Navigation – Plan du site

Antje Bednarek-Gilland, Researching values with qualitative Methods

Clément Dréano
Researching Values with Qualitative Methods
Antje Bednarek-Gilland, Researching Values with Qualitative Methods. Empathy, Moral Boundaries and the Politics of Research, Farnham, Ashgate, 2015, 122 p., ISBN : 9781472419293.
Haut de page

Texte intégral

1Les sciences sociales s'efforcent depuis quelques temps de renouveler leur intérêt pour la question des valeurs et de leur place dans la vie sociale et scientifique. Celles-ci seraient, selon l'expression inaugurale de l'auteure, « de retour sur le menu sociologique » (p. 1), après s'en être longuement absentées, explicitement rejetées ou au mieux griffonnées dans les marges inconfortables et temporaires des carnets d'enquête du sociologue.

  • 1 Voir Bednarek Antje, Young Scottish Conservatives and Conservative Values : A qualitative study of (...)

2Voilà le constat de départ de cet ouvrage, prolongement d'un travail de thèse mené par Antje Bednarek-Gilland sur le parti conservateur en Écosse1, et qui est à la fois un appel à reconsidérer la place qu'occupent les valeurs dans la vie sociale en général, et dans la recherche en sciences sociales en particulier, ainsi qu'un plaidoyer pour un usage des méthodes qualitatives qui soit enfin plus sensible aux dimensions éthiques du travail sociologique. La conviction de l'auteure est donc qu'au lieu d'abandonner toute tentative de prise en compte des valeurs dans la pratique de la recherche, il est au contraire nécessaire et urgent de fournir des outils conceptuels, qui permettent à la fois au sociologue d'étudier la place qu'occupent les valeurs dans la vie sociale quotidienne et de mieux comprendre le rôle que celles-ci jouent dans la production de la réflexivité et de l'objectivité sociologiques.

  • 2 « I [define] values as things that matter transsituatively (in specific situations as well as beyon (...)

3Pour ce faire, l'auteure se consacre tout d'abord à l'élaboration d'une théorie pragmatiste des valeurs, fondée sur l'expérience. Celles-ci sont définies comme ce qui « nous importe (matter) de manière transsituationnelle (dans des situations spécifiques ainsi qu'au-delà de la spécificité de toute situation) et transsubjective (pas seulement pour moi-même, mais aussi pour les autres) » (p. 98)2. L'auteure fait ainsi de l'expérience le concept clé de la vie sociale et éthique. Non seulement celle-ci comprend un principe d'action, dans la mesure où l'expérience vécue individuellement est accumulée au cours du temps, et constitue ainsi la biographie de l'individu, sur laquelle celui-ci s'appuie pour orienter ses actions à venir, mais de plus elle implique une certaine vulnérabilité du sujet, qui tient au caractère relationnel de l'expérience. En effet, l’individu ayant ses besoins et attentes propres, qu'il lui faut articuler au contact des autres, et ne pouvant maîtriser tout à fait le déroulement de situations qui ne dépendent pas que de lui, il s'expose au moins hypothétiquement (et de façon inégale selon les sujets sociaux) à la souffrance physique et morale (p. 14). C'est ce qui fait dire à l'auteure que nous ne nous souçions (care) pas seulement des contenus de nos expériences mais aussi de ceux des autres (transsubjectivité) et que ce souci s'inscrit dans une mémoire à la fois individuelle et sociale qui dépasse la seule situation particulière (transsituationalité). C'est alors ce souci quotidien, au fondement de toute expérience, qui nous porte au jugement moral et qui est donc, selon l'auteure, à l'origine de l'émergence et de la stabilisation des valeurs au sein de la vie sociale.

4Ce faisant, Antje Bednarek-Gilland se positionne tout à la fois à l'encontre d'une démarche individualiste, qui réduirait les valeurs à des choix purement rationnels de l'acteur en fonction de la situation, ainsi qu’à l’encontre d'une perspective holiste-déterministe, qui laisserait peu de place à une approche dynamique de la formation des valeurs, deux perspectives qui, de plus, échouent selon elle à dépasser le « point de vue objectif du spectateur » (p. 13). Le premier mérite de cette approche semble donc de rendre l'étude sociologique des valeurs plus saisissable, moins désincarnée, en invitant le chercheur à prêter une attention renouvelée à la « dimension éthique de la vie quotidienne » (p. 98).

