Navigation – Plan du site

Pascal Lardellier (dir.), Actualité d’Erving Goffman, de l’interaction à l’institution

Florian Besson
Actualité d'Erving Goffman, de l'interaction à l'institution
Pascal Lardellier (dir.), Actualité d'Erving Goffman, de l'interaction à l'institution, Paris, L'Harmattan, coll. « Des hauts & Débats », 2015, 248 p., ISBN : 978-2-343-06307-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jocelyn Guillo, « Dramaturgie et mise en scène dans le soin d’urgence. Analyse interactionnelle d’u (...)
  • 2 David Le Breton, « Goffman-Sartre : variations de la place d’autrui », p. 43-72.
  • 3 Jacques Cosnier, « Goffman, éthologue de l’animal bavard », p. 73-79.
  • 4 Philippe Vienne, « De l’institution totale aux rites d’institution. Les théories de la conversion » (...)
  • 5 François Albertini et Jean Pasquin Castellani, « Une lecture goffmanienne d’Astérix en Corse », p.  (...)
  • 6 Jean-Jacques Boutaud, « La mise en scène de soif », p. 97-108.
  • 7 Sophie Demonceaux, « Des TIC et des couples : une approche goffmanienne de l’introduction dans le d (...)
  • 8 Christophe Dargère, « La série Columbo : illustration concrète de la sociologie goffmanienne », p.  (...)

1Cet ouvrage collectif rassemble plus d’une quinzaine de contributions s’attachant à interroger la pensée et l’œuvre d’Erving Goffman. La plupart des contributeurs, dont plusieurs, il faut le souligner et le saluer, sont des doctorants, travaillent dans le domaine des sciences de l’information et de la communication (SIC) : la grande majorité des contributions choisissent donc une approche résolument communicationnelle, s’intéressant avant tout aux interactions, verbales et gestuelles, qui structurent la vie sociale. Plusieurs communications se centrent sur le milieu hospitalier1, un cadre d’études particulièrement intéressant pour travailler sur Goffman, l’hôpital étant à la fois l’une des « institutions totales » chères au sociologue canadien et un lieu dans lequel se déroulent une pluralité d’interactions sociales banales et pourtant anormales, marquées par la maladie, la mort, l’engagement du personnel hospitalier. Ces articles sont d’autant mieux nourris que leurs auteurs font souvent eux-mêmes partie de ce personnel, ce qui les pousse à prêter une grande attention aux finesses, mais aussi aux contradictions de la relation soignant-soigné. Certaines communications font dialoguer Goffman avec d’autres penseurs. Ainsi, dans l’une des communications les plus denses et les plus riches de l’ouvrage, David Le Breton (injustement oublié dans la table des matières) croise Goffman et Sartre pour mettre en valeur la violence potentielle des interactions2 ; Jacques Cosnier quant à lui réinscrit Goffman dans le contexte intellectuel de la naissance de l’éthologie, science qui étudie les animaux dans leur milieu3 ; et Philippe Vienne interroge la nature de la formation dans une institution totale chez Goffman et Bourdieu4. Enfin, un troisième type d’interventions vise à confronter les concepts de Goffman avec divers objets d’études, de la bande dessinée Astérix en Corse5 à l’œnologie6, en passant par la place des nouvelles technologies dans les rapports de couple7 ou dans la série Columbo8.

2L’enjeu de l’ouvrage est clairement exprimé par Pascal Lardellier dans sa préface : il s’agit de réaffirmer l’actualité de Goffman, et de souligner que celui-ci nous a livré une « formidable boîte à outils » (p. 10), faite de concepts et de mots-clés : engagement, face, rituel et, surtout, la métaphore théâtrale, au cœur de la pensée goffmanienne et qu’on retrouve dans toutes les contributions. Le titre peut prêter à confusion, car il laisse entendre une évolution, alors que le propos vise plutôt à souligner que les théories de Goffman s’appliquent aussi bien aux interactions qu’aux institutions. Les articles rassemblés ici remplissent pleinement cet objectif : on voit bien la grande plasticité de l’œuvre de Goffman, mais aussi l’efficacité et la densité de ses concepts. Laurence Lagarde-Piron utilise ainsi le concept de « pare-engagement » pour désigner les différentes façons dont un soignant peut se protéger lorsqu’il est confronté à une odeur désagréable, à un corps pénible à voir ou à l’agonie d’un patient. Pour « garder la face » et éviter de blesser celle de son malade, le soignant peut ainsi se replier dans l’humour, se détacher de lui-même pour effectuer mécaniquement sa tâche, voire quitter la salle pour se réfugier dans une salle réservée au personnel, à l’image d’un acteur quittant la scène pour retourner « en coulisses ».

