Navigation – Plan du site

Jonathan Zimmerman, Too Hot Too Handle. A Global History of Sex Education

Jean Sénié
Too Hot to Handle: A Global History of Sex Education
Jonathan Zimmerman, Too Hot to Handle: A Global History of Sex Education, Princeton, Princeton University Press, 2015, 216 p., ISBN : 9780691143101.
Haut de page

Texte intégral

1Le dernier ouvrage de Jonathan Zimmerman, professeur chargé d’enseigner les sciences de l’éducation à la New York University, s’inscrit à la croisée de plusieurs histoires. De manière explicite, il s’enracine dans l’histoire de l’éducation, champ qu’il traite à partir d’un angle d’approche sinon inédit, du moins original, à savoir l’histoire de l’éducation sexuelle. Par son approche transversale, il revendique aussi l’idée d’aborder le sujet à l’échelle mondiale dans une perspective à la fois comparatiste et véritablement globale. Enfin, de manière sinon implicite, en tout cas plus sous-jacente, l’histoire telle que la pratique Jonathan Zimmerman s’inscrit aussi dans une histoire des corps et de la construction moderne de la corporéité, avec tout ce que celle-ci recouvre comme enjeux sociaux. Ainsi, au-delà d’un titre alléchant, c’est un ouvrage exigeant qui montre la complexité d’un enjeu éducatif trop souvent perçu comme mineur alors qu’il recèle pourtant une valeur heuristique importante.

2L’ouvrage est organisé en quatre chapitres articulés selon une logique diachronique, allant du début du XXe siècle à nos jours – le premier évoquant les origines de l’éducation sexuelle (1898-1939), le second son développement pendant et surtout après la deuxième guerre mondiale (1939-1960), le troisième la révolution sexuelle et son impact sur l’éducation éponyme (1965-1983) et le dernier allant de la crise du sida à nos jours (1984 à aujourd’hui). Au sein de chacun de ceux-ci l’auteur évoque d’une part les grands enjeux de la période circonscrite, et d’autre part la question de l’extension mondiale ou non du phénomène, en essayant toujours d’illustrer cette perspective surplombante par des exemples extrêmement précis, toujours sourcés, faisant par là-même de ce livre une introduction pertinente sur le sujet. À ce propos, il faut savoir gré à l’auteur de vouloir mener de front l’étude des documents institutionnels (rapports de l’Organisation des Nations Unies, de l’Organisation Mondiale de la Santé, etc.), de la propagande – que celle-ci soit favorable à l’instauration d’un enseignement sexuel ou au contraire résolument hostile –, des organisations transnationales mais aussi nationales et enfin des témoignages des différents acteurs concernés.

3Ce qui frappe le lecteur une fois le livre fini c’est tout d’abord la relative intemporalité des questions en rapport avec l’institutionnalisation et la diffusion d’un enseignement ayant trait à la vie sexuelle. Ainsi les contextes évoluent mais les grandes questions que soulève ce dernier semblent permaner. La place des parents dans ce domaine occupe ainsi un emplacement de choix entre ceux qui entendent faire de l’école un secteur où ces questions pourraient être abordées de manière dépassionnée, voire scientifique, et ceux qui pensent que la sexualité relève du domaine de l’intime et doit être enseignée dans l’intime, c’est-à-dire dans le cocon familial. En élargissant la réflexion de ce dernier point, l’auteur montre bien comment le débat a pu être posé – de manière souvent erronée selon lui – comme une alternative entre immixtion de l’État dans la vie privée et élargissement des bienfaits apportés par la science aux individus. À cet égard, on ne peut qu’être sensible au fin développement de Jonathan Zimmerman sur la question de l’enseignement sexuel dans les pays ayant un régime totalitaire. À titre d’exemple, l’auteur montre que l’URSS passe ainsi d’une politique expérimentale dite du « verre d’eau », où la sexualité est assimilée à un besoin naturel, à un enseignement moralisateur, où toute « exubérance » dans le propos est qualifiée de dégénérescence bourgeoise. Le débat, où l’auteur remarque à juste titre que les enfants, adolescents et jeunes adultes n’ont pas leur mot à dire, illustre à la fois les enjeux de l’extension des prérogatives de l’école et par là même de l’État.

