Navigation – Plan du site

Christophe Traïni (dir.), Émotions et expertises. Les modes de coordination des actions collectives

Natasia Hamarat
Émotions et expertises
Christophe Traïni (dir.), Émotions et expertises. Les modes de coordination des actions collectives, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2015, 204 p., préface de Philippe Braud, ISBN : 978-2-7535-3603-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Frédéric Lordon, La société des affects. Pour un structuralisme des passions, Paris, Seuil, co (...)
  • 2 Pour un état de la littérature, voir notamment Isabelle Sommier, « Les états affectifs ou la dimens (...)
  • 3 Voir notamment Norbert Elias, Engagement et distanciation, Paris, Fayard, 1983.

1Les notions d’« émotions », d’« intérêt » ou de « subjectivité » ont longtemps été évacuées du raisonnement sociologique en raison du risque de psychologisme. Or, elles connaissent depuis quelques années un tel engouement que certains auteurs en viennent à parler de « tournant émotionnel » dans les sciences sociales1. L’étude du politique n’échappe pas au phénomène : les questionnements « classiques » sont aujourd’hui réinvestigués à l’aune de ce changement de perspective2. Dans son nouveau livre collectif, Christophe Traïni s’attaque à la distinction entre émotions et expertises3. L’idée générale de l’ouvrage est que l’action politique se situe dans la coordination entre, d’une part, la mise en forme des émotions afin de mobiliser des soutiens à une cause et, d’autre part, leur mise à distance dans la prise de décisions. En effet, « les institutions et les règles du jeu politique contraignent très souvent les acteurs sociaux à s’investir dans des débats, controverses scientifiques ou procédures judiciaires exigeant une neutralisation relative des affects, ainsi qu’une maîtrise et des savoir-faire professionnels » (p. 16). Mais comment ces deux composantes idéaltypiques se combinent-elles dans les pratiques effectives des acteurs, dans des « configurations » spécifiques ?

  • 4 Voir notamment les limites du concept de « choc moral » : Christophe Traïni, « Choc moral », in Oli (...)

2Pour investiguer empiriquement cette question, Traïni propose une entrée théorique par le concept de dispositif. Les dispositifs de sensibilisation sont à comprendre comme « l’ensemble des supports matériels, des agencements d’objets, des mises en scène, que les acteurs étudiés déploient afin de susciter des réactions affectives qui prédisposent ceux qui les éprouvent à soutenir la cause défendue » ; les dispositifs experts visent quant à eux à « [faire] valoir un point de vue déterminé en s’appuyant sur la maîtrise d’une connaissance échappant au profane » (p. 20). En centrant l’analyse sur les éléments qui vont induire les émotions, cette définition présente comme avantage de dépasser certaines limites des travaux relatifs aux itinéraires biographiques des militants4. Elle permet aussi de rendre compte des effets paradoxaux de ces dispositifs, « les effets ne se réduisant jamais totalement à ceux escomptés par ceux qui les mettent en œuvre » (p. 19). Néanmoins, la généalogie du concept (usages foucaldien, latourien, etc.), ainsi que ses « frontières » ne sont pas discutées dans l’ouvrage. L’objectif éditorial est de proposer un « protocole d’analyse commun » (p. 18) pour comparer, au départ d’approches disciplinaires différentes (histoire, sociologie, science politique), des cas d’études aussi variés que : les visites guidées des territoires palestiniens occupés à l’initiative l’association israélienne Shovrim Shtika (Karine Lamarche), les « imaginaires » des organisations de jeunesse des droites italiennes (Sabine Dechezelles), la socialisation institutionnelle des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (Olivier Grojean), le procès du président péruvien Alberto Fujimori (Sophie Daviaud), les audiences publiques entre société civile et État en Inde (Stéphanie Tawa Lama-Rewal), les controverses autour de l’extension de l’aéroport de Milan Malpensa (Laura Centemeri), les propositions de réformes du Premier ministre palestinien Salam Fayyad (Aude Signoles), les oppositions des maires de petites communes à la réforme des collectivités locales françaises (Stéphane Cadiou et Maurice Olive) ou encore l’insurrection des Trois-Glorieuses de 1830 (Walter Bruyère-Ostells). Si le défi d’arriver à rendre le tout cohérent est relevé haut la main, on regrettera que certaines dimensions, plutôt périphériques chez Traïni (rôle des affects dans les rapports de domination, déterminants institutionnels et structurels des émotions, etc.), n’aient pas été davantage approfondies dans les textes. Nous y reviendrons dans la suite en choisissant de rendre compte des contributions qui nous paraissent présenter la plus grande originalité par rapport au cadre général.

