Navigation – Plan du site
Sociologie des firmes et mutations du capitalisme

Sociologie des firmes et mutations du capitalisme

Pierre François, Thomas Reverdy (dir.), « Sociologie des firmes et mutations du capitalisme », Revue française de sociologie, 56-3, Juillet-Septembre 2015, Les Presses de Sciences Po.
Notice publiée le 21 septembre 2015

Présentation de l'éditeur

À partir d'une enquête par observation et entretiens, conduite dans une petite banque mutualiste en 2009-2010, Céline Baud et ève Chiapello étudient la mise en œuvre des Accords de « Bâle II » dans cet établissement ainsi que les conséquences de ce processus de financiarisation et ses répercussions sur la clientèle de pme.

 

L'enquête de Scott Viallet-Thévenin porte sur les grandes entreprises du secteur énergétique en France depuis le mouvement de retrait de l'État, à partir de la fin des années 1980. Elle montre en quoi internationalisation et libéralisation du secteur sont allées de pair avec une transformation des propriétés sociales des dirigeants énergéticiens.

 

La revue de littérature de Pierre François, Claire Lemercier et Thomas Reverdy porte sur la grande entreprise et l’investissement capitalistique qui la fonde. Abordant deux périodes cruciales – mise en place de la grande entreprise intégrée à la fin du xixe siècle, révolution actionnariale à la fin du xxe siècle – elle se concentre surtout sur les relations entre actionnaires et managers.

 

Varia

À partir des statistiques du ministère de la Justice sur l’adoption simple en France depuis le xixe siècle, Jean-François Mignot retrace l’histoire de cette institution peu connue bien que plus fréquente aujourd’hui que l’adoption plénière. Son essor depuis les années 1970 est révélateur des transformations sociodémographiques et culturelles de la famille.

 

Pierre Mercklé et Sylvie Octobre mettent à profit les quatre vagues de l’enquête « Univers culturels des enfants et des adolescents » pour analyser les « incohérences » des réponses successives de certains jeunes aux questions sur leurs sorties culturelles. Ils montrent que, plutôt que d’être des erreurs qu’il faudrait corriger, ces « incohérences » sont pleinement justiciables d’une analyse sociologique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Conformément à notre charte déontologique, il ne pourra être fait mention dans le compte rendu de cette publication de l'article co-écrit par Pierre Mercklé et Sylvie Octobre.

Haut de page