojnarowski que les citoyens qui s’investissent par rapport à un projet urbain sont ceux qui ont des intérêts particuliers à faire prévaloir.

6L’ouvrage pose également des questions méthodologiques qui méritent attention : peut-on comparer les deux projets alors même que les techniques de recueil des données (essentiellement observations in situ pour l’un des terrains et entretiens semi-directifs pour l’autre) et donc les matériaux collectés diffèrent ? L’auteur propose de lever la difficulté en effectuant « une phase de « formatage », afin de mettre en compatibilité le matériau recueilli sur les deux projets » (p. 85), cette phase nous ayant échappé. De même, il manque selon nous une discussion plus longue sur la distanciation, le positionnement de l’auteur/acteur et de l’expérience professionnelle dont il rend compte à travers son carnet de bord, sur l’influence de l’observateur sur les situations de travail.

  • 8 « Le dépérissement de l’État », Revue française de science politique, 30 (6), décembre 1980.

7Au-delà des qualités de l’ouvrage, de notre point de vue, l’auteur ne justifie pas réellement le choix de ses cadres théoriques et, plus problématique encore, il ne les discute pas, laissant paraître ainsi ce que d’aucuns pourraient appeler de la complaisance : quid des critiques adressées à l’analyse stratégique par Jean Leca et Bruno Jobert8 ? Ou, par rapport à la sociologie de la traduction et pour ne prendre que cet exemple, qu’apporte à la démonstration le choix du concept de « controverse » plutôt que celui plus ancien, plus classique de conflit d’intérêts (et semble-t-il plus adapté aux situations décrites) ? Ce qui aurait peut-être orienté l’auteur vers des travaux liés à la démocratie délibérative (dont il aborde indirectement un aspect à travers sa notion de « capacité participative »), à la responsabilité sociale/aux biens communs, aux parties prenantes, plus intéressants par rapport à son sujet selon nous.

8Dans cette perspective, d’un point de vue théorique, la lecture du chapitre IV (la construction du processus participatif) pose question et, sans intention de la part de l’auteur, montre, selon nous, certaines des limites de la sociologie de la traduction : finalement, les « controverses » ne sont-elles pas simplement des conflits d’intérêts entre des acteurs n’ayant pas les mêmes enjeux, les formes de « traduction » des stratégies, les « porte-parole » un rôle social tenu par des marginaux-sécants, une « recherche de plein air » une recherche-action ? Bref, nous ne voyons pas très bien ce que la référence à ce cadre théorique « mainstream » apporte à la démonstration qui aurait pu être menée simplement à travers l’analyse stratégique qui, bien avant la sociologie de la traduction, prenait en considération la dimension politique des organisations.

  • 9 Citons par exemple l’ouvrage de Philippe Bezes (Réinventer l’État, Paris, PUF, 2009) et celui dirig (...)

9Pour conclure, et comme signalé, l’auteur écarte dès sa revue de littérature, à tort selon nous, des thématiques incontournables par rapport à l’objet de recherche, simplement parce qu’incompatibles, selon lui, soit avec le matériau recueilli, soit avec sa volonté de s’inscrire dans le champ de la sociologie du travail : nous pensons particulièrement ici aux travaux sur la démocratie organisationnelle ou sur le nouveau management public9 qui lui auraient permis de mettre en perspective certaines contraintes organisationnelles. De même, certains travaux critiques de sociologie du travail portant sur la conduite de projet (par exemple ceux de Jérôme Cihuelo, La dynamique sociale de la confiance au cœur du projet, Paris, L’Harmattan, 2008) auraient apporté une réelle valeur ajoutée à l’approche organisationnelle voulue par l’auteur.

Haut de page

Notes

1 N’ayant pas lu le mémoire de master, nous ne pouvons juger plus avant du degré de transposition.

2 L’auteur y fait référence à de nombreuses reprises, même s’il est plus approprié en l’espèce de parler de sociologie des organisations.

3 Comme étudier prioritairement le fait démocratique, l’institution politique, le management public et la conduite de projet, les conventions, les approches identitaires… Même si certains de ces aspects apparaissent au second plan.

4 « Quels sont les facteurs organisationnels favorisant l’ouverture démocratique des projets d’aménagement conduits par les collectivités territoriales ? » (p. 83).

5 Bureaucracy in modern society, New York, Random House Inc, (1956) 1971, p. 12 et suivantes.

6 Certains éléments pourraient laisser à penser que l’auteur n’utilise pas en première main les travaux de Crozier / Friedberg (les travaux de ce dernier n’étant pas suffisamment exploités), sinon pourquoi citer (p. 69) la définition que Philippe Bernoux donne du système d’action concret plutôt que celle de l’ouvrage de 1977 ou son actualisation à travers la notion d’ordre local ?

7 Aspects pas suffisamment développés à notre avis.

8 « Le dépérissement de l’État », Revue française de science politique, 30 (6), décembre 1980.

9 Citons par exemple l’ouvrage de Philippe Bezes (Réinventer l’État, Paris, PUF, 2009) et celui dirigé par Matthias Finger et Bérangère Ruchat (Pour une nouvelle approche du management public, Paris, Seli Arslan, 1997) qui lui aurait permis de faire le lien entre l’analyse stratégique et la nouvelle gestion publique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Stéphane Wojnarowski, Bureaucratie et démocratie, un antagonisme ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 juillet 2015, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18670

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page