Navigation – Plan du site

Edward P. Thompson, Misère de la théorie. Contre Althusser et le marxisme anti-humaniste

Mohammed Taleb
Misère de la théorie
Edward P. Thompson, Misère de la théorie. Contre Althusser et le marxisme anti-humaniste, Paris, L'Échappée, coll. « Versus », 2015, 385 p., traduit de l'anglais par Alexia Bli, Antony Burlaud, Yohann Douet, Alexandre Féron, ISBN : 978-2-915830-93-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bloch Ernst, Le principe espérance, 3 vol., Paris, Gallimard, 1976, 1982, 1991.

1Le philosophe marxiste allemand Ernst Bloch, dans Le principe espérance1 (1954-1959), avait émis l’hypothèse selon laquelle il existerait, au sein du marxisme, deux sensibilités, deux attitudes, et dirions-nous deux paradigmes : un « courant froid », qui mettrait l’accent sur l’analyse scientifique du capitalisme et de son dépassement révolutionnaire, et cela dans une approche essentiellement économique ; et un « courant chaud » attentif aux faits de culture, à la vie sociale, au travail de la conscience, à la morale aussi. Incontestablement, le livre d’Edward P. Thompson, Misère de la théorie. Contre Althusser et le marxisme anti-humaniste, s’insère résolument dans le courant calorifique. Bien évidemment, par contraste, Louis Althusser exprimerait une démarche purement scientifique.

  • 2 Said Edward, L'orientalisme : L'Orient créé par l'Occident, Paris, Le Seuil, 2005.

2Edward P. Thompson (1924-1993) a partagé sa vie entre deux grands pôles complémentaires : une exploration rigoureuse, académique, de l’histoire sociale, notamment de l’histoire des classes populaires, et un engagement résolu dans diverses formes de résistances sociales (du parti communiste de Grande-Bretagne au mouvement écologiste et anti-nucléaire, en passant par la dynamique pacifiste). En 1956, après la publication du célèbre Rapport Khrouchtchev sur le stalinisme en URSS, il s’échappe du carcan du parti communiste. Il contribue dans les années 1960 à l’émergence de la « nouvelle gauche » en participant au lancement de la New Left Review. Mais, il la quitte estimant que l’œuvre de rénovation de l’idée communiste ne peut se satisfaire du seul travail de la théorie. C’est en 1963, avec la parution de La Formation de la classe ouvrière, que notre historien déploie tous ses talents. Contre une historiographie ouvriériste et économiciste, Edward P. Thompson valorise, dans cette formation, les traditions populaires, les luttes sociales locales, la critique de la technique par les luddites, le rôle des femmes ; etc. Pour reprendre sa formule, il s’agit d’élaborer une histoire « par en bas » (from below). Il n’est pas illégitime de dire que le marxisme « froid » est fasciné par les modèles hérités des sciences dures, des sciences exactes, car ils seraient « objectifs » et « scientifiques ». L’auteur, lui, privilégie clairement les sciences sociales, les sciences humaines. Ce livre a eu un très grand impact dans le monde, notamment en Inde. Avec le travail du Palestinien Edward Said (Orientalism, 19782), la production intellectuelle d’Edward P. Thompson a clairement influencé les postcolonial studies et les subaltern studies.

  • 3 Althusser Louis, Pour Marx, Paris, Maspéro, 1965.
  • 4 Althusser Louis, Balibar Étienne, Establet Roger, Macherey Pierre et Rancière Jacques, Lire le Capi (...)

3Misère de la théorie. Contre Althusser et le marxisme anti-humaniste est la traduction en français du livre The Poverty of Theory, or an Orrery of Errors, publié en 1979 à Londres. Cette édition est bien tardive, alors qu’elle concerne directement l’intelligentsia française de gauche. Est-ce la dimension éminemment critique du livre à l’endroit de cette dernière qui explique le retard ? En tout cas, Edward P. Thompson entend déconstruire le marxisme froid et sa vulgate théorique abstraite. Le philosophe Louis Althusser (1918-1990) est le centre et la cible de ce travail, en particulier l’Althusser de Pour Marx3 et de Lire le Capital4. Même si le sous-titre de l’édition française (Contre Althusser et le marxisme anti-humaniste) ne figure pas dans l’original, il dit bien la nature du projet de l’écrivain anglais. À travers 17 chapitres à l’écriture dense, il souhaite contester la prétention du philosophe français à penser le capitalisme et la révolution en s’appuyant sur les seules ressources de l’économie politique et de la méthodologie structuraliste propre aux années 1950-1970. Cette pensée, dit-il, est prisonnière d’un refus de se confronter aux réalités sociales et populaires mouvantes qui sont la réalité du monde, et notamment la réalité de la lutte des classes. Les combats des classes populaires ne sont pas compréhensibles uniquement avec les armes de la théorie. Si le théoricien marxiste est insensible à l’expérience humaine, s’il tourne le dos aux trajets de vie, à leur complexité, et s’il estime que l’instance idéologique est le lieu par excellence pour saisir les significations du monde, alors ce théoricien élitiste est à côté de l’histoire. Plus même, il est objectivement dans le camp des idéologies bourgeoises. Edward P. Thompson écrit ceci : « La théorie althussérienne est parfaitement adaptée à cette fonction, et elle a été précisément conçue pour cette couche intellectuelle élitiste. Elle permet notamment à l’aspirant universitaire de se lancer dans un inoffensif psychodrame révolutionnaire, tout en menant dans le même temps une carrière intellectuelle honorable et conventionnelle. […] toutes les principales positions théoriques d’Althusser sont largement tirées de positions orthodoxes bourgeoises, de l’épistémologie, de la sociologie structuraliste, etc. L’étouffement des initiatives humaines par les idéologies et les choses est entièrement cohérent avec le sens commun dominant des disciplines conservatrices » (p. 344-345). Quelques lignes plus loin, le propos se fait encore plus sévère : « L’althusserisme renforce et reproduit activement la passivité effective devant la “structure” dont nous sommes tous prisonniers. Il cautionne la rupture entre théorie et pratique. Il détourne les bonnes volontés du combat théorique actif […]. Cette théorie, si on lui confère jamais quelque pouvoir, bien loin de “libérer” la classe ouvrière, la livrerait, dans son insupportable arrogance et ses prétentions à la “science”, aux mains d’une caste de clercs bureaucratiques : la prochaine classe dirigeante qui attend son tour » (p. 345).

