Navigation – Plan du site

Michel Fabre et Christiane Gohier, Les valeurs éducatives au risque du néo-libéralisme

Guillaume Arnould
Les valeurs éducatives au risque du néo-libéralisme
Michel Fabre, Christiane Gohier (dir.), Les valeurs éducatives au risque du néo-libéralisme, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, coll. « Penser les valeurs en éducation », 2015, 168 p., ISBN : 979-10-240-0420-4.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage questionne les liens qu’entretiennent aujourd’hui les politiques éducatives et le néo-libéralisme. Les différentes organisations scolaires et éducatives s’inspirent de plus en plus, d’après les auteurs, des valeurs du marché. En effet, les analyses réunies dans ce livre montrent à quel point l’économie de la connaissance ou la théorie du capital humain influencent les systèmes éducatifs des pays développés. Le néo-libéralisme relève d’une approche idéologique : il porte les valeurs de l’analyse économique, celles du marché et la supériorité de l’entreprise sur l’action publique. Les contributeurs énoncent et dénoncent les mécanismes normatifs qui guident les réformes récentes dans le domaine éducatif.

2De l’école à l’université, les auteurs défendent la thèse que les évolutions des organisations de l’enseignement ne prennent plus appui sur la pédagogie ou la construction sociale de la citoyenneté, mais sur la rentabilité de l’investissement dans un capital immatériel. Le savoir n’a de sens dans la logique néo-libérale que s’il permet d’obtenir une rémunération, une rétribution monétaire. Dans l’introduction de ce livre collectif, les directeurs de l’ouvrage insistent sur le « bon sens » idéologique qui fonde le néo-libéralisme : comment s’opposer à des réformes reposant sur l’évaluation, sur l’efficacité en termes d’insertion professionnelle ou sur la saine gestion des fonds publics ? Les contributeurs développent une approche critique qui questionne l’impact d’une idéologie sur les systèmes éducatifs et en analysent les effets comme les limites.

3Sont ainsi convoqués, comme principales références théoriques, l’archéologie des savoirs de Michel Foucault ou les recherches de Christian Laval, qui tendent à affirmer la distinction forte entre les mondes scolaire et économique. Les auteurs partent du postulat d’un retrait de l’État concomitant d’une marchandisation du savoir et de la culture. Le néo-libéralisme porte à la fois une logique de gestion et des valeurs, dont les contributeurs exposent la cohérence et l’évidence. Alain Trouvé étudie ainsi les enquêtes du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) développées par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE)pour montrer que, loin de ne constituer qu’un outil neutre et technique de comparaison des performances éducatives des élèves, elles prescrivent les changements à apporter aux systèmes scolaires pour accroître les compétences des jeunes selon une « orientation de rationalisation économiste et utilitariste ». Les enquêtes PISA ne feraient que développer la concurrence entre systèmes éducatifs, en évaluant les compétences à l’écrit ou en mathématiques selon le prisme du rendement, écartant délibérément des valeurs telles que l’égalité, l’équité ou la laïcité.

4André Pachod décrit le néo-libéralisme comme un dispositif idéologique et normatif. L’apprenant devient un agent économique, un entrepreneur, ayant à prendre des décisions d’investissement, d’innovation dans un environnement concurrentiel. Les choix d’orientation des élèves ou les dispositifs de formation professionnelle continue sont en effet logiquement sous-tendus par les logiques d’employabilité et de performance : l’individu qui suit une formation attend un retour de cet investissement. Pour André Pachod, il convient d’éviter cette vision réductrice en questionnant le rôle éducatif de l’école (former c’est permettre aux apprenants de vivre dans une société porteuse de valeurs diverses) et le rôle professionnel de ses acteurs (former c’est transmettre des savoirs en mobilisant des pédagogies et des approches didactiques). Bref, l’enseignant doit être porteur d’une éthique. On ne peut le réduire à un agent économique sur un marché. Cette volonté de décrire des modes de résistance à l’influence idéologique du néo-libéralisme sur l’école est également présente dans la contribution d’Eirick Prairat qui étudie « l’art d’enseigner ». Il montre que l’enseignement ne suit pas la logique de l’efficacité puisqu’aucune méthode pédagogique ne peut en garantir le succès en termes d’apprentissage des élèves. Par contre, l’auteur montre que c’est bien la demande sociale qui amène à se tourner vers les valeurs du néo-libéralisme, pour répondre par exemple aux attentes des parents.

