Navigation – Plan du site

Anthony Mangeon (dir.), Anthropolitiques. Jean-Loup Amselle, une pensée sans concessions

Oscar Desjonqueres
Anthropolitiques
Anthony Mangeon (dir.), Anthropolitiques. Jean-Loup Amselle, une pensée sans concessions, Karthala, MSH de Montpellier, coll. « Hommes et Sociétés », 2015, 368 p., ISBN : 978-2-8111-1269-1.
Haut de page

Texte intégral

1On ne saurait que trop souligner la difficulté d'un exercice de synthèse de l'œuvre de Jean-Loup Amselle. Anthropologue infatigable, l'homme est à la fois prolixe et éclectique : auteur d'une quinzaine d'ouvrages, il se singularise par ses thématiques de recherches variées, allant de l'anthropologie culturelle à la politique française, en passant par l'art contemporain, la linguistique et les réflexions sur le postcolonialisme. Issu de plusieurs conférences et colloques ayant eu lieu à l'Université Paul-Valéry de Montpellier, l'ouvrage d'Anthony Mangeon poursuit l'objectif ambitieux de dégager l'ensemble des concepts et des postures qui, au-delà de la variété des terrains, structurent l'œuvre amsellienne. En premier lieu, l'ouvrage entend resituer la pensée de l'auteur dans le vaste champ des courants ethnologiques et philosophiques de son époque, l'objectif étant de rendre compte de ses influences intellectuelles tout en montrant les ruptures opérées par l'auteur à leur égard. En second lieu, son but est de mettre en lumière les apports décisifs de la pensée d'Amselle à travers son refus de l'essentialisme et des catégorisations traditionnelles, sa posture dynamiste ou encore son intérêt pour « les rapports de force au sein des sociétés » (p. 11).

2Pour ce faire, Anthropolitiques se présente sous un format singulièrement hybride. Mêlant articles et retranscriptions de débats, le livre contient également quatre essais de Jean-Loup Amselle lui-même. Ce faisant, Anthony Mangeon confère à son ouvrage un caractère dynamique, dans lequel les débats annexés aux articles permettent d'expliciter les intentions des différents auteurs tout en laissant à Jean-Loup Amselle la possibilité de dialoguer avec eux sur certains points cruciaux.

  • 1 L'art de la friche, Paris, Flammarion, 2005.
  • 2 Rétrovolutions. Essais sur les primitivismes contemporains, Paris, Stock, 2010.

3L'ouvrage est divisé en quatre parties. La première propose d'expliciter certains concepts phares de la pensée d'Amselle tout en resituant sa théorie de la déconstruction par rapport à des auteurs tels que Sartre, Heidegger, Derrida ou Gates. La seconde rend compte de travaux réalisés principalement sur des questions touchant à l'art contemporain afin de discuter de l'implémentation des concepts mobilisés par l'anthropologue dans des ouvrages tels que L'art de la friche1. ou encore Rétrorévolutions2 La troisième met en lumière la position d'Amselle dans les débats touchant aux problématiques postcoloniales. La dernière, enfin, teste sur des terrains tels que l'Amazonie, le Pérou ou l'Egypte du XIXe siècle la validité des conceptions amsellienne sur les branchements, la triangulation des cultures et les catégorisations sociales.

  • 3 Les négociants de la Savane, Paris, Anthropos, 1977.
  • 4 Au coeur de l'ethnie [1985], Paris, La Découverte, 1999.
  • 5 Logiques métisses, Paris, Payot, 1990.
  • 6 Cécile Canut, « De l'ethnie comme de la langue ? », in Anthropolitiques, p. 109.

4Dans la première section, Anne Doquet propose de revenir sur le concept de « chaînes de société ». Son but consiste autant à expliciter l'évolution de cette notion au fil des écrits de Jean Loup Amselle qu'à rendre compte de sa réception chez certains anthropologues. L'auteure part ainsi de l'introduction du concept dans Les Négociants de la savane3 en 1977, mobilisé à l'époque afin de rendre compte des échanges commerciaux précoloniaux au long cours et de contribuer à remettre en cause la thèse de l'autosubsistance économique des sociétés paysannes. À travers sa réutilisation dans Au cœur de l'ethnie4 ou Logiques métisses5, l'auteure s'emploie à retracer l'importance de ce concept dans la bataille livrée par Amselle contre le fétichisme ethnique et pour la reconnaissance de la transformation des identités. Dans le texte suivant, Anthony Mangeon et Bernard Traimond s'attachent à mettre en tension l'entreprise de déconstruction d'Amselle avec la phénoménologie sartrienne et l'ethnologie lévi-straussienne. Il s'agit principalement d'illustrer la prégnance de l'influence de Sartre dans l'élaboration de la démarche amsellienne. Pour Mangeon et Traimond, l'importance accordée par le philosophe à la critique des catégories, à la distinction entre sciences sociales et sciences de la nature et à la continuité entre vécu et réel ont conduit Amselle à se détacher rapidement du structuralisme. Cécile Canut, quant à elle, explore l'apport de l'anthropologue à la sociolinguistique à travers sa déconstruction de l'ethnie. Celle-ci, nous dit Canut, a progressivement amené Amselle à prendre ses distances à la fois avec la « dimension géolinguistique du langage »6 et la linguistique structurale afin de mettre l'accent sur la créolité linguistique et culturelle des groupes ethniques. De plus, écrit-elle, il convient de comprendre le langage comme étant à l'intersection des rapports de forces politiques qui structurent les relations entre les ethnies et la constitution des identités.

