Navigation – Plan du site

Benoît de L’Estoile (dir.), « Observer en réunion », Genèses, n° 98, 2015

Lionel Francou
Observer en réunion
Benoît de L’Estoile (dir.), « Observer en réunion », Genèses, n° 98, mars, 2015, 160 p., Paris, Belin, ISSN : 1155-3219.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 De L’Estoile Benoît, « The past as it lives now: an anthropology of colonial legacies », Social Ant (...)

1Contrairement à ce que laisse penser le titre de cette nouvelle livraison de la revue Genèses, les contributions qui y sont réunies (bien que riches en enseignements) n’ont pas vocation à dispenser des conseils génériques sur l’ethnographie des réunions. En revanche, elles sont caractérisées par un continuum dans leurs objets d’étude : des réunions « asymétriques » qui ont lieu dans des « configurations post-coloniales »1.

2L’anthropologue Benoît de L’Estoile, directeur de recherche CNRS à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS), qui a dirigé ce dossier, invite à considérer la réunion à la fois comme une technologie politique et comme un rituel de gouvernement, en étant particulièrement attentif aux différentiels de pouvoir qui se produisent dans des situations postcoloniales (lesquelles ne peuvent être comprises en faisant abstraction du passé). Les réflexions ici menées ne s’inscrivent pas dans le cadre des postcolonial studies mais proposent néanmoins de prendre en compte l’influence du passé colonial pour rendre intelligibles une série de situations sociales actuelles. La réunion est donc « un rituel de gouvernement mettant en scène la participation » (p. 4) de citoyens et/ou d’acteurs (para)publics, ce qui est loin de se réaliser sans heurts, comme le mettent en évidence les quatre enquêtes rassemblées dans ce dossier.

  • 2 Leach Edmund, Systèmes politiques des Hautes Terres de Birmanie, Paris, Maspero, 1972 [1954].

3Dans « La réunion comme outil et rituel de gouvernement », Benoît de L’Estoile prolonge le travail d’Edmund Leach2 qui invite à « une distinction idéal-typique entre la dimension instrumentale, technique, et la dimension rituelle, c’est-à-dire expressive ou symbolique, des actions sociales » (p. 9). Il analyse le déroulement de réunions dans le cadre de la politique de réforme agraire brésilienne, entre des représentants de l’État et les bénéficiaires de cette politique qui cultivent des terres et n’entretiennent que peu de contacts avec les autorités leur confiant ces terres. Les réunions mettent en scène une « communauté » qui n’existe pas nécessairement en tant que telle en-dehors de ce dispositif. S’y rencontrent des priorités très différentes, entre « logique bureaucratique » d’une part, et « relations interpersonnelles » d’autre part, les agents du gouvernement doivent parvenir à établir un équilibre instable entre elles. La dimension ritualisée de la réunion facilite cette coexistence de logiques contradictoires et les individus ont ainsi une voie d’accès aux autorités, malgré ce différentiel de pouvoir manifeste.

4Ensuite, dans son article « Réunir la communauté », Daniele Inda Marchiando s’intéresse aux politiques indigénistes par lesquelles l’État mexicain, à travers ses représentants sur le terrain, cherche à promouvoir, voire à imposer, une certaine vision de la « culture » huichol à des membres d’une « communauté indienne ». Ainsi, la population n’accueille positivement qu’une partie de ces politiques et se montre dubitative, voire totalement opposée, face à d’autres mesures, qui sont jugées inacceptables. Pour l’auteur, il est nécessaire que des « conditions locales favorables » soient rassemblées pour qu’une politique et ses injonctions soient acceptées et qu’elles puissent « produire de véritables transformations » (p. 44). Dépassant des lectures en termes de soumission et de résistance, il observe la constitution d’un équilibre local, entre pressions gouvernementales et besoins de la population. La réunion permet d’analyser « la mise en œuvre du pouvoir d’imposition symbolique de l’État sur ses administrés » (p. 28), ses « conditions de possibilité » et, partant, ses échecs. Les individus ici étudiés sont devenus membres d’une « communauté indienne » qui leur offrait des avantages économiques, tandis qu’ils « refusent de se voir folklorisés » par des mesures affectant la conduite de leur vie et accroissant une différence culturelle qui leur vaut d’être mis à l’écart.

  • 3 Austin John L., Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil, 1991 [1970].

5Puis, Lila Belkacem s’intéresse à la performativité des consultations ethnocliniques dans « Quand la clinique fait l’ethnique ? ». Ces consultations familiales sont des réunions dans le sens où elles rassemblent, outre une famille, des thérapeutes et des représentants institutionnels. L’auteur propose d’analyser ce qu’elles « font », notamment lorsque, par des « mises en scène », reposant sur plusieurs « conditions de félicité »3, elles présentent les « origines » des familles et des thérapeutes, leur inscription culturelle dans un « ailleurs africain », « comme des références premières et évidentes » (p. 48). L’auteure propose de s’intéresser à « l’impensé politique du traitement psychopathologique et culturel » imposé par décision de justice à ces familles. En effet, l’accent mis sur une lecture du problème clinique (ici un conflit familial) en termes de culture et de « décalage culturel » empêche l’émergence d’autres pistes analytiques et, paradoxalement, peut contribuer à la reproduction de la stigmatisation touchant ces familles. Liés aux institutions (la Justice, notamment), les ethnocliniciens « font partie du même système » et leur pratique relève parfois d’une « technologie politique de prise en charge sous-traitée d’une certaine question immigrée » (p. 64).

