Navigation – Plan du site

Jean-Pierre Delas et Bruno Milly, Histoire des pensées sociologiques

Marie Peretti-Ndiaye
Histoire des pensées sociologiques
Jean-Pierre Delas, Bruno Milly, Histoire des pensées sociologiques, Paris, Armand Colin, coll. « U Sciences humaines & sociales », 2015, 464 p., 4e édition revue et augmentée (1re éd. 1997), ISBN : 978-2-200-60145-4.
Haut de page

Texte intégral

1Quatrième édition de l’Histoire des pensées sociologiques, ce livre se décompose en onze chapitres. Les quatre premiers sont respectivement consacrés aux premiers questionnements sur la société, à l’apparition de la sociologie, à quatre figures tutélaires de la discipline et à son essor après la Seconde Guerre mondiale. La deuxième partie de l’ouvrage présente cinq grands courants de pensée. Des questionnements sur les liens qu’entretient la sociologie avec des disciplines proches – économie, anthropologie et psychologie principalement – apparaissent de manière transversale. Ils sont également au cœur du dernier chapitre, ce qui constitue le principal ajout de cette quatrième édition.

2Cette publication vise à nourrir les questionnements épistémologiques développés en introduction. Après avoir présenté schématiquement les polarisations autour des objets et des méthodes sociologiques, les auteurs y soulignent, en effet, la pluralité et les évolutions de la pensée sociologique et leurs implications en matière de théorisation.

  • 1 Voir, à ce propos : Olivier Carré, « À propos de la sociologie politique d’Ibn Khaldûn », Revue fra (...)

3Le premier chapitre, dans lequel sont présentés les « prédécesseurs », ajoute à cette première approche une définition par la négative : quels que soient les apports de Platon, d’Aristote, de Saint-Augustin ou encore des Lumières, des théories du contrat et du positivisme, leurs questionnements sur la société ne sont pas inscrits dans une « démarche systémique » qui permettrait l’émergence d’un questionnement réellement sociologique. L’on peut regretter dans ce chapitre l’absence de référence aux travaux d’Ibn Khaldun1 et, plus largement, aux questionnements ayant émergé en dehors de l’Europe.

  • 2 Ils évoquent, à ce propos, la prédominance des sciences « de l’État et de la politique » dans le co (...)

4L’autonomisation permise par l’institutionnalisation de la sociologie est étudiée dans le chapitre 2 sous quatre facettes : l’incidence des contextes nationaux, la conflictualité, les fondateurs et courants dominants et, enfin, la présence ou l’absence de successeurs. Après une présentation rapide des contextes anglais et italien, les auteurs indiquent comment la sociologie s’est structurée en France autour de la figure d’Émile Durkheim et expliquent pourquoi l’autonomisation de la sociologie fut plus tardive en Allemagne2. Aux États-Unis, l’institutionnalisation exceptionnellement rapide de la sociologie américaine est liée à l’absence de corporatisme d’un système universitaire « décentralisé et jeune ». Pour autant, la faible reconnaissance dont bénéficient alors les travaux précurseurs de William Burghardt Du Bois, montrent, au-delà de la prégnance du racisme, la prédominance, au niveau théorique, du darwinisme social et de l’organicisme spencérien.

  • 3 Mécanisme qui vise à renforcer les opinions majoritaires en poussant ceux dont la pensée diverge à (...)
  • 4 Les auteurs évoquent, à ce propos, Les formes élémentaires de la vie religieuse (Émile Durkheim, Le (...)
  • 5 Les auteurs citent notamment les critiques de Jack D. Douglas (Jack D. Douglas, The meaning of suic (...)