4Il serait dommage de réduire la portée de la critique d’Edward P. Thompson à la dénonciation des affinités électives entre althussérisme et stalinisme. En fait, le fond de la pensée de l’historien anglais réside dans la critique du modèle scientiste de la connaissance défendu par Louis Althusser. La réduction de la réalité sociale à ses structures ne correspond pas à un vrai travail scientifique. La valorisation althussérienne de la structure occulte l’épaisseur humaine des processus sociaux, leur densité et leur intensité historiques. Dit autrement, si Louis Althusser est un penseur de la réalité envisagée dans sa dimension statique, son détracteur fait l’éloge du mouvement.

5En remettant en question, d’une façon radicale, le scientisme de Louis Althusser, Edward P. Thompson vise le scientisme du marxisme lui-même. Contrairement à beaucoup d’intellectuels marxistes, il ne joue pas Marx contre le marxisme ultérieur, il ne considère pas être plus fidèle que les autres à l’auteur du Capital. En réalité, c’est l’inverse qui est vrai. Dans Misère de la théorie, on ne compte pas les innombrables critiques faites à Karl Marx. Celui-ci aurait, par exemple, surestimé la justesse et la capacité des catégories de l’économie politique pour comprendre le phénomène historique. À Aux yeux de l’historien anglais, les années d’exil de Karl Marx à Londres ont rétréci la fulgurance de ses intuitions. En effet, l’auteur du Capital considérait la science économique comme la discipline maîtresse. Il a fallu attendre les dernières années de Karl Marx, à partir de 1860, pour qu’il s’ouvre à des problématiques non économiques, notamment issues de l’anthropologie (grâce par exemple aux travaux de Charles Darwin). Et encore ! « Marx, tout en reconnaissant ces problèmes, a sans cesse essayé de les faire rentrer à toute force dans un cadre de pensée économique » (p. 319).

6Cet ouvrage, au-delà de la polémique contre Althusser et son déterminisme économique, permet de s’approprier un pan de la lutte des classes des XIXe et XXe siècles, une lutte qui doit moins au scientisme qu’au romantisme et à l’humanisme révolutionnaire. On y découvre ainsi l’importance du romantique préraphaélite anglais William Morris (1834-1896). Celui-ci articulait une riche perspective artistique et culturelle à une critique radicale du capitalisme. De quoi contenter l'âme et la conscience politique d’Edward P. Thompson. Misère de la théorie dépasse largement son objet – la critique de Louis Althusser – pour proposer en filigrane une anthropologie alternative au modèle scientiste de la connaissance. L’économie est un champ de bataille pour les classes populaires, mais pas plus que ceux de la vie sociale, de la culture, de l'urbanisme, de l’écologie, de l'art, de la poésie... Un livre à lire en ces temps de crise globale.

Haut de page

Notes

1 Bloch Ernst, Le principe espérance, 3 vol., Paris, Gallimard, 1976, 1982, 1991.

2 Said Edward, L'orientalisme : L'Orient créé par l'Occident, Paris, Le Seuil, 2005.

3 Althusser Louis, Pour Marx, Paris, Maspéro, 1965.

4 Althusser Louis, Balibar Étienne, Establet Roger, Macherey Pierre et Rancière Jacques, Lire le Capital, Paris, Maspéro, 1965.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohammed Taleb, « Edward P. Thompson, Misère de la théorie. Contre Althusser et le marxisme anti-humaniste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18977

Haut de page

Rédacteur

Mohammed Taleb

Philosophe, écrivain, formateur en éducation relative à l’environnement, enseignant l’écopsychologie à Lausanne. Il a publié récemment Éloge de l’Âme du monde, avec Michel Cazenave et Nathalie Calmé (Paris, Entrelacs, 2004), Theodore Roszak pour une écopsychologie libératrice (Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, 2015), Nature vivante et Âme pacifiée (La Bégude de Mezenc, Arma Artis, 2014) et L’écologie vue du Sud (Paris, Sang de la Terre, 2014).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page