Navigation – Plan du site

Marcus Morgan, Patrick Baert, Conflict in the Academy. A Study in the Sociology of Intellectuals

Lionel Francou
Conflict in the Academy
Marcus Morgan, Patrick Baert, Conflict in the Academy. A Study in the Sociology of Intellectuals, Palgrave Macmillan, coll. « Pivot », 2015, 96 p., ISBN : 978-1-137-52128-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marcus Morgan, « The poverty of (moral) philosophy: Towards an empirical and pragmatic ethics », Eu (...)
  • 2 Marina Chao, Carlotta Monini, Signe Munck, Samuel Thomas, Justine Rochot, Cécile Van de Velde, « Le (...)
  • 3 Bernard Fusulier, Maria Del Rio Carral, Chercheur-e-s sous haute tension. Vitalité, compétitivité, (...)

1Collègues au département de sociologie de l’Université de Cambridge, Marcus Morgan et Patrick Baert partagent un intérêt commun pour la théorie sociale et le pragmatisme1. Ils collaborent au sein d’un projet de recherche international, financé par l’Union européenne (Interco SSH – International Cooperation in the SSH), qui a pour objectif d’éclairer le développement et l’institutionnalisation des sciences sociales et des lettres (humanities), au sein de plusieurs pays européens et entre eux, depuis 1945. Cette question de la perméabilité d’une discipline, dans un contexte national (voire local) donné, aux influences intellectuelles prenant leurs sources dans d’autres contextes nationaux et d’autres disciplines, trouve un écho particulier dans le présent ouvrage. En moins de cent pages, les auteurs font preuve d’une concision d’autant plus remarquable qu’ils réalisent une analyse donnant la part belle aux éléments empiriques issus du terrain étudié, tout en prenant en compte le contexte dans lequel celui-ci s’inscrit et en dégageant des questionnements épistémologiques plus transversaux. Si le milieu de la recherche scientifique et son organisation pour le moins particulière peuvent produire, pour certains de ses acteurs plus que pour d’autres, une certaine solitude2, il est également un lieu où foisonnent des dynamiques, parfois contradictoires, de coopération et de compétition3. Le conflit n’est dès lors pas en reste au sein de cet environnement concurrentiel marqué par des jeux de pouvoir qui sont très souvent tus, y compris par la sociologie des intellectuels qui a tendance à leur préférer la dimension collaborative de l’émulation intellectuelle.

  • 4 Tous les passages cités ont été traduit par le rédacteur du compte rendu.
  • 5 Notamment Michèle Lamont, How Professors Think: Inside the Curious World of Academic Judgement, Cam (...)

2Dans cet ouvrage, les auteurs ont cherché à mettre en évidence les différends et les controverses qui traversent en certains moments de façon particulièrement tangible et publique le monde scientifique. En s’appuyant sur l’étude d’un cas emblématique, ils souhaitent éclairer cette « boîte noire »4 qui est très souvent ignorée par les sociologues, bien que certains s’y attèlent parfois, jouant alors un rôle essentiel dans la réflexivité des sciences humaines et sociales5. Ce livre, qui appartient à cette catégorie de travaux, reconstitue a posteriori l’affaire MacCabe, du nom d’un jeune enseignant de la faculté de littérature anglaise à l’Université de Cambridge qui, au début des années 1980, n’a pas été retenu pour un poste permanent. Bien qu’il fût soutenu par une partie des membres de son département, d’autres l’ont rejeté ardemment, justifiant alors leur décision par ses influences théoriques jugées trop hétérodoxes. S’ensuit à l’époque un débat aussi intense que public, qui trouvera un important écho médiatique et international, sur la légitimité de ce choix et le danger incarné par de nouveaux courants théoriques issus des sciences sociales et de l’étranger (rapidement dénoncés et amalgamés sous la dénomination de « structuralisme »). Si les auteurs du présent ouvrage n’étaient pas impliqués dans cette controverse, ils l’ont patiemment reconstruite en s’appuyant pour ce faire sur différentes sources, à savoir principalement des entretiens réalisés récemment avec des protagonistes de l’époque, des archives des débats qui ont eu lieu (au sein de commissions ou devant un public élargi), et toutes sortes de documents qui furent écrits à l’époque ou par la suite, notamment dans la presse. Cette méthodologie variée, et le caractère public des délibérations et débats à l’époque, a permis aux auteurs de reconstituer les échanges, préalable indispensable aux analyses de contenu qu’ils réalisent et au regard qu’ils portent sur les performances des individus et des groupes impliqués. Le choix d’une controverse s’étant déroulée il y a un certain temps et en dehors des sciences sociales leur permet d’éviter de prendre eux-mêmes parti dans leur analyse, instaurant ainsi une « distance chronologique et émotionnelle » nécessaire. De plus, jusqu’à présent, peu d’études des controverses scientifiques ont été menées dans le domaine des lettres. Les auteurs contribuent ainsi à la sociologie de la connaissance par un angle moins classique que celui des idées, puisqu’ils cherchent à saisir les différends comme des constructions culturelles influencées par l’environnement dans lequel ils se produisent. Néanmoins, les conflits et relations qui caractérisent le milieu de la recherche sont loin d’être sans influence sur les idées et leur sélection.