5Le troisième chapitre de l’ouvrage est consacré à l’étude des travaux de « quatre fondateurs » : Alexis de Tocqueville, Karl Marx, Émile Durkheim et Max Weber. Appréhendé comme un « précurseur de l’individualisme », Tocqueville est caractérisé par l’originalité de ses méthodes – ethnographique, historique et comparatiste. Particulièrement féconde malgré l’évolutionnisme et l’ethnocentrisme qui imprègnent parfois ses écrits, cette démarche a permis à Tocqueville de proposer des réflexions innovantes sur ce que l’on nomme dorénavant la « mobilité sociale » ou la « spirale du silence »3. C’est également par son influence plurielle – en matière de représentations du social, de méthodes et de concepts – que les auteurs introduisent l’approche de Karl Marx. D’une méthode, le holisme, qui met l’accent sur l’incidence déterminante des rapports sociaux de production sur la société, son idéologie et ses institutions, à la production de concepts tels que l’ « aliénation » ou le « fétichisme de la marchandise », il influencera particulièrement le structuralisme et la sociologie des classes sociales. L’influence contemporaine de Durkheim se caractérise, quant à elle, par un regain d’intérêt pour ses travaux les plus « compréhensifs »4 au détriment du holisme méthodologique et de l’approche quantitativiste présents dans De la division du travail social et Le Suicide, qui ont fait l’objet de critiques renouvelées après la Seconde Guerre mondiale5. A contrario, la méthode wébérienne, axée sur la compréhension et l’explication d’une activité sociale définie par le sens que lui confèrent les acteurs, aurait, selon les auteurs, une influence croissante à l’heure du « retour de l’acteur ». Ce troisième chapitre conclut toutefois sur l’importance de considérer, au-delà des antagonismes, les proximités entre ces deux derniers « fondateurs », qui ont, tous deux, œuvré pour la scientifisation de la sociologie.

  • 6 Les auteurs évoquent l’influence de Georges Gurvitch sur la sociologie de la connaissance, celle de (...)
  • 7 Luc Boltanski et Ève Chiappello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2011.

6Le chapitre 4 est consacré au double mouvement, impulsé après la Seconde Guerre mondiale, d’autonomisation institutionnelle et de « diversification » de la discipline. En France, l’assise durkheimienne se fissure après-guerre. Plusieurs écoles émergent alors sans parvenir à unifier le paysage intellectuel6. Des processus proches sont observés en Grande-Bretagne et en Allemagne. Dans les années 1960 et 1970, les bouleversements sociologiques conduisent à l’émergence de nouveaux questionnements ayant trait à la société « post-industrielle » et aux revendications « post-matérialistes ». Les controverses animées par Karl Popper en Allemagne et par Thomas Kuhn aux États-Unis sur les critères de scientificité en constituent le pendant épistémologique. Elles contribuent à creuser les écarts théoriques entre les différentes écoles. Le tournant des années 80, marqué par l’émergence d’une société post-fordiste et d’un Nouvel esprit du capitalisme7 conduit à l’irruption de la sociologie dans l’espace public sous la demande de décideurs désormais en attente d’éclairages sociologiques.

7Le chapitre 5 présente les déploiements de la « perspective culturaliste » de Columbia à Birmingham en passant par les travaux de Philippe D’Iribarne en France. Après avoir souligné l’influence du courant « Culture et Personnalité » puis rappelé les critiques qui lui ont été adressées et notamment son « incapacité à expliquer la diversité culturelle et le changement social », les auteurs présentent quelques ouvrages s’inscrivant dans les « prolongements » de cette perspective, tels La culture du pauvre de Richard Hoggart ou La foule solitaire de David Riesman. Ils soulignent également la « force du préjugé anti-culturaliste dans la sociologie française », justifiée par les écueils dont le discours culturaliste peut être porteur.

  • 8 Cette approche se retrouve dans les travaux de l’anthropologue Alfred R. Raddcliffe-Brown, pour leq (...)
  • 9 Dans Qu’est-ce que la sociologie, Norbert Elias soulignera notamment comment le qualificatif « dysf (...)

