Navigation – Plan du site

Jean-Marie Schaeffer, L’expérience esthétique

Sami Mecheri
L'expérience esthétique
Jean-Marie Schaeffer, L'expérience esthétique, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2015, 366 p., ISBN : 978-2-07-039980-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La cognition n’est en effet pas propre à un seul cadre ontologique. Le cognitivisme, paradigme fond (...)

1Si l’on pourrait penser qu’aucun principe général ne saurait expliquer la diversité des réactions que la contemplation d’une œuvre suscite, Jean-Marie Schaeffer, dans son dernier essai, soutient qu’un tel principe existe : une modalité d’expérience spécifique – l’expérience esthétique – exploiterait le répertoire commun de nos ressources attentionnelles et affectives en leur imprimant une inflexion non seulement particulière, mais à bien des égards singulière. Pour élaborer cette proposition, l’approche de l’auteur consiste à remonter des phénoménologies multiples de ce type d’expériences vers les processus mentaux qui leur sont sous-jacents, en recourant abondamment aux savoirs disponibles en psychologie cognitive et en neurosciences. En cela, même si l’enjeu de l’enquête est essentiellement conceptuel et philosophique, le discours porte – puisque l’auteur considère, à l’instar de John Searle ou Daniel Dennett, qu’il serait dépourvu de sens de prétendre réfléchir philosophiquement sur la constitution ontologique d’un phénomène sans se référer aux sciences qui en ont fait un objet d’étude privilégié – sur une réalité psychologique. L’ouvrage peut ainsi se lire de deux manières, qui ne sont pas exclusives l’une de l’autre : il constitue à la fois une introduction à la philosophie esthétique et une mise en perspective appliquée des connaissances issues des sciences cognitives, telles qu’elles se sont développées dans un courant cognitiviste1.

  • 2 Soit une forme étrangère à toute connexion avec la vie et découlant uniquement de lois inhérentes a (...)
  • 3 Heidegger Martin, « L’origine de l’œuvre d’art », in Wolfgang Brokmeier (trad.), Chemins qui ne mèn (...)
  • 4 Dickie George, « Le mythe de l’attitude esthétique », in Lorries Danièle (éd. et trad.), Philosophi (...)

2Dès le premier chapitre, en amont d’une clarification des diverses définitions de la notion d’expérience – de Heidegger à Dickie, en passant par Dewey et Gadamer ; plus de cinq acceptions du terme sont passées en revue – l’auteur sonne le glas d’une perspective égarante au point de vue théorique, selon laquelle il existerait un mode de transmission esthétique immédiat entre un objet et un observateur, qui dépouillerait ipso facto notre relation aux œuvres de toute médiation cognitive. Selon l’auteur, cette conception d’une esthétique conçue comme une forme pure2, qui produirait un sentiment esthétique tout aussi pur, influente au XXe siècle, est une inanité, puisqu’elle repose sur deux objections qui ne tiennent qu’à une double réduction : celle de l’esthétique à l’art et celle de la dimension expérientielle à l’expérience vécue subjective. La première objection, d’ordre ontologique, est issue de la philosophie continentale. Celle-ci s’en prenait à l’expérience esthétique car cette notion lui paraissait indissociable de la mise en avant de l’expérience vécue, tandis que ses conceptions dotaient l’art d’une fonction d’avant-garde, en avance sur la vie des récepteurs, qui disqualifiait donc l’expérience vécue des contemporains3. La seconde objection, d’ordre logique, est issue de la philosophie analytique. Elle écartait l’idée d’une expérience esthétique comme relation particulière au monde, parce qu’elle considérait que ce qui distingue la sphère dite esthétique des autres sphères de l’activité humaine est uniquement le type d’objet auquel elle se rapporte, à savoir l’œuvre d’art, dont le statut de candidat à l’appréciation ne tient qu’à la décision de l’institution artistique4. Jean-Marie Schaeffer prend le contrepied de ces deux conceptions, avec une notion d’expérience indépendante de celle d’œuvre d’art, et avec une expérience esthétique prise comme relation interactive avec le monde plutôt qu’une certaine façon de vivre consciemment cette expérience (c’est-à-dire l’expérience vécue), afin de rendre compte des processus attentionnels et appréciatifs impliqués dans la réorientation de nos ressources cognitives communes en régime esthétique. Ce projet fait fond autour de la description de la phénoménologie de base de l'expérience esthétique comme expérience attentionnelle (i.e. l’attention accordée au monde), émotive (i.e. l’évaluation des événements qui y surviennent et nous affectent) et hédonique (i.e. notre façon de nous y sentir) qui fait l'objet de trois chapitres centraux consacrés chacun à une de ces trois dimensions.

  • 5 Afin de lever toute ambiguïté, il est important d’indiquer que la thèse de l’auteur ne conçoit pas (...)
  • 6 Ce propos peut être avantageusement complété et approfondi par la lecture des travaux portant sur l (...)

