Navigation – Plan du site

Simon Susen et Bryan S. Turner (dir.), The Spirit of Luc Boltanski. Essays on the ‘Pragmatic Sociology of Critique’

Pierre Alayrac
The Spirit of Luc Boltanski
Simon Susen, Bryan S. Turner (dir.), The Spirit of Luc Boltanski. Essays on the 'Pragmatic Sociology of Critique', Londres, New York, Anthem Press, 2014, 851 p., ISBN : 978-1-78308-296-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous ne pouvons, ici, rendre compte de toutes les contributions à ce livre. Le lecteur pourra toute (...)

1« Pourvu que cela fonctionne » (p. 559) : c’est ainsi que Luc Boltanski propose de résumer son travail intellectuel. La somme des contributions (articles et entretiens) réunies dans ce volume1 entend démontrer qu’au-delà de la désinvolture contenue dans cette formule, le sociologue a su développer systématiquement son cadre d’analyse. De plus, l’internationalité de la liste des contributeurs souligne à la fois son influence intellectuelle étendue et la proximité ressentie envers lui notamment de la part des auteurs anglo-saxons. À travers Boltanski et le label de « sociologie pragmatique de la critique », plusieurs sociologues – à l’instar de Simon Susen – voient une opportunité de diminuer l’écart historique, épistémologique et méthodologique avec les sciences sociales d’Europe continentale. Cet engouement est rendu lisible dans le travail d’édition et dans les articles du sociologue britannique, dont il faut souligner la justesse et la précision.

  • 2 Boltanski Luc, Darré Yann et Schiltz Marie-Ange, « La dénonciation », Actes de la recherche en scie (...)

2Ce volume se présente d’abord comme une précieuse synthèse, mais aussi une introduction à l’œuvre de Boltanski. Ainsi, Bridget Fowler en propose une périodisation tripartite : l’époque bourdieusienne, de ses débuts jusqu’au milieu des années 1980 ; puis, à compter de la création du Groupe de Sociologie Politique et Morale et de la publication de « La dénonciation » en 19842, le moment d’adoption d’une perspective pluraliste, tendant au relativisme ; enfin, à compter de la parution du Nouvel Esprit du Capitalisme (1999), un infléchissement de cette perspective, qui devient plus nettement normative. Cette cartographie permet de mieux aborder chaque texte, et de suivre l’évolution de la pensée de Boltanski tout en replaçant l’apparition du label de « sociologie pragmatique de la critique » dans son contexte : celui d’une synthèse de différents fragments de sa trajectoire intellectuelle, dont la compatibilité semblait incertaine. Cette formule rend compte de l’attention portée à la fois à la construction relationnelle des existences humaines, à l’action « en train de se faire » et aux dimensions morales et politiques du discours des acteurs. Beaucoup de contributeurs soulignent l’importance de cette prise au sérieux du sens de la justice des individus, et font de celle-ci et du refus d’une dichotomie nette entre réflexivité ordinaire et savante, les deux principes originaux qui ont distingué la sociologie de Boltanski.

  • 3 Boltanski Luc, L’Amour et la Justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Par (...)
  • 4 Boltanski Luc, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009. Nous (...)
  • 5 Peut-être faut-il là aussi nuancer ce propos, en soulignant que l’absence de traduction d’Affaires, (...)

3En revanche, c’est le qualificatif – en vogue, et donc disputé – de « pragmatique » qui nécessitait précision : le lecteur trouvera une section entière consacrée à la question. Dans leur chapitre, Louis Quéré et Cédric Terzi ont une formule heureuse pour résumer ce qu’il faut entendre par cet adjectif : « [L’ambition de Boltanski] est de reconstruire une grammaire de l’action en train de se faire – c’est-à-dire de développer un ‘modèle’ des réquisits normatifs que l’action doit satisfaire, et des contraintes structurelles auxquelles elle doit pouvoir être confrontée pour être approuvée » (p. 93). Ils rappellent ainsi que Boltanski se réfère avant tout à la pragmatique linguistique, qui s’intéresse à l’usage de ressources grammaticales en situation. La fin de leur contribution, où ils contrastent cette démarche avec ce que devrait être une sociologie inspirée directement de la philosophie pragmatiste anglo-saxonne est moins convaincante : en passant sous silence les continuités entre régimes d’action – soulignées notamment dans L’Amour et la Justice comme compétences3 –, et en durcissant les oppositions idéales-typiques contenues dans De la critique4, ils sous-estiment l’attention portée aux divers degrés de réflexivité des acteurs. Tanja Bogusz rappelle utilement que William James ou John Dewey n’étaient pas (ou peu) lus par le GSPM, et explique ainsi deux différences de démarche : d’abord, en donnant un but précis à sa sociologie – participer à la relance de la critique sociale de la domination – Boltanski s’éloigne parfois des prescriptions anti-normatives de ces philosophes ; ensuite, malgré une attention commune pour l’incertitude dans les interactions, il serait trop peu attentif à la façon dont les acteurs la résolvent5.