3L’ouvrage est divisé en deux parties, chacune composée de deux chapitres. La première partie s’attache à contextualiser l’objet d’étude, retraçant une chronologie des évènements (utile pour comprendre les analyses qui suivent) et soulignant une série d’éléments de cadrages, comme les changements qui touchaient à l’époque l’enseignement et la recherche universitaires en Angleterre, ainsi que l’influence particulière des colleges, assez autonomes et influents à l’Université de Cambridge. Ces différents éléments permettent de prendre du recul sur les débats et d’identifier des pistes explicatives qui, sinon, n’auraient sans doute pas pu être perçues dans les seules prises de paroles. Dans la seconde partie, intitulée « Symbolic Struggles and Performative Positioning » (« Luttes symboliques et positionnement performatif »), Marcus Morgan et Patrick Baert analysent la façon dont se positionnent les différents groupes impliqués dans ce débat et décrivent plusieurs stratégies (et répliques) mises en place pour gagner la joute en cours : constructions de récits, références à divers ordres de valeurs, tentatives de (dé)sacralisations, etc. D’un côté, les « pros », qui soutiennent ardemment qu’il est nécessaire d’examiner la façon dont la décision controversée a été prise, criant au déni de justice, et, de l’autre, les « antis » qui s’y opposent, de façon tout aussi virulente, arguant du fait qu’il ne s’est rien passé d’anormal. Ces deux parties s’avèrent complémentaires en tant qu’elles se nourrissent mutuellement, apportant des éléments de compréhension complémentaires.

  • 6 Patrick Baert, « Positioning Theory and Intellectual Interventions », Journal of the Theory of Soci (...)
  • 7 Voir par exemple Jeffrey C. Alexander, The Meanings of Social Life: A Cultural Sociology, Oxford, O (...)

4Par ce livre, les auteurs entendent démontrer tout l’intérêt d’ancrer une réflexion théorique dans une étude empirique précise ; l’un et l’autre ne pouvant s’ignorer. Le conflit ici étudié permet d’observer les différentes façons par lesquelles les parties prenantes définissaient la situation et se mettaient en scène, les unes envers les autres, mais aussi pour un public plus large, voire pour la postérité. En effet, « quand des différends, des controverses ou des crises se produisent, les systèmes consensuels de classification symbolique s’effondrent et ils doivent être activement reconstruits par les agents chargés de maintenir ces systèmes » (p. 75). À l’aide d’un « bricolage » théorique original, ils combinent des apports de la positioning theory6 et de la cultural sociology7 pour éclairer ces conflits. D’une part, la new school of American cultural sociology leur a fourni des ressources pour considérer la façon dont ces différends sont construits, analysant alors ce qui relève de la mise en scène, de la performance ou de d’enjeux plus symboliques. Les intervenants doivent se montrer cohérents dans leurs affirmations et convaincants, afin de définir les contours de la situation à leur guise. D’autre part, la positioning theory a permis de mettre en avant des « stratégies relationnelles » par lesquelles les individus cherchent à se positionner, mais aussi à situer les autres et les idées, processus qui « devient particulièrement visible en cas de conflit » (p. 6). Cependant, les auteurs rejettent certains aspects de ces courants, faisant preuve d’un syncrétisme théorique volontairement sélectif. Il en va ainsi de l’invitation à la mise en parenthèse (bracketing out) des éléments non symboliques par la cultural sociology à laquelle ils ont préféré une mise en évidence des logiques sociales participant d’un contexte plus large qui a fortement influencé le déroulement de l’affaire.

