Navigation – Plan du site

Viviane Albenga, Alban Jacquemart et Laure Béréni (dir), « Appropriations ordinaires des idées féministes », Politix. Revue des sciences sociales du politique, vol. 28, n° 109, 2015

Charlotte Debest
Appropriations ordinaires des idées féministes
Viviane Albenga, Alban Jacquemart, Laure Bereni (dir.), « Appropriations ordinaires des idées féministes », Politix. Revue des sciences sociales du politique, n° 109, 2015, 175 p., Louvain-la-Neuve, De Boeck, ISBN : 9782807300682.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Chartier Roger, « Textes, imprimés, lectures », in Poulain Martine (dir), Pour une sociologie de la (...)

1À partir de la notion d’appropriation, définie par Roger Chartier1 comme une coproduction de sens, le dossier s’attache à interroger les logiques d’appropriation « par le bas » des idées féministes, c’est-à-dire par des actrices et des acteurs « ordinaires » qui ne font pas du féminisme une cause à défendre. Partant du principe que les idées féministes – entendues ici comme « une contestation de la hiérarchie matérielle et symbolique des sexes » et comme « l’affirmation de l’autonomie des femmes » (p. 11) – se sont largement répandues dans les sociétés française, états-unienne et allemande créant ainsi un « éthos égalitaire » (p. 12), le dossier met en lumière la grande diversité des formes d’appropriation des idées féministes. En effet, c’est bien cette notion de « continuum d’appropriation » (p. 14) qui, loin de proposer une vision manichéenne de la diffusion et de l’appropriation des idées et des pratiques féministes, se retrouve au cœur des six contributions.

2L’article de Fanny Gallot et d’Eve Meuret-Campfort ouvre le dossier et analyse, principalement à partir d’archives et d’entretiens, la manière dont les femmes ouvrières de l’usine de Chantelle ont reçu et/ou se sont appropriées les initiatives féministes de l’après 1968. Les auteures affirment que « nier le sexe pour mieux adhérer à la classe, voici schématiquement la posture adoptée par une majorité d’ouvrières, et en particulier celles qui s’engagent syndicalement » (p. 34-35). La tension entre leur conscience de genre, le féminisme, et leur conscience de classe, le syndicalisme, est donc forte chez ces ouvrières, d’autant qu’elles ont bien souvent des responsabilités familiales qui rendent difficile l’adhésion à l’image de « la femme libérée » proposée par le mouvement féministe. De plus, comme le soulignent les auteures, dans les collectifs de travail à grande majorité féminine, la prise de conscience de la domination masculine se construit difficilement. De fait, ces collectifs sont d’une certaine manière des lieux d’entraide et d’échange entre femmes, ce qui leur permet d’occulter l’oppression spécifique qu’elles vivent.

  • 2 Percheron Annick, « La transmission des valeurs », in De Singly François (dir), La famille. L’état (...)

3La contribution suivante, celle de Camille Masclet, analyse la diffusion du féminisme dans la sphère familiale. Comment les enfants de militantes se sont-ils approprié l’engagement féministe de leur mère ? À partir des travaux d’Annick Percheron2, l’auteure rappelle que toute forme de socialisation suppose une logique de tri et pas seulement d’accumulation. Tout individu s’approprie et négocie avec son héritage familial. Camille Masclet s’appuie sur 24 entretiens qu’elle a menés auprès d’enfants de militantes féministes. Si seules six enquêtées se disent aujourd’hui militantes féministes, plus d’un tiers des personnes du corpus acceptent l’étiquette de « féministe » et tous et toutes ont une « conscience de genre » marquée (p. 54). L’auteure propose une analyse de l’appropriation de « l’héritage féministe » qui peut précisément être révélée par l’existence d’incohérences entre les discours et les pratiques des enfants de militantes. Elle met la focale sur quatre enquêté.e.s, deux femmes et deux hommes, qui sont autant de « portraits », de types de positionnement et d’appropriation du féminisme maternel. Une analyse du type d’appropriation selon le sexe aurait été bienvenue car la lecture de l’article peut laisser penser que les filles de militantes ont plus tendance à s’approprier voire à renouveler, par leur propre militantisme, le féminisme de leur mère quand les fils de militantes ont plus tendance à intérioriser voire à rejeter celui-ci. Or, nous pouvons penser que cela est plus complexe.

