Navigation – Plan du site

Giuseppe Bianco, Après Bergson. Portrait de groupe avec philosophes

Thomas Gagne
Après Bergson
Giuseppe Bianco, Après Bergson. Portrait de groupe avec philosophe, Paris, PUF, coll. « Philosophie Française contemporaine », 2015, 377 p., ISBN : 978-2-13-059001-9.
Haut de page

Texte intégral

1Il est des philosophes dont la fortune se révèle problématique à plus plusieurs égards ; Bergson est de ceux-ci. Non seulement parce que le retentissement de sa philosophie au début du XXe siècle a été sans précédent, mais aussi parce que la réception de son œuvre a constitué une épreuve véritable pour la philosophie française postérieure. Car force est de constater que, à la suite de cette « gloire » inédite – selon l’expression de François Azouvi – dont témoigne le succès public des cours au Collège de France, le bergsonisme n’a pu faire face à l’influence grandissante de la philosophie allemande dans les années 1930 et a été rapidement éclipsé par le courant existentialiste, avant de subir durant la seconde moitié du siècle la désapprobation critique de l’Université, majoritairement rétive à une philosophie devenue désuète et inopérante.

2Toutefois, la réception de la philosophie de Bergson s’élabore aujourd’hui à nouveaux frais, comme l’illustre le renouveau universitaire que suscitent les études bergsoniennes depuis le début des années 2000, autour des travaux de Frédéric Worms, qui remédient en partie au déclassement que l’œuvre de Bergson a subi à une époque où dominaient le marxisme, la phénoménologie et le structuralisme. En outre, l’apparition régulière des livres du philosophe au programme de l’agrégation a contribué finalement à l’institutionnaliser et à l’établir parmi les auteurs classiques, de sorte que, désormais, selon le mot de Levinas, « au banquet éternel » de Platon, Descartes, Spinoza ou Kant, il peut s’asseoir « en pair ». Toutes la réception et la postérité de la philosophie de Bergson semblent tenir en ces trois moments : le succès intellectuel d’abord, la critique et l’oubli philosophiques ensuite, enfin la reconnaissance de sa dimension classique. La principale difficulté pour l’historien de la philosophie réside donc dans la compréhension de la trajectoire complexe que constitue la réception du bergsonisme, et dans les relations qui se tissent dans le moment après Bergson, c’est-à-dire dans le devenir d’une lecture et d’une critique derrière lesquelles travaille plus ou moins explicitement et consciemment la figure bergsonienne – en tout cas plus qu’on ne le croit. Tel est bien le problème soulevé par Giuseppe Bianco ; aussi se consacre-t-il à « l’aventure de [la] critique et de [la] canonisation France » de Bergson (p. 2), depuis la fin de la première guerre mondiale jusqu’au début du XXIsiècle.

3L’ambition de traverser l’histoire de la pensée sur presque 80 ans fait tout l’intérêt du présent livre – issu de la thèse de doctorat de l’auteur –, qui assume, par-delà l’apparence fourmillante, hétérogène et divergente des parcours de philosophes en France au cours du XXe siècle, la volonté de comprendre la généalogie historique et sociologique des systèmes, les déterminations évolutives des écoles de pensée, les réseaux de communication philosophiques, et ce « en reconstruisant une série de lignes d’héritage – lignes plurielles, brisées et presque toujours contradictoires » (p. 22). Or Giuseppe Bianco mène sa recherche selon une perspective exigeante qui croise philosophie, histoire et sociologie afin d’atteindre un degré de réflexivité qui dépasse la simple description doctrinale, de manière à rendre compte de l’intelligibilité du processus de formation philosophique collective à partir de la fortune de l’œuvre de Bergson. En découle alors une série de questions qui orientent la démarche et permettent de saisir une temporalité plus fine et plus subtile de la vie des concepts et de la création philosophique : « À travers quelles procédures parvient-on à juger un auteur comme un auteur “majeur” ? Quels sont les effets du succès immédiat d’un auteur sur sa consécration au long terme ? Qu’est-ce qu’un héritage intellectuel ? Qu’est-ce qu’une école ? Comment établir la paternité d’un concept ou d’un problème ? » (p. 7).

