Navigation – Plan du site

Anne Béroujon, Delphine Estier et Anne Montenach (dir.), Des caisses du roi aux poches des cadavres. Une historienne à l’œuvre, Françoise Bayard

Aude Argouse
Des caisses du roi aux poches des cadavres
Françoise Bayard, Des caisses du roi aux poches des cadavres. Une historienne à l'oeuvre, Françoise Bayard, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « La pierre et l'écrit », 2015, 372 p., textes réunis et présentés par Anne Béroujon, Delphine Estier et Anne Montenach, ISBN : 978-2-7061-2257-6.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre recensé est dense car il entend donner un aperçu de l’ensemble de l’œuvre d’une historienne à travers une sélection de textes, quelque peu limitée en raison des droits de réimpression. Constitué de seize contributions de Françoise Bayard réunies par trois de ses anciennes doctorantes, il permet de prendre la mesure d’une historiographie didactique connue pour la diversité des domaines abordés. L’ouvrage est divisé en trois parties thématiques et non chronologiques intitulées « Finances, financiers, fiscalité », « Culture matérielle, culture savante » et  « Économie et sociétés ». Chacune est accompagnée d’une présentation des coordinatrices. On trouve également un avant-propos et une bibliographie des travaux de l’auteure : 19 ouvrages et presque 150 articles, préfaces et communications. Bien que la présentation n’y invite pas nécessairement, la lecture des textes peut se faire par ordre de parution. Il est d’ailleurs plus facile de saisir ainsi l’évolution de plus de quatre décennies de recherches, entreprises depuis le début des années 1970.

  • 1 « De la difficulté à élaborer des séries longues pour les finances de l’Ancien Régime en France », (...)
  • 2 Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Al (...)

2L’ensemble des contributions de Françoise Bayard sur les finances, les financiers, la fiscalité ou l’épargne propres à la modernité européenne montre, avec l’infinie patience de l’approche économique et la docte pédagogie nécessaire à l’enseignement de l’histoire, que l’humanisme européen peut se percevoir en regardant vivre les familles de banquiers, de marchands et d’épargnants. L’hommage rendu par les coordinatrices est par conséquent la marque d’une reconnaissance envers une historienne qui a su rendre l’histoire économique abordable et précieuse à celles et ceux que les longues séries de chiffres rebutent. En effet, dans un texte de 1995, Françoise Bayard expliquait les limites des recours utilisés pour pallier l’absence de budget dans les finances d’Ancien Régime et leurs répercussions méthodologiques1. L’historien Jean-Yves Grenier, à peu près au même moment, précisait utilement : « Il faut considérer la série comme une source jouissant du même statut épistémologique que les autres documents, c’est-à-dire susceptible de suggérer des pistes de recherche, de fournir des indices confirmant des hypothèses »2. Françoise Bayard a su transformer l’aride méthode en un passionnant récit. Tant l’agencement des contributions que leur chronologie laissent alors deviner qu’il s’agit d’un perpétuel aller-retour entre différents objets historiographiques : « Des caisses du roi aux poches des cadavres », des comportements des argentiers de l’État aux fluctuations financières.

  • 3 Pierre Goubert, préface à Françoise Bayard, Le monde des financiers au XVIIe siècle, Paris, Flammar (...)

3Le premier article, publié en 1971 dans la revue les Annales, concerne la famille des Bonvisi, marchands banquiers de la ville de Lyon entre 1575 et 1629. Il retrace un peu plus d’un demi-siècle d’affaires au cœur de l’Europe, mais aussi vers le Levant, l’Amérique et l’Afrique. L’abondance d’études désormais entreprises sur des familles d’argentiers de l’État rend sans doute ce texte moins original aujourd’hui mais il figure parmi ceux qui firent date dans les années 1960 et 1970. Il marque aussi l’entrée en matière de l’auteure qui entreprend de faire l’histoire d’un royaume « à la fois besogneux, endetté et riche »3, où le destin des financiers et celui des villes se lisent ensemble.

4Ainsi, « Comment faire payer les riches ? L’exemple du XVIIe siècle français », paru en 1989 dans le premier numéro des Études et documents du Comité pour l’histoire économique et financière de la France puis « Fiscalité directe, fiscalité indirecte : les choix raisonnés de la monarchie française au XVIIe siècle », paru en 2008, analysent les motivations des souverains pour faire appel aux financiers pour participer au budget de l’état et les effets économiques de leurs choix.

5Cependant, c’est aussi à l’exploration de la vie des financiers que les travaux de Françoise Bayard invitent. En 1993 paraît « Quels Italiens pour quel Lyon ? (XVIe-XXe siècles) » et en 1995, « Entre clientèles ancienne et nouvelle : les financiers français du XVIIe siècle », où l’auteure rappelle qu’ils sont « des entrepreneurs privés intermédiaires entre l’État et les riches du royaume. Ce n’est pas à la monarchie que l’on prête mais à des hommes » (p. 144). Françoise Bayard fait par conséquent du mal de vivre des élites un facteur déterminant pour expliquer la crise du milieu du XVIIe siècle. Ce mal-être est également exploré dans une contribution présentée en 1999 au colloque « La souffrance sociale » et dont le texte est ici publié pour la première fois.

