Navigation – Plan du site

Edmund Burke III, The Ethnographic State. France and the Invention of Moroccan Islam

Mehdi Sakatni
The Ethnographic State
Edmund Burke III, The Ethnographic State. France and the Invention of Moroccan Islam, Oakland, University of California Press, 2014, 288 p., ISBN : 9780520273818.
Haut de page

Texte intégral

1Une idée reçue sur le Maroc contemporain veut que le royaume chérifien soit nanti d’un islam au caractère unique, en partie incarné par la fonction monarchique. Edmund Burke III, historien, place, dans son dernier ouvrage, l’origine de cette idée dans les années qui ont précédé et suivi l’établissement du protectorat français sur le Maroc (1900-1925) : la production scientifique française durant cette période a, selon l’auteur, établi une nouvelle modalité discursive – le « Maroc ethnographique » – et un nouvel objet : « l’islam marocain ». En analysant les origines, la naissance et les transformations d’un discours autorisé sur le Maroc, Edmund Burke III entend éclairer d’un jour nouveau les ressorts de la domination coloniale française mais également expliquer la survivance de la monarchie comme pilier de l’État marocain.

  • 1 Foucault Michel, Dits et écrits, I, « Sur l’archéologie des sciences », Paris, Gallimard, 2004, p.  (...)

2Au centre de la démonstration de l’auteur figure le concept d’une « archive coloniale marocaine ». Le terme d’archive est ici pris dans son sens foucaldien, à savoir : « Par archive, j’entends d’abord la masse des choses dites dans une culture, conservées, valorisées, réutilisées, répétées et transformées. […] comment se fait-il qu’à une époque donnée on puisse dire ceci et que jamais cela n’ait été dit ? C’est, en un mot, […] l’analyse des conditions historiques qui rendent compte de ce qu’on dit ou de ce qu’on rejette, ou de ce qu’on transforme dans la masse des choses dites »1. Dans le cas qui nous occupe, l’archive coloniale marocaine « fait référence à tous les écrits en français, publiés ou non, sur le Maroc et les Marocains pendant la période 1880-1930 » (p. 7). La majeure partie de l’effort d’Edmund Burke consiste à expliquer les conditions d’émergence et d’imposition d’un discours français sur le Maroc au tournant du XXe siècle.

3Edmund Burke III s’attache, dans un premier temps, à retracer la généalogie de ce discours dans la tradition de la sociologie française de l’islam. Il situe le point de départ de cette tradition sociologique en 1798 avec l’expédition d’Égypte, qui signe la première tentative de compilation exhaustive des traits caractéristiques d’une société marquée par la culture islamique. L’auteur distingue ensuite quatre phases dans l’élaboration d’un orientalisme français : les périodes égyptienne (1798-1828), algérienne (1830-1870), ouest-africaine (1880-1910) et enfin la période marocaine (1900-1930). Toutes ces phases partagent le trait commun d’être profondément imprégnées par l’histoire de la conquête coloniale française. La production scientifique française sur les sociétés musulmanes reflète donc les préoccupations et les présupposés propres aux contextes coloniaux.

4Parmi ces phases, le moment algérien est prépondérant : Edmund Burke souligne, dès les premiers instants de la présence française en Algérie, l’émergence de stéréotypes binaires qui vont se renforcer et finir par occulter des réalités plus nuancées. Il évoque ainsi l’existence d’un évangile colonial algérien au sein duquel sont nées des dichotomies marquées (arabe/berbère, nomade/sédentaire), qui seront plus tard transposées au Maroc et auront une influence majeure sur le discours produit.

5Au tournant de 1890, lorsque les convoitises des puissances européennes sur le Maroc se cristallisent, le parti colonial français ressent un déficit de savoir sur la question : afin de mieux gouverner un futur protectorat potentiel, il est nécessaire d’obtenir des connaissances détaillées sur le pays. D’objet de convoitise, le Maroc devient objet de savoir sociologique. Dans ce nouvel élan, le réseau scientifique déjà constitué au sein de l’École d’Alger – institution créée en 1880 pour l’étude de la société algérienne – est appelé à jouer un rôle de premier plan. Au lieu de cela, une lutte prend place entre l’École d’Alger et la Mission scientifique du Maroc (MSM) – sous la férule de son fondateur, Alfred le Chatelier –, pour le contrôle de la recherche sur la question marocaine. Ce dernier, formé au sein des Bureaux arabes de l’Algérie, parvient, grâce à ses appuis dans les milieux politiques et universitaires, à imposer la MSM dès 1903, sur le modèle de l’Institut d’Égypte : la MSM a la double vocation de publier l’inventaire ethnographique du Maroc mais également de former des cadres administratifs au sein d’une école d’application. Les travaux scientifiques publiés par la Mission sont ainsi constitués avec des vues pratiques : l’ethnographie y est conçue comme un outil de gouvernement.

  • 2 Pour une description détaillée des conditions de l’établissement du protectorat sur le Maroc, se re (...)