3L’ouvrage se divise en trois parties, chacune composée de trois contributions. La première partie (Inciter au ralliement, renforcer les loyautés) offre à penser la rencontre entre les parcours et motifs individuels et les « registres émotionnels », soit « des ensembles d’émotions valorisées au sein des organisations militantes » (p. 28). On retiendra tout particulièrement la contribution d’Olivier Grojean, qui s’intéresse au « façonnage organisationnel du militantisme » (p. 81), pour le cas des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dont l’action se déploie en Turquie, au Moyen-Orient et en Europe afin de défendre les intérêts des populations kurdes. Cette contribution est particulièrement stimulante en ce qu’elle est la seule du corpus à s’intéresser aux dimensions contraignantes des dispositifs de sensibilisation, et plus généralement aux rapports de pouvoir en présence. En effet, force est de constater avec l’auteur que « les chercheurs travaillant sur les émotions ont […] rarement mis en évidence le fait que la sensibilisation est aussi souvent une relation de domination » (p. 75). En effet, si l’engagement est un acte relativement autonome, a priori sans contrainte extérieure, il n’en demeure pas moins qu’une « conformation », c’est-à-dire « l’intériorisation sur le mode de l’évidence […] des rôles institutionnels » (p. 80), est attendue de la part des membres. Ce processus combine sensibilisation et coercition : « certaines institutions ouvertement coercitives, voire “totalisantes”, peuvent mettre en œuvre, parallèlement à d’autres dispositifs de pouvoir, des dispositifs de sensibilisation qui visent d’abord et avant tout le consentement et l’investissement de soi sans coercition, même s’ils s’inscrivent dans un projet plus global impliquant également la discipline et l’obéissance ; d’autres institutions plus ouvertes, comme les partis politiques des démocraties contemporaines, tentent généralement de sensibiliser leurs membres déviants tout en faisant peser sur eux la menace de sanction disciplinaires potentielles, et parfois réelles » (p. 80-81). Le contexte politique singulier du PKK renforce les logiques de (d’auto)contraintes : il s’agit d’une organisation clandestine ayant une branche militaire active au Moyen-Orient. Outre la formation martiale des guérilléros dans les montagnes du Kurdistan, les membres suivent des formations relatives aux aspects politiques de la lutte (histoire de la colonisation, martyrologie, techniques de mobilisation, etc.), ainsi qu’aux aspects plus « personnels » de leur mode de vie, afin de transformer leurs habitus (religion, attitudes, soins du corps, etc.). L’objectif de docilité à l’égard de l’institution est particulièrement visible dans la socialisation des femmes, « où coexiste une véritable sensibilisation aux processus de la domination masculine et aux sentiments d’incompétence féminins d’une part, et une disciplinarisation des corps (via l’interdiction des relations sexuelles et toute une série d’attitudes imposées entre les sexes) d’autre part, visant in fine la désexualisation et l’assujettissement des militant(e)s » (p. 89). Ces transformations de soi passent aussi par des techniques moins contraignantes, comme les activités artistiques ou récréatives (musique folklorique kurde, fêtes dansantes, etc.). Peut-on néanmoins réellement parler de « coercition » quand la transformation n’est pas vécue de la sorte par les acteurs ? Dans la lignée des travaux de Michel Foucault sur la « gouvernementalité », le texte met en lumière comment les subjectivités militantes se constituent dans des rapports complexes et ambivalents entre émotions, consentement et domination.