  • 7 L'art de la friche, Flammarion, Paris, 2005, p. 13.
  • 8 Eric Villagordo, « Jean-Loup Amselle et la sociologie de l'art », in Anthropolitiques, p. 194.
  • 9 Pierre Bourdieu, « La production de la croyance. Contribution à une économie des biens symboliques  (...)
  • 10 Dont le Musée du Louvres, son Département des Arts de l'Islam et le Musée du Quai Branly.
  • 11 Jean-Loup Amselle, « Temporalités et espaces du musée », in Anthropolitiques, p. 225.
  • 12 Exposition de Brett Bailey mettant en scène des performeurs africains en cage pour interpeller le s (...)

5Principalement consacrée aux écrits d'Amselle sur l'art contemporain, la deuxième section voit Valérie Arrault s'interroger sur la convergence artistique de deux esthétiques traditionnellement conçues comme opposées : le trash et le kitsch. Partant du concept de « friche »7 (entendu comme étant à la fois un espace désaffecté et le lieu d'une potentielle émergence de nouvelles formes artistiques), Arrault montre en quoi trash et kitsch entretiennent chacun une certaine résonance avec le contexte libéral et capitaliste dans lequel ils sont englobés. Ces deux courants se rejoignent dans la mesure où ils représentent un art délié de toute règle, affranchi de tout idéal et fondé sur la jouissance immédiate du spectateur, l'un à travers la valorisation de l'abject et l'autre par l'esthétisation des emblèmes consuméristes. Dans sa contribution, Eric Villagordo revient sur la position critique d'Amselle à l'encontre de l'invention collective de l'art contemporain africain. Tout en regrettant « un rendez-vous manqué entre son anthropologie et la sociologie de l'art »8, il propose un rapprochement éclairant entre Amselle et Pierre Bourdieu, insistant sur leur proximité intellectuelle à propos de ce que le sociologue avait analysé sous le terme de « production de la croyance »9. Villagordo explore la critique amsellienne de la production des marques artistiques qui, sous couvert de célébrer « l'art africain », véhiculent des clichés, réactivent le primitivisme et poussent les artistes non-occidentaux à osciller constamment entre une mise en avant de leur occidentalisation et une revendication de leur appartenance à un label identitaire particulier afin de favoriser leur entrée sur le marché artistique. En conclusion de cette section, Jean-Loup Amselle soumet dans un article inédit une réflexion sur le processus de « contemporanéisation » à l’œuvre dans certains musées10. Sa perspective vise à inverser la conception communément admise du lien entre musée et art contemporain. Il s'agit ici de reconnaître que « c'est bien le musée qui fait, qui crée le contemporain »11 plutôt que l'inverse : à travers leur scénographie et le regard qu'ils proposent sur l'histoire, certains musées classiques outrepassent leur fonction initiale de lieu de stockage d'objets en proposant des contenus historiques problématisés de manière à interroger le spectateur sur des questions contemporaines. À ce titre, Amselle note à travers l'exemple d'Exhibit B12 que le recours à la contemporanéité emprunte souvent la mise en avant de questions éminemment postcoloniales.

6Bien que plus courte, la troisième partie s'articule principalement autour de deux exercices comparatistes. Dans le premier, Sylvère Mbondobari propose un rapprochement entre les postures intellectuelles d'Achille Mbembé et d’Amselle. Pour l'auteur, les divergences scientifiques entre les deux auteurs n'empêchent pas de trouver certains points de convergences, notamment lorsqu'il s'agit du rejet de l'essentialisme, de la fixité des labels ethniques ou raciaux et des contradictions internes à la politique d'assimilation française. Dans le second, Mangeon et Brice Herbert Ngouangui mettent en tension les paradigmes d'Amselle et d'Edouard Glissant sur la question du contact des cultures. Là encore, l'objectif principal consiste à rapprocher les deux auteurs, notamment sur la question du phénomène interculturel, tout en mettant l'accent sur les divergences qui apparaissent notamment au niveau du problème de l'universalité des cultures.