6Comment expliquer ce conflit ouvert entre la MSM et l’École d’Alger pour le contrôle d’un discours autorisé sur le Maroc ? Edward Said avait établi que les stéréotypes essentialistes sur les sociétés coloniales étaient constamment réutilisés : en conséquence, le discours de l’orientalisme, une fois établi, est pratiquement immuable. Said ne concevait pas la possibilité d’une rupture, d’une crise du discours orientaliste, comme celle que décrit l’auteur dans le cas du Maroc. Edmund Burke III, dans le chapitre 4 qui constitue le pivot de sa démonstration, perçoit cette rivalité MSM/École d’Alger comme une lutte pour le capital symbolique, dans le sillage de Pierre Bourdieu. Elle est donc à replacer dans son contexte politique, et notamment dans les réalités de la conquête française du Maroc2. Avant 1904, les descriptions ethnographiques du Maroc laissent la part belle aux nuances, sans accentuer les contrastes de façon trop prononcée, bien loin des oppositions tranchées véhiculées par le discours colonial sur l’Algérie. Les nécessités politiques et économiques de la conquête auront tôt fait d’effacer ces descriptions pénétrantes au profit d’un récit calibré selon l’intérêt politique colonial. Afin de légitimer l’approche française d’une « pénétration pacifique » qui s’appuie sur les institutions étatiques existantes (le bilâd al-makhzan, « le pays du gouvernement ») au détriment des tribus insoumises (le bilâd al-siba), la production scientifique accentue les contrastes et fonde les bases du discours hégémonique colonial. Dès lors, la transformation du discours autorisé sur le Maroc est actée : les dichotomies déjà éprouvées (makhzan/siba, sédentaire/nomade, Arabes/Berbères) sont établies comme des éléments-clés de compréhension de la société marocaine. Dans le même temps, apparaissent pour la première fois les attributs essentiels de « l’islam marocain » avec quatre points de focalisation du discours colonial : les confréries soufies, les pratiques religieuses populaires, le caractère chérifien de la monarchie et le rôle premier des oulémas.

7La Mission scientifique du Maroc s’impose rapidement comme le principal expert de la question marocaine et sa publication majeure, les Archives marocaines, comme la plus importante compilation scientifique coloniale sur une société islamique. Elle apporte une contribution essentielle à l’établissement de l’hégémonie française, notamment dans le contexte de concurrence internationale sur le Maroc.

8La deuxième partie de l’ouvrage d’Edmund Burke III montre que l’archive coloniale marocaine n’est pas inaltérable : les contextes internationaux, économiques, scientifiques et de politique locale, tour à tour, la façonnent. La MSM, principal producteur de l’archive, voit sa nature et ses objets d’investigation évoluer durant la période étudiée. Les réalités locales – comme les révoltes berbères de 1912-1914 (chapitre 7) ou les soulèvements réguliers dans la ville de Fez (chapitre 8) et l’incapacité du pouvoir français à les prévoir – viennent souligner les errements et les manques du discours colonial sur le Maroc.

9L’incapacité des autorités à anticiper les révoltes qui secouèrent les premières années du protectorat tient aux défaillances du discours colonial qui, en appliquant des constructions biaisées, empêche de saisir la complexité des réalités du terrain. L’invention de l’islam marocain illustre, pour l’auteur, cet égarement des autorités françaises. L’islam marocain, trouve sa première expression dans un article de 1909 d’Édouard Michaux-Bellaire : tout en étant enraciné dans la culture coloniale française, ce discours sur l’islam marocain permet de constituer le Maroc comme un objet à part, distinct de son voisin algérien. De plus, en mettant l’accent sur le caractère folklorique des pratiques religieuses marocaines, les superstitions, les dévotions teintées de magie, il présente le pays comme attardé, empêtré dans des croyances rétrogrades, coincé dans un temps immuable et sans histoire ; il en fait par conséquent une terre propice à accueillir le progrès de la colonisation.

10La description de l’émergence de l’archive coloniale marocaine est longue, patiente, méthodique. Edmund Burke III s’attarde sur tous les auteurs d’importance pour analyser la teneur de leurs œuvres, bien sûr, mais aussi décrypter leurs personnalités, l’origine de leurs intérêts pour les sujets traités, jusqu’à leurs ambitions personnelles, leurs liens avec les institutions et leurs affinités politiques. Cette minutie dénote une profonde connaissance de toute la production française sur le Maroc qui est, d’évidence, l’objet d’une vie de recherches. Cette archéologie de l’archive coloniale marocaine se double d’une habileté à manier des échelles variées (locale, nationale et internationale) et des contextes changeants (politiques d’abord mais aussi scientifiques et universitaires). Le résultat est un tableau exceptionnellement détaillé des conditions de la production du savoir sur le Maroc au tournant du XXe siècle. On peut toutefois regretter que la question de l’islam marocain, annoncée comme centrale dans l’ouvrage, n’occupe en réalité qu’une place périphérique dans la composition brillamment dégagée par l’auteur.

Haut de page

Notes

1 Foucault Michel, Dits et écrits, I, « Sur l’archéologie des sciences », Paris, Gallimard, 2004, p. 730.

2 Pour une description détaillée des conditions de l’établissement du protectorat sur le Maroc, se reporter à Rivet Daniel, Lyautey et l’institution du protectorat français au Maroc. 1912-1925, Paris, L’Harmattan, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mehdi Sakatni, « Edmund Burke III, The Ethnographic State. France and the Invention of Moroccan Islam », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 04 septembre 2015, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18762

Haut de page

Rédacteur

Mehdi Sakatni

Doctorant-allocataire de recherche en histoire à Aix-Marseille Université, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM, UMR 7310).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page