Navigation – Plan du site

Jean-Paul Fourmentraux (dir.), Identités numériques. Expressions et traçabilité

Cédric Calvignac
Identités numériques
Jean-Paul Fourmentraux (dir.), Identités numériques. Expressions et traçabilité, Paris, CNRS, coll. « Les Essentiels d'Hermès », 2015, 238 p., ISBN : 978-2-271-08702-7.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif dirigé par Jean-Paul Fourmentraux s’articule autour d’une sélection d’articles préalablement publiés dans la revue Hermès à l’occasion de la parution de deux numéros thématiques : « Traçabilité et réseaux » (Hermès, n° 53, 2009) et « Ces réseaux numériques dits sociaux » (Hermès, n° 59, 2011). En vue de cette réédition, ces différents articles ont été repris, actualisés et sont avantageusement accompagnés de contenus inédits prenant la forme d’encadrés synthétiques et d’entretiens passés auprès de spécialistes du domaine. Le tout forme un ensemble fort plaisant à parcourir compte tenu de la variété des registres d’écriture convoqués.

2Les contributions retenues œuvrent toutes à une meilleure intellection des processus d’élaboration, de publicisation et de gestion des données personnelles — données qui, une fois agrégées, forment le socle de nos identités numériques —. Dès l’introduction du propos, Jean-Paul Fourmentraux fixe le cadre du débat scientifique qu’il souhaite animer. Il part pour cela d’une opposition fort stimulante présentant Internet comme étant tout à la fois un espace d’expression identitaire et un espace de contrôle et d’exploitation des données personnelles. Il nous invite ainsi à porter notre attention sur la tension qui existe entre d’un côté les « potentialités d’émancipation » et « vertus démocratiques » qui s’actualisent dans le monde numérique et, de l’autre, le « développement d’instruments de mesure, de contrôle et d’assujettissement de l’internaute » par les acteurs économiques et politiques aujourd’hui dominants (p. 11).

3Les auteurs prenant part à la discussion s’accordent tout d’abord à dire que l’expression identitaire des internautes relève pour partie d’une adaptation aux formats spécifiques des dispositifs sociotechniques adoptés. Ils constatent notamment que les réseaux socionumériques fonctionnent tous ou presque sur le principe d’une publication active de flux ininterrompus d’informations. Or, cette logique de mise à jour permanente de fils d’actualités éphémères confine souvent l’expression identitaire à la simple manifestation de sa présence. Faire acte de présence, voir ses publications commentées par d’autres, scruter l’évolution des performances de son profil, autant de conditionnements de l’expression de soi qui laissent finalement peu de place à la « réflexivité et [aux] tentatives de stabilisation de soi » (Coutant, p. 58). L’évanescence semble faire loi et ne laisse ainsi place qu’à l’expression d’identités « immédiates, contextualisées et opératoires [...] qui s’activent sur le moment et conviennent à un contexte donné, mais qui sont oubliées aussi vite » (Coutant, p. 59). Les réseaux socionumériques sont ainsi présentés comme des « instruments de flatterie », miroirs d’une reconnaissance sociale instantanée et distraite, plus que comme des supports de construction identitaire.

4Plusieurs des auteurs notent ainsi que l’encadrement marchand de l’expression identitaire induit un « formatage » des façons de se présenter à l’autre (Doueihi, p. 37). La thèse du formatage des conditions d’élaboration de son soi numérique s’accompagne du constat d’une faillite individuelle quant à la maîtrise des données personnelles laissées à la disposition d’autrui. Il y a en la matière un lâcher prise coupable qui joue en faveur d’une dissémination incontrôlée d’informations personnelles. À ce sujet, Louise Merzeau fait justement remarquer que « nous n’avons qu’une connaissance approximative de cette identité disséminée dans les réseaux » (p. 143). Ce constat est d’autant plus juste que l’internaute n’est pas l’unique producteur et éditeur des données personnelles le concernant. D’autres que lui peuvent, à son insu, mettre en ligne des informations à son sujet. Ces « effets de contamination » peuvent porter à conséquences lorsque, par exemple, un employeur tombe sur une photographie compromettante de l’un de ses salariés, photographie postée sans l’accord de ce dernier par l’un de ses amis (Kessous & Rey, p. 179). L’identité numérique est donc autoproduite (enregistrement automatique des logs de connexion) et coproduite (renseignée par d’autres que soi).