  • 6 Lefort Claude, Essais sur le politique : XIXe et XXe siècles, Paris, Seuil, 1986.

4Au-delà de cette controverse de label, l’ouvrage permet de replacer l’œuvre de Boltanski en la resituant dans une constellation d’autres auteurs majeurs, tels Jürgen Habermas, John Rawls ou Axel Honneth. Une contribution de Paul Blokker propose par exemple une explicitation de la notion de politique, en comparant De la critique aux travaux de Claude Lefort6. À l’aide d’une distinction opérée par ce dernier, il souligne alors que coexistent chez Boltanski deux acceptions distinctes du terme : ce qui se donne le mieux à voir, c’est la politique au sens des activités politiques explicites, et notamment la lutte pour le pouvoir ; mais le sociologue pense aussi le politique, entendu comme l’ensemble des moyens que la société se donne à elle-même pour se penser, dans sa forme et ses divisions internes. À travers la dialectique boltanskienne entre monde (« tout ce qui arrive ») et « réalité » (au sens de la tension vers une clôture sémantique de la réalité sociale par les institutions), on retrouve ainsi le refus d’une réduction du politique à la politique, et l’insistance sur le rôle de la critique. Ce dernier point rapproche Boltanski d’un autre auteur auquel il était impossible de ne pas le comparer : Pierre Bourdieu. Plusieurs chapitres traitent directement de la question, mais il s’agit d’un point de passage quasi obligé. Derek Robbins propose une chronologie et une analyse fines de leur collaboration, tandis que Mohamed Nachi offre une étude stimulante de ce qui rapproche les deux sociologies, ainsi que de ce qui les sépare – principalement la conception du surplomb éventuel du sociologue. Susen poursuit cet effort en balisant huit points qui marquent à la fois des convergences et des divergences, en particulier les notions de pratique, de situation et d’émancipation. Cette analyse lui permet de conclure avec huit propositions visant à faire fructifier un rapprochement théorique et pratique : en particulier, il souligne que les compétences critiques – des acteurs ou du sociologue – qui sont à l’origine de la réflexivité, sont toujours localisées dans un horizon doxique, composé de prénotions.

  • 7 Ce concept renvoie à la tension qui naît de l’incarnation des institutions dans des porte-paroles s (...)

5C’est précisément autour des compétences des agents et de la notion de critique que se nouent les discussions les plus incisives. Basée principalement sur De la critique, la quatrième section du livre rappelle la normalité de celle-ci face à des institutions en proie à des contradictions herméneutiques7 et incapables d’imposer de façon définitive une définition de « ce qu’il en est de ce qui est ». Dans une perspective plus large, Peter Wagner souligne que l’attention d’un côté à la façon dont une pluralité de régimes normatifs peuvent être convoqués en situation, et de l’autre à l’évolution historique de ces régimes et de leur articulation autorisait un renouveau des objets et méthodes des sciences sociales. Ce renouveau n’est aujourd’hui pas complet, car des réticences persistent quant au cadre d’analyse proposé par Boltanski. Rob Stones et Susen formulent tous deux une critique que le sociologue français reprend à son compte dans un des trois entretiens en fin de volume : Boltanski suppose qu’existent chez les acteurs des capacités critiques (et ses enquêtes entendent montrer qu’elles existent et sont utilisées), mais il n’identifie pas les ressources dispositionnelles qui sont nécessaires à leur développement. Susen souligne en outre que la conceptualisation synthétique proposée en 2009 fournit des appuis insuffisants à la critique sociale, en tant qu’elle ne donne pas de critère permettant de distinguer les institutions et leurs frontières, ou de penser leur articulation avec quelque chose comme des structures sociales. Enfin, c’est l’orientation que Boltanski entend donner à la critique qui pose problème : Bryan S. Turner et d’autres relèvent un manque d’attention à la « constitution polycentrique des relations de pouvoir dans des sociétés différenciées » (p. 195), bref une tendance au réductionnisme économique, qui donne peu d’outils pour penser l’intersectionnalité des rapports de domination.

6Pour autant, les débats théoriques et méthodologiques n’ont pas freiné les développements inspirés par l’œuvre de Boltanski. Ainsi, Lisa Adkins a relevé que la sociologie pragmatique de la critique ne proposait pas de réflexion propre sur le temps, mais que celui-ci venait toujours comme un élément externe dans l’analyse. À partir de remarques sur les mouvements anti-austérité grecs et espagnols, elle propose d’une part d’étudier les moments d’émergence de la critique, et d’autre part d’être sensible aux demandes d’un futur, d’un changement. William Outhwaite et David Spence réinvestissent eux l’appareil conceptuel des cités (notamment domestiques, civiques et inspirées) afin de rendre compte des opérations argumentatives nécessaires dans les instances de l’union européenne, par exemple pour requalifier un intérêt national en intérêt européen.

