Navigation – Plan du site

Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Séverine Sofio (dir.), Les stratèges de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques

Alexis Creten
Les stratèges de la notoriété
Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Séverine Sofio (dir.), Les stratèges de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques, Paris, Archives Contemporaines, 2014, 211 p., ISBN : 978-2-8130-0099-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 IMPACT signifie « InterMédiaires de Production artistique, Autonomie et organisation de la CréaTion (...)

1Au cœur de cet ouvrage se trouve la question de l’accès au succès et à la célébrité dans le monde artistique. Les auteurs ne s’intéressent pas à l’activité artistique en tant que telle mais cherchent à mettre en évidence les stratégies déployées par les artistes et, surtout, par les intermédiaires culturels afin de leur faire gravir les échelons menant à la gloire. En effet, la notoriété est le produit du travail collectif d’un grand nombre d’acteurs, ce qui en fait un objet d’étude de choix pour les sciences sociales. Quatorze auteurs se proposent, à travers onze chapitres – tous indépendants les uns des autres –, d’explorer plusieurs facettes du milieu artistique. La plupart d’entre eux sont sociologues mais certains chercheurs proviennent d’autres disciplines, comme le management, l’économie, les sciences politiques ou encore l’histoire de l’art, ce qui apporte une diversité dans la façon d’appréhender la notoriété et ses intermédiaires. Cette pluralité est également présente dans les méthodes d’enquête employées ainsi que dans les milieux artistiques étudiés. Cet ouvrage est une sorte de synthèse exploratoire qui s’appuie sur les travaux précédents de ces auteurs, cités à de nombreuses reprises. Il découle de réflexions initiées dans le cadre du colloque « Reconnaissance et consécration artistique » et du programme de recherche IMPACT1.

  • 2 À ce sujet, voyez notamment les ouvrages suivants : Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Olivier Rouef (...)
  • 3 Becker Howard, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988,
  • 4 Bourdieu Pierre, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences (...)

2Au fil des pages, c’est principalement le rôle des intermédiaires dans l’établissement d’une réputation et dans la création d’une notoriété qui est étudié2. En effet, la valeur artistique est le produit de l’effort de plusieurs acteurs, comme le faisait remarquer Howard Becker dans Les mondes de l’art3. Ainsi, les intermédiaires culturels « sont les professionnels engagés dans la production et la circulation de biens et des services symboliques » (p. ii). Ils forment une interface entre les artistes et les consommateurs et mettent en action une série de stratégies qui visent à créer et à développer la valeur symbolique et commerciale des œuvres, servant de la sorte les intérêts des artistes, sans oublier leur intérêt propre. Le cas du manager qui arrive à faire émerger un jeune artiste illustre bien ce lien entre leurs intérêts. D’un point de vue économique, le manager est rémunéré à la commission. Dès lors, plus le succès de son artiste est grand, plus la somme qui lui sera versée sera importante. De plus, s’il réussit à faire reconnaître son poulain, il sera dès lors considéré comme talentueux. Il pourra développer son réseau social et attirera des artistes renommés qui voudront à leur tour l’engager comme manager. Les auteurs insistent sur le fait que ces relations entre artistes et intermédiaires sont complexes et sujettes à l’émergence de tensions entre leurs intérêts respectifs. En général, les intermédiaires réputés s’occupent d’artistes célèbres tandis que les moins renommés prennent en charge les artistes peu ou moins connus. L’enjeu pour chacun est de profiter de la position de l’autre. Delphine Naudier donne ainsi l’exemple d’un jeune acteur primé à Cannes. D’un seul coup, les propositions affluent, ce qui permet à son agent de développer son carnet d’adresse et de passer dans « la catégorie supérieure » (p. 107). Mais ce succès attire aussi d’autres agences, d’une ampleur et d’une renommée plus importantes. Le comédien est alors fort tenté de quitter son agence pour une autre, plus prestigieuse, à même de lui conférer un statut supérieur dans le milieu. D’autres tensions sont à souligner. Par exemple, dans certains cas, la valeur commerciale et la valeur artistique des œuvres peuvent s’opposer. L’éditeur doit trouver un compromis entre « la soumission cynique aux considérations commerciales et l’indifférence héroïque ou insensée aux nécessités de l’économie »4. Wenceslas Lizé explique qu’un manager peut pousser le groupe dont il s’occupe à adopter un style musical différent, plus porteur sur le marché. Au risque, évidemment, d’entrer en conflit avec l’idéal artistique du groupe.

3Chaque chapitre du livre aborde une facette spécifique des univers artistiques, ce qui permet ainsi une pluralité de regards qui se complètent les uns les autres. Le premier et le dernier chapitre sont plus généraux (l’un sur les goût des administrateurs culturels, l’autre sur les mécanismes de valorisation), tandis que, entre ces deux repères, se trouvent une série d’articles plus thématiques, autant d’études de cas, sur, pêle-mêle, la production cinématographique française, la littérature italienne, les éditeurs français d’auteurs algériens, les artistes musicaux et leurs managers, les agents artistiques ainsi que les expositions d’art. D’autres chapitres explorent des zones plus méconnues de l’art, comme, par exemple, le graffiti, qui trouve sa consécration dans l’art contemporain, ou bien les plateformes d’auto-publication en ligne telles que Youtube, Flickr ou Myspace. Seul le dernier chapitre ne traite pas des intermédiaires mais plutôt de l’artiste comme utilisateur, stratège de sa propre notoriété. Jean-Samuel Beuscart et Maxime Crépel en distinguent quatre profils en fonction des rétributions symboliques reçues. L’amateur développe d’abord une notoriété qui se traduit par un nombre de vues, de commentaires, d’amis, de followers sur les médias sociaux, etc. Mais cette course au compteur est coûteuse en temps et en efforts, ce qui conduit une partie des utilisateurs à abandonner, tandis que les autres vont se concentrer sur la création et le développement de liens personnels avec d’autres passionnés, acquérant de la sorte une certaine reconnaissance par leurs pairs. La professionnalisation peut ensuite se faire de deux façons. Dans le premier cas, l’artiste est repéré par un intermédiaire et développe une carrière hors du web ; ainsi, certains musiciens se sont fait connaître sur Youtube avant de signer un contrat avec une maison de disque. Dans un second cas, l’artiste continue sa carrière via le web et en tire ses revenus. L’utilisateur joue donc lui-même le rôle de stratège de sa propre notoriété, en s’appuyant pour ce faire sur une (ou des) plateforme(s) de publication.