  • 13 Rifâ'a al-Tahtâwî, L'Or de Paris, traduit de l'arabe et présenté par Anouar Louca, Sindbad, La bibl (...)

7Dans la dernière partie, Maxime Del Fiol propose une réflexion sur la théorie des branchements à travers une analyse de L'Or de Paris de Rifâ'a al-Tahtâwî13. Ce livre, écrit dans le contexte de la nahda égyptienne (période s'étendant des années 1830 à 1920, caractérisée par un renouvellement du domaine littéraire égyptien par le biais notamment d'emprunts aux genres et thèmes occidentaux), est un compte rendu du voyage effectué par l'universitaire al-Tahtâwî à Paris au XIXe siècle. Entre son admiration pour les libertés politiques et ses craintes quant au déclin religieux touchant la population parisienne, l'auteur esquisse dans l'ouvrage les voies d'une synthèse possible entre les éléments positifs de la culture française et la régénération de l'Islam pour la société égyptienne. Pour Del Fiol, ce projet d'un renouvellement de l'Islam via l'emprunt de traits culturels étrangers illustre avec force le processus amsellien du branchement, entendu comme moyen de revendiquer la vérité de sa propre culture en l'inscrivant dans un dialogue interculturel. L'ouvrage se conclut par un article de Jean-Loup Amselle sur l'industrie du tourisme chamanique en Amazonie. Centrée sur la commercialisation de la substance hallucinogène ayahuasca, cette filière touristique en pleine expansion a vu apparaître, selon l'auteur, de nombreux « entrepreneurs chamaniques » dont l'émergence a contribué à modifier la pratique chamanique. En analysant l'apparition des nouveaux acteurs gravitant autour du « tourisme-ayahusca », Amselle recadre le développement de cette filière dans le contexte général de la diffusion des spiritualités new age. De plus, il montre en quoi le chamanisme touristique, de par sa reprise des thèmes romantiques, s'ancre dans un processus de dépolitisation des acteurs sociaux en invitant les consommateurs à se tourner vers un univers spirituel afin de les aider à supporter leurs conditions d'existence.

8De par la variété des thématiques abordées, la qualité des publications et sa structure résolument dialogique, Anthropolitiques constitue une synthèse pertinente des travaux de Jean-Loup Amselle. Outre l'importance accordée à la validation des concepts, l'ouvrage d'Anthony Mangeon apparaît soucieux d'illustrer par différents biais la singularité de l'oeuvre amsellienne, à la fois dans sa dimension radicale, son refus des catégorisations binaires ou encore dans son intérêt pour les triangulations culturelles. L'agencement et la clarté de chaque contribution ont également pour mérite de rendre la pensée d'Amselle accessible sans pour autant basculer dans une quelconque forme de vulgarisation.

Haut de page

Notes

1 L'art de la friche, Paris, Flammarion, 2005.

2 Rétrovolutions. Essais sur les primitivismes contemporains, Paris, Stock, 2010.

3 Les négociants de la Savane, Paris, Anthropos, 1977.

4 Au coeur de l'ethnie [1985], Paris, La Découverte, 1999.

5 Logiques métisses, Paris, Payot, 1990.

6 Cécile Canut, « De l'ethnie comme de la langue ? », in Anthropolitiques, p. 109.

7 L'art de la friche, Flammarion, Paris, 2005, p. 13.

8 Eric Villagordo, « Jean-Loup Amselle et la sociologie de l'art », in Anthropolitiques, p. 194.

9 Pierre Bourdieu, « La production de la croyance. Contribution à une économie des biens symboliques », in Actes de la recherche en sciences sociales, n°13, février 1977, Paris, EHESS, p. 3-43.

10 Dont le Musée du Louvres, son Département des Arts de l'Islam et le Musée du Quai Branly.

11 Jean-Loup Amselle, « Temporalités et espaces du musée », in Anthropolitiques, p. 225.

12 Exposition de Brett Bailey mettant en scène des performeurs africains en cage pour interpeller le spectateur sur l'horreur des zoos humains, et à travers eux, de la colonisation.

13 Rifâ'a al-Tahtâwî, L'Or de Paris, traduit de l'arabe et présenté par Anouar Louca, Sindbad, La bibliothèque arabe, 1988

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Oscar Desjonqueres, « Anthony Mangeon (dir.), Anthropolitiques. Jean-Loup Amselle, une pensée sans concessions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 juillet 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18688

Haut de page

Rédacteur

Oscar Desjonqueres

Diplômé en Philosophie et en Sociologie-Anthropologie. Doctorant en Anthropologie à l'Université Libre de Bruxelles.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page