5Cela s'applique de manière privilégiée aux méthodes qualitatives qui, selon l'auteure, constituent le seul moyen de rendre compte de l'expérience et de ses contenus moraux, par reconstruction interprétative des significations subjectives qui constituent le monde vécu (life-world) des individus (p. 20), et qui suppose une attitude de compréhension (Verstehen) du point de vue de l'acteur par le chercheur.

6C'est donc la démarche compréhensive, au fondement des méthodes qualitatives, qui serait la plus à même de mettre en œuvre cette sensibilité éthique que l'auteure réclame pour le sociologue, et de le rendre ainsi plus avisé du rôle joué par ses propres valeurs au cœur du processus de recherche. Car en effet, la pratique professionnelle du sociologue ne se soustrait pas au reste de la vie sociale. En tant qu'expérience de recherche, elle implique également un engagement éthique, le chercheur se souciant (care) lui aussi de son sujet, de son terrain en fonction des valeurs qui sont les siennes.

7Cela amène tout d'abord l'auteure à adopter une position nuancée sur la place à accorder à l'empathie dans les méthodes qualitatives. En tant que pratique à la fois émotionnelle et cognitive de rapprochement des valeurs du chercheur et de l'enquêté (« value congruence » p. 37), l'empathie devrait selon toute attente représenter l'attitude compréhensive et donc sociologique par excellence. L'auteure critique cependant ici une confusion entre empathie et sympathie, et relativise ainsi la portée épistémologique de l'empathie dans la pratique de la réflexivité sociologique (p. 40). En rejetant la fausse alternative entre d'une part, le désengagement éthique complet du sociologue, et d'autre part la compréhension empathique totale de la position de l'enquêté comme seul moyen de produire des données qualitatives satisfaisantes, l'auteure nous invite donc à différencier davantage notre compréhension de la place occupée par les valeurs dans la production du savoir sociologique. Elle semble malgré tout réserver à l'empathie une certaine utilité pratique, en tant que capacité à imaginer se mettre à la place de l'enquêté, favorisant ainsi l'orientation du chercheur sur son terrain (« Empathy as route to knowledge », p. 44).

  • 3 Voir Blee Kathleen, « Ethnographies of the Far Right », Journal of Contemporary Ethnography, n° 36, (...)
  • 4 « cross moral boundaries » (p. 99) ce qui est différent de la conception plus radicale d'adoption d (...)

8Une prise de distance supplémentaire avec le concept d'empathie comme ressource épistémologique réside dans le fait qu'il interdit toute possibilité d'enquête sociologique sur des milieux ou groupes sociaux envers lesquels le chercheur éprouve des difficultés, voire une impossibilité à la mettre en œuvre. L'auteur évoque, en plus de sa propre enquête ethnographique et par entretien auprès des Tories écossais, les enquêtes récentes de Kathleen Blee sur le suprémacisme blanc, ainsi que de David Jansson sur le nationalisme sudiste aux États-Unis3, qui toutes se sont accompagnées, à divers degrés, de conflits entre les valeurs du chercheur et celles des groupes sociaux étudiés, conditionnant ainsi fortement la conduite même de la recherche. En effet, dans de tels cas, le sociologue semble condamné à rester le plus souvent un outsider, ce qui ne signifie pas cependant qu'il n'est pas en mesure de produire une recherche satisfaisante. C'est ce qui amène l'auteure à plaider pour une recherche non-empathique (« non-empathic research » p. 54), qui n'écarte pas la question des valeurs, mais la pose à nouveau frais en termes de frontières morales (moral boundaries), tant culturelles, sociales que professionnelles, entre le chercheur et le groupe social étudié. C'est ici que réside le cœur de l'argumentation ; en refusant de considérer sérieusement le rôle constitutif des valeurs dans le processus de recherche, le sociologue s'interdit de saisir les barrières morales, sociales et culturelles qui sont parties intégrantes de son activité de recherche. Davantage, le manque d'intérêt pour certains groupes sociaux qui apparaissent comme trop éloignés des valeurs défendues par la communauté scientifique (notamment critiques, de justice, d'égalité) tend à produire un vide important dans la connaissance sociologique de certaines populations. Il faut alors que le sociologue s'efforce au mieux de prendre conscience de ses propres valeurs afin d'être à même de pouvoir les franchir (cross)4 au cours du travail de recherche.

