Navegación – Mapa del sitio

Yasmine Bouagga, Humaniser la peine ? Enquête en maison d’arrêt

Guillaume Brie
Humaniser la peine ?
Yasmine Bouagga, Humaniser la peine ? Enquête en maison d'arrêt, Rennes, Presses universitaires de Rennes, col. « Le sens social », 2015, 312 p., ISBN : 978-2-7535-4049-1.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Politique en vigueur depuis la réforme de 1975, portant notamment sur le développement des logiques (...)

1Dans cet ouvrage issu de sa thèse, Yasmine Bouagga examine les modalités de la mise en œuvre d’une éthique de type libérale dans le cadre coercitif de la prison. L’auteure montre comment la politique d’humanisation de la prison par l’individualisation de la peine1 se heurte à des contraintes liées à la gestion de masse de la population pénale, dans un contexte sécuritaire, et auprès d’individus socialement démunis. Le livre se compose de huit chapitres à travers lesquels nous suivons les étapes qui jalonnent le parcours des prévenus et des condamnés, depuis leur entrée jusqu’à leur sortie de prison. La démarche ethnographique de l’auteure, plongée en immersion dans la vie de deux maisons d’arrêt de la région parisienne, permet l’examen précis et détaillé des logiques au principe du comportement des agents chargés de la surveillance et du suivi pénal, mais aussi de la violence symbolique qui s’exerce sur une population démunie, à travers les dispositifs de prise en charge. La posture analysante de Yasmine Bouagga ne la conduit pas toutefois à disqualifier la réalité des évolutions qui animent le champ pénitentiaire, ni même à dénoncer de manière spectaculaire les conditions de détention. Mais le riche matériau recueilli au fil d’une présence longue sur le terrain lui permet de rendre compte, de manière documentée, de la prise en charge institutionnelle de publics précaires, représentés ici par les détenus.

2D’un point de vue théorique, il nous semble important de souligner que l’interactionnisme que l’auteure mobilise dans ses analyses n’évacue pas la structure sociale des interactions observées. Les rapports de domination et de pouvoir qui opposent les détenus et les professionnels du secteur pénal, et certains professionnels entre eux, sont restitués du point de vue de leurs conditions sociales de possibilité. Par exemple, le déplacement des missions des conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (CPIP) de l’accompagnement social des condamnés vers l’évaluation de leur risque de récidive s’explique par l’évolution des politiques pénales et de sécurité, mais aussi par celle de la formation de ces agents, souvent diplômés en droit et formés à une approche criminologique du métier. Les relations avec les magistrats, notamment autour de la question de l’aménagement des peines, sont affectées par les nouvelles orientations politiques et les pratiques qui en découlent. Si les magistrats reprochent parfois aux CPIP d’être trop proches des détenus, ils ont aussi affaire à une situation où les regards qu’ils portent sur les dossiers visent à juger le condamné sur ses capacités à se réinsérer. La prise de pouvoir autour de l’évaluation du détenu génère des enjeux de distinction pour les uns (les magistrats) et de reconnaissance pour les autres (les CPIP).

  • 2 Combessie Philippe, Sociologie de la prison, Paris, La Découverte, 2009.
  • 3 Grossetête Matthieu, Accidents de la route et inégalités sociales. Les morts, les médias et l’État,(...)

