Navigation – Plan du site

Denise Paulme, Deborah Lifchitz, Lettres de Sanga

Sébastien Zerilli
Lettres de Sanga
Déborah Lifchitz, Denise Paulme, Lettres de Sanga, Paris, CNRS, 2015, 280 p., éditées par Marianne Lemaire, ISBN : 978-2-271-07615-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille, OpenEdition Press, coll. « Encyclopéd (...)
  • 2 Actuel Mali.
  • 3 Jean-François Bert, L’Atelier de Marcel Mauss, Paris, CNRS Éd., 2012, p. 12.

1Trop souvent, l’histoire d’une discipline se résume à l’histoire de ses idées. L’exégèse et le commentaire théoriques doivent pourtant impérativement laisser une place à l’histoire et l’anthropologie des pratiques savantes. « Mettre au premier plan […] la trivialité des pratiques et des savoir-faire ordinaires en place et lieu de la hauteur des concepts et des théories, c’est se donner les moyens d’un nouveau point de vue sur l’histoire des savoirs et des sciences »1. C’est à un tel changement de focale qu’invite la lecture de la correspondance de Denise Paulme et de Deborah Lifchitz, restées à Sanga après le départ de la mission Sahara-Soudan menée par Marcel Griaule. Les lettres envoyées et reçues par les deux jeunes ethnologues au cours de l’année 1935, alors qu’elles étudient les Dogon du Soudan français2, sont effectivement riches d’enseignements pour éclairer « ce non-dit de l’histoire intellectuelle »3 que représentent les pratiques quotidiennes et ordinaires du métier de savant.

  • 4 Jean-François Bert, Qu’est-ce qu’une archive de chercheur?, Marseille, OpenEdition Press, coll. « E (...)
  • 5 Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir?, op. cit., p. 99.

2En plus de leur contenu, c’est la nature même des documents en partie inédits rassemblés dans ce volume qui mérite l’attention du lecteur. Avec les journaux d’enquêtes, les fiches, les brouillons ou encore les notes de cours, la correspondance compte parmi ces textes-fantômes, trop souvent ignorés, qui composent les archives des chercheurs. Ils permettent de saisir que « la pensée n’est pas une chose abstraite, qu’elle se réalise dans le quotidien d’un travail de lecture, d’écriture, de correction successives, de dépouillement bibliographiques, d’accumulation personnelle et progressive de données, d’échanges […], de discussion et de polémiques… »4. Les lettres écrites entre chercheurs sont partie intégrante de ces outils de « construction, de fixation et de communication du savoir »5 dont Christian Jacob dresse méticuleusement l’inventaire.

  • 6 Florence Weber, Brève histoire de l’anthropologie, Paris, Flammarion, coll. « Champs / Essais », 20 (...)

3Cependant, plus que tous les autres types de documents de travail précédemment cités, les échanges épistolaires permettent de cerner avec précision les contours de réseaux intellectuels et les frontières de communautés savantes. Distinctes de la riche correspondance familiale que contient l’ouvrage, les missives échangées avec les pairs (André Schaeffner, Michel Leiris, Georges Henri Rivière) et les maîtres (Marcel Mauss, Lucien Lévy-Bruhl) permettent ainsi de saisir le degré de structuration et d’institutionnalisation de l’ethnologie française des années 1930. Effectuée au cours de l’année 1935, la mission Paulme-Lifchitz se déroule dix ans après la fondation de l’Institut d’ethnologie et se termine tout juste avant la création du musée de l’Homme, en 1936. Sans doute ces importants changements institutionnels sont-ils à relier au fait que Denise Paulme et Deborah Lifchitz puissent être considérées, avec d’autres ethnologues comme Germaine Tillion, comme faisant partie de « la première génération d’ethnographes scientifiques »6.