6Dans la même veine, l’auteure avait entamé au milieu des années 1980 une étude sur la longue durée des « grands moments de l’existence » des habitants de Saint-Genis-l’Argentière, à l’instant même où l’histoire économique s’éclipsait, comme elle l’explique dans « Pour une autre histoire économique de la France d’Ancien Régime », paru en 2004. Jouant du changement d’échelles propre à la micro-histoire, la contribution de 1987 sur les mariages de Saint-Genis l’Argentière, présente dans la troisième partie de l’ouvrage (intitulée « Dans l’atelier de l’historienne »), donne à voir l’aspect à la fois artisanal et intellectuel du métier d’historien. De cette plongée dans les registres paroissiaux du village où elle résidait depuis 1970, Françoise Bayard rapportait un regard nouveau, un peu en marge des financiers qui feront néanmoins l’objet de sept publications entre 1984 et 1986. Est-ce ce même regard empreint de curiosité qui lui fait proposer en 2004 « d’orienter l’histoire économique vers des objets soit plus réduits et plus concrets soit moins visibles » (p. 275), telle qu’elle l’avait déjà entrepris en s’intéressant à l’histoire de la culture matérielle ?

7En effet, au travers de la boisson (« Boire à Lyon à l’époque moderne (XVIIe-XVIIIe siècle) », paru en 1998), du jeu (« Jeux dangereux, jeux interdits: l’exemple du Lyonnais et du Beaujolais aux XVIIe et XVIIIe siècles », paru en 1999), de l’épargne (« Épargner sous l’Ancien Régime : le cas lyonnais », publié en 2004), de la sépulture (« La dernière demeure », paru en 2003), mais aussi des « objets portés » (« Au cœur de l’intime: les poches des cadavres. Lyon, Lyonnais, Beaujolais, XVII-XVIIIe siècles », paru en 1990), l’auteure s’attache à montrer le champ des possibles de l’histoire économique de la culture matérielle.

  • 4 Arlette Farge, Le bracelet de parchemin. L’écrit sur soi au XVIIIe siècle, Paris, Bayard, p. 54.

8Si le changement de focale marque un intérêt répété pour les comportements individuels, Françoise Bayard reconnaît néanmoins que l’observation de l’intime lui échappe à chaque fois qu’elle veut l’aborder. Aussi, lorsqu’elle « fait les poches des cadavres », c’est pour y découvrir que « le propre des poches est, précisément, de renfermer des objets de peu de valeur ». Toutefois, elle remarque qu’elles contiennent « Dieu, l’argent et les couteaux » mais que c’est « dans cette dernière course [la mort par noyade] plus que dans les poches [de la noyée] que réside l’intime », (p. 180 et 188). À cet égard, Arlette Farge écrit très justement en 2003 que « le corps inventorié par les autorités est ouvert tel un coffret, mais jamais il n’est possible d’en connaître le fond »4.

  • 5 Le texte est paru dans un ouvrage dirigé par Tiphaine Barthélémy et Joël Caudan, Mémoire familiale, (...)

9Délaissant le coffret des âmes, Françoise Bayard n’oublie pas pour autant les archives judiciaires, grandes pourvoyeuses de documents historiques sur « l’imprévisible, le caché et le condamné ». En 2009, « Anne Meunier et Catherine Maria, deux mauvaises patronnes lyonnaises en 1751 », est l’une de ses nombreuses contributions consacrées aux conditions de travail sous l’Ancien Régime. Le texte est élaboré à partir d’un cas judiciaire pour homicide ouvert à la suite du décès d’une jeune fille dans une fabrique de dentelles. Mais c’est sans doute le texte d’une communication paru en 2012 qui ponctue le mieux l’ensemble choisi par les trois coordinatrices. Dans « Le jour où ma mère n’a plus tenu ses comptes », Françoise Bayard travaille à partir de carnets et d’agendas que sa mère avait conservés jusqu’à sa mort, survenue en 20055. On y saisit toute l’ampleur de l’expérience dans la formation au métier d’historien-n-e et la place essentielle de la curiosité pour écrire l’histoire. Ce recueil en forme d’hommage est par conséquent un bel outil pour tout-e historien-n-e.

Haut de page

Notes

1 « De la difficulté à élaborer des séries longues pour les finances de l’Ancien Régime en France », Économies et Sociétés, n° 12, 1995, p. 231-251.

2 Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin Michel, 1996, p. 229.

3 Pierre Goubert, préface à Françoise Bayard, Le monde des financiers au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1988, Nouvelle Bibliothèque Scientifique, p. 8.

4 Arlette Farge, Le bracelet de parchemin. L’écrit sur soi au XVIIIe siècle, Paris, Bayard, p. 54.

5 Le texte est paru dans un ouvrage dirigé par Tiphaine Barthélémy et Joël Caudan, Mémoire familiale, objets et économies affectives, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2012, p. 23-37.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Anne Béroujon, Delphine Estier et Anne Montenach (dir.), Des caisses du roi aux poches des cadavres. Une historienne à l’œuvre, Françoise Bayard », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 septembre 2015, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18791

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page