Navigation – Plan du site

Nilüfer Göle, Musulmans au quotidien. Une enquête européenne sur les controverses autour de l’islam

Patrick Cotelette
Musulmans au quotidien
Nilüfer Göle, Musulmans au quotidien. Une enquête européenne sur les controverses autour de l'islam, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2015, 240 p., ISBN : 978-2-7071-7592-2.
Haut de page

Texte intégral

1En juillet 2015, « l’affaire du bikini » a tristement rappelé comment la machine médiatique française peut faire preuve de peu de recul critique lorsqu’elle évoque la présence de musulmans en France : partie d’une ridicule altercation entre jeunes filles ne méritant même pas un entrefilet dans un journal local,   le faits divers est devenue une « polémique » nationale dans laquelle divers protagonistes (notamment politiques : Robinet, Ciotti, Morano, Philippot) ont voulu voir une confrontation religieuse et une preuve par l’exemple de la soi-disant « théorie » du « grand remplacement » d’un Renaud Camus. Face à de tels emballements, la sociologie a différents moyens pour dépasser les stéréotypes. D’un côté, il est possible de décrire par le menu quelles interactions concrètes ont rendu possible ce déferlement médiatique particulier. D’un autre côté, on peut interroger les conditions institutionnelles, organisationnelles et culturelles de ces événements. Enfin, on peut également dépasser l’actualité médiatique pour en tester ses propos et voir si les représentations journalistiques des populations en jeu correspondent aux réalités objectives et aux vécus subjectifs.

  • 1 Musulmanes et Modernes, Voile et civilisation en Turquie, 1993.
  • 2 Interpénétrations, l’islam et l’Europe, 2005.
  • 3 Un autre résumé, vidéo, est disponible à l’adresse suivante : http://www.canal-u.tv/video/ehess/eur (...)
  • 4 Plus précisément : Toulouse, Sarajevo, Istanbul, Milan, Bologne, Cologne, Berlin, Londres, Lyon, Bi (...)
  • 5 Les thèmes explorés renvoient aux prières de rue, aux mosquées et minarets, aux arts plastiques, au (...)
  • 6 Nilüfer Göle fait référence au « Théâtre de l’Opprimé » du brésilien Augusto Boal, mais on peut aus (...)

2Ce sont les deux dernières voies qu’empruntent Nilüfer Göle et son équipe de chercheurs dans Musulmans au quotidien, Une enquête européenne sur les controverses autour de l’islam. Le projet du livre s’inscrit dans la continuité des autres travaux de l’auteure, qui s’était penchée sur la perception des musulmanes turques quant au port du voile1 et sur les processus d’échanges culturels entre les pays européens et les communautés musulmanes2. Dans le cadre du présent livre, après un premier chapitre reprenant la littérature sociologique sur l’islamophobie en Europe, l’auteure résume3 les enseignements tirés du projet de recherche EuroPublicIslam, mené de 2009 à 2013 et financé par l’Union Européenne. Son but était d’interroger des musulmans et des non-musulmans sur les lieux mêmes4 où avaient récemment eu lieu des polémiques publiques relatives à la présence de l’islam en Europe5. Ainsi, au lieu de reproduire les discours politiques et médiatiques, Nilüfer Göle et son équipe expliquent dans le deuxième chapitre qu’ils ont cherché à faire émerger les représentations sociales des « musulmans ordinaires », « les voix de celles et ceux qui ne sont pas demandeurs d’islam mais qui sont concerné(e)s malgré tout par ces controverses » (p. 76), « ceux qui ne se sentent pas entendus ou qui se sentent mal représentés, parfois même stigmatisés » (p. 81). Pour ce faire, deux dispositifs complémentaires ont été employés : d’un côté des entretiens individuels permettant d’interroger les enquêtés sur leur rapport à l’islam et à la croyance ; d’un autre côté, des entretiens collectifs (nommés « Espaces Publics Expérimentaux »6) censés favoriser « l’émergence d’une multiplicité de perspectives » (p. 154) en créant « une situation dans laquelle les participants s’engagent à dépasser leurs propres opinions et à examiner les images préconçues que chacun a de l’autre » (p. 83).

