Navigation – Plan du site

Laure Murat, Flaubert à la Motte-Picquet

Vincent Chabault
Flaubert à la Motte-Picquet
Laure Murat, Flaubert à la Motte-Picquet, Paris, Flammarion, coll. « Essais littéraires », 2015, 96 p., ISBN : 9782081347762.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Olivier Donnat, Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique. Enquête de 2008, Paris, M (...)
  • 2 Voir par exemple : Janice Radway, Reading the Romance. Women, Patriarchy and Popular Culture, North (...)
  • 3 Patrick Parmentier, « Les genres et leurs lecteurs », Revue Française de Sociologie, vol. 27, n°3, (...)
  • 4 Le « big book », stratégie éditoriale des maisons d’édition commerciales, ainsi que les campagnes p (...)

1Le court texte que l’historienne Laure Murat consacre aux lecteurs du métro peut se lire comme une contribution à l’analyse sociologique des pratiques de lecture. Si les statistiques du Ministère de la culture nous renseignent sur les propriétés sociales des lecteurs et sur le nombre d’ouvrages lus1, si des enquêtes de réception cherchent à comprendre comment les individus s’approprient le texte et y construisent une signification qui leur est propre2, les genres éditoriaux privilégiés méritent d’être réinterrogés, après l’article de Patrick Parmentier3 de 1986, et à l’heure où une forte concentration des titres semble caractériser les choix des Français4.

2Imitant un usager du métro recopiant sur un carnet le titre des livres lus par les passagers, Laure Murat a mis en place un dispositif d’enquête précis. Pendant cinq mois à Paris, sept jours à New York et une journée à Los Angeles, l’enquêtrice a emprunté le métro, de préférence aux heures de pointe, observé les titres lus et défini approximativement l’âge et l’apparence du lecteur. La posture d’observation plonge parfois l’ethnographe dans l’embarras. Premier obstacle, si l’imprimé est majoritaire, la lecture sur tablettes et liseuses rend difficile l’identification du titre lu. Une parade est trouvée : il faut noter quelques phrases du texte ou le titre d’un chapitre pour ensuite trouver la référence à l’aide d’un moteur de recherche sur internet. Deuxième difficulté : la discrétion. À plusieurs reprises, Laure Murat observe de manière excessive un lecteur qui, se sentant épié, la fusille à son tour du regard.

3La « cartographie de la littérature souterraine » que propose Laure Murat livre deux types d’enseignements : l’un sur les choix de lecture des passagers, l’autre sur la pertinence du dispositif méthodologique échafaudé.

4Un premier résultat de cette plongée est de mettre en évidence une homologie entre les titres lus et la composition sociologique du train. Les variations ne sont pas seulement liées aux lignes ou aux quartiers traversés mais elles apparaissent selon l’heure du voyage. À l’aube, il y a peu de lecteurs hormis une femme plongée dans la saga de Christian Jacq sur l’Égypte. Les rames sont fréquentées notamment par des agents d’entretien immigrés partant au travail. À l’heure de la sortie des bureaux, les cadres masculins et blancs parcourent une littérature contemporaine publiée chez des maisons à la ligne éditoriale plus exigeante.

5Les quelques comptages réalisés avec précision livrent d’autres résultats. Près de 180 livres ont été identifiés entre les mains d’un lectorat plutôt féminin et âgé environ d’une quarantaine d’années. Parmi l’échantillon prélevé, 78 % des titres sont des romans, dont près de deux tiers sont d’origine étrangère. 22 % sont des essais.

  • 5 Signalons que des enquêtes ethnographiques ont été menées en bibliothèque. Pour le cas des biblioth (...)

6Si les relevés effectués sont limités, les comptes-rendus d’observation sont instructifs et révèlent les choix de lecture ainsi que des stratégies identitaires affichées autour d’une occupation culturelle hautement distinctive. Puisque cette pratique individuelle se donne à voir dans l’espace public, autant tirer profit de cette situation et prolonger l’investigation pour compléter ainsi les résultats des grands travaux statistiques. D’une certaine manière, la modeste enquête de Laure Murat est un message adressé aux sociologues de la culture : la lecture ne se mesure pas seulement, elle s’observe5.

Haut de page

Notes

1 Olivier Donnat, Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique. Enquête de 2008, Paris, MCC/La Découverte, 2009.

2 Voir par exemple : Janice Radway, Reading the Romance. Women, Patriarchy and Popular Culture, North Carolina, University of North Carolina Press, 1984.

3 Patrick Parmentier, « Les genres et leurs lecteurs », Revue Française de Sociologie, vol. 27, n°3, pp. 397-430.

4 Le « big book », stratégie éditoriale des maisons d’édition commerciales, ainsi que les campagnes promotionnelles permettent en partie d’expliquer ce phénomène. Voir : John B. Thompson, Merchants of Culture. The Publishing Business in the Twenty-First Century, Cambridge, Polity Press, 2010.

Á titre d’exemple, chaque ouvrage de l’écrivain français Guillaume Musso (un titre par an depuis 2004, accompagné de la parution du titre de l’année passée en format poche) est vendu à un nombre d’exemplaires en France oscillant entre 250 000 et 600 000 (données partielles ne comprenant pas les exemplaires édités par les clubs comme France Loisirs). Les droits de ces livres ont été vendus dans 38 pays pour au moins l’un des titres.

D’autres auteurs comme Marc Lévy, Katherine Pancol, Michel Bussi, Harlan Coben figurent dans la liste des meilleures ventes depuis plusieurs années et pour chacun de leurs titres parus. Sources : Ministère de la Culture et de la Communication, « Le secteur du livre : chiffres clés 2013-2014 », mars 2015 et années précédentes (en ligne : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Livre-et-Lecture/Documentation/Chiffres-et-statistiques).

5 Signalons que des enquêtes ethnographiques ont été menées en bibliothèque. Pour le cas des bibliothèques universitaires : M. Roselli et M. Perrenoud, Du lecteur à l’usager. Ethnographie d’une bibliothèque universitaire, Toulouse, PUM, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Chabault, « Laure Murat, Flaubert à la Motte-Picquet », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 28 septembre 2015, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18965

Haut de page

Rédacteur

Vincent Chabault

Maître de conférences à l'Université Paris Descartes

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page