  • 9 Pascal Lardellier, « Perspectives goffmaniennes sur “les pseudo-sciences du décodage du langage non (...)
  • 10 Claude Javeau, « Du micro au macro-stigmate, de la situation à l’institution », p. 211-221.
  • 11 Sylvie Thomas, « Fugue goffmanienne autour des Conservatoires d’enseignement artistique spécialisés (...)

3On aurait pu souhaiter qu’un glossaire soit ajouté à l’ouvrage, reprenant les principales notions en jeu : cela aurait permis d’éviter que chaque intervenant ne redéfinisse à sa façon les mêmes notions. Ainsi du concept de « face », notion centrale de la théorie goffmanienne, et de celui, corrélatif, de « facework », qui sont définis de plusieurs façons, en fonction de ce qu’en entendent les auteurs. De même, on relève de nombreuses répétitions : les mêmes textes, parfois les mêmes extraits, reviennent dans plusieurs articles. Si ce traitement permet de mettre en valeur la souplesse de l’œuvre de Goffman, il contribue aussi à éclater le texte et à en rendre la lecture globale plus difficile. Lecture difficile, aussi, car le livre s’adresse surtout à un public familier de l’œuvre de Goffman : certains chapitres sont très denses, naviguant entre plusieurs textes ou plusieurs auteurs sans forcément essayer de les présenter ou de les contextualiser – Christophe Dargère cite ainsi dans la même ligne Goffman, Bourdieu et Norbert Elias... (p. 155), et Claude Javeau peut citer « l’Umwelt schützien » (p. 216) sans en proposer aucune espèce de définition... À mon sens, enfin, trop d’auteurs utilisent des expressions inutilement compliquées, à la limite du jargon professionnel : quel sens y a-t-il à parler de « gestualité énonciative jouant un rôle d’inducteur d’échoïsation » (p. 77), de « restructuration des interactants en coprésence » (p. 143) ou encore de « dynamogénie énonciative » ? Ces expressions jouent comme un filtre rendant l’ouvrage difficile d’accès pour un lecteur ne lisant que peu de sociologie. On peut également questionner certains choix éditoriaux, quand on lit un chapitre sur une bande dessinée sans aucune image, ou un chapitre sur une série qui prend plus de la moitié des pages pour résumer l’intrigue de l’épisode analysé9.Ce ne sont là que de petits reproches formels. Il y a, par contre, un défaut plus profond, qui selon moi traverse l’ensemble du livre : si la plupart des auteurs prétendent vouloir « confronter » (p. 179) les concepts de Goffman à un cas concret – une série, une bande dessinée, un rapport social –, ce qu’ils nous livrent ne relève pas vraiment de la confrontation, mais à peine du dialogue. En effet, les auteurs partent tous avec les concepts de Goffman en tête : loin de les « confronter » à leur objet d’étude, ils les appliquent à celui-ci, les déroulent, les répètent, sans forcément questionner ni la pertinence de la démarche, ni les concepts eux-mêmes. La métaphore théâtrale, par exemple, est déclinée dans tous les articles : acteurs, scène, coulisses, jeu, rôle, répétition, reviennent très souvent, sans que jamais ces termes ne soient interrogés dans une perspective critique. Critique : le mot est lâché et on touche là au cœur du problème : le livre n’est pas un ouvrage critique interrogeant l’efficacité des concepts de Goffman, mais un ensemble d’articles qui les reprennent et les appliquent à des objets différents. On est proche de l’hommage, ce que qu’assume d’ailleurs Pascal Lardellier (p. 163), voire du pastiche – Sylvie Thomas écrit ainsi qu’elle analyse « à la manière de Goffman » (p. 122). Seul Claude Javeau propose vraiment une réévaluation critique d’un concept goffmanien, en l’occurrence celui de stigmate10. La plus-value scientifique de l’ouvrage est donc assez limitée : de nombreuses contributions ne font finalement que souligner que la théorie de Goffman « marche » bien pour décrire leur objet d’étude et pour rendre compte d’une interaction sociale, qu’il s’agisse de déguster du vin entre amis ou de repousser l’envahisseur romain grâce à la potion magique – et on ne peut s’empêcher de penser que l’article serait exactement le même si on avait choisi un autre aliment ou une autre bande dessinée... On frôle même parfois la pétition de principe : partant avec les concepts de Goffman en tête, les auteurs les utilisent pour mieux souligner... la pertinence de la lecture goffmanienne. Sylvie Thomas11 veut ainsi montrer que les ouvrages de Goffman « peuvent être encore considérés aujourd’hui comme d’actualité », et choisit pour cela d’étudier les conservatoires de musique pour en « mettre au jour, au travers des grilles d’analyse proposées par Goffman, certaines caractéristiques » (p. 121). Le sens même de la démarche interdit de dégager des éléments qui permettraient de réévaluer cette théorie, puisque les faits ne sont vus qu’à travers cette grille d’analyse.

