Navigation – Plan du site

Etienne Ollion, Johanna Siméant (dir.), « Politiques du plaidoyer », Critique internationale, n°67, avril-juin, 2015

Marie Lefebvre
Politiques du plaidoyer
Étienne Ollion, Johanna Siméant (dir.), « Politiques du plaidoyer », Critique internationale, n° 67, avril-juin, 2015, 192 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3397-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Siméant J., « Interpreting the Rise of International “Advocacy“ », Humanity, 5 (3), 2014, p. 327.
  • 2 Nous reprenons ici la définition donnée par Richard Price spécifiant que la société civile est de m (...)
  • 3 Price R., « Transnational Civil Society and Advocacy in World Politics », World Politics, 55 (4), 2 (...)

1Au cours des vingt dernières années, le plaidoyer est devenu une pratique courante et institutionnalisée, mise en œuvre par les associations et organisations internationales dans leurs stratégies de mobilisation. Malgré tout, il n’existe encore aucune définition consensuelle qui regrouperait la multiplicité de pratiques reconnues derrière ce terme. Deux éléments peuvent ressortir des pratiques de plaidoyer : une volonté de « faire faire »1, autrement dit une visée d’influence et de mobilisation pour la défense d’une cause ; ainsi qu’une origine dans la société civile – d’où une distinction du plaidoyer par rapport aux activités de lobbying à la pratique pourtant très proche. Le plaidoyer étant issu du tiers secteur2, il a fait l’objet de recherches académiques et cela notamment par le courant constructiviste dans les relations internationales. Sous cet angle, les analyses se sont principalement focalisées autour des pratiques manifestes et visibles du plaidoyer, et également autour de la question de ses effets. En ce sens a pu être célébré « l’avènement d’une société civile globale » (p. 10), tout comme a pu être déplorée plus tardivement la dépolitisation des acteurs du plaidoyer. Il convient de dépasser cette vision polarisée, et c’est à cet égard qu’est pensé ce dossier dirigé par Etienne Ollion et Johanna Siméant. Tous deux spécialistes de sociologie politique et des mobilisations, les auteurs proposent une approche nuancée du plaidoyer comme forme d’action collective au croisement de l’analyse des mobilisations – qui ne s’est jusqu’ici que peu saisie de cet objet – et de l’analyse des modes de gouvernement contemporains. Ils se situent en ce sens dans la lignée des injonctions en faveur d’une approche révisionniste du plaidoyer, comme le revendique notamment Richard Price arguant qu’il convient de dépasser la vision structuraliste des études constructivistes sur le plaidoyer en adoptant une approche interdisciplinaire et empirique3.

2Les cinq contributions à la thématique des politiques du plaidoyer s’articulent autour d’une mise en contexte historique du plaidoyer, d’une prise en compte des relations entre ce registre d’action et les pouvoirs publics ainsi que d’une étude des effets de la diffusion de la pratique du plaidoyer.

3Historiquement situé, le succès du plaidoyer repose sur la diffusion de pratiques pourtant usitées. C’est ce que montre notamment Etienne Ollion dans la restitution d’une ethnographie aux côtés de plaideurs d’une association à Bruxelles, évoquant avec précision le « paradoxe du plaidoyer » (p. 27), à la fois similaire en pratique au lobbying, et opposé en terme de représentation pour ses acteurs, revendiquant pour leur part une défense de causes humanitaires par le biais d’un engagement associatif. L’accent est porté par Etienne Ollion sur l’analyse empirique afin de dégager, par le biais d’une comparaison, les ressorts propres à chaque registre d’action, et ainsi mettre en valeur les différences entre lobbying et advocacy. C’est également autour de cette interrogation que se concentre l’analyse des astroturfs proposée par Sylvain Laurens. L’astroturf est soutenu par une firme et prend l’apparence d’une ONG pour porter une parole destinée in fine à des fins commerciales. Il pose la question des frontières entre ONG et astroturf, et donc entre lobbying et plaidoyer. Surtout, la présence d’astroturfs remet en cause la distance existante entre les représentants et les représentés dans les espaces de débats démocratiques du fait de la récupération de registres d’action collective issus du militantisme pour la représentation d’intérêts économiques.

  • 4 La Voie paysanne, en français, est un mouvement fondé à Mons, en Belgique par des représentants de (...)