8Le sixième chapitre est consacré aux fonctionnalismes. Si la notion de « fonction » est déjà présente dans les travaux de Durkheim, elle devient avec Bronislaw Malinowski un facteur explicatif de premier ordre. L’anthropologue sera d’ailleurs considéré comme le fondateur de ce courant inscrit dans la lignée de la sociologie organiciste, qui apparaît dans les années 30 et revêt plusieurs formes : le « fonctionnalisme absolu », le « structuro-fonctionnalisme » et le « fonctionnalisme de moyenne portée ». La première apparaît dans les travaux de Malinowski, en opposition à l’évolutionnisme et au diffusionnisme qui marquent alors la pensée anthropologique : la société apparaît comme un système cohérent dont les différentes composantes, toutes nécessaires, visent à satisfaire des besoins8. Le structuro-fonctionnalisme de Talcott Parsons se caractérise, quant à lui, par une conception spécifique des sous-systèmes culturel, social, psychique et biologique, pensés comme interdépendants. Marquée par l’évolutionnisme, cette approche fera, dès les années 60, l’objet de nombreuses critiques9. La troisième forme, qui transparaît dans les écrits de Robert King Merton, entend y répondre en prônant un ancrage empirique au service d’une réflexion vigilante aux impacts idéologiques de la théorisation.

9Marquant, dans les années 1960, des disciplines aussi variées que la psychologie, la psychanalyse, la sémiologie, l’anthropologie et la sociologie, le structuralisme se caractérise, quant à lui, par l’intérêt porté à la synchronie pour identifier ces « structures cachées » qui échappent à la conscience des acteurs, dans la lignée des travaux de Ferdinand de Saussure sur le langage. Claude Lévi-Strauss appliquera le premier ces principes à l’étude des sociétés. Il révèlera ainsi l’existence d’un « système structural de parenté » qui permet de « contenir la violence » entre lignées. Intégrant une perspective diachronique et à cheval sur plusieurs champs disciplinaires, la démarche de Michel Foucault est, quant à elle, axée vers l’identification de ces « ensembles historiques » qui fondent les structures de la folie, de la prison, de la connaissance ou encore de la sexualité. Proche, à l’origine, de ces théories, Pierre Bourdieu prendra toutefois ses distances avec la pensée structurale. Il fondera sa propre école autour du Centre de Sociologie Européenne puis de la revue Actes de la Recherche en Sciences Sociales.

10Les chapitres 8 et 9 sont consacrés à deux courants opposés au holisme : l’individualisme méthodologique et l’interactionnisme symbolique. L’expression « individualisme méthodologique » renvoie en premier lieu à une méthode : les phénomènes sociaux sont expliqués par les comportements des individus. Elle désigne aussi un courant insistant sur l’autonomie des acteurs, parfois dans une perspective libérale. L’empreinte des raisonnements économiques est particulièrement forte. L’association entre « homo sociologicus » et « homo oeconomicus » fondera grand nombre des critiques qui lui seront adressées.

  • 10 Définie par Harold Garfinkel comme « étude de l’organisation du savoir d’un membre de ses affaires (...)

11L’interactionnisme symbolique et l’ethnométhodologie se sont quant à eux développés en tentant d’éviter les écueils de l’individualisme méthodologique comme du holisme. Ces courants s’intéressent aux significations des relations sociales pour les acteurs en intégrant les perspectives micro- et macrosociologiques. Parfois critiqués pour la faiblesse de leurs travaux de théorisation, voire pour le faible éclairage qu’ils apportent à la compréhension des rapports de domination, les interactionnistes ont développé une méthode et des concepts qui imprègnent très largement aujourd’hui le travail des sociologues. Certaines perspectives interactionnistes ont, en outre, été durcies par les ethnométhodologues qui ont cristallisé, de ce fait, les critiques10.

12Le dernier chapitre de l’ouvrage est consacré aux relations qu’entretient la sociologie avec l’économie, l’anthropologie et la psychologie. Saisies dans une perspective diachronique, ces relations s’inscrivent dans un cadre institutionnel et politique souvent marqué par la rivalité. Elles n’en soulèvent pas moins des questionnements épistémologiques : Qu’est-ce qui distingue les champs, les objets et les projets des différentes disciplines ? Elles permettent aux auteurs de conclure à l’avènement de l’interdisciplinarité. Pour ces derniers, la sociologie constitue aujourd’hui une science mature qui doit dialoguer avec ces disciplines sur des objets communs – tels que l’expérience de la maladie ou les représentations sociales – et développer « des modes d’intervention et d’engagement » pour influer sur le social.