  • 12 Alex Frame, « Étranges interactions. Cadrer la communication interculturelle à l’aide de Goffman ?  (...)

4L’équilibre de l’ouvrage aurait beaucoup gagné à inclure une ou plusieurs interventions faisant dialoguer Goffman avec d’autres grandes théories du champ social – ainsi de la métaphore du texte de Clifford Geertz, par exemple – ou qui auraient essayé d’appliquer les concepts de Goffman à des situations qui a priori échappent à ses centres d’intérêts et à son modèle de lecture. Jusqu’à un certain point, c’est d’ailleurs ce que fait Alex Frame lorsqu’il se demande si et comment les mots de Goffman peuvent nous aider à penser la communication interculturelle12, et en soulignant que même si Goffman ne s’est que très peu intéressé aux étrangers, son œuvre reste très utile pour analyser les rencontres et les confrontations entre cultures. La démarche est louable, mais l’intérêt reste pourtant relativement limité, puisqu’on conclut toujours à la pertinence de Goffman. Même chose dans la contribution de Sophie Demonceaux : si elle commence par souligner que les nouvelles technologies semblent aller contre la théorie de Goffman, car elles créent des interactions sociales qui ne se passent pas sur le mode du « face à face », elle finit par se replier sur la théorie de « l’offense » et du « territoire » de Goffman. Pour le dire autrement, une ou deux contributions soulignant les limites et les fragilités de l’analyse goffmanienne ou pointant des situations qui ne peuvent pas être lues avec ses concepts auraient renforcé la cohérence globale de l’ouvrage. Il peut parfois être très intéressant de souligner ce qui « ne marche pas » dans une théorie, ou ce qui et daté : à l’heure de l’histoire globale, on aurait pu par exemple rappeler que Goffman ne se concentre quasiment que sur des sociétés européennes. En présentant ainsi les concepts de Goffman comme la clé de lecture ultime de toute interaction sociale, on souligne certes la plasticité de son œuvre, mais on risque aussi de la déformer et de la gauchir, faute de la critiquer. Cette critique, précisément, n’enlève rien au grand intérêt de cet ouvrage, et ne doit être entendue que comme un appel à d’autres études se penchant sur l’œuvre de Goffman.

Haut de page

Notes

1 Jocelyn Guillo, « Dramaturgie et mise en scène dans le soin d’urgence. Analyse interactionnelle d’une intervention dans le Samu », p. 31-42 ; Laurence Lagarde-Piron, « Théâtralisation de l’interaction soignante en contexte hospitalier », p. 43-55 ; Stéphane Amato, « Chroniques d’une réclusion librement consentie : observation d’interactions de table en table », p. 135-146.

2 David Le Breton, « Goffman-Sartre : variations de la place d’autrui », p. 43-72.

3 Jacques Cosnier, « Goffman, éthologue de l’animal bavard », p. 73-79.

4 Philippe Vienne, « De l’institution totale aux rites d’institution. Les théories de la conversion », p. 109-120.

5 François Albertini et Jean Pasquin Castellani, « Une lecture goffmanienne d’Astérix en Corse », p. 175-184.

6 Jean-Jacques Boutaud, « La mise en scène de soif », p. 97-108.

7 Sophie Demonceaux, « Des TIC et des couples : une approche goffmanienne de l’introduction dans le des TIC dans le couple », p. 185-198.

8 Christophe Dargère, « La série Columbo : illustration concrète de la sociologie goffmanienne », p. 147-162.

9 Pascal Lardellier, « Perspectives goffmaniennes sur “les pseudo-sciences du décodage du langage non-verbal” », p. 163-174.

10 Claude Javeau, « Du micro au macro-stigmate, de la situation à l’institution », p. 211-221.

11 Sylvie Thomas, « Fugue goffmanienne autour des Conservatoires d’enseignement artistique spécialisés, de l’interaction à l’institution », p. 121-134.

12 Alex Frame, « Étranges interactions. Cadrer la communication interculturelle à l’aide de Goffman ? », p. 79-98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Besson, « Pascal Lardellier (dir.), Actualité d’Erving Goffman, de l’interaction à l’institution », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 03 septembre 2015, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18734

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page