Navigation – Plan du site

Alexandra Saemmer, Rhétorique du texte numérique : figures de la lecture, anticipations de pratiques

Sébastien Zerilli
Rhétorique du texte numérique
Alexandra Saemmer, Rhétorique du texte numérique. Figures de la lecture, anticipations de pratiques, Villeurbanne, ENSSIB, coll. « Papiers », 2015, 276 p., ISBN : 979-10-91281-45-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Sophie Barluet, Édition de sciences humaines: Le cœur en danger, Paris, PUF, 2004.

1Les projections pessimistes et les anticipations angoissées sont nombreuses s’agissant du développement des textes numériques. Ainsi la lecture sur écran serait-elle corrélée à la multiplication de textes « bases de données », radicalement différents des « livres-raison »1 associés à une « civilisation du livre » agonisante. Pourtant, se demande l’auteure, « l’existence d’une seule lecture papier, concentrée et réflexive, ne relèverait-elle pas du mythe ? » De même, ajoute-t-elle, « [l] existence d’une seule lecture numérique, rapide et superficielle, ne résiste pas non plus à [l’analyse] » (p. 13). C’est donc pour pouvoir précisément cerner les effets de la lecture des textes numériques qu’Alexandra Saemmer a signé cet ouvrage.

  • 2 Certains mots ou expressions sont cités dans cette note sans mention de page lorsque l’auteure les (...)

2Pour élaborer sa Rhétorique du texte numérique, l’auteure adopte une approche de la lecture considérée comme « une rencontre entre l’anticipation des pratiques par le texte numérique, et les imaginaires individuels et socialement partagés du lecteur qui préfigure et actualise ces anticipations » (p. 63). Autrement dit, sa méthode consiste à confronter les effets anticipés par la lecture des textes numériques, ce qu’elle nomme des « figures de la lecture »2, avec les souhaits que les lecteurs espèrent être réalisés lorsqu’ils entament la lecture de ce genre de texte, ce qu’elle appelle, après d’autres, des « horizons d’attente » ou encore des « figurations ». La rhétorique du texte numérique « circonscrit ainsi le potentiel d’action du texte numérique en fonction des champs d’intersection possibles entre les anticipations des pratiques de lecture par les […] figures du texte, et les actualisations de ces anticipations par le lecteur en fonction de son “horizon d’attente” », écrit encore Alexandra Saemmer (p. 15).

3Les figures de la lecture se moulent quant à elles dans des « formes-modèles » « qui marquent et cadrent le texte sur la page-écran » (p. 129) et qui différent en fonction du type de texte dont il est question. Ainsi l’auteure étaye-t-elle sa construction théorique en exploitant un corpus composé de documents de natures différentes : des articles journalistiques, une fiction et des annonces publicitaires. Pour l’analyse de chacun de ces genres sont donc mobilisés trois concepts. D’abord, des « formes-modèles » (c’est-à-dire une ergonomie graphique et textuelle) particulières. Ensuite, des « figures de la lecture » (c’est-à-dire des effets) singulières. Enfin, des « horizons d’attentes » (c’est-à-dire des souhaits formulés par le lecteur), précis.

4Les effets (ou, encore une fois, « figures de la lecture ») générés par le texte numérique dépendent de ses caractéristiques spécifiques. L’auteure en distingue deux, l’hyperlien et l’animation. Chacun de ces deux aspects permet de souligner « l’implication corporelle du lecteur dans le texte numérique » (p. 28) : lorsqu’il décide d’activer un hyperlien, le lecteur doit effectivement physiquement cliquer sur sa souris. L’animation du texte numérique se décline quant à elle de deux façons sur lesquelles l’auteure insiste en mobilisant les concepts complexes « d’unité sémiotique de la manipulation » et « d’unité sémiotique de mouvement ». Chacune de ces deux notions convoque les « référents d’expériences », c’est-à-dire les habitudes et les reflexes du lecteur, et génère parfois, en associant gestes physiques, textes et icones, ce qu’Alexandra Saemmer appelle des « simulacres de référents ». Ainsi le lecteur d’une fiction numérique invité à cliquer sur le mot « bombe » pour enclencher un compte à rebours effectue-t-il un geste analogue, par exemple, à la pression d’un interrupteur (référent d’expérience). Dans ce cas précis est produit un « simulacre de référent », puisque le mot devient en quelque sorte la chose. De même le clignotement du mot « soldes » dans un encart publicitaire numérique sera-t-il associé par le lecteur, compte tenu de ses référents d’expériences, à une idée d’urgence. L’auteure parle « d’irradiation iconique » lorsque les effets provoqués par les unités sémiotiques de la manipulation et de mouvement renforcent le sens du texte auquel elles sont associées.