13Cet ouvrage, très dense, est sous-tendu par une volonté didactique qui permet à différents ordres de questionnements de se déployer sans tomber dans les simplifications inhérentes aux entrées généalogiques, géographiques ou notionnelles.

Haut de page

Notes

1 Voir, à ce propos : Olivier Carré, « À propos de la sociologie politique d’Ibn Khaldûn », Revue française de sociologie, vol. 14, n°1, 1973, p. 115-124.

2 Ils évoquent, à ce propos, la prédominance des sciences « de l’État et de la politique » dans le contexte universitaire allemand du fait des enjeux liés au nationalisme allemand de la fin du XIXe siècle, d’une part, et des conflits entre « sociologie systématique » et « sociologie historique », de l’autre. Fernand Tonniës, Georg Simmel et Leopold Von Wiese sont les représentants de la sociologie systématique, envisagée comme « science de la société en tant que telle ». La « sociologie historique » consiste, quant à elle, en l’application de la méthode sociologique à des processus historiques. Franz Oppenheimer prône ainsi la découverte de lois sociologiques issues de l’étude de l’histoire pour rompre avec les visions naturalisantes des classes sociales. Cette perspective donnera également lieu aux conceptions relativistes des idéologies et des générations de Karl Mannheim et à la caractérisation d’une « structure de classe » au sein de laquelle les individus circulent par Joseph Aloys Schumpeter.

3 Mécanisme qui vise à renforcer les opinions majoritaires en poussant ceux dont la pensée diverge à se taire par peur de l’isolement.

4 Les auteurs évoquent, à ce propos, Les formes élémentaires de la vie religieuse (Émile Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie, Paris, Presses universitaires de France, 2008).

5 Les auteurs citent notamment les critiques de Jack D. Douglas (Jack D. Douglas, The meaning of suicide, Princeton, Princeton University Press, 1967).

6 Les auteurs évoquent l’influence de Georges Gurvitch sur la sociologie de la connaissance, celle de Georges Friedman en sociologie du travail et de Raymond Aron « dans l’ouverture à d’autres traditions et à d’autres disciplines ».

7 Luc Boltanski et Ève Chiappello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2011.

8 Cette approche se retrouve dans les travaux de l’anthropologue Alfred R. Raddcliffe-Brown, pour lequel la fonction commune aux différentes composantes est de contribuer à la continuité et au maintien de l’ensemble.

9 Dans Qu’est-ce que la sociologie, Norbert Elias soulignera notamment comment le qualificatif « dysfonctionnel » a pu constituer en un jugement de valeur visant à légitimer l’ordre social (Norbert Elias, Qu’est-ce que la sociologie ?, Paris, Poche, 2003).

10 Définie par Harold Garfinkel comme « étude de l’organisation du savoir d’un membre de ses affaires quotidiennes, de ses propres activités organisées, lorsque nous considérons ce savoir comme faisant partie du cadre même qui le rend organisable » (Harold Garfinkel, « Ethnométhodologie », Sociétés : revue des sciences humaines et sociales, vol. 1, 1985, p. 35-39, p. 6, cité p. 40) et inspirée par la phénoménologie autant que par l’interactionnisme, l’ethnométhodologie se développe en Californie et propose de nouveaux concepts (indexicalité, réflexivité, …) empruntés pour certains d’entre eux à la linguistique. Ce courant fut notamment critiquée pour son « orgie de subjectivisme » (Lewis Coser, « Presidential Adress : Two Methods in Search of a Substance, American Sociological Review, vol. 40, n° 6, 1975, p. 691-700, cité p. 449).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Peretti-Ndiaye, « Jean-Pierre Delas et Bruno Milly, Histoire des pensées sociologiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 22 août 2015, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18704

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page