3Dans le premier d’entre eux, la condition d’entrée dans l’expérience esthétique est située par l’auteur dans une activité attentionnelle dépragmatisée, c’est-à-dire exercée pour elle-même, dont le résultat cognitif, au contraire d’une décision ou d’une action, ne peut être directement investi dans notre interaction avec l’environnement. Le secret de toute expérience esthétique résiderait ainsi dans un traitement attentionnel non contraint par une tâche spécifique – elle n’a pas de but, au sens fort du terme, fixé en amont – qui permettrait à la cible de l’attention d’être définie par, et au cours de l’exploration visuelle elle-même. En conséquence, le premier symptôme de l’attention orientée esthétiquement que souligne l’auteur est le phénomène de saturation attentionnelle, qui se manifeste lorsqu’un nombre indéterminé de propriétés environnementales sont pertinentes. L’auteur donne un exemple éclairant : dans un diagramme de Bourse, seul le positionnement relatif de la ligne par rapport aux coordonnées cartésiennes sera pris en compte, alors que dans un dessin de la ligne de crête d’un massif montagneux qui coïnciderait en tout point avec le tracé de ce cours de Bourse, toute caractéristique perceptible pourra être potentiellement sélectionnée5. Le fait que la richesse contextuelle soit activement recherchée en situation esthétique conduit l’auteur vers la description d’un deuxième trait notable de l’attention orientée esthétiquement : une plus grande sollicitation de notre capacité de traiter parallèlement (en même temps plutôt qu’en série) plusieurs sources informationnelles. Ce déplacement de stratégie attentionnelle implique que l’attention en régime esthétique accorde très peu d'importance aux processus de catégorisation perceptive des informations visuelles entrantes. Par un tel constat, l’attention pragmatique est à nouveau mise en contraste, puisque celle-ci a essentiellement recours au mode de traitement sériel, qui privilégie la sélectivité des traits pris en compte et la montée rapide vers des niveaux d'interprétation élevés, en appariant les attributs associés au stimulus aux catégories cognitives existantes (i.e. ensembles d’objets considérés comme équivalents par un individu). On retiendra que le retard dans la catégorisation a pour conséquence d’augmenter la quantité d’informations pouvant accéder à l’attention avant la constitution du résultat perceptif, mais aussi de réduire le poids des représentations préconstruites et socialement partagées dans l’activité perceptive. Enfin, Jean-Marie Schaeffer invite à considérer un troisième trait de l’attention esthétique, qui tient à la prédominance d’un mode d’attention distribué – lorsque l’observateur balaie le champ visuel sans privilégier aucune zone – plutôt que focalisé – lorsque l’observateur est dirigé vers la focalisation d’une cible avant qu’elle n’apparaisse – dont l’émergence s’explique par une posture de réceptivité généralisée et indéterminée chez le percevant6.

4Dans les chapitres trois et quatre, l’auteur pose un cadre de réflexion pour penser les composantes émotive et hédonique de l’expérience esthétique ainsi que la manière particulière dont celles-ci se nouent à l’attention en situation esthétique. Si une relation circulaire entre émotion et attention est d’abord classiquement envisagée – les émotions sont le résultat d’opérations menées sur des jugements, résultant d’actes attentionnels mais aussi des facteurs endogènes capables de biaiser notre attention – Jean-Marie Schaeffer postule ensuite de manière très originale l’existence d’un calculateur hédonique, qui évaluerait dans la relation esthétique les caractéristiques internes du traitement attentionnel. Selon ce postulat, lorsque nous regardons un tableau, le caractère plaisant ou non de ce regard serait évalué en temps réel par un calculateur, dont l’action se traduit par un biais favorable ou défavorable pour l’approfondissement de l’activité attentionnelle. En décrivant ce calculateur hédonique, l’auteur revient hors de la relation esthétique pour y montrer que celui-ci évalue en situation normale les objets de l’attention et non pas l’attention comme processus. Selon l’argument avancé, un processus attentionnel pragmatique régulé par sa valence hédonique (i.e. qualité de ce qui est plaisant ou déplaisant) risquerait d’être biaisé, au sens où il ne serait plus attaché à la transmission de l’information juste permettant d’interagir de manière efficience avec l’environnement. Ainsi, en situation esthétique, la valence hédonique qui accompagne en toute circonstance les traitements perceptivo-cognitifs, et les lie à des états émotifs, est déplacée du résultat vers le processus attentionnel lui-même. L’auteur termine cette partie en exposant une formalisation remarquable selon laquelle la relation attentionnelle esthétique navigue toujours entre deux écueils antihédoniques : le risque que l'objet sur lequel porte mon attention dépasse les capacités de mes ressources attentionnelles (i.e. le découragement) et le risque inverse qu'il ne les engage pas assez (i.e. l’ennui). L’ouvrage est conclu par un cinquième et dernier chapitre beaucoup moins en contact avec l’empirie – mais dont la dimension spéculative est relevée par l’auteur lui-même – qui tente d’élucider comment un comportement engageant tant de surinvestissements, notamment du point de vue des ressources attentionnelles, a pu se maintenir au cours de l’histoire de l’évolution humaine.

