Navigation – Plan du site

Marjorie Galy Erwan Le Nader et Pascal Combemale (dir.), Les sciences économiques et sociales

Eric Keslassy
Les sciences économiques et sociales
Marjorie Galy, Erwan Le Nader, Pascal Combemale (dir.), Les sciences économiques et sociales. Histoire, enseignement, concours, Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2015, 320 p., Préfacier : Stéphane Beaud et Thomas Piketty, ISBN : 9782707186324.
Haut de page

Texte intégral

1SES. Trois lettres qui signifient sciences économiques et sociales. Trois lettres qui peuvent changer le destin de nombreux lycéens. Trois lettres pour une « discipline indisciplinée » dont l’un des objectifs est de participer à la formation de l’esprit critique des élèves qui en suivent les cours. Trois lettres qui dérangent aussi…

2Créées en 1965 et introduites en 1967, les sciences économiques et sociales ont donc presque cinquante ans aujourd’hui. Tout au long de son « histoire particulièrement mouvementée » (p. 17), cette discipline a été « contestée et menacée », comme l’explique très bien la préface de Stéphane Beaud et Thomas Piketty (p. 8). L’opposition la plus récente trouve sa place dans l’affirmation du « capitalisme néo-libéral » puisqu’elle provient des milieux patronaux qui considèrent, à tort, que cet enseignement dénigre l’entreprise et l’économie de marché. Les patrons voudraient que l’esprit d’entreprise soit davantage transmis. De façon encore plus idéologique, les SES sont malheureusement parfois présentées comme un enseignement « marxisant ». En dépit de ces attaques, les préfaciers ont raison de considérer que les SES sont « plus que jamais nécessaires au lycée » (p. 12) puisqu’elles donnent des clés de compréhension de la réalité économique et sociale telle qu’elle est (et non pas suivant une image déformée par les pouvoirs – quels qu’ils soient). En fait, les sciences économiques et sociales se gardent bien de présenter une vérité établie. Bien au contraire, les enseignants de SES reçoivent la mission de faire comprendre qu’il existe un pluralisme théorique dans ses matières fondamentales : l’économie, la sociologie et les sciences politiques. C’est pourquoi des notions comme la croissance économique, le développement, la mondialisation, le rôle de l’État ou encore l’inégalité des chances à l’école sont toujours présentées suivant plusieurs points de vue.

3Cet ouvrage collectif, entièrement rédigé par professeurs de SES (ou l’ayant été), est composé de huit chapitres très intéressants. Il permet à la fois de rentrer dans le détail de l’histoire des SES et de bien comprendre les approches pédagogiques des professeurs qui l’enseignent.

4Le premier chapitre propose une « brève histoire des sciences économiques et sociales » ; il permet de saisir toutes les étapes de la formation d’une discipline qui, aujourd’hui, est enseignée à 85% des lycéens en seconde et à près du quart des élèves du cycle terminale (classes de première et terminale). La filière « économique et sociale » (ES, anciennement B) a ainsi permis de délivrer près de 100 000 baccalauréats en 2013.

5Le second chapitre intitulé « 1967-2011 : la démarche des SES en question » analyse les fondements épistémologiques et didactiques des SES en passant au crible le « chemin parcouru » entre le premier programme mis en œuvre en 1967 et le programme le plus récent (qui date de 2011 pour ce qui concerne le cycle terminal). Les auteurs indiquent ce qui, à leurs yeux, apparait comme une continuité (en particulier, le statut scientifique des disciplines enseignées) ou une « transformation » (notamment la « spécialisation disciplinaire renforcée ») entre les deux dates.

6Le troisième chapitre permet de saisir la place des SES dans le système éducatif français, en commençant évidemment par sa place au lycée : en seconde, le récent statut d’enseignement d’« exploration » (qui implique un choix de la part des élèves) et l’horaire réduit ont ainsi clairement dégradé les conditions d’enseignement, ce qui laisse planer la menace d’une fusion avec l’économie-gestion (PEFG), l’autre discipline d’économie proposée en seconde; les auteurs montrent aussi combien les SES constituent la « discipline pivot de la série “économique et sociale” » (p. 93). Enfin, ils s’intéressent de près aux différents débouchés de la série dans l’enseignement supérieur.

7Les chapitres suivants se concentrent sur les démarches pédagogiques utilisées en SES : comment transmettre aux élèves des notions souvent complexes et comment les y intéresser (chapitre IV) ? Dans quelle mesure l’utilisation des documents en classe se révèle pertinente (chapitre V) ? Qu’est-ce qu’une approche par les compétences en SES (chapitre VI) ? Comment évaluer le savoir des élèves en SES (chapitre VII) ? Et, comment utiliser les nouvelles technologies dans la transmission des savoirs et des savoir-faire des SES (chapitre VIII) ? Jeune discipline, les SES ont été pionnière dans l’utilisation de logiciel spécifique dans les années 1980.

8Cet ouvrage s’adresse en priorité aux candidats aux concours de l’enseignement en SES et aux enseignants de SES déjà en poste qui souhaitent connaitre l’histoire de leur discipline et/ou qui veulent confronter leurs pratiques pédagogiques, mais il doit intéresser plus largement. On pense par exemple aux parents dont les enfants choisissent la filière ES. Tous trouveront dans ce livre de nombreux renseignements utiles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Marjorie Galy Erwan Le Nader et Pascal Combemale (dir.), Les sciences économiques et sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 02 octobre 2015, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19012

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page