5Comme le soulignent Marcus Morgan et Patrick Baert, la réalité sociale ne se limite jamais uniquement à une dimension symbolique ou à une dimension matérielle ; au contraire, elle les articule. Il s’agit donc de ne pas se priver, à priori, de moyens susceptibles de favoriser la compréhension d’une situation donnée et de ses origines. Au final, Conflict in the Academy a de fortes chances de devenir rapidement une référence tant il éclaire une réalité digne d’intérêt pour les chercheurs, par-delà leurs appartenances disciplinaires, celle de la production des savoirs et de la sélection de certaines approches aux dépens d’autres qui est loin de se faire de façon neutre et extérieure à toutes sortes de considérations relationnelles. Comprendre les conflits à l’université peut peut-être permettre de s’en prémunir ou, à tout le moins, de les recentrer de telle sorte qu’ils soient dirigés vers l’amélioration de la connaissance des phénomènes (sociaux) étudiés, par-delà les guerres de chapelles. Si cet ouvrage n’intéressera probablement que des chercheurs, il a cependant des qualités formelles à souligner, tant quant à son style d’écriture agréable que par la présence d’une bibliographie très fournie, d’un index mêlant noms d’auteurs et concepts, mais aussi, au début de chaque chapitre, de mots clés et d’un résumé augmentant, pour le lecteur, la structure du texte et sa clarté.

Haut de page

Notes

1 Marcus Morgan, « The poverty of (moral) philosophy: Towards an empirical and pragmatic ethics », European Journal of Social Theory, n° 17, 2014, p. 129-146 ; Patrick Baert, Filipe Carreira da Silva, Social Theory in the Twentieth Century and Beyond, 2édition, Cambridge, Polity Press, 2010 ; Patrick Baert, Philosophy of the Social Sciences: Towards Pragmatism, Cambridge, Polity Press, 2005.

2 Marina Chao, Carlotta Monini, Signe Munck, Samuel Thomas, Justine Rochot, Cécile Van de Velde, « Les expériences de la solitude en doctorat. Fondements et inégalités », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie, n° 10, 2015. URL : http://socio-logos.revues.org/2929.

3 Bernard Fusulier, Maria Del Rio Carral, Chercheur-e-s sous haute tension. Vitalité, compétitivité, précarité et (in)compatibilité travail/famille., Presses universitaires de Louvain, Louvain-la-Neuve, 2012.

4 Tous les passages cités ont été traduit par le rédacteur du compte rendu.

5 Notamment Michèle Lamont, How Professors Think: Inside the Curious World of Academic Judgement, Cambridge, Harvard University Press, 2009 ; Charles Camic, Neil Gross, Michèle Lamont, Social Knowledge in the Making, Chicago, Chicago University Press, 2011.

6 Patrick Baert, « Positioning Theory and Intellectual Interventions », Journal of the Theory of Social Behaviour, n° 42, 2012, p. 304-324.

7 Voir par exemple Jeffrey C. Alexander, The Meanings of Social Life: A Cultural Sociology, Oxford, Oxford University Press, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Marcus Morgan, Patrick Baert, Conflict in the Academy. A Study in the Sociology of Intellectuals », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 26 août 2015, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18705

Haut de page

Rédacteur

Lionel Francou

Doctorant en sociologie au CriDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité), Université catholique de Louvain. Membre du comité de rédaction d’Émulations et du comité de lecture d’Urbanités.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page