5Il serait laborieux, et même en quelque sorte hors sujet, de s’attarder ici sur la totalité des figures de la lecture listées et définies dans l’ouvrage pour chacun des trois types de documents constituant le corpus de l’auteure. Son analyse rigoureuse des textes journalistiques, des fictions numériques et des annonces publicitaires lui permet d’établir des classifications subtiles et des taxinomies pointues qu’illustrent de nombreux tableaux dans les pages de son livre. C’est aux « figures de la lecture dans les discours informatif et argumentatif », analysées dans les articles de journaux, qu’elle accorde le plus de place dans son étude. C’est donc sur elles que nous nous focaliserons.

6L’auteure identifie deux types d’horizons d’attente justifiant la lecture d’articles journalistiques en ligne. Ces « figurations » de lecteurs renvoient aux imaginaires associés au rôle de la presse et d’internet. L’une et l’autre représentent tout à la fois des espaces d’information et des organes d’opinion. Autrement dit, la lecture d’un article de journal en ligne peut s’expliquer pour vérifier des faits ou bien pour confronter des points de vue.

7À ces horizons d’attente formulés par les lecteurs correspondent des figures de la lecture anticipées par le texte numérique. Alexandre Saemmer en distingue deux principales : les figures de la lecture « informationnelle » et « dialogique ». Celle-ci préfigure « un lecteur prêt à accepter la juxtaposition d’arguments contradictoires, de points de vues divergents, de perspectives changeantes et de focus déplacés » (p. 137) ; celle-là « préfigure […] un lecteur à la recherche de confirmations, de définitions, d’illustrations, de preuves ou d’explication » (p. 131).

8À chacune de ces figures de la lecture correspondent des formes-modèles de la page-écran et du texte : la taille des articles, leur structuration ou encore la lisibilité de la police de caractère seront effectivement adaptées au lecteur qui parcourt un texte pour glaner quelques informations, ou bien à celui qui souhaite se plonger profondément dans un texte pour pouvoir cerner tous les termes d’un débat et les interprétations contradictoires qu'il suscite.

9Les figures de la lecture du texte narratif sont principalement générées par des « unités sémiotiques de la manipulation » qui permettent au lecteur de s’immerger dans l’histoire. Les figures de la lecture du texte persuasif, c’est-à-dire du discours publicitaire, sont quant à elles majoritairement produites par des « unités sémiotiques de mouvement » générant un effet d’emphase redoublant le sens des mots. L’efficacité des figures de la lecture des textes informatif et argumentatif doit par contre être cernée en considérant le réseau hypertextuel associant un « texte géniteur » avec des « textes reliés ». L’auteure distingue donc tout un éventail d’hyperliens qu’elle associe aux figures de la lecture informationnelle ou bien dialogique. Si ce qu’elle appelle le « degré de contiguïté » entre texte géniteur et texte relié est fort, l’horizon d’attente du lecteur sera exhaussé. L’activation d’un hyperlien renvoyant le lecteur à un texte relié dont l’association avec le texte géniteur lui paraît déroutante délimite quant à elle ce qu’Alexandra Saemmer qualifie de « zone d’indétermination ».

10Cette distorsion entre les horizons d’attente du lecteur et les figures de la lecture produites par les connexions hypertextuelles des textes journalistiques en ligne s’explique de plusieurs manières. Entre toutes, les stratégies manipulatoires destinées à masquer et manipuler des informations ou bien encore à crédibiliser de fausses évidences sont bien sûr les plus problématiques.