  • 5 On retrouve ainsi, en fonction des auteurs, des entretiens qualitatifs, parfois semi-directifs, des (...)

4La qualité principale de l’ouvrage est sa grande diversité, tant dans les milieux étudiés que dans les approches et les méthodes d’investigation.5 Mais cette hétérogénéité est également son défaut majeur. Le lecteur a parfois l’impression qu’il s’agit simplement de succession de contributions sans réflexion transversale sur les enjeux. Globalement, les différentes parties manquent d’articulation ; leur complémentarité n’est pas toujours évidente et plusieurs répétitions auraient pu être évitées. Cependant, toutes ces contributions arrivent au même constat : les stratégies mises en œuvre pour accéder à la notoriété sont très diverses et dépendent de l’univers artistique dans lequel elles prennent place). Par exemple, certains éditeurs ont pour stratégie de publier énormément d’auteurs. Ils font le pari qu’un petit nombre d’entre eux connaîtra le succès et généreront ainsi une part significative du chiffre d’affaire de leur maison. Cette stratégie s’avère plus délicate dans le milieu cinématographique car les coûts y sont élevés et il existe peu de certitudes quant à l’aboutissement ou au succès d’un projet.

5Les travaux de Pierre Bourdieu sont largement mobilisés, bien que certains auteurs s’en éloignent (en partie ou totalement). Les différents concepts de « capitaux » se révèlent utiles pour analyser les notions de notoriété, de consécration, de célébrité ou de réputation. D’une part, ces termes possèdent un sens mieux défini et moins équivoque que les termes issus du langage courant. D’autre part, l’approche en termes de capitaux met en évidence les opérations d’investissement, d’accumulation, de reproduction, etc., ce qui permet d’appréhender la célébrité sous un angle plus sociologique. Cependant, les auteurs utilisent aussi les notions de sens commun, qu’ils définissent en général au préalable, par exemple en distinguant le succès (commercial) de la célébrité (médiatique). Bien qu’une connaissance des travaux de Bourdieu soit un plus pour comprendre le propos de l’ouvrage, elle n’est pas indispensable, d’autant que les concepts mobilisés sont précisés à plusieurs reprises, permettant aux lecteurs peu familiers des analyses sociologiques de saisir de façon assez précise ce qui est expliqué.

  • 6 Concernant l’émergence de la notion de célébrité, le lecteur pourra consulter Antoine Lilti, Figure (...)

6Dans une moindre importance que Bourdieu, d’autres auteurs et travaux sont également mobilisés pour éclairer les phénomènes étudiés. Cependant, cet ouvrage ne se veut que peu théorique. Son but est plutôt de proposer un aperçu des mécanismes à l’œuvre dans les mondes artistiques en offrant un regard assez concret sur ce qui s’y passe. Il s’agit donc d’un livre s’adressant à un large public, notamment au sein du monde culturel et des professions de l’art, et non aux seuls chercheurs en sciences sociales, en arts et en littérature. Le lecteur pourra se plonger dans les coulisses de l’art et de la célébrité, afin de mieux en comprendre le fonctionnement. Il découvrira notamment l’importance de tous ces producteurs, managers et autres acteurs méconnus qui gravitent autour des artistes, dont le rôle est souvent mal connu mais qui jouent un rôle de plus en plus important sur la route de la célébrité6.

Haut de page

Notes

1 IMPACT signifie « InterMédiaires de Production artistique, Autonomie et organisation de la CréaTion ».

2 À ce sujet, voyez notamment les ouvrages suivants : Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Olivier Roueff (dir.), Intermédiaires du travail artistique. À la frontière de l’art et du commerce, Paris, La Documentation française, 2011 (compte rendu : http://lectures.revues.org/6489) ; Olivier Roueff, Jazz, les échelles du plaisir. Intermédiaires et culture lettrée en France au XXe siècle, Paris, La Dispute, 2013 (compte rendu : http://lectures.revues.org/12692) ; Laurent Jeanpierre, Olivier Roueff (dir.), La culture et ses intermédiaires. Dans les arts, le numérique et les industries créatives, Paris, Archives contemporaines, 2014 (compte rendu : http://lectures.revues.org/17420).

3 Becker Howard, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988,

4 Bourdieu Pierre, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 126-127, 1999, p. 3.

5 On retrouve ainsi, en fonction des auteurs, des entretiens qualitatifs, parfois semi-directifs, des sondages, des données statistiques ou des méthodes plus historicistes ; parfois plusieurs méthodes sont mises en œuvre conjointement.

6 Concernant l’émergence de la notion de célébrité, le lecteur pourra consulter Antoine Lilti, Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850), Paris, Fayard, 2014 (compte rendu : https://lectures.revues.org/15851).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Creten, « Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Séverine Sofio (dir.), Les stratèges de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 05 octobre 2015, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19026

Haut de page

Rédacteur

Alexis Creten

Étudiant en master en sociologie à l’Université libre de Bruxelles, j’ai également travaillé comme assistant de recherche dans le cadre de l’étude EQUOP-ULB.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page