Navigation – Plan du site

Fabrice Flipo, Le développement durable

Benoît Ladouceur
Le développement durable
Fabrice Flipo, Le développement durable, Paris, Bréal, coll. « Thèmes et Débats », 2014, 128 p., ISBN : 9782749532738.
Haut de page

Texte intégral

1Le développement durable, concept qui s’est largement popularisé depuis son apparition à la fin des années 1980, n’en reste pas moins très vague pour un certain nombre de nos concitoyens. La collection « Thèmes et Débats » de Bréal se donnant pour objectif d’éclairer des questions de société, propose avec l’ouvrage de Fabrice Flipo, spécialiste reconnu qui travaille sur ce thème depuis longtemps, une entrée en matière intéressante. Cet ouvrage s’adresse clairement par le choix de ses entrées à un public qui se veut le plus large possible, en choisissant de balayer les grands enjeux de la question.

2Fabrice Flipo fait le constat en introduction que si le développement durable peut sembler être devenu un objectif qui guide l’action de tous les acteurs de notre société, il n’en reste pas moins extrêmement flou et lointain pour bon nombre d’entre nous. L’enjeu qu’il identifie, à juste titre nous semble-t-il, est de faire prendre conscience aux individus du lien entre leurs comportements quotidiens, les décisions politiques et l’état de l’environnement et de la société.

3Pour amorcer une présentation du développement durable, Fabrice Flipo repart de la question qui sous tend ce concept : la quête de croissance et plus largement le fonctionnement de notre société sont-ils en mesure de durer éternellement, tout en devenant la référence universelle ? La façon d’aborder cette question a bien évolué au cours des décennies précédentes. C’est ce que rappelle Fabrice Flipo dans le premier chapitre de son ouvrage. Pendant très longtemps le développement et la croissance économique ont été pensés comme allant de concert. Ce lien a pu s’ancrer profondément dans les esprits, et ce d’autant plus que les avancées tant scientifiques qu’économiques et sociales ont pu apporter un bien être croissant pour des générations entières. Mais cet accroissement des richesses produites et du bien être n’a finalement concerné que certaines populations et surtout il n’a pu durer qu’un temps extrêmement court. Le cas de l’agriculture en fournit une très bonne illustration. Les progrès scientifiques ont permis des gains de productivité phénoménaux dans ce secteur, mais ils se sont accompagnés de dégradations environnementales et sociales inégalées dans l’histoire des sociétés humaines. Il en va plus largement de la qualité de vie. Les êtres humains se sont de plus en plus abstraits de l’environnement naturel dans lequel ils vivent mais au prix de sa dégradation. L’atmosphère mais aussi les sols et les océans sont les réceptacles des retombées des activités humaines visant à favoriser la croissance et le bien être.

4Le deuxième chapitre propose de s’arrêter sur l’origine et les conceptions possibles du développement durable. Fabrice Flipo montre que ce concept est d’abord apparu à l’échelle internationale, notamment grâce à la création du PNUE (Programme des Nations unies pour l’environnement) en 1972 puis en 1983 avec la CMED (Commission mondiale sur l’environnement et le développement) qui donnera lieu au fameux rapport Brundtland en 1987 établissant la définition suivante du phénomène : « développement qui satisfait les besoins des générations présentes sans compromettre l’aptitude des générations futures à satisfaire leurs propres besoins, à commencer par les plus pauvres ». Comme l’explique ensuite l’auteur cette dimension diplomatique prime encore aujourd’hui restreignant le développement durable à un compromis, au mieux à un idéal à atteindre, mais ne saurait être un concept au sens plein du terme. On en aurait cependant apprécié une analyse, voire une critique, plus poussée tant les débats et les zones d’ombre nous semblent nombreux en la matière.

5Fabrice Flipo présente ensuite trois théories qui constituent trois approches différenciées qui peuvent servir à penser le développement durable. La première appelée « la dématérialisation » est une vision foncièrement optimiste, puisque pour ses tenants, les progrès scientifiques et techniques permettront toujours d’améliorer notre bien être tout en préservant, voire en restaurant, la qualité de l’environnement. Un deuxième courant, « l’autre développement » s’oppose au premier en pointant son caractère particulièrement optimiste et arguant de la difficulté et de la lenteur dans la mise en œuvre des avancées scientifiques. Une autre critique identifie des effets rebonds aux avancées techniques mises en place à court terme. Ainsi l’amélioration de l’efficacité des moteurs thermiques a permis d’augmenter leur utilisation pour un coût d’utilisation constant voire décroissant. Le troisième courant est plus radical dans ses conclusions puisqu’il prône une rupture totale avec le paradigme du capitalisme et la recherche d’une croissance économique toujours plus grande.

6Le troisième chapitre est l’occasion pour l’auteur de présenter quelques débats qui peuvent servir à mieux cerner le développement durable. Une voie d’entrée indispensable tant le concept est malléable et investi dans les débats médiatiques qui le sous-tendent. Fabrice Flipo commence par interroger l’épineuse question de la croissance de la population humaine et des déséquilibres qu’elle pourrait entraîner. Si la problématique remonte au moins à Malthus, elle a pris aujourd’hui une résonance particulière tant les défis que pose la croissance démographique sont et seront difficiles à surmonter. Un autre questionnement, lié au premier, porte sur la hiérarchie à adopter entre l’homme et la nature. Sans répondre définitivement, l’auteur montre que la frontière et donc la réponse à cette question sont rendues plus complexes dès lors que la séparation entre la nature et l’humanité ne fait plus consensus. La suite du chapitre aborde des questions qui concernent le modèle économique à suivre ou encore la mesure des richesses au sein d’une société.

7Le quatrième et dernier chapitre « Agir ou subir » propose une réflexion plus pragmatique et permet à Fabrice Flipo d’amener des pistes de réponse aux défis qu’il a identifiés en amont de son ouvrage. Pour ce faire il hiérarchise sa réflexion depuis l’échelle locale et quotidienne jusqu’à l’échelle mondiale. Au niveau du quotidien l’auteur présente ce qu’il appelle les trois gestes « durables », à savoir : faire preuve de bon sens, s’informer et prendre des initiatives. On peut regretter ici que les contraintes tant économiques que sociales ne soient pas prises en compte dans la réalisation de ces « gestes ». En effet, le bon sens ou l’information ne sont pas donnés de manière égale à tous et toutes et il nous semble qu’il existe de fortes limites à leur mise en place. L’information des citoyens nous semble encore à améliorer et quand bien même elle serait également disponible, encore faut-il pouvoir la traduire et/ou se l’approprier. Le reste du chapitre est consacré à une présentation relativement dense des différentes initiatives et avancées faites en faveur du développement durable, de l’échelle locale à l’échelle internationale.

8Au final cet ouvrage de la collection « Thèmes et Débats » remplit son rôle en proposant au grand public une présentation accessible et relativement complète du développement durable. Néanmoins l’on peut regretter l’absence d’une véritable mise en perspective critique ou à tout le moins une mise à distance plus étayée du concept. Sa popularité nous semble en effet source de zone d’ombre importantes qu’il est important d’éclairer si l’on veut qu’enfin les citoyens et les institutions s’emparent de ce problème.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Ladouceur, « Fabrice Flipo, Le développement durable », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 juillet 2015, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18687

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page