Navigation – Plan du site

Kurt Lenk, Günter Meuter, Henrique Ricardo Otten, Les maîtres à penser de la Nouvelle Droite

Éric David
Les maîtres à penser de la Nouvelle Droite
Kurt Lenk, Günter Meuter, Henrique Ricardo Otten, Les maîtres à penser de la Nouvelle Droite, Editions Liber, 2015, 184 p., Traduit de l'allemand par Cécile Rol, ISBN : 978-2-89578-467-8.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis près de quarante ans, la nébuleuse intellectuelle appelée « nouvelle droite » a suscité presque autant de polémiques que de débats. Nourrissant une production éditoriale foisonnante, cette « nouvelle droite » a notamment été l’objet, en 1997, d’une étude signée par trois universitaires allemands : Lenk, Meuter et Otten. La version française de ce travail vient de voir le jour sous le titre : Les maîtres à penser de la Nouvelle Droite. Limpide dans sa structuration (six chapitres, six personnalités), l’ouvrage, qui s’annonce à charge, entend mettre en lumière puis déconstruire les motifs centraux de la vision du monde véhiculée par cette « nouvelle droite » et ses inspirateurs, notamment six figures de la « révolution conservatrice » devenues, au fil du temps, des « classiques ». Si les mises en garde introductives peuvent apparaître intellectuellement stimulantes pour le débat contradictoire, la suite n’offre, en réalité, guère de révélations et s’avère commune dans son traitement.

2L’étude sur Georges Sorel (1847-1922) se construit au travers des thèmes du « mythe » et de la « décadence ». Cette dernière renvoie d’abord au fait que les hommes brisent leurs liens naturels et détruisent les fondements moraux de leur communauté. Pour Sorel, la vie est avant tout travail et combat. Et si ces activités ou fonctions cessent, c’est que le déclin de la société est proche. Adepte d’un pessimisme militant et héroïque éloigné de tout fatalisme, Sorel accuse de décadence tout particulièrement la démocratie, gouvernement de la médiocrité, du mensonge et de la corruption. Opposant la morale héroïque des producteurs à la morale bourgeoise des consommateurs, Sorel s’est intéressé au Capital de Marx en tant que « poésie sociale » et non comme théorie. En effet, la lutte des classes sorélienne s’inscrit dans la perspective du « mythe » ; le mythe, moyen véritable de réveiller l’attitude combative qui seule permet d’insuffler de nouvelles forces à une société en déclin. Organisé autour d’images évoquant des sentiments héroïques et échappant aux appréciations de l’entendement, le mythe ne saurait être réfuté alors que l’utopie, qui s’en tient à esquisser des réformes, peut se discuter comme toute constitution sociale.

  • 1 Celui-ci s’apparente à un flux dynamique qui ne saurait être saisi logiquement. Chez Spengler, il y (...)

3La partie traitant d’Oswald Spengler (1880-1936) insiste sur son « réalisme héroïque ». Ennemi de la République de Weimar, rêvant d’un Imperium Germanicum et appelant l’Allemagne à porter le plus grand intérêt à la technique et à l’industrie, Spengler est hostile aux projets visant à changer le monde (libéralisme, socialisme…). Pour lui, la seule chose qui importe est la puissance des faits à l’état brut et les instincts primitifs de la vie. Son scepticisme radical envers la raison débouche sur une foi absolue dans les actes et en une apologie du plus fort. En effet, la rationalité discursive ne parvenant pas à déterminer le cours du monde1, cette tâche incombe à un chef politique génial. D’ailleurs, pour Spengler, la valeur d’une philosophie ne dépend pas de sa justesse, de sa validité, mais de sa profondeur ou de sa platitude. Or à ses yeux, tout optimisme est forcément plat puisque lâche. En ce sens, le style prussien se révèle profond car il développe l’idée d’une vie héroïque dont le sens suprême réside dans le sacrifice de soi. Toute grande politique devant se garder de représentation morale – la politique n’est qu’un substitut temporaire à la guerre –, le néo-conservatisme spenglerien, bâti sur la foi dans le sang et l’héroïsme tragique, enseigne que l’histoire véritable est l’histoire raciale, militaire. Le principe darwinien du survival of the fittest est le socle idéologique de toutes les prises de position politiques de Spengler : appréhendé comme un ethos, son socialisme se veut autoritaire et militariste.

4Chez Hans Freyer, (1887-1969) ce sont les concepts de « peuple » et de « domination » qui retiennent l’attention. Développant la thématique de la Führung – le chef suivi inconditionnellement de ses partisans –, Freyer pense que la domination est le seul moyen pour qu’un peuple devienne un sujet politique, dont la cohésion est garantie par la croyance collective. Envisageant la domination comme l’a-priori du lien moral reliant un souverain à son peuple, Freyer estime qu’une grande politique ne peut être menée qu’avec un peuple aimant et croyant : dès lors, absorbée par le surmoi collectif de l’État, la conscience individuelle est remplacée par la conscience de l’homme d’État (personne morale) qui incarne la volonté et la substance du peuple. Freyer en appelle aux forces censées assurer stabilité et durée : une fois émancipé, le « peuple », qui n’est ni société ni classe ni intérêt, permet la naissance d’un « État libre » qui pourra liquider à la fois l’État de classes et l’État-providence. Rebuté par la démocratie moderne, champ de la rationalité discursive et des intérêts particuliers, Freyer s’est prononcé plus tard pour la « neutralité apolitique de la compétence », substituant ainsi au principe subjectif de la domination celui plus objectif de « l’État technique ».