  • 5 John Dewey, La formation des valeurs, Paris, La Découverte, 2011.
  • 6 Notamment la directive 92/43/CEE concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la f (...)
  • 7 Laurent Thévenot, L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte, 2 (...)

4La deuxième partie (Des régimes de coordination complémentaires ou concurrents ?) assemble des contributions qui explorent les diverses combinaisons entre les dispositifs de sensibilisation et les dispositifs experts. La contribution de Laura Centemeri aborde les controverses relatives à l’impact environnemental de l’extension de l’aéroport de Milan Malpensa. L’auteure cherche à analyser les procédés utilisés par « les groupes d’opposants [pour argumenter] “en généralité” le bien-fondé de leur cause, soit les modes auxquels ils ont recours pour mettre en relation leur cause avec d’autres causes locales » (p. 127). Pour ce faire, elle utilise la notion de « valuation » au sens de John Dewey, c’est-à-dire « la formation raisonnée des désirs, des intérêts et des fins dans une situation concrète » (p. 128)5. Celle-ci lui permet de considérer comment l’attachement au lieu et « la portée politique des modes d’appréciation de l’environnement qui se basent sur un rapport de proximité » (p. 128) s’expriment, en regard d’autres rapports à l’environnement (intérêts de nature économique, stratégique, législative, moraux, etc.). Tout l’intérêt de la contribution est d’offrir un historique des contestations du comité d’opposition Viva via Gaggio (Vive la rue Gaggio) sur une période de quarante ans, convainquant définitivement le lecteur de la pertinence méthodologique de l’analyse des évolutions des dispositifs sur un temps long. En effet, depuis le début des années 1970, ces opposants plaident pour une plus grande participation citoyenne aux processus décisionnels, ainsi que pour le financement public d’études d’impact environnemental et sanitaire. À partir de 1994, l’implémentation des directives européennes sur la protection des espaces naturels6 leur offre de nouveaux possibles : les comités élaborent une véritable contre-expertise fondée sur des données factuelles concernant les dommages potentiels touchant la faune, la flore et les habitants du territoire. Cette technicisation des savoirs a pourtant pour conséquence d’exclure une partie de la population des contestations. Pour réactiver la mobilisation profane, on voit aujourd’hui émerger de nouveaux dispositifs de sensibilisation valorisant l’expérience et la « conscience du lieu » (p. 145), les « biens du proche » pour reprendre Laurent Thévenot7 : marches organisées sur le modèle des processions agricoles afin de renouer avec les traditions de la région, activités sportives et artistiques, camping d’été, « communautés » sur les réseaux sociaux, etc. En conclusion, pour ce cas, les capacités des membres à faire coexister émotions et expertises, d’être des « médiateurs » entre les deux registres ont été la condition qui a permis à ce comité de perdurer jusqu’à ce jour.

