Navigation – Plan du site

Arjun Appadurai, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation

Mathias De Meyer
Après le colonialisme
Arjun Appadurai, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2015, 336 p., Traducteur : Françoise Bouillot; Préfacier : Marc Abélès ; Nouvelle édition, ISBN : 9782228913447.
Haut de page

Texte intégral

1Bien que ce livre ait été publié il y a aujourd’hui une vingtaine d’années, il reste d’une grande pertinence pour penser notre monde contemporain. Les concepts et les études de cas qu’y présente Appadurai visent en effet à rendre toute sa complexité à la globalisation. Plutôt que de présenter ce phénomène comme un processus essentiellement économique et de concevoir ses conséquences dans les termes d’une acculturation mondialisée, notre auteur cherche à multiplier les facteurs causaux et complexifie les rapports de cause à effet.

2Dans la première partie de l’ouvrage, Appadurai commence par brosser un tableau de la globalisation dans lequel les migrations de masses et les nouvelles technologies de l’information occupent le premier plan. Notre auteur explique que ces deux phénomènes rebattent, à eux seuls, les cartes du monde : ils contraignent à repenser la stabilité des localités, les identités nationales et les frontières des États. Pour « faire prise » sur ce monde en flux et en recomposition permanente, Appadurai propose deux grands concepts. D’abord sa notion de scape ou de « paysage » qu’il décline en ethnoscapes, médiascapes, technoscapes, financescapes et idéoscapes. Plus qu’un concept parfaitement balisé, il s’agit d’un outil heuristique : les scapes permettent de réfléchir à la disjonction des flux mondiaux, ainsi qu’à leurs multiples interactions, sans accorder à aucun d’entre eux une prééminence fondamentale sur les autres. Le terme de scape suggère l’idée de flux en mouvement et en construction permanente qui varient en fonction du point de vue à partir duquel on les considère. Dans cette perspective, le concept de scape appelle des études de cas. C’est en contexte, c’est dans des histoires singulières, qu’il s’agit de mettre au jour la façon dont différents scapes se déploient.

3Appadurai souligne ensuite le rôle crucial que joue aujourd’hui l’imagination. Dans un monde où les médias et les migrations démultiplient considérablement le nombre des modèles d’action et de consommation, ainsi que les formes d’allégeance envisageables, c’est à l’imagination qu’il revient de considérer ces possibles, de les sélectionner et de les combiner entre eux. Avec l’imagination, Appadurai rend compte de l’invention quotidienne et de l’hybridité de nos mondes contemporains. La notion d’imagination permet en outre de considérer la force des grands modèles culturels sans négliger l’agentivité des individus, sans minimiser les résistances à petites échelles. Même si Appadurai ne le dit pas explicitement, l’imagination semble faire pendant au concept de scape. En effet, alors que les scapes permettent de réfléchir au déploiement des flux mondiaux, à leurs disjonctions et imbrications, l’imagination fait office de lieu où ces flux se rejoignent et s’expriment.

4Conformément à ce qu’exige son couple de concepts, Appadurai présente dans la deuxième partie de son ouvrage deux études de cas. En l’occurrence, il montre comment deux institutions coloniales britanniques, de prime abord secondaires, ont donné forme de façon étonnante aux « communautés » et à la nation indiennes. Bien que ces deux études soient profondément ancrées dans l’histoire coloniale et postcoloniale de l’Inde, elles s’avèrent très suggestives. Elles nous invitent à interroger la façon dont les identités se sont construites dans d’autres contextes. Appadurai se penche d’abord sur l’histoire du cricket en Inde. Il s’interroge : comment ce sport si intimement lié, à l’origine, aux vertus victoriennes (fair play, droiture, respect des règles...), s’est-il indigénisé, au point d’incarner aujourd’hui la nation indienne elle-même ? Notre auteur présente une histoire complexe et, à certains égards, paradoxale. Contentons-nous ici de citer un extrait résumant les différentes strates de cette histoire : « [L’indigénisation de ce sport] dépend notamment de la façon dont il est géré, financé et porté à la connaissance du public ; de l’origine de classe des joueurs indiens et, partant, de leur capacité à imiter les valeurs de l’élite victorienne ; de la dialectique entre esprit d’équipe et sentiment national, qui est inhérente à ce sport tout en étant implicitement corrosive pour l’Empire ; de la création et du maintien d’un réservoir de talents en dehors des élites urbaines, permettant à ce sport de survivre sur un mode autarcique ; des diverses façons dont les médias et le langage contribuent à séparer le cricket de son anglitude ; et enfin de la constitution d’un public postcolonial de spectateurs masculins qui peuvent charger le cricket des fonctions de la compétition corporelle et du nationalisme viril » (p. 145).