5Avec Carl Schmitt, (1888-1985) c’est « l’intensité du politique » qui est questionnée. Pour ce « théoricien de la décision », le fait de décider est toujours plus important que le résultat de la décision. Attaquant le libéralisme – car il serait l’évitement principiel de toute décision politique –, Schmitt a dénoncé aussi le romantisme pour être à la fois et la préfiguration et la forme la plus extrême du libéralisme ; libéralisme dont l’une des institutions, le parlementarisme, repose sur deux principes : la publicité et la discussion perpétuelle. Opérant une hiérarchie des valeurs où l’État occupe le grade suprême en tant qu’unité politique, Carl Schmitt en vient à réduire l’homme concret physique à une unité accidentelle à la merci d’une éthique étatique. Si l’État réalise le lien entre le droit et le pouvoir, il représente aussi le seul sujet de droit. La violente critique schmittienne du parlementarisme, qui n’est pas motivée par un intérêt purement théorique, a un but : unir la démocratie (le gouvernement souverain du peuple) au mythe de la nation. Pour Schmitt, si la force du mythe rend apte à l’action politique, il convient alors de mettre en œuvre un mythe qui, une fois accepté, s’imposera comme destin. Devenue destin, la politique n’est donc pas qu’une pure technique de pouvoir : elle doit viser un absolu supérieur au médiocre du quotidien bourgeois.

6Pour Martin Heidegger (1889-1976), le focus est mis sur « la résolution du Dasein ». Le Dasein de l’homme, c’est sa façon d’être, c’est-à-dire ce que l’homme est en définitive ; il est « chaque fois ce qu’il peut être et sa manière d’être cette possibilité ». Mais au préalable, il faut que cette propriété soit arrachée à la forme impropre du on qui déleste le Dasein de la décision responsable à laquelle il est proprement acculé. Heidegger imprime au on toutes les caractéristiques d’une société affairée et bourgeoise, déterminée par les intérêts privés et le plaisir. Sans s’en rendre compte, le Dasein tombe sous l’emprise de la domination anonyme du on, de la publicité qui obscurcit tout et qui, par avance, fixe tout ce qui doit être fait. En devançant la mort, le Dasein s’extirpe de son abaissement au monde, se rend libre à son « pouvoir-être le plus propre ». Se décider résolument à exister présuppose le courage de faire sécession, de se détacher du « mainstream ». Le tournant de la pensée de Heiddeger vers le recueillement de l’être lui a valu d’être considéré comme un précurseur de la conscience écologique. En effet, le danger ne provenant pas de la technique elle-même mais de la « pensée calculante » – qui invente et planifie –, il convient alors, selon Heidegger, de sauver la « pensée méditante », celle qui s’interroge sur l’enracinement de l’homme dans une terre natale.

7Le dernier chapitre se consacre à Ernst Jünger (1895-1998) et à sa « fascination de la violence ». Pour Jünger, la vraie noblesse d’âme consiste, au combat, à ne pas haïr l’ennemi : ce n’est pas l’homme qu’il faut viser, mais l’idée qui est derrière lui. Mais pour éliminer l’idée ennemie, on ne peut remplacer le combat au corps à corps par un combat de l’esprit. Il faut donc, selon Jünger, que les hommes qui défendent cette idée soient eux-mêmes physiquement éliminés. Résolu à s’engager jusqu’à la mort, Jünger estime que l’essentiel n’est pas ce pour quoi nous nous battons, mais la façon dont nous le faisons. Son rejet de la raison et de la morale sentimentale amène « l’anarchiste prussien » qu’il est à célébrer deux « figures ». La première est celle du Travailleur, incarnation titanesque de l’esprit du monde, capable de détruire les vieilles lois de la vie et de créer de nouvelles mesures de légitimation dans le cadre d’un ordre nouveau. La seconde figure est, dans la mesure où il n’y a plus à espérer de la société et de l’État, celle du Rebelle, c’est-à-dire de l’individu qui, isolé et privé de sa patrie par la marche de l’univers est livré au néant et amené à se révolter contre l’automatisme de la vie bourgeoise ou petite-boutiquière. Prônant l’extase du don de soi, c’est avec ferveur que Jünger, partisan des valeurs héroïques, a pu dire : « la guerre est notre mère ».

  • 2 D’autres auteurs tout aussi fondamentaux auraient pu être intégrés : Werner Sombart, Arthur Moeller (...)

8Aucune conclusion ou synthèse finale ne vient malheureusement clore ce livre qui, en dépit de substantiels développements, reste assez incomplet et partiel2. L’ouvrage s’en tenant à décrire les positions idéologiques de « hérauts de la révolution conservatrice » qui ont influencé cette « nouvelle droite » (et sur laquelle on aurait aimé avoir plus d’informations), la volonté de démystification-dénonciation annoncée reste, au final, très en deçà de l’envergure démonstrative promise.

Haut de page

Notes

1 Celui-ci s’apparente à un flux dynamique qui ne saurait être saisi logiquement. Chez Spengler, il y a l’idée cosmique d’une loi de la vie qui dépasse toute raison simplement humaine.

2 D’autres auteurs tout aussi fondamentaux auraient pu être intégrés : Werner Sombart, Arthur Moeller van den Bruck, Ernst Niekisch, Ernst von Salomon…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric David, « Kurt Lenk, Günter Meuter, Henrique Ricardo Otten, Les maîtres à penser de la Nouvelle Droite », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 25 septembre 2015, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18943

Haut de page

Rédacteur

Éric David

Docteur en sociologie politique (Paris Ouest Nanterre) ; chargé de veille et de recherches (ministère de la Défense, École militaire), Paris.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page