4Indépendamment de leur contenu spécifique, toutes les lettres entre savants rassemblées dans l’ouvrage permettent également de pointer la dimension collective et affective qu’implique tout travail de recherche. Tour à tour, chacun des membres de cette communauté de pensées qu’entretient la relation épistolaire conseille, sollicite, évalue, questionne, etc. Dans ces missives adressées aux collègues érudits, qu’il s’agisse des maîtres ou des semblables, le tissage des marques de déférences et des signes d’affection, l’entremêlement des informations relatives au déroulement de l’enquête et des passages abordant la vie privée, prouvent que les pratiques savantes ne peuvent pas êtres envisagées uniquement comme de froides activités de la raison.

5Le type de documents que contient l’ouvrage et les caractéristiques qui lui sont propres ne doivent pas être sous-estimés. Cependant, ce que racontent ces lettres constitue bien sûr le principal intérêt de la lecture.

6Les Lettres de Sanga disent d’abord la dureté d’une épreuve de terrain qui a, selon les mots de Denise Paulme, valeur d’« initiation » (p. 103). À André Schaeffener, un compagnon de mission qui deviendra son mari, elle écrit que son séjour auprès des Dogon représente « six mois d’un effort soutenu [avec] des nuits écrasantes, des moustiques, de la lumière qui brule les yeux ». « [I]l ne faut pas prendre Sanga pour une cure de repos, […] moral excellent, physique épuisé », ajoute-t-elle (p. 121).

7L’épreuve du terrain révèle également aux deux jeunes ethnologues toute l’ambiguïté de la relation à l’Autre dans le cadre d’une enquête ethnographique réalisée en situation coloniale. Comment faire pour observer le plus efficacement les Dogon ? « Coller avec l’indigène, vivre avec lui ? » Peut-on « [d]onner un maximum de sympathie à l’observateur, sortir de sa peau, mais reprendre ensuite les renseignements recueillis et dominer l’enquête » s’interroge Denise Paulme (p. 118) ?

8La correspondance du binôme révèle cependant que la cohabitation avec leurs semblables s’avère être sur le long terme plus problématique que leurs échanges avec les Dogon. Déjà, au cours de la mission Sahara-Soudan à laquelle succède directement l’enquête des deux ethnologues, les relations avec plusieurs de leurs collègues, au premier rang desquels Marcel Griaule lui-même, s’étaient brouillées. Une lettre, confidentielle, envoyée par Denise Paulme à Michel Leiris, dans laquelle elle lui écrit qu’elle et Deborah Lifichitz lui envoient le double de leurs fiches et lui interdisent de les communiquer aux membres de l’expédition Griaule de retour à Paris, en témoigne.

9Aux relations parfois tendues avec les anciens compagnons d’expédition s’ajoutent les contacts difficiles avec les responsables de l’administration coloniale. Leurs remarques misogynes s’agissant de l’enquête et du quotidien des jeunes ethnologues ainsi que les excès de leur mode de vie « à l’européenne » expliquent pourquoi, à la faveur du déroulement de leur séjour, le jugement de Denise Paulme et Deborah Lifchitz à l’égard de ceux qu’elles observent se fait de plus en plus relativiste et compréhensif. Ainsi, à sa mère qui lui demande si les Dogon sont des sauvages, Deborah Lifchitz répond que « [p]our [elle] ce mot n’a plus aucun sens » (p. 155). « Les mots de sauvages, primitifs, me sont de plus en plus incompréhensibles » écrit quant à elle Denise Paulme à son futur époux (p. 124).

  • 7 Notamment les travaux de Georges Balandier, Sociologie des Brazzaville noires, Paris, Cahiers de la (...)

10En toile de fond à ces propos s’affirment dans la correspondance deux représentations symétriquement opposées de l’Europe et de l’Afrique. Le continent dans lequel séjournent les deux chercheuses est pétrifié dans ce romantique « présent perpétuel » qui illusionnera les ethnologues français, jusqu’à la publication de travaux pionniers insistant sur l’historicité et les mutations des sociétés africaines7. À Sanga, « le passé et l’avenir s’abolissent sans regrets », écrit Denise Paulme (p. 116). Ici, « [l]e temps semble ne pas bouger du tout, chaque jour est quelque chose d’entier, sans lendemain » renchérit D. Lifchitz (p. 154). Au miroir de leur vie paisible au contact des Dogon, où « [t]out paraît immuable » (p. 226), la perspective du retour dans une Europe agitée, superficielle et, finalement, faussement civilisée, angoisse les deux ethnologues.