  • 8 Boltanski Luc, La Condition fœtale. Une sociologie de l’engendrement et de l’avortement, Paris, Gal (...)
  • 9 Bolanski Luc, Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes, Paris, Gallimard, 2012.
  • 10 Voir, par exemple, l’entretien « Pour une Realpolitik de la raison » entre Pierre Bourdieu et Loïc (...)
  • 11 Pensons par exemple au titre de l’article : Boltanski Luc, « Sociologie critique et sociologie de l (...)

7En définitive, le lecteur trouvera dans ce volume des analyses riches et éclairantes. Le lecteur français, en particulier, repèrera des développements précis sur les œuvres les moins discutées de Boltanski, telles La Condition fœtale8 ou Énigmes et complots9. On pourrait toutefois regretter que les analyses se concentrent sur les œuvres les plus récentes, et notamment des lectures parfois sévères de De la critique. Par ailleurs, « l’esprit de Luc Boltanski » est analysé de manière très internaliste, et ce que son œuvre doit et a fait au champ intellectuel français n’est pas toujours suffisamment pensé : ainsi, l’étiquette de « sociologie critique », maintes fois utilisée pour parler de Bourdieu quand bien même celui-ci la refusait10, est en partie une conséquence de l’institutionnalisation d’une sociologie revendiquée « de la critique »11. Mais ce sont là des remarques qui ne sont pas de nature à amoindrir la portée d’un ouvrage foisonnant.

Haut de page

Notes

1 Nous ne pouvons, ici, rendre compte de toutes les contributions à ce livre. Le lecteur pourra toutefois en retrouver la liste intégrale ainsi que la structure de l’ouvrage à cette adresse : http://universitypublishingonline.org/anthem/popups/pdf_viewer.jsf?cid=CBO9781783082971A005&ref=false&pubCode=ANP&urlPrefix=anthem&productCode=undefined.

2 Boltanski Luc, Darré Yann et Schiltz Marie-Ange, « La dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 51, 1984, p. 3-40.

3 Boltanski Luc, L’Amour et la Justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Métailié, 1990. Sur ce point, le lecteur pourra en particulier se référer au chapitre 8 de la première partie. Il trouvera également des éléments intéressants dans la contribution de Laurent Thévenot à l’ouvrage collectif recensé ici – contribution qui synthétise des analyses développées dans Boltanski Luc et Thévenot Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris Gallimard, 1991 et Thévenot Laurent, L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La découverte, 2006.

4 Boltanski Luc, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009. Nous pensons ici à la distinction entre moments pragmatiques et moments métapragmatiques, qui est développée page 98 et suivantes dudit ouvrage. Celle-ci doit sa clarté à l’ambition théorique de l’essai de Boltanski, et ce n’est qu’en la réifiant que l’on peut affirmer, comme le font Quéré et Terzi, qu’elle doit mener à une approche intellectualiste des formes de réflexivité.

5 Peut-être faut-il là aussi nuancer ce propos, en soulignant que l’absence de traduction d’Affaires, scandales et grandes causes (Boltanski Luc, Claverie Élisabeth, Offenstadt Nicolas, Van Damme Stéphane (dir.), Paris, Stock, 2007) en anglais conduirait vraisemblablement l’auteur à un jugement différent.

6 Lefort Claude, Essais sur le politique : XIXe et XXe siècles, Paris, Seuil, 1986.

7 Ce concept renvoie à la tension qui naît de l’incarnation des institutions dans des porte-paroles singuliers et donc exposés au soupçon de poursuivre leur propre intérêt.

8 Boltanski Luc, La Condition fœtale. Une sociologie de l’engendrement et de l’avortement, Paris, Gallimard, 2004.

9 Bolanski Luc, Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes, Paris, Gallimard, 2012.

10 Voir, par exemple, l’entretien « Pour une Realpolitik de la raison » entre Pierre Bourdieu et Loïc Wacquant dans Bourdieu Pierre et Wacquant Loïc, Invitation à la sociologie réflexive, Paris, Seuil, 2014 [1992]. Bourdieu rejetait ce label notamment car il craignait d’être associé à l’École de Francfort.

11 Pensons par exemple au titre de l’article : Boltanski Luc, « Sociologie critique et sociologie de la critique », Politix, vol. 3, n°10-11, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Alayrac, « Simon Susen et Bryan S. Turner (dir.), The Spirit of Luc Boltanski. Essays on the ‘Pragmatic Sociology of Critique’ », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 10 septembre 2015, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18828

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page