4En effet, le but décisif de ce Portrait de groupe avec philosophe se situe sans doute dans le discernement et la détermination de ce que peut être un héritage intellectuel, dans la ou les façons dont il se constitue selon « les configurations de savoir, les mondes sociaux et les moments historiques » (p. 3). Et c’est bien à travers le prisme de la philosophie bergsonienne qu’est abordée cette question par Giuseppe Bianco, car elle se présente comme un pôle qui a orienté peu ou prou la philosophie française postérieure, pas tant dans le partage explicite de thèses, peut-être, que dans l’usage de notions, d’instruments conceptuels, de problèmes qui tracent une ligne d’attraction ou de répulsion : « “Bergson”, signifiant flottant, au lieu de coaguler en lui les histoires des autres personnages, circule dans l’histoire, lui donnant un sens. […] Bergson change au cours du développement de l’histoire mais, en même temps, il modifie aussi les vies théoriques des autres protagonistes » (p. 3-4).

5Un des grands mérites du livre est sa dimension « chorale » (p. 3), qui parvient à exprimer la grande diversité des lectures de Bergson, des réactions qu’elles ont suscitées, des chemins parallèles qu’elles ont ouverts. Par-delà les trois périodes philosophiques esquissés – les trois « moments », pour reprendre le mot de Frédéric Worms –, l’auteur reconstitue les jeux de relations entre des philosophes, des textes, des groupes, des pensées et des lieux qui ont tous, selon leur ordre propre, fait circuler la philosophie de Bergson, ne fût-ce qu’en partie ou même en négatif, par contraste. En un sens, à travers la notion d’héritage l’auteur s’attache à déceler et à constituer les caractéristiques de ce que l’on pourrait appeler un geste bergsonien de philosopher. L’analyse de Giuseppe Bianco s’intéresse tout d’abord à la réception immédiate de l’œuvre du philosophe retiré de l’enseignement dans les années 1920 et à son déclin : l’opposition stricte de la Sorbonne néo-kantienne et de la sociologie durkheimienne face à quelques partisans relativement influents (Péguy, Le Roy, Wahl) ; elle se porte ensuite sur la fin de l’ambiance intellectuelle spiritualiste sanctionnée par la critique phénoménologique, scientifique et existentialiste (Politzer, Bachelard, Sartre, Merleau-Ponty), quoique l’on constate la persistance d’un langage et de problèmes issus des interrogations bergsoniennes ; enfin l’analyse met au jour la circulation quasi clandestine, souterraine, à l’intérieur de la critique structuraliste du moment des années 1960 (Canguilhem, Deleuze), jusqu’à l’institutionnalisation académique de Bergson et aux résurgences contemporaines de motifs, de thèmes, de filiations entre histoire de la pensée et épistémologie – ce que Giuseppe Bianco nomme « l’actualité et les virtualité d’une œuvre », et qu’illustrent judicieusement les annexes publiées en fin de volume.

  • 1 D’autant plus que l’auteur rend compte d’un nombre remarquable de figures diverses, dont certaines (...)

6En somme, ce qui ressort de cette étude érudite, riche et extrêmement documentée, au risque – assumé – de proposer parfois une description quelque peu superficielle et abrégée de la doctrine d’un penseur1, c’est le rôle décisif et structurant de Bergson et de la postérité de sa philosophie dans l’élaboration originale de la philosophie française, dont on aurait tort de réduire l’identité seulement aux influences anglo-américaines et allemandes. En croisant les époques, les auteurs – ou les « acteurs », comme l’auteur l’écrit à plusieurs reprises, révélant ainsi le caractère dynamique de l’héritage –, et en confrontant les différents aspects successivement retenus du bergsonisme, Giuseppe Bianco parvient à reconstituer les images variées, multiples, voire contradictoires que la pensée française a eues de Bergson et de sa philosophie, et qui par là-même dressent comme en creux son propre portrait ; à telle enseigne que la fortune problématique de l’œuvre bergsonienne devient le reflet et l’expression du champ philosophique français en propre. Tout se passe comme si l’intelligibilité de la philosophie française ne pouvait se faire indépendamment de la compréhension de Bergson – et réciproquement.

Haut de page

Notes

1 D’autant plus que l’auteur rend compte d’un nombre remarquable de figures diverses, dont certaines nous font sortir des canons historiques et du cercle des philosophes les plus réputés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Gagne, « Giuseppe Bianco, Après Bergson. Portrait de groupe avec philosophes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 06 octobre 2015, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19044

Haut de page

Rédacteur

Thomas Gagne

Étudiant en philosophie à l’Université Jean-Moulin Lyon III, titulaire d’un master spécialité philosophie contemporaine.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page