11Des zones d’indétermination peuvent également se dessiner s’agissant de la lecture de textes narratifs. Elles apparaissent notamment lorsqu’un lecteur désireux de se plonger dans une fiction à la structure narrative solide découvre une histoire à la narration éclatée, appuyée par la labilité et le caractère réticulaire du texte numérique. Les hiatus entre horizons d’attente et figures de la lecture sont plus difficiles à déterminer à propos du discours persuasif : d’un côté les internautes ne font souvent pas grand cas des publicités en ligne ; de l’autre les publicitaires tablent sur les effets inconscients de la réclame numérique.

12On l’aura compris, l’étude que livre Alexandre Saemmer est d’une très forte teneur théorique. L’auteure a raison de souligner que « l’étude sémiotique et rhétorique du texte numérique et de ses spécificités […] reste encore un champ de recherche peu défriché » (p. 36). La dimension exploratoire de son travail justifie la construction d’une grille d’analyse subtile, l’élaboration de taxinomies précises et la clarification rigoureuse de nombreuses définitions. On peut cependant lui reprocher d’ajouter à la complexité du sujet un style complexifiant : proposer « la stabilisation d’une approche théorique » (p. 252) plutôt qu’une « théorie », écrire « interface écranique » (p. 217) plutôt qu’« écran » ou bien encore utiliser l’expression « processus d’intégration et de stabilisation d’expériences antérieures » pour caractériser les réflexes et les habitudes de lecteurs face aux textes numériques ne clarifie pas des analyses forcément compliquées.

  • 3 Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir?, Marseille, OpenEdition Press, 2014, p. 94.

13Malgré son caractère « théorico-théorique », l’ouvrage d’Alexandra Saemmer fournit pourtant de stimulantes pistes de travail. Ses réflexions subtiles sur les connexions intertextuelles des textes journalistiques constituent par exemple des bases solides pour échafauder une rhétorique de l’article scientifique en ligne. À la faveur de sa réflexion sur les « lieux de savoir », Christian Jacob attire d’ailleurs l’attention du lecteur sur l’importance de ces connexions qui transforment un texte en « réseau textuel proliférant » (p. 128) : « La qualification, l’authentification de ces liens sont des enjeux majeurs de la construction et de la validation du sens et de l’information. Faut-il se fier aux algorithmes des moteurs de recherche ? Ou aux choix raisonnés, éditorialisés, d’auteurs-lecteurs qui contrôlent le déploiement de la Toile autour d’un texte donné ?3 »

  • 4 Michel de Certeau, « La lecture comme braconnage », in L’Invention du quotidien, t. I, Paris, UGE, (...)

14Cette étude a aussi des allures de manuel. Elle fournit des clés au « praticien de l’écriture numérique » (p. 18) qui appréhende le texte sur écran d’une manière artistique. Elle permet aussi au lecteur de fiction numérique, dans une perspective plus ludique, de se laisser séduire par les vertiges d’une narration chaotique et éclatée. Les développements de l’auteure sur les connexions potentiellement machiavéliennes des textes journalistiques achèvent pourtant de convaincre le lecteur de ce travail qu’il vise surtout « l’acquisition d’une culture informationnelle et d’une culture des medias réflexives et critiques » (p. 182). L’écran semble faire voler en éclats les « surfaces militairement rangées de l’écrit4 ». Pourtant, le texte, quelles que soient les modalités de sa matérialisation et de sa circulation, reste un vecteur potentiel de manipulation et de domination. D’une certaine manière, grâce à l’analyse des effets rhétoriques du texte numérique qu’il décèle, ce livre fournit donc les éléments d’une « version 2.0 » de l’approche de la lecture comme « braconnage ».

Haut de page

Notes

1 Voir Sophie Barluet, Édition de sciences humaines: Le cœur en danger, Paris, PUF, 2004.

2 Certains mots ou expressions sont cités dans cette note sans mention de page lorsque l’auteure les emploie de nombreuses fois dans son étude.

3 Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir?, Marseille, OpenEdition Press, 2014, p. 94.

4 Michel de Certeau, « La lecture comme braconnage », in L’Invention du quotidien, t. I, Paris, UGE, coll. « 10/18 », 1980, p. 287.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Alexandra Saemmer, Rhétorique du texte numérique : figures de la lecture, anticipations de pratiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 22 juillet 2015, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18678

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Zerilli

Chargé d’études, Fondation Maison des sciences de l’homme

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page