3Les différents chapitres du livre, consacrés chacun à un type de controverse publique, permettent de montrer l’intérêt d’une telle méthode. Ces derniers disposent de la même structure, qui permet d’insister sur le dévoilement nécessaire qu’introduit le regard sociologique. Ainsi, après avoir exposé le sens de tel ou tel phénomène religieux dans le culte musulman (comme la mosquée, le port du voile, le halal, etc.), Nilüfer Göle décrit l’événement public ayant conduit à une controverse locale et nationale importante en Europe, puis rend compte des représentations privées et publiques qu’ont livrées les enquêté(e)s.

  • 7 Avec la profession de foi, le jeûne, l’aumône et le pèlerinage à la Mecque.
  • 8 Selon l’un des hadiths de Mohamed, « La Terre entière est un lieu de prières ».

4Nous pouvons prendre pour exemple le chapitre 3 portant sur les prières collectives. Dans la religion musulmane, la prière constitue un des cinq piliers de l’islam7. Cinq fois par jour, mais tout en veillant à lutter contre le caractère routinier de la prière, le fidèle s’impose une discipline corporelle pour exercer sa foi (ablutions puis agenouillement rituel). Cette prière peut s’exercer n’importe où8, dans la solitude ou collectivement. La prière du vendredi midi est la plus importante dans les habitudes musulmanes, notamment pour les hommes qui se rendent collectivement à la mosquée. C’est cette vision collective de la prière musulmane que l’on retrouve d’ailleurs habituellement dans les médias européens, utilisée notamment par des groupes d’extrême-droite comme un étendard de l’opposition de la religion musulmane aux valeurs individualistes occidentales, alors même que la prière musulmane est d’abord un acte individuel. Si cette vision collective de la prière a pu être au cœur de polémiques en Allemagne et en France dans les années 2000 et 2010, elle fut également mobilisée à Bologne en 2009. À la fin d’une manifestation de soutien à la population palestinienne de la Bande de Gaza, certains manifestants musulmans ont décidé d’apporter leur soutien en priant collectivement sur la place où avait lieu la manifestation, c'est-à-dire devant la basilique gothique San Petronio. Dans les jours suivants, des représentants politiques et des Bolonais ont exprimé publiquement leur colère suite à cette prière collective vue comme une transgression d’un espace historiquement catholique et comme une volonté politique de la communauté musulmane « d’islamiser l’Europe ».

5Six mois après les événements, Nilüfer Göle et son équipe se sont alors rendus sur les lieux pour observer si « les dynamiques du champ public étaient représentatives de la réalité sociale » (p. 95). Ce fut leur premier essai d’un Espace Public Expérimental. Onze personnes ont participé au groupe de discussions : trois jeunes filles musulmanes enfants d’immigrés, deux hommes musulmans non descendants d’immigrés et convertis récemment, trois électeurs du mouvement politique d’extrême-droite de la Ligue du Nord, et trois autres habitants de Bologne (un jeune commerçant, une étudiante en langues orientales et une femme qui avait vécue en Angleterre). Le compte rendu des débats permet de tirer différentes leçons qui se retrouvent dans l’ensemble du livre. Du côté des musulmans présents, différentes positions ont été exprimées pendant la discussion, signe d’un vécu individuel de la foi, et d’une perception différente de la prière collective publique tenue devant la basilique gothique San Petronio (avec deux pôles : simple signe de paix en soutien aux Palestiniens, ou signe de la nécessité de construire des lieux de culte). Une même attitude a cependant caractérisé leur groupe : celle de la patience et du calme face aux attaques verbales perpétrées par les électeurs de la Ligue du Nord. Contrairement aux représentations, les musulmans ne forment donc ni une communauté unie (il existe différentes manières d’être musulman et de vouloir vivre sa religion en Europe), ni une communauté belliqueuse. On retrouve en Europe tout un ensemble de « musulmans ordinaires » derrière l’image ô combien caricaturale du djihadiste.

