Navigation – Plan du site

Jennifer C. Lena, Banding Together. How communities create genres in popular music

Tomas Legon
Banding Together
Jennifer C. Lena, Banding Together. How Communities Create Genres in Popular Music, Princeton, Princeton University Press, 2014, 258 p., ISBN : 9780691163383.
Haut de page

Texte intégral

1Avec ce livre, Jennifer C. Lena entend développer une proposition ambitieuse : une théorie des classifications socio-culturelles. L’ouvrage est découpé en cinq chapitres, dont le premier (« Music Genres ») fait figure d’introduction et le dernier (« On Classification Systems ») de conclusion. Ce sont ces chapitres qui contiennent les propositions les plus fortes et les tentatives de montée en généralité qui donnent sens à la démarche scientifique de Jennifer Lena. Il s’agit de comprendre comment des communautés d’individus font émerger et évoluer des genres musicaux (musical genres, qui sont bien distincts des styles musicaux, musical styles), en restant essentiellement dans le cadre de la musique populaire étasunienne du XXe siècle.

  • 1 Toutes les traductions sont de l’auteur du compte rendu.

2À travers une approche socio-historique, Jennifer Lena affirme la volonté de s’écarter de la construction et du développement d’« histoires musicales » qu’elle décrit comme « minces » et « fragiles ». Elle se propose de rendre justice à l’épaisseur de ces histoires (thick histories). Il faut pour cela ne plus se centrer, comme le feraient les historiens de l’art, sur des acteurs singuliers (artistes géniaux, producteurs opportunistes, etc.) qui seraient individuellement responsables des changements musicaux dans l’histoire. D’après elle, il faut plutôt observer la musique comme une « community-based activity ». Les membres de ces communautés collaborent, consciemment ou non, pour dessiner des frontières autour de ce qui les réunit (idées, langages, organisations économiques...). Jennifer Lena définit ainsi les genres musicaux comme « des systèmes d’orientation, d’attente et de convention qui relient industrie, musiciens, critiques et fans dans la construction de ce qu’ils identifient comme une sorte de musique distincte des autres »1 (p. 7).

3Le cœur (et l’originalité) de l’approche proposée par Lena se donne à voir dans un tableau synthétique (p. 9). D’un côté, ce tableau permet de mettre en lumière quatre formes de genres (genre formes) que l’auteure nomme « Avant-garde », « Scene-based », « Industry-based » et « Traditionnalist ». De l’autre, il décline les douze dimensions prises en compte par Lena comme critères lui permettant d’analyser l’activité des communautés musicales et leurs éventuelles spécificités. Parmi ces dimensions, on trouve autant d’éléments ayant trait aux organisations des genres (leur forme, leur étendue, les lieux dans lesquels les individus se réunissent) que du type de médias qui en parlent, des sources de revenus des artistes qui y sont impliqués, des technologies utilisées, du rapport aux styles vestimentaires ou à la drogue, etc.

4L’essentiel du livre vise à montrer comment la construction théorique à la base de ce tableau permet effectivement d’éclairer les dynamiques musicales à l’œuvre dans la musique populaire. Ainsi, dans le second chapitre du livre (« Three Musics, Four Genres: Rap, Bluegrass and Bebop Jazz »), Jennifer Lena illustre à travers trois styles musicaux comment la prise en compte des dimensions évoquées plus haut permet, à des moments distincts de l’histoire, de situer ces styles dans différents genres. En montrant comment ces styles ont concrètement existé sous une forme « Avant-garde », une forme « Scene-Based », une forme « Industry-based » et une forme « Traditionalist », elle insiste sur une trajectoire historique qu’elle nomme AgSIT (c’est-à-dire une trajectoire passant par toutes les formes de genres évoqués). Jennifer Lena voit cette trajectoire comme un modèle caractéristique de la musique populaire étasunienne, puisqu’elle caractérise 51 des 60 styles musicaux analysés dans le cadre du livre.

5Le modèle AgSIT n’est cependant pas le seul possible, et Jennifer Lena s’attache dans un troisième chapitre (« Music Trajectories ») à décrire les différents parcours que peuvent suivre les styles musicaux. Il s’agit pour elle d’identifier à chaque fois les éléments caractéristiques d’un genre pour pouvoir affirmer que le style en question est « passé » par ce genre à un moment dans son histoire. Ce chapitre pose plusieurs problèmes que le livre ne résout jamais vraiment : on peut tout d’abord se demander si Jennifer Lena ne s’enferme pas dans l’hypothèse d’une évolution chronologique bien découpée, alors qu’on peut penser qu’il serait possible qu’un même style musical manifeste simultanément des caractéristiques de différents genres. On peut même relever à différents moments du livre des traces d’une vision évolutionniste de la musique, que la trajectoire AgSIT semble représenter. C’est le cas lorsque, dans ce troisième chapitre, Jennifer Lena s’étonne fortement de trouver des styles musicaux qui naissent sous une forme « Industry-based », sans avoir eu besoin de passer par une forme « Avant-garde based » ou « Scene-based ». La surprise de l’auteur semble venir du postulat que la forme industrielle serait incapable d’innovation ou de créativité (« la plupart d’entre nous voient les processus de décision des labels, orientés par le profit, comme antithétiques aux motivations proprement esthétiques de la création musicale innovante. La plupart des sociologues de la musique partagent ce point de vue », p. 77). Cela pose la question de ce qui correspondrait à de la « créativité » ou de « l’innovation » musicale. Question qui ne trouve pas de réponse claire dans l’ouvrage.