5La grande majorité des internautes laisse la collection des traces nées de leur(s) navigation(s) voguer à la dérive au risque de les voir être aspirées par différents organismes publics et privés en quête d’informations sur leurs clientèles respectives. Les navigations numériques sont en effet sujettes à l’examen attentif des grandes puissances économiques et politiques, comme le deviennent peu à peu les déplacements physiques via la géolocalisation des activités du mobinaute. Comme Jacques Perriault l’indique, ces deux couches d’information croisées ouvrent un peu plus la voie au traitement commercial des données massives par les compagnies privées et à leur utilisation pour l’élaboration d’un marketing individualisé donnant essentiellement lieu à la diffusion de publicités ciblées. La gestion commerciale des traces est un outil indispensable pour qui souhaite tirer profit du développement d’une « économie de l’attention ». Car, « c’est désormais l’attention et non plus l’information qui devient "le bien rare" en présence d’une économie d’abondance informationnelle » (Kessous & Rey, p. 179). En quête de l’attention du consommateur, les entreprises cherchent à mieux connaître son profil, ce qui fait dire à Olivier Ertzcheid que c’est l’homme lui-même qui « est devenu un document » et qu’il fournit bien malgré lui des données personnelles exploitables dont « il n’est plus propriétaire, dont il ne contrôle que peu la visibilité [...] et dont il sous-estime la finalité marchande » (p. 200-201).

6Il ne faudrait pour autant pas penser que les internautes sont désarmés face à ces tentatives d’« expropriation identitaire ». Ils peuvent en effet « reprendre la main sur la gestion de leurs traces » et mettre en place un système de « sousveillance » adapté (Merzeau, p. 144). L’une des armes à la disposition des individus souhaitant s’affranchir de cette forme d’intrusion est l’utilisation du « pseudonymat » (Arnaud, p. 167). Cette utilisation peut être tout à fait libératoire car elle permet d’exprimer une part de soi-même sans être immédiatement identifié et sans risquer de subir les conséquences fâcheuses issues d’interférences inappropriées entre des sphères d’activités jusqu’alors consciencieusement compartimentées (sphères privée, publique, amicale, professionnelle). Outre le pseudonymat, des solutions simples sont déjà mises en place par les internautes. Ces derniers peuvent d’une part limiter leur exposition numérique et d’autre part rendre illisibles les traces qu’ils laissent derrière eux. Ils peuvent en effet manier avec intelligence l’ironie, le mensonge et la fiction de façon à mieux brouiller les pistes. Dominique Cardon précise ainsi que « les utilisateurs produisent leur visibilité à travers un jeu de masques, de filtres ou de sélection de facettes » (p. 101). Ils parviennent ainsi à reprendre la main sur leur capital numérique. Plusieurs des auteurs affirment à ce sujet qu’il est aujourd’hui nécessaire de permettre aux internautes de décider du « niveau d’exposition » des « multiples facettes de [leur] identité » et de ne pas systématiquement leur refuser l’opportunité du droit à l’oubli lorsque ces derniers l’exigent (Kessous & Rey, p. 185). L’ « écriture de soi » doit — pour être libre et émancipatrice — pouvoir prendre les formes choisies par les internautes, elle doit pouvoir coller à l’identité réelle ou s’en différencier par la création d’avatars, elle doit pouvoir s’inscrire dans le temps ou tomber dans l’oubli (Beau, p. 88-89).

7Ce n’est qu’en respectant pleinement le droit de propriété des données personnelles que l’expression de soi pourra s’établir dans les meilleures conditions. Cette exigence est porteuse de grands enjeux car le double numérique dont on se dote parfois a la faculté remarquable de nous libérer — ne serait-ce que pour un temps — des conventions sociales les plus inhibitrices, des pesanteurs socioculturelles héritées. Ainsi, et comme le rapportent Sonia Livingstone, Giovanna Mascheroni et Maria Francesca Murru, le média numérique présente l’avantage de libérer la parole, de permettre l’expression de sentiments ou de questionnements inavouables. C’est ce que révèle l’enquête EU Kids Online qui rapporte que « 50 % des jeunes internautes âgés de 11 à 16 ans dans toute l’Europe ont un peu ou beaucoup plus de facilité à être eux-mêmes sur Internet que lorsqu’ils sont en face à face avec d’autres personnes » et que « 32 % affirment que, sur Internet, ils parlent de choses privées dont ils ne pourraient pas discuter avec des gens en face-à-face » (p. 115). C’est également ce que révèle l’enquête de Marc Parmentier sur l’utilisation des sites de rencontres, enquête qui s’attarde avec subtilité sur les formes numériques de la « responsabilité morale » et sur le « champ d’application des interdits » dans un monde dont la virtualité des opérations de séduction engagées n’a bien souvent que le nom (p. 77-78).

8En donnant un bref aperçu du contenu de l’ouvrage, nous espérons avoir donné au lecteur l’envie d’en consulter les différentes contributions qui présentent l’avantage de couvrir à elles toutes une grande part des dimensions de la question traitée. À l’issue de notre lecture, nous regrettons simplement que le format court de certains des articles et encadrés empêche par endroit de pleinement développer les thèses soutenues et limite le nombre des illustrations empiriques convoquées. Cela conduira probablement les lecteurs les plus curieux à se mettre en quête de travaux complémentaires, ce qui constitue assurément l’une des finalités premières d’un ouvrage de synthèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Calvignac, « Jean-Paul Fourmentraux (dir.), Identités numériques. Expressions et traçabilité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18715

Haut de page

Rédacteur

Cédric Calvignac

Maître de conférences en sociologie, Université de Toulouse, Membre du CERTOP (UMR 5044)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page