  • 4 Balandier Georges, « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de socio (...)

6Enfin, dans « Un terrain de mésentente », Camille Al Dabaghy étudie une réunion sur le terrain entre les acteurs d’une coopération transnationale dans la ville de Diégo-Suarez, à Madagascar (représentants des bailleurs de fonds étrangers et des fonctionnaires locaux). Les « interactions routinières » entre les « partenaires » ici étudiées ont lieu dans un contexte particulier, que l’auteure qualifie de situation développementiste, « dans la continuité historique de la situation coloniale définie par Georges Balandier »4 (p. 70). Ces réunions laissent transparaître des relations où chacun n’arrive pas toujours à conserver sa place, caractérisées par un enjeu de partage de connaissance et une répartition inégale du pouvoir. L’« intersubjectivité » occupe une place qu’il s’agit de ne pas négliger dans le (non-) fonctionnement de la coopération, d’autant plus quand elle débouche sur un désaccord sur la marche à suivre. Dans ce cadre, « la convocation d’une énième réunion inutile dans l’espoir d’une décision collégiale impossible constitue en fait, pour tous, l’occasion de mettre en scène les compétences et incompétences, les disqualifications, les tensions et conflits, y compris déontologiques » (p. 86).

7Au final, les différents articles rassemblés dans ce dossier éclairent ces réunions asymétriques par un « point d’entrée micro-politique », sans manquer de proposer des pistes qu’il faudrait approfondir pour « historiciser ce dispositif ». Si la réunion n’est pas l’outil participatif que certains – les pouvoirs publics, par exemple – tendent à présenter, elle offre néanmoins des possibilités de « réappropriations » et, surtout, de communication, en dépit de l’existence de conflits, d’incompréhensions et d’inégalités de pouvoir. Malgré ses limites, la réunion ouvre un espace de communication parfois plus qu’indispensable, à défaut de mieux, et qui tire notamment profit de la souplesse de son cadre. Ces articles sont susceptibles d’intéresser tant les ethnographes que, d’une façon plus large, les chercheurs en sciences sociales ou les acteurs sociaux dont l’action se trouve ainsi éclairée sous un angle assez critique. Ils invitent à considérer des impensés de cet outil de gouvernement, mais aussi à en contextualiser et à en historiciser les différentes applications. Tant les acteurs associatifs ou publics étant confrontés à des situations interculturelles en Europe ou ailleurs dans le monde que les acteurs de la coopération internationale trouveront ici matière à réflexion sur leurs pratiques, afin de ne pas reproduire à leur insu une série de dominations ou de stigmatisations. Il reste que les situations postcoloniales étudiées dans ces contributions ont la particularité de présenter des écarts de pouvoir assez manifestes ; il serait certainement intéressant de prolonger ces observations sur la réunion dans des contextes où un tel écart n’est pas attendu, ou moins visible.

8À l’issue de ce dossier, le lecteur trouvera encore quelques contributions formant une seconde partie à peine plus courte que la première mais, évidemment, beaucoup plus hétérogène. Soulignons principalement deux articles hors-dossier : l’un sur le contrôle subi par les fonctionnaires éthiopiens dans leur travail et l’autre sur la disqualification d’un conflit social par sa transformation en un « problème musulman ». Mehdi Labzaé détaille les pressions dont ces fonctionnaires font l’objet par le parti unique éthiopien, et la diversité de leurs réactions. Quant à Vincent Gay, il explique comment, au début des années 1980, des grèves dans le secteur de l’automobile, auxquelles participaient des ouvriers immigrés, ont été réduites par le monde patronal, les médias ou les responsables politiques, à un problème d’altérité et de religion, voire d’intégrisme.

Haut de page

Notes

1 De L’Estoile Benoît, « The past as it lives now: an anthropology of colonial legacies », Social Anthropology/Anthropologie sociale, n° 16, 2008, p. 267-279.

2 Leach Edmund, Systèmes politiques des Hautes Terres de Birmanie, Paris, Maspero, 1972 [1954].

3 Austin John L., Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil, 1991 [1970].

4 Balandier Georges, « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 11, 1951, p. 44-79.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Benoît de L’Estoile (dir.), « Observer en réunion », Genèses, n° 98, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18899

Haut de page

Rédacteur

Lionel Francou

Doctorant en sociologie au CriDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité), Université catholique de Louvain. Membre du comité de rédaction d’Émulations et du comité de lecture d’Urbanités. Boursier Anticipate (Innoviris).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page