4À partir de deux enquêtes de terrain, l’une s’appuyant sur les pratiques d’un groupe de lecture à Lyon et l’autre sur un groupe de lecture de femmes sensibilisées aux questions de genre à Genève, Viviane Albenga et Laurence Bachmann analysent les « appropriations des idées féministes et les transformations de soi [à travers] la lecture » (p. 68), par des femmes de classes moyennes. Considérer les pratiques de lecture comme des « pratiques de soi » (p. 72) permet de saisir comment la lecture de textes féministes, principalement écrits par des auteures, telles Annie Ernaux, Nancy Huston, Virginia Woolf ou Virginie Despentes (p. 78), permet aux lectrices de remettre en question des expériences de domination qu’elles peuvent vivre. Si, pour la plupart, elles refusent de se dire féministes, un certain type de lecture rend possible une réflexion sur leur propre vécu. Ici, « s’approprier les idées féministes » s’apparente à se réapproprier soi-même.

5L’article de Pauline Delage interroge les relations entre les associations ou organisations féministes et la lutte contre les violences conjugales, en France et aux États-Unis. L’auteure remarque que, dans ces deux pays, la lutte contre les violences faites aux femmes s’empare doublement du féminisme : ce type de violences étant perçu comme spécifique, l’accompagnement des femmes qui en sont victime nécessite une formation et des dispositifs publics adaptés. Ainsi, les actions et discours mis en œuvre visent l’autonomisation des femmes et leur « empowerment » (p. 95). Cependant, Pauline Delage note deux distinctions d’importance entre les deux pays. Aux États-Unis, qui historiquement favorisent les réponses dirigées vers la santé mentale, il semble que les associations préfèrent se tenir à distance des organisations et des discours féministes de peur, entre autres, de perdre des financements institutionnels. En France, le lien entre les politiques publiques contre les violences faites aux femmes et les organisations féministes est plus affirmé. L’autre point de différence, et non le moindre, est la place des hommes dans ces dispositifs. En France, l’analyse des violences conjugales comme le symbole de la domination et donc la préférence pour la non-mixité des groupes de parole priment alors que ces deux principes sont controversés aux États-Unis, où les associations craignent, selon l’auteure, d’être confrontées aux groupes masculinistes, qui n’hésitent pas à porter plainte pour discriminations envers les hommes.

6Si le concept de « gender mainstreaming » guide les directives européennes depuis les années 1990, Gwénaëlle Perrier montre comment l’objectif d’égalité des sexes préconisé par les politiques d’emploi à Berlin « reste secondaire aux yeux de la grande majorité des professionnel.le.s de l’emploi » (p. 117). En effet, l’enquête de terrain réalisée par l’auteure sur la politique d’emploi à destination des chômeurs et chômeuses de longue durée révèle que les acteurs et actrices chargé.e.s de leur mise en œuvre ont plutôt tendance à être vigilent.e.s face aux discriminations ethniques, occultant les discriminations liées au sexe et la réalité du cumul des discriminations vécues par les femmes. Gwénaëlle Perrier rappelle qu’en Allemagne, il n’y a ni réponse légale aux problèmes de la non-application du « gender mainstreaming », ni définition claire de ce qu’est « la politique d’égalité ». L’auteure souligne par ailleurs que le contexte d’urgence face à l’emploi, dont doivent se débrouiller les professionnel.le.s, ne facilite pas l’innovation en matière de politique d’égalité. Toutefois, Gwénaëlle Perrier note d’une part un accroissement du nombre de postes pour favoriser l’égalité des chances sur le marché de l’emploi et d’autre part un développement des formations proposées au personnel.

  • 3 Patricia Gurin, « Women’s Gender Consciousness », Public Opinion Quaterly, vol. 49, n° 2, 1985 (cit (...)
  • 4 Voir Martuccelli, Danilo et de Singly François, Les sociologies de l’individu, Paris, Armand Colin, (...)