  • 1 Walter Lippmann, Le public fantôme, Démopolis, 2008 (1922).
  • 2 John Dewey, Le public et ses problèmes, Gallimard, 2010 (1927).

5La seconde partie de l’ouvrage est consacré aux « lectures » et analyse, à partir de penseurs du politique, l’impact du néo-libéralisme sur la pensée éducative. Les contributions sont exigeantes et variées. Jean-Marc Lamarre estime que le caractère normatif de l’idéologie de marché a pour conséquence un processus de « dé-démocratisation » de l’institution scolaire : dans ce cadre les individus et le public ne sont pas légitimes pour apprécier l’efficacité des politiques éducatives. Et seuls les experts peuvent développer cette compétence technique. En prenant appui sur le débat Lippmann1-Dewey2 autour de la place du public dans la mise en œuvre des politiques, l’auteur éclaire ainsi deux approches de la démocratie scolaire : soit on considère que l’éducation est une affaire d’experts, trop sérieuse pour être laissée entre les mains des acteurs de base (enseignants, élèves, parents…) ; soit on considère au contraire que ces acteurs peuvent s’en emparer pour la faire évoluer et avancer de manière démocratique. Alain-Patrick Olivier mobilise dans sa contribution les pensées philosophique et sociologique allemandes (Hegel, Marx et Honneth) et montre comment la rhétorique néo-libérale se nourrit de ses critiques. Ainsi la théorie de la reconnaissance, qui porte a priori une critique de l’aliénation découlant du néo-libéralisme, finit par se réduire à une éthique du respect pour autrui, parfaitement compatible avec l’idéologie du capitalisme et du marché.

6Michel Fabre convoque le philosophe Michel Foucault pour décrire le « bon sens » des injonctions normatives du néo-libéralisme appliqué à l’éducation : en effet qui pourrait s’opposer à un système de formation qui vise à rendre les individus compétents et compétitifs ? Il s’agit pour l’auteur d’un « brouillage sémantique » qu’il convient de combattre plutôt que de dénoncer. La troisième partie prolonge cette analyse en insistant sur la confusion des valeurs. Christiane Gohier analyse la manière dont le néo-libéralisme se traduit à l’école en termes de « persuasion » et de « propagande ». Face à ce pouvoir normatif et prescriptif, Didier Moreau expose dans sa contribution le risque que les analyses critiques de l’école sous influence néo-libérale soient réduites à une vision passéiste de restauration d’un ordre institutionnel républicain idéalisé. Comme l’éducation vise à former tout au long de la vie, c’est bien en revenant à des valeurs fondamentales d’émancipation intellectuelle que l’école saura dépasser la vaine dénonciation des évolutions récentes. C’est d’ailleurs bien ce que semble confirmer le dernier chapitre de Marie-Louise Martinez, qui prend appui sur une recherche de terrain autour de l’éducation au développement durable. L’enseignement doit permettre de donner un sens à des questions primordiales et de lutter contre la confusion et le relativisme des valeurs qu’on peut retrouver dans le discours des apprenants en matière d’écologie.

7Cet ouvrage livre une critique documentée et cohérente de l’évolution récente des systèmes éducatifs. C’est une description stimulante de l’influence des approches économiques ou du nouveau management public sur l’école et la pédagogie : cette recherche d’efficacité et d’efficience ou sa logique d’évaluation.

Haut de page

Notes

1 Walter Lippmann, Le public fantôme, Démopolis, 2008 (1922).

2 John Dewey, Le public et ses problèmes, Gallimard, 2010 (1927).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Michel Fabre et Christiane Gohier, Les valeurs éducatives au risque du néo-libéralisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 17 septembre 2015, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18876

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional, Académie de Strasbourg.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page