  • 9 Ce qui est tout le paradoxe de ces positions qui consistent à juger les « étrangers » et les « musu (...)

6Du côté des autres participants au groupe, l’auteure a constaté un mutisme qui contribuait de fait à laisser la parole aux membres de la Ligue du Nord, ce qu’on retrouverait dans l’espace médiatique en général. Enfin, du côté des électeurs de la Ligue du Nord, on entendait par contre un même discours, composé d’une part d’attaques verbales contre les musulmans présents dans la salle de discussion et contre l’islam en général, et d’autre part de commentaires intempestifs consistant à couper la parole aux autres participants. Nilüfer Göle y lit la marque des stratégies des nouveaux partis d’extrême-droite, qui consistent à occuper l’espace public et à refuser l’accès, au prix de l’incivilité9, aux communautés qu’ils jugent « étrangères » et qu’ils contribuent à perpétuer telles. Elle y voit également le paradoxe des positions anti-musulmanes. De fait, si la communauté musulmane fait l’objet d’attaques de plus en plus fréquentes depuis les années 2000, c’est parce qu’elle est désormais plus visible avec les enfants d’immigrés naturalisés, mais aussi parce qu’elle occupe désormais des espaces publics et des positions sociales non dévalorisés, et parce qu’elle utilise les moyens légitimes en Europe (pétitions, manifestations, associations) pour faire valoir ses revendications. Autrement dit, si la communauté musulmane est accusée de manquer son « intégration » dans la communauté européenne, c’est justement parce qu’elle est désormais intégrée.

7Malgré l’intérêt respectif de chaque compte-rendu, on constate trois faiblesses tout au long de l’ouvrage. D’une part, Nilüfer Göle part souvent du postulat que l’espace médiatique européen relaie massivement un discours anti-islam, ce que semble confirmer l’existence de polémiques nationales et européennes à partir d’événements locaux. Pour autant, on regrette l’absence d’une véritable étude des discours médiatiques, tant quantitativement que qualitativement, qui permettrait de prouver avec certitude l’existence d’une vision majoritaire dépréciative de la communauté musulmane en Europe. Un tel projet nécessiterait un travail en soi qu’on ne peut qu’espérer et que l’auteure elle-même appelle de ses vœux. D’autre part, on constate à différentes reprises que Nilüfer Göle met dans son projet scientifique une volonté politique de « dégager les possibilités de formation d’un espace public alternatif » (p. 84) qui aiderait « l’Europe [à montrer] un horizon du possible avec ses musulmans » (p. 289). Si on ne peut reprocher à une auteure ses positions politiques, on sent cependant à différents passages que le discours scientifique est parasité par elles (comme lorsque l’auteure exprime ses regrets suite à certaines discussions, ou son contentement lorsque les débats se sont par la suite concrétisés localement par un projet associatif).

  • 10 On note ainsi, en plus de lycéens, des professionnels de l’enseignement et du milieu médical, des m (...)