5La dernière partie (Procédures et stratégies d’accréditation) est consacrée à l’accréditation et ses effets performatifs sur les dispositifs, soit « aux conduites et discours à travers lesquels des acteurs sociaux s’efforcent de présenter les qualités, les savoir-faire et les trajectoires qui leur sont propres, comme des éléments indispensables pour pouvoir énoncer le bien commun de la collectivité » (p. 23). Le texte d’Aude Signoles s’intéresse au programme « l’État d’abord » élaboré entre 2007 et 2009 par Salam Fayyad, Premier ministre de l’Autorité nationale palestinienne (2007-2013). Ce dernier résume comme suit la révolution copernicienne qu’il appelle de ses vœux : « construire [l’État] en dépit de l’occupation pour mettre fin à l’occupation » (p. 152). Il entend substituer à la « figure du colonisé », aussi indissociable de l’histoire des mouvements nationalistes palestiniens que la « figure du combattant », la figure d’un homo novus optimiste quant à la maîtrise de son destin social, qui s’émancipe par les capitaux économiques plutôt que par les armes. Dans le contexte de boycott international suite à l’élection du Hamas en 2006, Fayyad souhaite, à l’échelle internationale, retrouver les faveurs des donateurs étrangers (production de données statistiques objectivées, adhésion aux normes de « bonne gouvernance », etc.) et, à l’échelle locale, sensibiliser les classes moyennes éduquées, mises à mal dans leurs aspirations à la réussite sociale (campagnes de communication ciblées autour de la promotion de la consommation de biens et de loisirs, etc.). Signoles met tout particulièrement en lumière les usages stratégiques de la trajectoire biographique de Fayyad, docteur en économie d’une université américaine ayant occupé différents postes de consultant à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international. Si ses partisans valorisent la figure de l’expert qui pourra mettre en œuvre des instruments gestionnaires efficaces, ses opposants dénoncent une « version autochtone de l’école néo-libérale » (p. 166) ; d’autres groupes l’ont aussi accusé de jouer le jeu d’Israël en défendant l’arrêt de la lutte armée. Au final, « le décalage manifeste entre les perspectives annoncées du Plan Fayyad et les réalités du terrain sont […] à l’origine du soutien timoré dont le programme […] a fait l’objet. Il explique aussi largement qu’à l’enthousiasme des donateurs internationaux fait face la résignation, mais aussi la colère, voire la contre-mobilisation des populations locales » (p. 169).

  • 8 Voir à nouveau Frédéric Lordon, Op. cit.

6En guise de conclusion, nous espérons que le compte rendu du contenu de ces trois contributions aura convaincu le lecteur de la réelle densité empirique de l’ouvrage, qui en fait la force incontestable. On regrettera néanmoins parfois un certain « enfermement » des auteurs dans la ligne éditoriale, en témoigne la faiblesse générale de la théorisation des rapports de domination énoncée plus haut. Dans le même ordre d’idée, comme l’écrit Philippe Braud dans sa préface, on peut regretter que les institutions n’aient pas été incluses dans la définition des dispositifs, ce qui aurait sans doute permis une conceptualisation plus approfondie des déterminismes structurels des affects8. Il demeure un ouvrage fort stimulant en termes de nouvelles pistes d’investigation possibles et, surtout, rendant compte de la pertinence du décloisonnement disciplinaire et sous-disciplinaire (action collective, action publique, aspects cognitifs, corporels et pragmatiques des émotions, etc.) pour l’étude de ces objets sociaux complexes.

Haut de page

Notes

1 Voir Frédéric Lordon, La société des affects. Pour un structuralisme des passions, Paris, Seuil, coll. « L’ordre philosophique », 2013 ; compte rendu de Yannick Floquet pour Lectures : https://lectures.revues.org/12403.

2 Pour un état de la littérature, voir notamment Isabelle Sommier, « Les états affectifs ou la dimension affectuelle des mouvements sociaux », in Olivier Fillieule, Éric Agrikoliansky et Isabelle Sommier, Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Paris, La Découverte, 2010.

3 Voir notamment Norbert Elias, Engagement et distanciation, Paris, Fayard, 1983.

4 Voir notamment les limites du concept de « choc moral » : Christophe Traïni, « Choc moral », in Olivier Fillieule, Lilian Mathieu et Cécile Péchu, Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

5 John Dewey, La formation des valeurs, Paris, La Découverte, 2011.

6 Notamment la directive 92/43/CEE concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages.

7 Laurent Thévenot, L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte, 2006.

8 Voir à nouveau Frédéric Lordon, Op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natasia Hamarat, « Christophe Traïni (dir.), Émotions et expertises. Les modes de coordination des actions collectives », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 octobre 2015, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19094

Haut de page

Rédacteur

Natasia Hamarat

Doctorante F.R.S.-FNRS en sociologie de la santé au Centre de recherche METICES de l’Université libre de Bruxelles.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page