7La dernière contribution, celle de Pamela Aronson, traduite de l’anglais par Hélène Boisson, fait écho à celle de Camille Masclet. L’auteure dévoile son enquête sur « les jeunes femmes, le féminisme et les rapports de genre » (p. 135). Loin d’une vision désabusée qui donne à penser que les jeunes femmes n’auraient conscience ni des combats de leurs aînées ni des inégalités encore vivaces aujourd’hui, Pamela Anderson s’attache à analyser les reconfigurations et les appropriations féministes par cette jeune génération, qui avait une vingtaine d’années au moment des entretiens. Les femmes enquêtées semblent avoir conscience, d’une part, de la nécessité de poursuivre les combats menés par les femmes plus âgées et, d’autre part, des désavantages des femmes, notamment dans la sphère professionnelle. Cependant, plus de la moitié d’entre elles refusent de se définir explicitement comme féministes, bien qu’elles jugent positivement « les enjeux féministes en eux-mêmes » (p. 149). Notons surtout qu’elles se tiennent à distance de toute action collective, qui est l’une des composantes de la « conscience de genre » selon Patricia Gurin3. En ce sens, si les idées féministes sont « incorporées », elles ne sont plus politisées par ces jeunes femmes (p. 140), renforçant le paradigme de l’individualisation des sociétés4. Dès lors, l’importance de la « race » et de la classe ainsi que des trajectoires de vie est primordiale pour saisir le rapport que ces femmes entretiennent avec le féminisme.

8À partir de divers champs, tels que les mobilisations de femmes, la famille, les pratiques culturelles, les associations de lutte contre les violences faites aux femmes, les politiques d’emploi, le dossier rend compte de la diffusion et de l’appropriation (frileuse) des idées féministes « par le bas ». La frilosité de cette appropriation semble tenir en deux éléments essentiels : l’absence de formation à l’égalité femmes/hommes et l’absence de figures féminines auxquelles se référer. Aussi, pour que le « gender mainstreaming » puisse être performatif, s’agirait-il d’encourager le développement de formations de sensibilisation aux inégalités entre les femmes et les hommes et aux mécanismes sociaux qui les entretiennent. Ces formations pourraient être proposées tout au long de la trajectoire de vie, et pas seulement à destination de ceux et celles qui s’engagent dans un parcours universitaire. De plus, l’importance de l’« autrui significatif », soulevé par Alban Jacquemart et Viviane Albenga, se retrouve en filigrane des différentes contributions. Il paraît ainsi primordial de proposer aux femmes (et aux hommes) des figures féminines légitimes et charismatiques auxquelles elles pourront s’identifier, penser les rapports sociaux de sexes et se penser dans ce système de genre.

Haut de page

Notes

1 Chartier Roger, « Textes, imprimés, lectures », in Poulain Martine (dir), Pour une sociologie de la lecture, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, 1988, (cité par les auteur.e.s du dossier, p. 9).

2 Percheron Annick, « La transmission des valeurs », in De Singly François (dir), La famille. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1991 (cité par l’auteure, p. 47).

3 Patricia Gurin, « Women’s Gender Consciousness », Public Opinion Quaterly, vol. 49, n° 2, 1985 (cité par l’auteure, p. 137).

4 Voir Martuccelli, Danilo et de Singly François, Les sociologies de l’individu, Paris, Armand Colin, Coll. « 128 », 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Debest, « Viviane Albenga, Alban Jacquemart et Laure Béréni (dir), « Appropriations ordinaires des idées féministes », Politix. Revue des sciences sociales du politique, vol. 28, n° 109, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18971

Haut de page

Rédacteur

Charlotte Debest

Charlotte Debest est docteure en sociologie. Elle a réalisé une thèse sur « les personnes volontairement sans enfant » à l’Université Paris 7-Diderot et en partenariat avec l’Institut national d’études démographiques. Elle a notamment publié Le choix d’une vie sans enfant en 2014 aux PUR. Récemment diplômée d’un master en littérature de jeunesse, son mémoire porte sur l’épineuse question de l’universel masculin dans cette discipline.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page