4Un autre aspect du sujet abordé par l’auteur a plus spécifiquement trait au contenu des cours consacrés à l’enseignement sexuel. Jonathan Zimmerman, à travers une analyse de témoignages de professeurs, montre combien ceux-ci, par peur du qu’en dira-t-on, par conformisme, par manque de formation, se contentent trop souvent d’assimiler l’enseignement sexuel à un cours de morale ou, inversement, à un cours de libéralisation tous azimuts qui dépasse le cadre initialement prescrit. Contrairement à une idée préconçue, la libéralisation sexuelle des années 1960 n’a pas entraîné de révolution équivalente dans le contenu de l’enseignement. On rappellera de manière incidente qu’aujourd’hui en France les élèves ne consacrent chaque année que deux heures de leur cursus à ce type d’enseignement et que souvent elles sont consacrées à la sensibilisation des adolescents aux risques encourus lors de rapports non-protégés, apport indispensable mais qui est loin d’épuiser le sujet. C’est un des mérites du livre que de démontrer que l’enseignement de la sexualité s’est construit en réaction aux maladies sexuellement transmissibles, que ce soit le sida dans les années 1990 ou les maladies vénériennes contractées par les soldats pendant les deux guerres mondiales.

5En effet, le livre démontre de manière convaincante qu’il n’est d’histoire de l’enseignement sexuel pertinente qu’à l’échelle mondiale. Évidemment, celle-ci doit se fonder, à l’instar de Jonathan Zimmerman, sur des monographies locales ou d’organisations transnationales, mais elle ne prend réellement son sens qu’une fois étudiée à l’échelle du monde. C’est aussi le moyen de voir comment se forgent des modèles – qui sont aussi de facto des contre-modèles – comme les États-Unis dans la première moitié du XXe siècle puis la Suède dans la seconde moitié, avec tout ce que les représentations peuvent véhiculer de fantasmes. C’est d’autant plus le cas qu’on touche à la sexualité, sujet qui, en dépit des déclarations de chacun, reste toujours l’objet de constructions imaginaires. Cette histoire mondiale permet aussi d’observer la mise en place d’un des arguments les plus récurrents, et les plus actuels, contre cet enseignement, à savoir qu’il s’agirait d’un savoir occidental visant à assurer une domination, coloniale puis post-coloniale, sur les corps et sur les esprits (en faisant fi des traditions, ou en voulant au contraire défendre une vision fantasmée de ces pays afin de les maintenir dans une situation de sous-développement). On mesure ici toute la difficulté qu’il y a à tenir un discours favorable à un enseignement sexuel qui ne saurait se départir du soupçon toujours sous-jacent de domination. L’éducation sexuelle est ainsi encore considérée comme le cheval de Troie d’une modernité occidentale. À cet égard, la conclusion de l’auteur ne s’avère pas marquée du sceau de l’optimisme.

6Ainsi, l’ouvrage s’intéresse à plusieurs thématiques qui excèdent largement la pure question de l’enseignement sexuel, sans jamais pour autant s’en éloigner. Les différents thèmes sont abordés simplement et de manière à faire sentir tant les éléments de continuité que ceux de rupture. L’auteur prend toujours soin de justifier combien cette histoire est plus qu’une simple succession de faits triviaux, et souligne que ce serait faire un contre-sens majeur que de croire qu’il ne s’agit que d’un élément secondaire dans la formation d’un individu. Seule ombre à ce tableau, on ne peut manquer de déplorer le traitement trop rapide, dans ce domaine, de la révolution que constitue Internet. Ainsi, à l’heure où l’accès à un nombre illimité de contenus ayant trait au sexe se démocratise, on peut déplorer que les nouveaux enjeux posés à cet enseignement ne soient abordés que de manière vague ; à se demander si Internet ne va rien changer en la matière. Il s’agit d’une opinion défendable mais on aurait été en droit d’attendre que l’auteur le fasse s’il la faisait sienne. Dans le cas contraire, il aurait été préférable de mettre en avant les changements qu’il en attend. C’est d’autant plus dommageable que Jonathan Zimmerman n’hésite pas à dire où se dirige sa préférence, soit du côté de ceux qui sont favorables à une éducation sexuelle étendue assurée par l’école et par les parents de manière conjointe et concertée. Malgré ce défaut, l’ouvrage reste passionnant, ne serait-ce que parce qu’il montre que des sujets apparemment secondaires sont en fait des nœuds heuristiques, surtout lorsqu’ils sont traités à l’échelle adéquate, en l’occurrence au niveau global.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Sénié, « Jonathan Zimmerman, Too Hot Too Handle. A Global History of Sex Education », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 07 septembre 2015, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18788

Haut de page

Rédacteur

Jean Sénié

Ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé d’histoire, doctorant en histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page