9Le souhait de l'auteure semble donc de faire de cette attitude de recherche le contre-pied d'une certaine tendance des sciences sociales, en partie liées à des politiques institutionnelles puissantes, à ignorer ou à faire peu de cas de certains aspects de la vie sociale, dans le but d'équiper plus généralement les sociologues d'outils conceptuels qui puissent leur servir à mieux appréhender – et peut-être à mieux vivre – leur expérience de terrain. Cet appel à la prise de conscience du rôle de la sensibilité éthique du sociologue dans le choix de sa recherche est de plus une invitation à « rechercher au dehors » (« researching out » p. 87) et ainsi à diversifier les intérêts de la recherche sociologique. S'il n'épuise pas la question et n'est pas le seul à la poser, cet ouvrage a néanmoins le mérite de soulever une thématique trop souvent délaissée, et qui devra encore s'imposer et être débattue dans les années à venir.

10On peut toutefois regretter que l'étude de la place des valeurs dans la pratique sociologique soit exclusivement limitée aux méthodes qualitatives de l'entretien et de l'enquête ethnographique, fournissant ainsi peu d'outils pour appréhender sous cet angle d'autres aspects de la recherche sociologique. Un effet supplémentaire de cette limitation semble être par ailleurs la réaffirmation d'une frontière entre sciences « dures », peu préoccupées des questions éthiques, et sciences humaines, négligeant ainsi tout un pan de la recherche en sciences sociales dont se préoccupent par exemple les Science and Technogy Studies (STS) ou les recherches plus récentes en biopolitique, qui à la suite de Michel Foucault, s'intéressent à la manière dont les questions éthiques et de pouvoir sont également intimement liées à la production du savoir en sciences de la nature5.

Haut de page

Notes

1 Voir Bednarek Antje, Young Scottish Conservatives and Conservative Values : A qualitative study of the role of values and evaluation in young Scottish Conservatives' everyday lives, thèse de doctorat en sociologie, Aberdeen, University of Aberdeen, 2011.

2 « I [define] values as things that matter transsituatively (in specific situations as well as beyond the specificity of any one situation) and transsubjectively (not only for myself, but also for others) » (je traduis).

3 Voir Blee Kathleen, « Ethnographies of the Far Right », Journal of Contemporary Ethnography, n° 36, 2007, p. 119-128 et Jansson David, « Internal Orientalism in America : W.J.Cash's 'The Mind of the South' and the spatial constrution of American national identity », Political Geography, n° 22, 2003, p. 293-316.

4 « cross moral boundaries » (p. 99) ce qui est différent de la conception plus radicale d'adoption des valeurs du groupe étudié, tel que cela tend à être le cas pour certaines attitudes de recherche critiques qui se consacrent notamment à l'étude des minorités, en se revendiquant de la théorie du point de vue (standpoint theory). Les gender studies ainsi que les postcolonial studies sont paradigmatiques de cette approche.

5 Voir par exemple les travaux anthropologiques de Paul Rabinow sur le contemporain (http://anthropos-lab.net/), en particulier son projet de recherche collaborative au Synthetic Biology Engineering Research Center (SynBERC).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Dréano, « Antje Bednarek-Gilland, Researching values with qualitative Methods », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 juillet 2015, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18689

Haut de page

Rédacteur

Clément Dréano

Étudiant en master de sociologie à l'université J.W. Goethe de Francfort sur le Main

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page