6Dans le chapitre 4, Jennifer Lena étend son analyse en dehors des États-Unis pour montrer comment peuvent exister d’autres formes de genres musicaux, qui sont moins marqués par leur existence dans un marché économique. Elle décrit ce qu’elle appelle des « Government-purposed Genres » dans différents pays (Chine, Chili, Nigeria et Serbie), en analysant ce qui distingue cette forme (du point de vue de son organisation, de ses buts, des sources de revenus...) des genres qu’elle a mobilisés jusqu’alors. Elle détaille notamment deux dimensions différentes à l’intérieur de ces « Government-purposed Genres » : le « State-sponsored » et le « Antistate ». Comme pour d’autres styles musicaux analysés dans l’ouvrage (le funk ou le grunge, par exemple), Jennifer Lena s’appuie ponctuellement sur des individus particuliers jouant un rôle clé dans l’histoire des styles, et/ou sur des analyses esthétiques ou essentialistes, soit des démarches qui peuvent aller à l’encontre du programme annoncé en introduction. Dans le cas des « Government-purposed genre », qui se caractérisent par des dimensions politiques, la sociologue mobilise ainsi abondamment des textes de leurs chansons pour appuyer son analyse.

7Le chapitre de conclusion entend replacer l’analyse dans une réflexion plus large sur les systèmes de classification socio-culturelle, et leurs liens avec les notions de légitimité, de pouvoir, d’identité et de stratification sociale. Jennifer Lena distingue ainsi sa démarche de classifications indigènes ou « de sens commun » de la musique. Elle insiste notamment sur le fait que les frontières stylistiques n’ont rien de « naturel » ou « d’inévitable », et qu’elles sont à la fois le produit d’organisations sociales particulières et les ressources utilisées par les auditeurs pour interpréter et donner du sens à la réalité musicale (plutôt que l’inverse). Dans cette optique, tout le travail de classification effectué par des acteurs de l’industrie (intermédiaires, producteurs...) est donc présenté comme essentiel. En proposant une réflexion sur le recours à des critères plus ou moins endogènes ou objectifs, Jennifer Lena entend proposer une position proprement sociologique dans la manière de mettre en place un système de classification. Elle affirme ainsi que le système de classification qu’elle propose est objectivement vérifiable par d’autres recherches dans la mesure où il se concentre sur « des données reflétant des actions et des ressources et non pas des perceptions et des opinions » (p. 160). C’est sans doute un autre point problématique du livre, dans la mesure où Jennifer Lena ne semble pas avoir mis en place une enquête ad hoc pour mettre à l’épreuve ses hypothèses. Les « données » sur lesquelles elle appuie ses analyses viennent essentiellement des résultats d’autres études. Le livre est en effet très documenté et mobilise une grande variété d’auteurs, de différentes disciplines, mais il s’agit de données de seconde main, qui n’ont pas été produites spécifiquement pour vérifier ses hypothèses (Jennifer Lena précise d’ailleurs, p. 156, qu’un « bon universitaire doit chercher différents points de vue sur un événement, des preuves contradictoires, et accumuler autant de récits que possible » : en l’occurrence il s’agit plutôt des récits d’analystes que ceux d’acteurs).

8En conclusion, on peut considérer Banding Together comme un programme de recherche ambitieux et excitant pour tous les chercheurs qui s’intéressent aux systèmes de classification des activités culturelles, et aux démarches intellectuelles que la construction de ces systèmes suppose. Il propose de nombreux points de vue originaux (en se demandant par exemple si les goûts musicaux des individus sont structurés par des frontières entre les styles ou plutôt entre les genres musicaux, tels qu’elle les définit) qu’il conviendrait toutefois de mettre à l’épreuve via des enquêtes empiriques ad hoc.

Haut de page

Notes

1 Toutes les traductions sont de l’auteur du compte rendu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tomas Legon, « Jennifer C. Lena, Banding Together. How communities create genres in popular music », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 11 septembre 2015, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18832

Haut de page

Rédacteur

Tomas Legon

Tomas Legon est docteur en sociologie, chercheur contractuel à l’EHESS. Ses recherches portent sur la sociologie de la culture en général et plus particulièrement sur la manière dont les jeunes découvrent, catégorisent et évaluent des biens culturels.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page