Navigation – Plan du site

Marie Moran, Identity and Capitalism

Jean-François Blanchard
Identity and Capitalism
Marie Moran, Identity and Capitalism, London, Sage, 2014, 208 p., ISBN : 978-1-4462-4975-8.
Haut de page

Texte intégral

1« L’identité ou l’invention d’une idée » pourrait être le sous-titre de ce livre, où Marie Moran s’attache à démontrer que le concept d’identité que l’on voit foisonner sous différentes approches (sociale, ethnique, personnelle, sexuelle…) est une notion récente et non la popularisation d’un terme ancien. L’émergence des questions identitaires, et celle de mouvements sociaux orientés sur le genre, la race, la sexualité… est à replacer dans le contexte des sociétés capitalistes et de la société de consommation apparues en Occident à partir des années 1960-1970. L’auteure explore de façon approfondie les articulations entre la notion d’identité et la logique sociale du « capitalisme organisé » pour montrer leur relation dialogique. Elle s’appuie tout particulièrement sur les travaux de Raymond Williams1 (1921-1988), un des fondateurs des Cultural Studies, et son approche du « matérialisme culturel », qui intéresse particulièrement le concept de culture, les systèmes de communication et les formes de la socialisation. La culture prend ici l’acception d’une expérience sociale partagée autour de valeurs de solidarité et de justice.

  • 2 Kathleen Lynch, « Equality Studies, the Academy and the Role of Research in the Social Change », Th (...)

2Marie Moran, maîtresse de conférences à la School for Social Justice de l’UCD à Dublin, se place également dans la perspective des Equality Studies (Kathleen Lynch2). Les Equality Studies se donnent une ambition épistémologique qui suppose que le but du discours académique n’est pas seulement d’expliquer le monde mais aussi de le changer. Ce courant partage ses origines intellectuelles et épistémologiques avec la théorie critique (Habermas), le marxisme, la théorie féministe et d’autres champs interdisciplinaires d’investigation – littérature, science politique en particulier – dans une perspective normative. L’auteure est elle-même engagée, notamment en qualité de fondatrice de l’antenne irlandaise d’ATTAC.

3Identity and Capitalism est la publication de la thèse universitaire soutenue par Marie Moran. Outre l’introduction et la conclusion générales, l’ouvrage est structuré en sept chapitres dont chacun comprend lui-même, de façon académique, une introduction et une conclusion. Ce formalisme offre un confort de lecture qui permet de suivre sans difficulté le fil du raisonnement et de la démonstration de l’auteure au long des sept chapitres. Le style, par ailleurs très clair, en fait un ouvrage agréable à lire, et les reformulations, loin d’être fastidieuses, confortent la compréhension au gré de la lecture.

4Les développements de l’ouvrage suivent deux mouvements. En premier lieu, les chapitres 1 à 5 portent sur l’analyse conceptuelle de l’émergence de la notion d’identité, individuelle aussi bien que collective, qui se trouve favorisée par la logique sociale du capitalisme contemporain dans les différents contextes : culturel, politique et économique. Ensuite, les deux derniers chapitres tentent de répondre à la question : comment replacer la question de l’identité dans le contexte social contemporain ainsi analysé et, tout particulièrement, quelle est la place de l’identité dans les luttes pour la justice sociale ?

5Dans le premier mouvement de la démonstration, donc au cours des cinq premiers chapitres, l’auteure conduit une analyse conceptuelle de l’invention de l’identité en proposant une mise en perspective historique du concept d’identité (chapitre 1). L’identité, autrefois question périphérique, est devenue, parallèlement au développement du capitalisme contemporain (1960-1970) et du néolibéralisme (1980), une question centrale par l’émergence de la croyance que l’identité est un point central de la condition humaine, qui paraît à la fois vital et problématique. À cette fin, l’auteure mobilise les travaux de Raymond Williams et son analyse critique du marxisme selon laquelle la culture ne constitue pas une superstructure de nature épiphénoménale, mais bien le cadre matériel du modèle économique sociétal. Le chapitre 2 analyse les formes de l’instrumentation de l’identité. Marie Moran suggère, par son analyse, une façon de sortir de l’impasse « essentialisme-constructivisme » qui a dominé la théorie sociale de l’identité en la resituant dans son contexte. Dès lors, l’identité apparait comme l’instrument qui sert à désigner ce qui est considéré socialement comme essentiel dans un groupe ou chez un individu.

6Le chapitre 3, intitulé « L’identité, analyse d’un mot-clé », décrit et développe la notion relativement négligée – particulièrement en France où les travaux de Williams sont peu connus – de « culture matérielle », telle qu’elle a pu être présentée par cet auteur, et ce que Marie Moran associe à la « logique sociale du capitalisme ». Cette logique opérationnelle forme, façonne, anime, oriente les normes sociales, les idées et les pratiques, les comportements, les institutions. Plus précisément, le mot-clé « identité » apparaît comme une catégorie de « pratique », que l’analyse de Williams nous invite à appréhender dans ses dimensions sociales les plus larges.