5Dans sa deuxième étude empirique, Appadurai montre comment les politiques de dénombrement, introduites en Inde par l’administration coloniale, ont participé de la constitution des « communautés » et de la nation indiennes. Appadurai explique d’abord qu’au-delà de visées immédiates, telles la levée de taxes ou la planification de politiques, le « vaste océan de chiffres concernant la terre, les champs, les récoltes, les forêts, les castes, les tribus, etc. collectés dans le régime colonial dès le début du XIXe siècle n’était pas une entreprise utilitaire au sens classique du terme » (p. 178). Les pratiques de dénombrement ont, d’abord et dans une large mesure, servi d’outil rhétorique dans les rapports entre la Compagnie des Indes orientales et les autorités métropolitaines. Les statistiques faisaient office d’un langage commun, à l’allure objective, permettant de traduire – ou plutôt de créer l’illusion de maîtriser – une réalité indienne perçue comme anarchique. C’est ainsi qu’apparut l’imaginaire d’un corps social indien, conçu comme un agrégat de communautés et que la différence de groupe (religieux, ethniques, de caste) devint le principe central de la politique coloniale. Appadurai note que cet imaginaire s’est propagé à tous les échelons de l’administration, du gouverneur général au plus humble fonctionnaire. À long terme, ces stratégies énumératives ont contribué à réveiller les identités communautaires et nationalistes qui ont miné le régime colonial lui-même. Ces politiques de dénombrement ont par ailleurs offert la base sur laquelle s’est constituée la démocratie indienne : aujourd’hui encore celle-ci représente davantage les grandes communautés de religion et de castes que des citoyens isolés. Enfin, les politiques de dénombrement créent un idéal d’homogénéité à l’intérieur des groupes, dans la mesure où « le nombre, de par sa nature, aplatit les idiosyncrasies et crée des frontières autour de ces groupes tout en limitant efficacement leur étendue » (p. 199).

6Dans la troisième et dernière partie de son livre, Appadurai propose des réflexions transversales, plus théoriques, sur les constructions identitaires. Dans un premier temps, il remet en question les conceptions primordialistes ou substantialistes, telles l’ethnie ou la nation. Dans ce cadre, il est amené à discuter la notion de localité. Celle-ci semble en effet constituer un sol solide, objectif sur lequel peuvent s’appuyer les conceptions primordialistes. Notre auteur veut montrer, quant à lui, que la localité est en fait une relation sociale intrinsèquement fragile qui suppose un travail quotidien de préservation. Il propose de relire en ce sens les travaux classiques de l’anthropologie : les rites de passage, le marquage des corps, la construction de voies de passage, le maintien de l’habitat, etc. sont autant d’éléments qui construisent la localité. Plus près de nous, les États donnent forme, eux aussi, aux localités en façonnant les territoires, en marquant les corps, en instaurant des disciplines, etc. Appadurai souligne que les « localités étatiques » se distinguent en ce qu’elles créent l’imaginaire d’une superposition du territoire, des subjectivités et des groupes. Les médias de masse et les migrations bouleversent aujourd’hui cet isomorphisme. Les localités s’avèrent de plus en plus déterritorialisées ; les localités des individus et de leurs groupes ne se superposent plus aussi clairement que dans le cadre des États-nations.

7Pour conclure, nous pourrions émettre, vingt ans après la première publication de ce livre, quelques réserves quant au dépassement de l’État qu’Appadurai présente comme un des traits les plus saillants de la globalisation. Les frontières étatiques semblent certes de plus en plus poreuses. Il n’en demeure pas moins que les États sont encore très largement présents. Ils continuent, notamment à travers leurs systèmes d’enseignement universels, à marquer profondément les identités et à façonner les localités. Dans quelle mesure les médias de masse font-ils le contrepoids aux identités construites par l’école ? Par ailleurs, l’on peut ajouter que les flux globaux qui traversent les frontières et remettent en cause les prérogatives étatiques semblent largement dépendre de structures d’État pour se maintenir et se projeter. Que seraient les ethnoscapes sans les institutions scolaires, les médiascapes sans l’existence de langues préalablement stabilisées, les financescape sans des marchés nationaux qui régissent la concurrence, etc. ? Mais malgré ces interrogations, ce livre tient sa valeur de son caractère ouvert, suggestif. Chacune des discussions que propose Appadurai nous invite à considérer d’autres contextes et histoires. C’est ici certainement une des forces de ce livre et ce qui explique pourquoi il reste aujourd’hui encore d’une grande pertinence pour appréhender la complexité de la globalisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathias De Meyer, « Arjun Appadurai, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18709

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page