  • 7 Le discours de l’auteur, pour faire sens, a besoin à la fois des phénomènes mentaux (i.e., les expé (...)

5En définitive, on appréciera dans cette publication la volonté affirmée et respectée de montrer que « la notion d'esthétique n'est pas condamnée à rester molle » (p. 40). Le lecteur non accoutumé à envisager la notion d’expérience comme un lieu d’unité cognitive doit toutefois être ici prévenu : la surface accordée aux repères notionnels en psychologie et en neurosciences pourra le rendre plus d’une fois impatient. Au terme du parcours proposé par l’auteur, reste un enjeu théorique d’importance lié à la nature des liens esprit/matière qui réclament bien plus d’explications que celles qui sont fournies par l’auteur7. Mais l’apport majeur de ce volume provient sans conteste de la liaison instaurée dans un même cadre explicatif entre des dimensions phénoménologiques vécues en première personne et des dimensions perceptivo-cognitives en grande partie inconscientes et non accessibles à quelque démarche réflexive ou introspective que ce soit. On ne peut que conseiller la lecture de ce stimulant essai.

Haut de page

Notes

1 La cognition n’est en effet pas propre à un seul cadre ontologique. Le cognitivisme, paradigme fondateur et encore dominant des sciences cognitives, s’articule autour des déterminants ontologiques suivants : d’une part, les stimulations issues de l’environnement ne sont pas traitables en tant que telles et doivent être transformées pour avoir une valeur fonctionnelle dans un processus perceptivo-cognitif plus global ; et donc, d’autre part, l’homme est considéré comme une machine à traiter de l’information à capacité limitée. Dans ce cadre, un acteur doit, pour percevoir le monde, commencer par construire des structures mentales internes qui le représentent et s’y substituent. D’autres paradigmes – non abordés dans l’ouvrage – s’érigent en contradiction fondamentale avec le cognitivisme en proposant des approches non-représentationnistes de la cognition (voir Varela Francisco, Thompson Evan et Rosch Eléanor, L’inscription corporelle de l’esprit : sciences cognitives et expérience humaine, Paris, Seuil, 1993).

2 Soit une forme étrangère à toute connexion avec la vie et découlant uniquement de lois inhérentes aux lignes et aux couleurs, dont les combinaisons doivent créer un monde absolument hermétique.

3 Heidegger Martin, « L’origine de l’œuvre d’art », in Wolfgang Brokmeier (trad.), Chemins qui ne mènent nulle part, Paris, Gallimard, 1962, p. 11-68.

4 Dickie George, « Le mythe de l’attitude esthétique », in Lorries Danièle (éd. et trad.), Philosophie analytique et esthétique, Paris, Klincksieck, 1988, p. 115-134.

5 Afin de lever toute ambiguïté, il est important d’indiquer que la thèse de l’auteur ne conçoit pas les propriétés esthétiques comme des propriétés intrinsèques des objets, et conséquemment, comme des faits supposés exister indépendamment de tout état mental. L’adjectif esthétique se réfère dans l’ouvrage à un type de relations aux choses et non à une classe d’objets ou à un ensemble de propriétés objectales.

6 Ce propos peut être avantageusement complété et approfondi par la lecture des travaux portant sur la « cécité inattentionnelle » dont les plus influents sont ceux de Christopher Chabris et Daniel Simons. Ils montrent que toute tâche perceptive (pragmatique, pour reprendre la terminologie de Schaeffer) ne peut être que sélective, puisque l’information projetée sur la rétine dépasse nos capacités de traitement. Ainsi, même lorsqu’une activité perceptive pragmatique vise à considérer un maximum d’informations (e.g., lors de l’inspection de bagages radiographiés aux rayons X), le mode d’attention focalisé contraint l’exploration visuelle d’un acteur sur la base de ses connaissances antérieures et laisse différentes zones de l’environnement inexplorées. Rien de tel dans le cadre de l’expérience esthétique.

7 Le discours de l’auteur, pour faire sens, a besoin à la fois des phénomènes mentaux (i.e., les expériences esthétiques) pour expliquer nos comportements en situation esthétique, mais doit en même temps les réduire à des phénomènes physiques (i.e., les processus attentionnels et hédoniques) pour que la causalité entre les premiers phénomènes et les seconds soit possible. Le problème de l'influence causale des états mentaux, en l’absence d’explications, reste alors posé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sami Mecheri, « Jean-Marie Schaeffer, L’expérience esthétique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 juillet 2015, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18692

Haut de page

Rédacteur

Sami Mecheri

Docteur de l’université de Rouen, chercheur associé au laboratoire CesamS, université de Caen Basse-Normandie, équipe « Perceptions, Actions Motrices et Adaptations »

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page