7Le chapitre 4 offre un développement sur l’histoire des idées politiques et fait un retour sur la préhistoire de l’identité dans les sociétés capitalistes, en présentant ses fondements philosophiques. Marie Moran revient sur l’émergence de la catégorie d’identité au terme d’un long développement historique de la pensée occidentale. Cette dernière a conceptualisé la question de l’identité de différentes façons au cours des siècles, chacune d’entre-elles dépendant de notions empruntées à l’essentialisme. L’idée d’un mouvement vers le soi autonome créé par la Nature, puis vers l’idée d’un soi social, créé par l’environnement et la culture, ont fait naître la notion d’identité telle que nous la connaissons aujourd’hui.

8Le chapitre 5 aborde la question de l’identité dans le champ politique. La notion d’identité sociale est devenue la nouvelle façon de penser l’expérience collective à mesure que l’expression en termes de classes sociales perdait de son sens. Les mobilisations pour l’identité sont apparues comme des « appels au clairon » (clairion calls) pour penser et exprimer l’expérience collective d’une forme d’oppression.

9Après cet apport théorique complet sur l’histoire de l’« identité », les deux derniers chapitres constituent le second mouvement de la démonstration : « Que faire de l’identité dans la société capitaliste ? ». Ils apportent les éléments d’une prise de conscience des enjeux de l’identité individuelle et collective et des formes d’aliénation dont elles peuvent faire l’objet. Le chapitre 6 décrit les conditions dans lesquelles la « quête pour l’identité » est appelée à trouver des réponses sociales dictées par la société de consommation. Les différences de classes se trouvent repositionnées dans le champ culturel. L’auteur montre comment, très souvent, l’identité inventée dans le contexte de l’économie néo-libérale devient un leurre pour les acteurs sociaux. Dans la société de consommation de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle, la quête d’identité, y compris dans sa forme la plus individuelle, se voit offrir une réponse dans les pratiques de consommation caractérisées, par exemple, par l’emploi d’un langage fondé sur un « parce que vous le valez bien » (because you’re worth it). Ce chapitre argumente nettement que l’idée d’identité, et particulièrement les phénomènes de distinction et de reconnaissance individuelles, résultent largement des pratiques de consommation qui caractérisent le capitalisme du XXe siècle et la segmentation des marchés.

10Le chapitre 7, « L’identité et le capitalisme au XXIe siècle », évalue l’importance croissante de la problématique de l’identité dans les sociétés capitalistes contemporaines dans une perspective égalitaire. Il examine dans quelle mesure la catégorie de l’identité peut être déployée comme un mode de résistance à la logique du capitalisme, à la fois sur le terrain politique et sur celui de la culture populaire. Il met en perspective le principe d’un mouvement de classe anticapitaliste fédérant un ensemble de luttes contre les d’inégalités économiques, culturelles et sociales croisées qu’engendre la logique sociale du capitalisme. Dans une perspective post-marxiste, le livre débouche sur un usage social de l’identité, replacée dans son contexte historico-économique, et lui confère un sens conforme à une histoire collective animée par un projet de justice sociale.

  • 3 Voir Daniel Mouchard (dir.), « Les altermondialismes », Critique internationale, n° 27, 2005. Compt (...)

11Les Cultural Studies qui ont ouvert une voie de recherche pour analyser les liens entre économie, culture et luttes sociales ont bientôt cinquante ans. Le livre de Marie Moran se situe dans l’une des nombreuses et diverses formes de filiation de ce courant de recherche, qui reste mal connu en France car peu traduit. C’est le cas notamment des travaux de Raymond Williams sur la sociologie de la culture, et particulièrement le concept de « mot-clé », qui sont développés ici de façon convaincante. Le livre n’épuise pas le sujet. Il constitue une contribution théorique stimulante qui demande à être confortée par des études de cas, Le lecteur aurait aimé davantage d’illustrations concrètes. On peut aussi regretter que l’identité ne soit pas abordée de façon processuelle en distinguant les formes d’institutionnalisation des revendications identitaires (ce qui les rend durables), la construction des images de l’identité ses représentations sociales (la lutte pour la reconnaissance agit sur les représentations sociales) et les formes d’appartenances collectives. L’ouvrage, dans le cadre du projet qui était le sien, me semble mettre surtout l’accent sur le conflit entre des représentations sociales de l’identité comme source de développement économique et fondement de luttes sociales. Il contribue à la continuation des propositions de la New Left des années 1970 dans les mouvements altermondialistes3 ou anticapitalistes dont il étaye le fondement théorique. Il contribue de façon pertinente, en particulier par sa mise en perspective historique, à l’approche des identités sociales.

Haut de page

Notes

1 Voir Francis Dupuis-Déri (dir.), Par-dessus le marché ! Réflexions critiques sur le capitalisme, Éditions Écosociété, coll. « Actuels », 2012. Compte rendu de Quidora Morales La Mura pour Lectures : http://lectures.revues.org/10922.

2 Kathleen Lynch, « Equality Studies, the Academy and the Role of Research in the Social Change », The Economic and Social Review, vol. 30, n° 1, January 1999, p. 41-69. Lynch travaille plus particulièrement les inégalités du système scolaire.

3 Voir Daniel Mouchard (dir.), « Les altermondialismes », Critique internationale, n° 27, 2005. Compte rendu de Christophe Nicoud pour Lectures : http://lectures.revues.org/31761.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Marie Moran, Identity and Capitalism », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 07 septembre 2015, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18785

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page