8Pour finir, la dernière critique est la plus problématique. Le projet du livre consiste à faire émerger les représentations sociales des « musulmans ordinaires » sur leur religion et leur rapport à la vie en Europe. Les polémiques publiques constituent une voie d’entrée pour ce faire. De fait, la seule méthode utilisée repose sur des entretiens qui ont lieu avec un nombre relativement restreint d’individus. Tout le problème réside alors dans la sélection de ces individus. Ces derniers ont souvent été contactés suite aux polémiques publiques, et nombre d’entre eux l’ont été par le biais de réseaux associatifs. Quand on regarde également leurs caractéristiques sociales, on constate (p. 72) que les enquêtés sont majoritairement des personnes de 19 à 45 ans et que les professions exercées relèvent essentiellement des PCS des artisans, commerçants, chefs d’entreprise, des cadres et professions intellectuelles supérieures et des professions intermédiaires10. De fait, il semblerait qu’il n’y a aucun employé ou ouvrier interrogé, alors même que ces catégories socioprofessionnelles composent en France 52,6% de la population active en 2008 selon l’INSEE., Les enquêtés sont donc des musulmans peut-être pas si « ordinaires » que cela, et sans aucun doute non représentatifs de l’ensemble des musulmans européens. Il manque ainsi à l’étude un volet quantitatif qui permettrait de mesurer la diversité – ou non – des positions au sein de la communauté musulmane, et de situer dans l’espace social les différentes positions exprimées au cours des entretiens qualitatifs. A nouveau, c’est un véritable projet de recherche mais, qui est impératif pour confirmer ou nuancer le résultat des entretiens menés par Göle et son équipe.

9En conclusion, l’ouvrage de Nilüfer Göle remplit pleinement son objectif, qui consiste à dépasser les stéréotypes relatifs à la présence des musulmans en Europe. Toutefois, si les positions exprimées par les musulmans interrogés au fil de l’enquête sont bien diverses, il manque une estimation de la représentativité de ces positions qui permettrait de reconstruire une image plus complète de la communauté musulmane européenne. Nous ne pouvons qu’espérer que de tels travaux soient entrepris à l’avenir afin de permettre à la sociologie de continuer à jouer son rôle : celui d’une science « qui dérange » parce qu’elle écarte les prénotions.

Haut de page

Notes

1 Musulmanes et Modernes, Voile et civilisation en Turquie, 1993.

2 Interpénétrations, l’islam et l’Europe, 2005.

3 Un autre résumé, vidéo, est disponible à l’adresse suivante : http://www.canal-u.tv/video/ehess/europublicislam_itineraire_d_une_recherche.13029. De plus, les auteurs ont compilé leurs résultats dans deux ouvrages à destination d’un public universitaire : Nilüfer Göle (dir.), Islam and Public Controversy in Europe, Ashgate, Londres, 2014 ; Nilüfer Göle (dir.), En quête de l’islam européen, Halfa, Perpignan, à paraître.

4 Plus précisément : Toulouse, Sarajevo, Istanbul, Milan, Bologne, Cologne, Berlin, Londres, Lyon, Birmingham, Bruxelles, Genève, Cordoue, Paris, Amsterdam, Copenhague, Madrid, Oslo, Rotterdam, Trévise et Vienne.

5 Les thèmes explorés renvoient aux prières de rue, aux mosquées et minarets, aux arts plastiques, au port du voile et de la burqa, à la charia, au halal et à la « question » juive.

6 Nilüfer Göle fait référence au « Théâtre de l’Opprimé » du brésilien Augusto Boal, mais on peut aussi y voir une adaptation des méthodes actionnalistes d’Alain Touraine et de François Dubet.

7 Avec la profession de foi, le jeûne, l’aumône et le pèlerinage à la Mecque.

8 Selon l’un des hadiths de Mohamed, « La Terre entière est un lieu de prières ».

9 Ce qui est tout le paradoxe de ces positions qui consistent à juger les « étrangers » et les « musulmans » comme des personnes extérieures à la communauté civile alors que la manière même d’exprimer ces positions empêche et récuse l’existence d’une communauté civile.

10 On note ainsi, en plus de lycéens, des professionnels de l’enseignement et du milieu médical, des membres de professions libérales, des commerçants (restaurateurs, libraires, propriétaires de salon de coiffure ou d’atelier textile), et enfin des professionnels des mondes artistique, culturel, politique et associatif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Nilüfer Göle, Musulmans au quotidien. Une enquête européenne sur les controverses autour de l’islam », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 16 septembre 2015, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18875

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page