3Mais l’idée force développée au fil de l’ouvrage est que le traitement pénitentiaire réservé aux détenus dépend de leur appartenance de classe. La responsabilisation et l’autonomie sont les dogmes qui s’appliquent à la gestion des détenus par les agents chargés des suivis, comme les CPIP. Leur discours, qui porte sur la nécessité de se constituer comme l’acteur d’un projet, est d’autant plus troublant qu’il s’adresse à des individus vivant souvent dans des conditions sociales difficiles. L’usage de la notion de responsabilité oublie que l’on n’est pas responsable en soi sans un minimum de conditions nécessaires pour maîtriser sa vie. À toutes fins utiles, rappelons, avec Philippe Combessie, que la population carcérale française compte une proportion importante d’hommes relativement jeunes, en situation professionnelle modeste voire précaire, généralement célibataires, et d’un niveau d’études faible2. Par ailleurs, les politiques de contrôle se durcissent à l’égard des classes populaires masculines, ce qui n’est pas sans jeter un doute sur la neutralité de l’application de la loi, comme le remarque Yasmine Bouagga (p. 10). La pénétration dans la prison de pratiques libérales basées sur le mérite, qui récompensent sans conscience ni volonté les condamnés les moins démunis, nous renseigne particulièrement sur la vision socialement située des acteurs de ces pratiques (c’est-à-dire les personnels de justice) et les dispositions sociales qui façonnent leur appréciation des justiciables. Pour agir, les CPIP endossent la croyance suivant laquelle une évolution des personnes écrouées est possible. Cette construction mentale fait cependant fi des propriétés sociales qui distinguent les détenus, plus ou moins dotés en ressources sociales, culturelles et économiques nécessaires pour devenir les acteurs de leur peine. Or l’analyse de la trajectoire sociale des détenus montre des disparités fortes qu’aucun mécanisme ne vient compenser. À cela s’ajoute l’inexistence de véritable politique d’insertion. L’auteure donne d’ailleurs l’exemple d’un détenu inquiet, non pas tant de son incarcération (dont nous apprenons que c’est la troisième), que de la perspective de sa sortie où rien ne l’attend (p. 136). Finalement, les agents pénitentiaires n’ont pas nécessairement affaire à des détenus révoltés mais bien plutôt à des individus qui se sentent abandonnés. Ainsi, la gestion libérale du justiciable participe au maintien des inégalités sociales, voire les accentue incidemment dans le contexte des pratiques de répression et celui de l’incarcération. À l’audience d’aménagement de peine, le détenu perçu favorablement est celui qui apparaît socialement proche des magistrats : « un homme blanc que sa couleur comme sa manière de se tenir et de parler rendent proche (sinon identique) au monde des magistrats » (p. 270). Cette observation rejoint celle opérée par Matthieu Grossetête dans le contexte des délits routiers puisqu’il montre par exemple qu’à délit égal, un cadre est souvent jugé moins sévèrement qu’un ouvrier3. Les individus les plus dotés en capitaux « légitimes » réunissent les conditions pour recueillir la confiance des magistrats du fait de l’image sociale rassurante qu’ils renvoient. Par ailleurs, le contexte socio-économique dans lequel évolue le justiciable confère des garanties qui constituent, aux yeux de ceux qui jugent, les gages d’une réinsertion sociale possible et d’un risque de récidive moindre.

4Pour terminer, Yasmine Bouagga ne néglige pas les facteurs structurels qui pèsent sur la prise en charge de la population pénale présente dans les deux établissements étudiés. En effet, ses analyses montrent comment l’objectif de l’individualisation de la peine répond à une logique sécuritaire dominante dans les établissements. Le maintien de l’autorité et du calme dans la zone de détention ne passe pas par la transformation des détenus (par un dressage des conduites) mais plutôt par l’usage de la carotte et du bâton – notamment le dispositif des réductions de peine et permissions de sortie. En conséquence, ce mode de gestion suscite chez le condamné l’espoir de voir sa peine raccourcie. Cette gestion prend la forme d’une discipline positive, c’est-à-dire une discipline qui incite le condamné à se montrer acteur de sa peine pour augmenter ses chances d’être éligible au dispositif. À travers de nombreux exemples, l’auteure montre comment les impératifs de gestion de l’ordre se substituent finalement à l’idéal correctionnel. Paradoxalement, c’est un gouvernement par la liberté qui s’exerce dans ces prisons mais qui oublie les plus démunis dans les confins de la détention, ces derniers n’étant pas dotés des ressources nécessaires pour correspondre à ce que l’administration pénitentiaire attend d’eux.

  • 4 Artières Philippe, Lascoumes Pierre, « Prison et changement démocratique », Critique internationale(...)

5À front renversé, l’ouvrage montre que les objectifs de réduction de l’enfermement et d’humanisation des conditions de détention ont le plus grand mal à se concrétiser. La question des moyens, l’inertie du système et le souci de l’ordre4 entravent l’objectif de soutenir et d’accompagner le retour des condamnés à « la vie normale ». Au final, si les parties de l’ouvrage qui s’intéressent au développement des procédures juridiques et à la place du droit en prison ne sont pas les plus problématisées – sans doute parce qu’elles dressent un état des lieux –, la mise en évidence de différences frappantes en matière d’exercice du droit selon l’appartenance de classe des justiciables nous paraît particulièrement réussie.

Inicio de página

Notas

1 Politique en vigueur depuis la réforme de 1975, portant notamment sur le développement des logiques de droit commun et constituée par un ensemble de textes législatifs.

2 Combessie Philippe, Sociologie de la prison, Paris, La Découverte, 2009.

3 Grossetête Matthieu, Accidents de la route et inégalités sociales. Les morts, les médias et l’État, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, Collection champ social, 2012.

4 Artières Philippe, Lascoumes Pierre, « Prison et changement démocratique », Critique internationale, n° 16, 2002, p. 118-120.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Guillaume Brie, « Yasmine Bouagga, Humaniser la peine ? Enquête en maison d’arrêt », Lectures [En línea], Reseñas, 2015, Publicado el 04 septiembre 2015, consultado el 22 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18763

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página