4S’intéresser au plaidoyer sous l’angle des pouvoirs publics met par ailleurs à jour l’effet des transformations des modes de gouvernements, ces derniers appelant à une participation plus large de la société civile. Les origines et la diffusion large du plaidoyer sont donc parfois loin d’être spontanées ou évidentes pour les acteurs. À partir de l’étude du mouvement La Vía Campesina4, qui cherche à faire émerger une voix paysanne luttant contre la libéralisation des échanges de produits agricoles, Delphine Thivet souligne les déterminants de l’adoption du plaidoyer comme registre d’action. Si le recours au plaidoyer est motivé par l’ouverture d’espaces de protestation au sein des institutions internationales, elle évoque néanmoins la réticence de certains militants à l’adoption du plaidoyer qualifié de plus « expert et institutionnel » (p. 69) que les luttes traditionnelles du mouvement. Le recours au plaidoyer s’accompagne ainsi de potentialités mais également de contraintes pour les membres de La Vía Campesina. De même, Juliana Lima et Sara Dezalay abordent les déterminants de l’adoption du plaidoyer pour le Groupe de réflexion sur la justice de transition au Burundi. L’invitation à la pratique du plaidoyer est opérée par la communauté internationale et conduit pour le groupe de réflexion à une professionnalisation, par l’accès à l’expertise internationale que l’ouverture au plaidoyer procure. Cette professionnalisation est elle-même gage de légitimité pour les membres du groupe de réflexion, offrant une standardisation des pratiques militantes pouvant être réinvestie sur la scène locale ou internationale.

5Le plaidoyer est donc porteur d’effets, dont le plus évident tient dans l’influence croissante du rôle des ONG, qui deviennent des acteurs de premier plan. Il convient toutefois de nuancer ce constat, de par la dépendance vis-à-vis des fonds publics qu’entraine ce mode d’action collective en collaboration avec les pouvoirs publics. Cette proximité au pouvoir peut s’avérer source de tensions pour les militants, comme le montrent les observations d’Hélène Baillot vis-à-vis du regroupement d’associations Jubilé USA, menant campagne en faveur de l’annulation de la dette des pays pauvres. L’institutionnalisation du plaidoyer pose la question d’une éventuelle modération des revendications par le rapprochement opéré vers les instances politiques. On pourrait alors voir en ce sens dans le plaidoyer une « source de domestication de la protestation » (p. 13), ce qui n’échapperait pas aux pouvoirs publics incitant à l’utilisation de ce registre d’action. En définitive, Hélène Baillot souligne la circulation du plaidoyer, d’une part en interne dans les associations mobilisées, et d’autre part en externe avec la confrontation aux pouvoirs publics. Cette circulation entraine une redéfinition quasi constante des règles du plaidoyer et contribue à en redessiner les contours d’action.

6Multiplicité de pratiques, diversité de champs d’action et pluralité d’acteurs, le dossier proposé par Etienne Ollion et Johanna Siméant ne tranche pas sur le sujet. Il ne délivre pas une définition univoque du plaidoyer, pourtant il en délimite les contours à l’aide d’études empiriques, nuançant avec précision les ressorts et transformations possibles du registre d’action étudié. Il en découle une analyse fine qui insiste à la fois sur les potentialités du plaidoyer pour l’action collective, et sur les effets ambivalents du recours à une pratique institutionnalisée augmentant considérablement les coûts d’entrées dans l’espace de mobilisation.

Haut de page

Notes

1 Siméant J., « Interpreting the Rise of International “Advocacy“ », Humanity, 5 (3), 2014, p. 327.

2 Nous reprenons ici la définition donnée par Richard Price spécifiant que la société civile est de manière générale mentionnée pour référer à un tiers secteur d’agents, distingués d’une part du secteur public et d’autre part du secteur privé. Ce tiers secteur suppose donc l’initiative directe des citoyens, par l’organisation de syndicats, mutuelles ou associations, et regroupe donc a fortiori les activités de plaidoyer. Price R., « Transnational Civil Society and Advocacy in World Politics », World Politics, 55 (4), 2003, p. 580.

3 Price R., « Transnational Civil Society and Advocacy in World Politics », World Politics, 55 (4), 2003, p. 579-606.

4 La Voie paysanne, en français, est un mouvement fondé à Mons, en Belgique par des représentants de fermiers issus des quatre continents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Lefebvre, « Etienne Ollion, Johanna Siméant (dir.), « Politiques du plaidoyer », Critique internationale, n°67, avril-juin, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 10 octobre 2015, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19083

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page