  • 8 Marcel Mauss, Manuel d’ethnographie, Paris, Payot, coll. « Petite bibliothèque », 2002 [1947].

11Ces Lettres de Sanga disent aussi toute la rigueur du travail d’observation ainsi que les inévitables bifurcations que toute enquête opère en fonction de la réalité du terrain. Denise Paulme, à qui l’on doit la publication du Manuel d’ethnographie8 de Marcel Mauss en 1947, regrette dans une de ses lettres qu’« [u]n vent “ théorie ” semble souffler à Paris ». Dans la même missive, elle décrit son travail comme une « description scrupuleuse […] laissant la conclusion jaillir d’elle même » (p. 120). L’état d’esprit de Deborah Lifchitz est identique. À sa famille, elle explique ainsi que « [d]ans les villages il faut tout observer, poser des questions sur tout » (p. 140). Ces affirmations font échos au propos de Michel Leiris qui, dans un courrier adressé aux deux ethnographes, écrit n’avoir « plus aucune confiance en les enquêtes théoriques qui ne sont pas étayées d’une forte masse de textes et d’observations directes » (p. 225). L’application des deux amis n’empêche pourtant pas leur étude de prendre des trajectoires inattendues : partie pour observer l’organisation des femmes dogons, Denise Paulme finira par s’intéresser à la totalité de l’organisation sociale de cette communauté. Au fil des découvertes de statuettes et de serrures sculptées, elle se découvre également une âme de collectionneuse et se plaît à imaginer la jalousie des esthètes parisiens épris d’art africain.

12Au terme de ce bref inventaire, on aura compris l’intérêt de la lecture de ces Lettres de Sanga : fournir, en contrepoint aux ouvrages qui abordent abstraitement les différentes facettes du métier de chercheur en sciences sociales, un point de vue concret sur les activités ordinaires qui rythmaient le quotidien d’un anthropologue de terrain au mitan des années 1930.

Haut de page

Notes

1 Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille, OpenEdition Press, coll. « Encyclopédie numérique », 2014, p. 33.

2 Actuel Mali.

3 Jean-François Bert, L’Atelier de Marcel Mauss, Paris, CNRS Éd., 2012, p. 12.

4 Jean-François Bert, Qu’est-ce qu’une archive de chercheur?, Marseille, OpenEdition Press, coll. « Encyclopédie numérique », 2014. Accessible en ligne: http://books.openedition.org/oep/721

5 Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir?, op. cit., p. 99.

6 Florence Weber, Brève histoire de l’anthropologie, Paris, Flammarion, coll. « Champs / Essais », 2015, p. 235. Plus que l’ancien musée du Trocadéro, le musée de l’Homme se caractérise par son ambition scientifique. S’agissant de sa réalisation, « la dimension artistique passe au second plan ». « [U]ne esthétique fonctionnaliste, anti-décorative » est favorisée. Concernant les intitulés des vitrines et les textes de présentation, « [l]e style choisi est celui du dépouillement […] refusant ostensiblement le romantisme ». Par ces options, la nouvelle institution « proclame un point de vue scientifique sur le monde ». Benoit de L’Estoile, Le goût des autres, De l’Exposition coloniale aux arts premiers, Paris, Flammarion, coll. « Champs / Essais », 2010 [2007], p. 257.

7 Notamment les travaux de Georges Balandier, Sociologie des Brazzaville noires, Paris, Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, n° 67, 1955; Sociologie actuelle de l’Afrique noire, Paris, Puf, 1971 [1963].

8 Marcel Mauss, Manuel d’ethnographie, Paris, Payot, coll. « Petite bibliothèque », 2002 [1947].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Denise Paulme, Deborah Lifchitz, Lettres de Sanga  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18711

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Zerilli

Chargé d’études, Fondation Maison des sciences de l’homme

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page